Montréal s’est bien battu

116

24e équipe au classement, les Canadiens de Montréal se seront accrochés face aux Flyers de Philadelphie. Mais au final, l’équipe la plus complète s’est qualifiée.

Il aura fallu six matchs : face à une équipe de Philadelphie qui avait remporté ses trois matchs de tour préliminaire, Montréal aura montré les crocs, s’inclinant dans des matchs serrés. Ces playoffs estivaux auront été ceux des révélations, d’une jeune garde étonnante et prometteuse.

Après la qualification contre Pittsburgh, bien peu de monde estimait que le CH aurait ses chances contre Philadelphie. Pourtant, le match 1 sera très disputé. Jakub Voracek lance les siens à la neuvième minute et les deux gardiens se rendent arrêt pour arrêt. Carter Hart s’incline devant Shea Weber en fin de deuxième tiers, en supériorité numérique. Cependant, Joel Farabee relance les siens sur l’engagement. Plus rien ne sera marqué et Philadelphie s’empare du premier match. Carter Hart signe 27 arrêts, Carey Price 29 (2-1).

À la veille du deuxième match, le CH perd son entraîneur Claude Julien, victime d’un malaise et hospitalisé. Son adjoint Kirk Muller se retrouve sous les feux des projecteurs…

La réaction de Montréal est aussi spectaculaire qu’inattendue. Derrière 30 arrêts de Carey Price pour un blanchissage, toute l’équipe se met au diapason. Engagé, impliqué, le CH écrase le premier tiers (15 tirs à 6) et marque deux fois, par Tomas Tatar et Jesperi Kotkaniemi, avec Jonathan Drouin très actif en attaque. Le deuxième tiers est plus difficile défensivement, mais Price repousse 16 tirs, et Tatar en supériorité, puis Joel Armia, creusent l’écart. Un ultime but de Kotkaniemi en supériorité au milieu du troisième tiers conclut ce feu d’artifice des virevoltants Montréalais, qui ont chassé Hart après le quatrième but (5-0).

On se prend alors à rêver d’une série d’anthologie. Souci : l’attaque des Canadiens tombe en panne. Jakub Voracek ouvre le score après cinq minutes. Le CH effectue un superbe travail défensif, limitant les Flyers à 20 tirs, mais se révèle incapable de se procurer des occasions. 5 tirs au premier, 8 au deuxième, 10 au dernier, tous bloqués par Hart. Une belle rédemption pour le jeune portier, qui s’offre son premier blanchissage en playoffs (1-0).

L’apathie de l’attaque montréalaise se poursuit au quatrième. Un but de Michael Raffl au premier, et un du défenseur Philippe Myers en fin de deuxième sont suffisants aux Flyers. Les 29 arrêts de Carter Hart n’ont pas posé tant de problèmes, face à une équipe qui a peiné à s’approcher de la cage (2-0).

Dos au mur, Montréal retrouve son allant du deuxième match sous l’impact de Joel Armia. Le Finlandais ouvre le score après trois minutes, en infériorité, et semble lancer son camp. Malheureusement, Kotkaniemi se rend coupable d’une charge dangereuse et concède cinq minutes majeures, que Jakub Voracek exploitera très bien avec un doublé. Encore une fois, Armia surgit et égalise à mi-match. Le cœur de l’équipe, Brendan Gallagher, place son camp devant, une minute plus tard, en supériorité. De plus en plus nerveux, le match tourne aux échauffourées permanentes. Si Farabee égalise au milieu du troisième tiers, avec encore un but en avantage numérique, c’est bien Montréal qui s’en sort. Nick Suzuki sort de sa boite sur l’engagement et Price résiste jusqu’au bout, avec un dernier but cage vide de Phillip Danault (5-3).

Le CH aura tout donné

Ce cinquième match sent la poudre. Montréal est privé de son joueur le plus combatif, Brendan Gallagher, blessé au visage à la fin du dernier match. Matt Niskanen, le défenseur des Flyers coupable, est suspendu. Kirk Muller choisit de lancer Charles Hudon dans la bataille et ajuste ses lignes…

La mission des Canadiens se révèle compliquée d’entrée. Il ne faut que 28 secondes à Ivan Provorov pour ouvrir le score, lorsque son tir de l’aile est dévié par Shea Weber – encore un but dévié par un défenseur… (0-1). Cinq minutes plus tard, c’est Artturi Lehkonen qui est le dindon de la farce et trompe son propre gardien en déviant un tir de Kevin Hayes, servi en retrait par Grant (0-2). Price a été battu six fois en onze buts par ses propres joueurs !

Loin d’abdiquer, Montréal s’accroche et prend le jeu à son compte. Nick Suzuki réduit la marque à mi-période en supériorité numérique (1-2). À l’origine, un jeu de passe extérieur, qui trouve Armia en haut de l’enclave. Le tir du Finlandais, dévié, échoue sur Suzuki qui prend le rebond.

Philadelphie subit, mais creuse l’écart en début de deuxième tiers sur une contre-attaque. Michael Raffl attaque la cage et dévie un tir de Travis Sanheim (1-3). Le CH revient dans le match deux minutes plus tard pour le doublé de Nick Suzuki avec un tir en angle fermé, grâce à très bel échec-avant de Drouin et une passe à travers l’enclave (2-3).

Mais Hart ne tremble plus et sauve les 19 tirs qui suivent, dont 13 dans la dernière période. Les occasions ne manqueront pas, pourtant, entre Ouellet, Suzuki, Petry, de loin comme de près.

Les Flyers se qualifient, mais sans vraiment convaincre. En effet, ils auront marqué moins de buts que Montréal dans la série (11-13) et profité de quelques très belles prestations de Carter Hart, de beaucoup d’opportunisme et d’un soupçon de chance avec autant de buts déviés par des joueurs adverses contre leur camp.

Montréal a donc échoué, mais pris date pour l’avenir. L’éclosion de Kotkaniemi et Suzuki pourrait offrir aux Canadiens deux centres d’envergure, ce que l’équipe n’a plus connu depuis des années. Ils terminent tous les deux aux deux premières places des buteurs du CH dans ces playoffs : au total, 8 des 23 buts de l’été. Et les deux auront eu un rôle crucial dans le match 6. On notera aussi les bonnes prestations de Jake Evans en quatrième ligne, lui qui avait été sonné dans un contact au match 1. Sa progression défensive et physique est intéressante.

Il y aura eu du bon, globalement. Carey Price est redevenu Carey Price, et il est assez frustrant de voir que 6 des 10 buts encaissés sont des buts… contre leur camp. Les défenseurs n’auront pas vraiment aidé leur gardien avec un festival de déviations ou interventions ratées.

Au final, l’expérience acquise sera sans doute très importante, tant dans la progression des jeunes que sur la constitution d’un collectif. L’alchimie entre certains joueurs est riche d’enseignements : la ligne Drouin-Suzuki-Armia, constituée en cours de route, a particulièrement séduit. Jonathan Drouin, souvent critiqué cette saison, termine meilleur pointeur et passeur (6 passes, 7 pts) et a semblé de plus en plus à l’aise au fil de la série.

En troisième ligne, le trio Byron-Danault-Lehkonen a bien tourné. Le principal travail reste la progression en réalisme offensif de toutes ces jeunes pousses, ainsi qu’une prestation défensive plus solide – à l’image d’un Ben Chiarot en difficulté. Le « cas » Max Domi pose également question.

Bref, il y a du travail. Mais l’été s’est quand même mieux passé que prévu.

Commentaires d’après-match :

Kirk Muller (entraîneur adjoint de Montréal) : « Je pense que tout le staff est fier de travailler avec ces joueurs. Nous avons un mélange d’anciens et de jeunes, et de voir comment l’alchimie s’est faite avec cette expérience dans la bulle ici à Toronto… Ils se sont motivés à joueur avec agressivité, avec de l’entraide, et, franchement, nous avons surpris du monde. Toute l’expérience acquise ici et comment elle a façonné l’équipe est très précieuse. »

Montréal Canadiens – Philadelphia Flyers 2-3 (1-2, 1-0, 0-0)
Philadelphie remporte la série 4-2.
Vendredi 21 août 2020, 19h. Scotiabank Arena de Toronto. Pas de spectateurs.
Arbitrage de Jean Hebert et Gord Dwyer assistés de Steve Barton et Devin Berg.
Pénalités : Montréal 8′ (6′, 2′, 0′), Philadelphie 4′ (2′, 2′, 0′)
Tirs : Montréal 33 (10, 10, 13), Philadelphie 17 (6, 6, 5)

Récapitulatif du score
0-1 à 00’28 : Provorov assisté de Hayes
0-2 à 05’23 : Hayes assisté de Grant et Pitlick
1-2 à 10’03 : Suzuki assisté de Armia et Drouin (sup. num.à
1-3 à 24’26 : Raffl assisté de Sanheim et Voracek
2-3 à 26’05 : Suzuki assisté de Drouin et Armia

Canadiens de Montréal

Attaquants :
Tomas Tatar – Phillip Danault – Artturi Lehkonen
Max Domi – Nick Suzuki – Joel Armia
Paul Byron (A) – Jesperi Kotkaniemi – Max Domi (2′)
Charles Hudon – Jake Evans – Alex Belzile

Défenseurs :
Ben Chiarot (2′) – Shea Weber (C, 2′)
Brett Kulak – Jeff Petry (A, 2′)
Victor Mete – Xavier Ouellet

Gardien :
Carey Price

Remplaçant : Charlie Lindgren (G). Réservistes notables : Brendan Gallagher (A, blessé), Cale Fleury (D), Dale Weise (A), Ryan Poehling (A), Christian Folin (D), Jordan Weal (A)

Philadelphia Flyers

Attaquants :
Michael Raffl – Sean Couturier (A) – Jakub Voracek
Joel Farabee – Kevin Hayes (A) – Travis Konecny
Claude Giroux (C, 2′) – Derek Grant – Scott Laughton
James van Riemsdyk – Nate Thompson – Tyler Pitlick

Défenseurs :
Ivan Provorov – Robert Hagg
Travis Sanheim – Philippe Myers (2′)
Shayne Gostisbehere – Justin Braun

Gardien :
Carter Hart

Remplaçant : Brian Elliott (G). Réservistes notables : Andy Andreoff (A), Matt Niskanen (D, suspendu), Oskar Lindblom (A), Morgan Frost (A), Nicolas Aubé-Kubel (A)

Les commentaires sont fermés.

in elit. Praesent non at ut neque. Phasellus libero id vel, tempus