Non validés, Mulhouse, Clermont et Chambéry font tous trois appel

960

Après son ultime examen des dossiers jeudi, qui a permis les validations en attente de Rouen, Mont-Blanc et Valence, la Commission Nationale de Suivi et de Contrôle de Gestion (CNSCG) a laissé trois clubs sur le carreau vendredi : Mulhouse en Ligue Magnus, Chambéry et Clermont-Ferrand. Tous trois ont décidé de faire appel, mais tous trois ont réagi de manière différente.

Le club alsacien a été le premier à dégainer en faisant part de son incompréhension. Dans un communiqué, la SAS Scorpions écrivait : « Malgré l’absence de retard fiscal et social, d’une trésorerie largement positive à ce jour, et déjà 76 % de notre objectif de partenariat rempli, nous ne pouvons que nous interroger sur cette décision. »

L’attitude a été toute autre à Chambéry, dans une certaine forme de contrition. Le président Pierre-Emmanuel Danger a expliqué la situation au Dauphiné Libéré : « J’ai été très occupé en juillet dans le cadre de ma profession avec d’importants événements à organiser pour la relance de l’économie en montagne. Avec cette sollicitation, qui me semble importante pour notre économie, j’ai pris du retard. […] Notre trésorière ayant démissionné juste avant le confinement, la comptabilité n’a pas été assurée correctement durant ces derniers mois. J’ai dû consolider seul les comptes, en trouvant du temps entre ma vie professionnelle et familiale. J’ai fait ces erreurs car je n’avais pas de logiciel comptable et je ne suis pas comptable. Nous avons donc demandé à un expert-comptable de revoir l’intégralité de la comptabilité et de corriger les erreurs. […] Sur la forme, avec le retard et les erreurs, je comprends la décision de la CNSCG. J’estime qu’une sanction sportive ne serait pas du tout justifiée car nous n’avons pas eu de dépassement de masse salariale et que nous avons des comptes positifs. Je m’attends cependant à une sanction financière. »

La situation semble beaucoup plus délicate à Clermont-Ferrand. Dans ce cas en effet, le bilan du club est négatif à fin avril. La raison est le désengagement d’un partenaire majeur qui n’a pas tenu ses engagements en raison de difficultés liées à la crise du Covid, partenaire que le club ne veut pas nommer car il est toujours en discussions avec lui. Sachant qu’il n’y a aucune place disponible en D2 (où les 20 clubs sont validés), le HCCA craint une relégation en D3. Mais il compte se battre en appel en présentant un nouveau budget prévisionnel, inférieur à 500 000 euros, sans le partenaire incriminé.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

elit. felis ut tristique Aenean fringilla et,