Relégation abolie par le Covid-19

380

Il a donc trouvé son maître : ce que Jaromir Jagr n’a pas su faire, le coronavirus l’a fait !

On se souvient en effet que le numéro 68 avait été sifflé dans les patinoires tchèques – chose impensable – pour avoir soutenu un projet impopulaire et peu moral consistant à changer les règles en cours de saison pour abolir la relégation (qui est finalement tombée sur Kladno).

Le club de Jagr repartira donc en deuxième division… mais il sera le dernier à descendre avant deux ans. Il a toutefois plus de chances de remonter d’ici là.

La fédération vient en effet de proposer aux clubs d’arrêter les descentes pendant deux ans. Son président Tomáš Král explique pourquoi le contexte a changé : « Ce n’est pas un secret que je soutiens un modèle ouvert avec des descentes et des montées. Rien n’a changé et la dernière saison a prouvé son attractivité avec un record de spectateurs. Néanmoins, nous faisons maintenant face à des problèmes fondamentaux causés par le manque de revenu et l’imprévisibilité des développements futurs. C’est le devoir de la fédération de chercher des moyens de permettre aux clubs de se stabiliser économiquement dans cette situation critique. Je crois que les ajustements proposés, limités dans le temps, peuvent aider. »

Concrètement, l’Extraliga devrait passer de 14 à 15 clubs en 2021/22 puis à 16 en 2022/23, puisqu’il y aura une promotion mais de relégation. Pour permettre le retour à la normale et au nombre de clubs idéal (14), la saison 2022/23 sera redoutable avec deux descentes directes et un barragiste qui rencontrera le champion du niveau inférieur.

On le comprend, ce modèle induit aussi des effets collatéraux, dont le moindre n’est pas l’augmentation du nombres de matches pour rester en double aller-retour (de 52 à 60). Il y aura donc des journées de championnat à des dates moins favorables, voire pendant les trêves internationales.

De quoi compliquer le calendrier des saisons futures alors même qu’on ne sait pas de quoi la prochaine sera faite. Le directeur de la ligue Josef Řezníček en convient : « Notre proposition répond à la situation actuelle autour du COVID-19. Nous ne sommes pas sûrs de ce qui va arriver. Il n’est pas certain que l’Extraliga débute vraiment le 18 septembre, que la compétition ne sera pas encore interrompue à l’automne pu pendant l’hiver à cause d’une seconde vague de la maladie. Nous ne savons pas l’impact sur l’économie des clubs, et les clubs eux-mêmes ne le savent pas. Pour cette raison, Tomáš Král a proposé ce plan sur quatre ans avec retour à la normale à la quatrième saison. »

Pour l’instant, il ne s’agit que d’une proposition. Les clubs doivent la voter d’ici juin. Il est probable que la majorité d’entre eux donne son accord dans le contexte actuel, mais sans unanimité (le Sparta s’est déjà exprimé contre). Même économiquement, l’expansion n’a pas que des avantage : les droits de marketing devront être divisés en plus de parts…

Signalons que ce modèle avait déjà été testé au deuxième niveau, la « Chance Liga » : elle devait passer de 14 clubs il y a deux ans à 17 l’an prochain avec comme but avoué de détendre les clubs pour qu’ils fassent jouer les jeunes avant le Mondial junior à domicile (qui a eu lieu lors des dernières fêtes de fin d’année).

Mais comme les finales nationales n’ont pu avoir en WSM Liga (troisième division), les premiers de chaque groupe ont tous été promus – soit trois équipes au lieu d’une. Il y aura donc 19 clubs de deuxième division l’an prochain, alors qu’elle est censée revenir à 14 clubs en 2022/23. L’évacuation « par le haut » pourra aider provisoirement.

Du coup, en plein coronavirus, le hockey tchèque va avoir un nombre record de clubs professionnels ! Mais en a-t-il les moyens ? L’un d’eux, Chomutov, est en grande difficulté financière. Il se dit que sa licence pourrait être rachetée par Znojmo, club exilé qui pourrait « se rapatrier » en quittant la ligue autrichienne.

L’autre possible changement qui pourrait être introduit par la fédération concerne les transferts. Ils se feraient sans indemnité entre les clubs, mais avec un paiement redistribué aux différents clubs formateurs du joueur. Un sujet complexe qui sera aussi discuté entre les clubs.

La saison tchèque 2019/20.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

efficitur. justo at eleifend sem, libero