Lausanne – Trinec (CHL, groupe D, 6e journée)

101

Lausanne s’est fait plaisir en battant une équipe de NHL, mais l’important est de réussir en compétition officielle. Sa situation en championnat s’est bien améliorée puisque les Lions sont remontés en troisième position. Reste la CHL, commencée en présaison, mais où tout devait se décider dans la double confrontation avec Třinec, actuel leader de l’Extraliga (grâce à un match en plus que ses cinq poursuivants qui se tiennent en deux points). La victoire tchèque en prolongation mercredi dernier n’était qu’un hors-d’œuvre : le vainqueur de ce soir sera qualifié. C’est le premier match de CHL dans la Vaudoise Aréna, pas encore inaugurée lors des premières rencontres lausannoises.

STEPHAN Tobias-120506-306Les Tchèques sont d’abord tout proches de marquer sur une action individuelle : Matěj Stránský – auteur du but gagnant à l’aller – dribble le septième défenseur lausannois Victor Oejdemark en lui faisant un magistral petit pont et se retrouve en face-à-face avec le gardien Tobias Stephan, qui garde sa jambière droite bien ferme. Mais c’est Lausanne qui ouvre le score sur une action collective : une passe aveugle du revers de Dustin Jeffrey ne trouve pas Christoph Bertschy… mais est récupérée par Joël Vermin qui décale au poteau droit ce même Bertschy avec l’angle ouvert (03’34). Conforté par ce but, le LHC est bien en place. Le maillot de « top scorer » de Bertschy s’infiltre dans l’enclave et se fait accrocher par Dravecký. À défaut d’être conclu, cet avantage numérique permet aux Suisses de contrôler encore plus le match.

Le premier accroc vient d’une pénalité de Froidevaux en zone neutre. Une faute aussi bête que lourde de conséquences : Matěj Stránský prend de vitesse Fabian Heldner le long de la bande droite et centre au second poteau pour Erik Hrňa qui tire au-dessus de l’épaule de Stephan (1-1, 12’59). Lausanne va-t-il perdre tout le bénéfice d’un début de match maîtrisé ? La question se pose moins d’une minute, car un lancer dévié de Victor Oejdemark fait trembler les filets tchèques (2-1, 13’55). L’arbitre se montre tout de suite dubitatif et les ralentis semblent montrer que le palet a été repris derrière la ligne bleue et qu’il y avait donc hors-jeu… mais le but est validé ! L’entraîneur tchèque Václav Varada fulmine. En fin de tiers, Nodari accroche Stránský : et si Třinec égalisait une nouvelle fois en supériorité numérique ? Ondřej Kovařčík n’arrive néanmoins pas à cadrer son tir alors que le rebond lui revient face au but après un tir de son frère cadet.

La deuxième période commence par deux pénalités, un accrochage du Polonais Aron Chmielewski puis un surnombre. À 3 contre 5, après un engagement en zone défensive, Tomáš Marcinko arrive pourtant à s’échapper dans le dos de Heldner (!) mais son tir frappe l’extérieur du poteau, à mi-hauteur. Lausanne s’installe ensuite après ce contretemps. Cory Emmerton, placé seul devant la cage au milieu du triangle, réclame avec insistance le palet à Dustin Jeffrey et finit par le recevoir : son premier tir à bout portant est repoussé mais il enfile le second, du revers (3-1, 23’28). L’écart de deux buts ne dure pas. Un tir vicieux du revers en angle fermé d’Ondřej Kovařčík piège Stephan en lucarne (3-2, 25’25).

Les pénalités s’enchaînent. Après une charge avec la crosse de l’international letton Ronalds Kenins, c’est Michal Kovařčík qui accroche Vermin en position dangereuse devant la cage. Le LHC est la moins convaincante des deux équipes en powerplay, c’est même Patrik Hrehorčák qui a la meilleure occasion en infériorité avec un tir bloqué du gant par Stephan. Un nouveau contre tchèque de Petr Vrána en fin de pénalité envoie même Yannick Herren – qui l’a retenu – s’asseoir à son tour en prison. Un penalty killing solide, qui ne laisse rien passer, redonne un peu de contenance à Lausanne qui semblait un peu perdre le fil.

Le jeu revient ensuite à 5 contre 5. Comme en première période, les hommes de Ville Peltonen appliquent leur système de jeu avec confiance et semblent en contrôle de la situation. La défaite aux tirs au but de Minsk, connue au même moment, les qualifie quoi qu’il arrive. Non seulement les Suisses protègent leur avance, mais ils ajoutent un quatrième but. Ronalds Kenins reçoit la passe de Dustin Jeffrey en traversant devant le gardien et s’ouvre ainsi l’angle pour conclure (48’05). Même les pénalités ne font plus dérailler un LHC de plus en plus sûr de son fait… et pourtant, il tremble de nouveau à cause d’un but en angle fermé concédé par son gardien Tobias Stephan. Cette fois, c’est à mi-hauteur qu’il laisse passer le tir très excentré de Petr Vrána (4-3, 52’15). Un but qu’il n’aurait jamais dû encaisser.

Une vraie injection d’adrénaline pour Třinec qui met aussitôt une grosse pression. Ondřej Kovařčík reçoit un centre seul face à la cage ouverte mais sa déviation manque le cadre ! Ce temps fort des Tchèques ne dure pas car ils connaissent un gros déchet dans leurs relances et ne font la différence qu’individuellement. Mais Cody Almond leur fait un cadeau sur un plateau à trois minutes de la fin en prenant deux pénalités mineures – contre une à son opposant Stránský – parce qu’il en fait trop dans un duel devant la cage. Třinec en profite pour sortir son gardien et jouer à 6 contre 4… mais une obstruction de Roth est sanctionnée. Ce coup-ci, le LHC peut respirer. Bertschy place une dernière attaque et trouve le poteau. Le match se termine sous les chants des supporters vaudois. Varada appelle un temps mort avant une dernière mise au jeu en zone offensive et Krajicek tire dans le plastron de Stephan, mais une pénalité de Marcinko sur l’action laisse Třinec finir le match à trois. Petteri Lindbohm marque sur la sirène d’un lancer qui passe sous le bras de Patrik Bartosak.

La victoire est logique pour une équipe de Lausanne mieux en place collectivement, même si elle a donné le sentiment de perdre plusieurs fois le contrôle d’un match qu’elle paraissait en mesure de s’assurer. Pour sa première participation en compétition européenne, le LHC est donc qualifié en compagnie de l’étonnant Yunost Minsk. Quatre des cinq clubs suisses passent en huitièmes de finale (seul Ambrì est passé à la trappe). En attendant Liberec qui jouera son avenir en CHL contre Augsbourg demain, les Tchèques ont pour leur part deux qualifiés et un éliminé… mais celui-ci est très symbolique puisqu’il s’agit de leur champion Třinec.

Les résultats et classements de CHL

Commentaires d’après-match

Ville Peltonen (entraîneur de Lausanne) : « On a bien débuté. Les équipes spéciales et l’arbitrage ont été un peu de notre côté. Třinec était une belle équipe et un bel étalonnage pour nous. Je suis fier de la façon dont nous avons joué. »

Christoph Bertschy (attaquant de Lausanne) : « On n’a pas joué notre jeu soixante minutes, mais on était là au bon moment. On a eu un grand gardien ce soir. On ne connaissait pas le résultat de Minsk, on ne savait pas qu’on était qualifié, mais on le pensait un peu car [le coach] faisait un peu tourner les lignes et changeait le box-play. »

 

Lausanne – Třinec 5-3 (2-1, 1-1, 2-1)
Mardi 15 octobre 2019 à la Vaudoise Aréna de Lausanne. 4444 spectateurs.
Arbitrage de Christian Persson (SUE) et Marc Wiegand (SUI) assistés de Balazs Kovacs et Eric Cattaneo (SUI).
Pénalités : Lausanne 16′ (4′, 4′, 8′) ; Třinec 16′ (2′, 6′, 8′).
Tirs : Lausanne 19 (9, 3, 7) ; Třinec 32 (8, 10, 14).

Évolution du score :
1-0 à 03’34 : Bertschy assisté de Vermin et Jeffrey
1-1 à 12’59 : Hrňa assisté de Stránský (sup. num.)
2-1 à 13’55 : Oejdemark
3-1 à 23’28 : Emmerton assisté de Jeffrey et Junland (double sup. num.)
3-2 à 25’25 : M. Kovařčík assisté de Galvins
4-2 à 48’05 : Kenins assisté de Jeffrey et Bertschy
4-3 à 52’15 : Vrána assisté de Hrehorčák
3-1 à 23’28 : Lindbohm (double sup. num.)

Lausanne HC

Attaquants :
Joël Vermin (+1) – Dustin Jeffrey – Christoph Bertschy (+1)
Yannick Herren (-1, 2′) – Josh Jooris – Ronalds Kenins (+1, 2′)
Cody Almond (4′) – Cory Emmerton – Tyler Moy (-2, 2′)
Benjamin Antonietti – Étienne Froidevaux (C, 2′) – Robin Leone
Tim Traber

Défenseurs :
Jonas Junland (-1) – Fabian Heldner
Lukas Frick – Petteri Lindbohm (-1)
Joël Genazzi (-1) – Matteo Nodari (+2, 4′)
Victor Oejdemark (+1)

Gardien :
Tobias Stephan

Remplaçant : Luca Boltshauser (G). Absent : Robin Grossmann (malade).

Třinec (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Patrik Hrehorčák (+1) – Petr Vrána (+1) – Matěj Stránský (+1, 2′)
Vladimír Dravecký (-1, 2′) – Tomáš Marcinko (-1, 4′) – Erik Hrňa (-1)
Ondřej Kovařčík (+1) – Michal Kovařčík (+1, 2′) – Aron Chmielewski (+1, 2′)
Martin Adamský (-1) – Jan Hladonik (-1) – David Kofroň (-1)
Jiří Polanský

Défenseurs :
Martin Gernát (-1) – Vladimír Roth (-1, 2′)
Milan Doudera (+1) – Lukáš Krajíček (+1)
Guntis Galvins – David Musil
Jan Zahradníček

Gardien :
Patrik Bartošák

Remplaçant : Petr Kváča (G). Absents : Martin Ruzicka (opéré du tendon d’Achille, 4 mois), Tomáš Kundrátek (« haut du corps »).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

risus massa venenatis luctus velit, ut Aliquam dictum consectetur