Colorado sans pitié

139

L’Avalanche a fini par percer le mur Darcy Kuemper, et l’a même pulvérisé sur les deux derniers matchs.

Les Coyotes de l’Arizona faisaient presque figure d’intrus dans ce quart de finale de conférence. En effet, leur qualification face à Nashville relevait d’un hold-up patenté, prouvé par tout un tas de statistiques. Mais qualification il y eut, principalement grâce au gardien Darcy Kuemper, stratosphérique dans cette série.

Pour autant, s’appuyer autant sur son portier trahissait les manques d’une équipe peu convaincante. Faible en attaque, privée de son meilleur pointeur Nick Schmaltz, blessé ; mais tout aussi peu emballante derrière, où une défense limitée se cantonnait à défendre les abords du but et à nettoyer les rebonds.

Face à Colorado, cette stratégie n’aura pas vraiment fonctionné. Il faut dire que l’Avalanche est d’une tout autre envergure, avec une armada offensive bien plus dangereuse que celle des Predators, et une défense tout aussi solide.

Dès le premier match, on anticipait une série raccourcie. Colorado lançait 40 tirs au but, et n’en concédait que 14. Grubauer sortait 3 tirs au premier tiers, 4 au deuxième, 7 au troisième pour un match ennuyeux. Son homologue Kuemper faisait des pieds et des mains, résistant jusqu’au troisième tiers. C’est là que lui et son équipe flanchaient. Trois buts de Nazem Kadri, JT Compher et Mikko Rantanen en 1’23 seulement, aux environs du quart d’heure de jeu. Colorado aura mis du temps, mais s’empare sans trembler de la première manche (3-0).

Le deuxième match est un peu plus disputé. Colorado pense partir sur le même rythme en ouvrant le score dès la quatrième minute par Nathan MacKinnon. Mais en fin de premier tiers, Clayton Keller, rare danger des Coyotes, égalise. Les deux équipes s’échangent à nouveau un but en deuxième tiers. Tyson Jost après quelques minutes, puis Michael Grabner dans la foulée côté Arizona. Tout se joue donc dans le dernier tiers, durant lequel André Burakovsky s’illustre. Le Suédois, servi par un Kadri intenable, offre la victoire à Colorado avec 2’53 à jouer (3-2).

Le spectre du balayage est réel tant Colorado a semblé dominer les deux premiers matchs. L’Avalanche va tout autant dominer le troisième, bombardant Kuemper de tous les côtés. Mais cette fois, le gardien va résister et terminer avec 49 arrêts. Après l’ouverture du score de Derek Stepan dans un premier tiers « portes ouvertes » (12 tirs pour les Coyotes, 20 pour l’Avalanche), Colorado va verrouiller la suite, ne concédant plus que 11 tirs. André Burakovsky égalise, mais Arizona, par Brad Richardson, repasse en tête avec une poignée de secondes à jouer. Kuemper ne lâche rien, se démène et maintient le score jusqu’à ce que Jared Bednar ne sorte Pavel Francouz pour un attaquant. Taylor Hall en profite cage vide, pour ce qui sera le but gagnant ; en effet, Mikko Rantanen marque à son tour à 57 secondes de la sirène, et il faut un cage vide de Lawson Crouse sur le fil pour donner un réflexe de survie aux joueurs du désert (2-4).

Un soupçon vite éteint au match 4 : les efforts fournis pour contenir Colorado ont sans doute laissé des traces. L’Avalanche va limiter son adversaire à 15 tirs et tout emporter sur son passage. Le match est déjà plié dès le premier tiers. Après un quart d’heure, Matt Nieto, avec une assistance de Pierre-Édouard Bellemare, ouvre le score. Et en moins de cinq minutes, Nazem Kadri punit l’indiscipline adverse avec deux buts en supériorité numérique. Kadri se mue en passeur au deuxième tiers pour Joonas Donskoi. Le défenseur Jakob Chychrun sauve l’honneur côté Arizona, à la faveur d’un jeu de puissance. Étouffés, les Coyotes explosent en troisième tiers, cédant un but de Cale Makar après 19 secondes, un de Matt Calvert moins de trois minutes plus tard, et un de Mikko Rantanen en supériorité en fin de match (7-1). Kuemper a concédé quatre buts et a été remplacé par Raanta après une demi-heure, mais le Finlandais n’a pas résisté.

Des Coyotes dépassés

Le cinquième match est du même tonneau, et se termine par la même cinglante humiliation : 7-1. Privés de Conor Garland, blessé au match 4, Arizona ne dispose d’aucun vrai potentiel offensif.

Colorado ne met que cinq minutes à faire tomber le bastion Kuemper. Après un bombardement en règle, le retard de jeu de Jakob Chychrun coûte cher. Le jeu en triangle MacKinnon-Landeskog-Kadri est superbe, à une touche, et l’ancien des Maple Leafs ouvre le score (1-0). L’accrochage de Grabner peu après aboutit à la même sentence. Samuel Girard, servi à la bleue, expédie un missile plein axe et profite d’un écran de Nichushkin (2-0).

Le compteur de tirs affiche 12-6, et le douzième est au fond. Un palet bondissant dans la zone neutre permet à Burakovsky de lancer Kadri d’une pichenette. Intenable, Kadri part en échappée et glisse le disque entre les jambes de Kuemper (3-0). La défense des Coyotes s’est faite aspirer et bloquer à la bleue adverse… Kuemper en fracasse sa crosse sur son but.

La démonstration est cependant loin d’être terminée. Rantanen intercepte dans la neutre et s’arrache pour lancer Kadri plein axe, qui échoue sur Kuemper. Plus rapides, les joueurs de Bednar s’amusent dans une défense en perdition. Rantanen fait tourner en bourrique l’arrière-garde adverse et sert MacKinnon en retrait, pour une volée au cercle droit imparable (4-0).

Chychrun, déjà puni au premier tiers, sort encore pour un accrochage, et le jeu de puissance infernal de Colorado continue son travail de destruction. Le palet circule avec une fluidité superbe, vers Kadri à gauche, Makar à la bleue, Rantanen à droite, en une touche, et enfin MacKinnon de volée (5-0). À 1’43 de la pause, Zadorov, du point d’appui, voit son tir dévié au fond (6-0). Ce qui met fin à la soirée de Kuemper, remplacé par Raanta.

La série est pliée, non sans un but pour l’honneur de Clayton Keller près de la cage, qui prend le rebond d’un tir de Demers sous le nez de Bellemare (6-1). À cinq minutes de la fin, Kadri insiste à l’échec-avant et permet à Nieto de servir Compher lancé pour une reprise en force (7-1).

L’Avalanche passe donc, et se pose en sérieux candidat à l’Ouest. L’équipe dispose d’un potentiel offensif exceptionnel sur ses quatre lignes, et d’une défense mobile et capable de grandes choses, à l’image du rookie Cale Makar, aux performances hallucinantes pour son âge.

En face, Arizona tombe fort logiquement tant l’équipe est limitée. L’attaque n’a produit que 21 tirs en moyenne par match dans la série, bien trop peu, dont 14 et 15 dans les deux derniers. Toute la stratégie cet été a reposé sur Kuemper, qui aura subi 334 tirs en 9 matchs (37 de moyenne !), notamment lors de trop nombreuses pénalités. Le jeu de puissance de Colorado était bien trop solide.

Les raisons d’optimisme existent cependant, avec une bonne saison globale sous les ordres de Rick Tocchet. La défense aura bien tenu le choc, et notamment le jeu en infériorité (sauf les deux derniers matchs…). L’équipe reste cependant insuffisante en termes de profondeur. Il faudra voir si Clayton Keller, Jakob Chychrun, Conor Garland ou encore Barrett Hayton auront suffisamment appris pour franchir un palier et devenir les nouveaux leaders de l’équipe.

Commentaires d’après-match :

Jared Bednar (entraîneur de Colorado) : « Sur les deux derniers matchs, nous avons eu un bon départ. Notre jeu de puissance a capitalisé sur ses occasions (3/4 sur ce match 5), et nos joueurs vedettes ont tourné comme des machines. C’était presque le miroir du match précédent. Il y a beaucoup de choses que j’aime dans notre équipe, mais je pense que toutes les équipes arrivées au deuxième tour sont dans le même cas. »

Rick Tocchet (entraîneur d’Arizona) : « Nous avons été surclassés. Dans ce match, nous prenons trois pénalités d’entrée. Vous ne pouvez pas faire ça contre une telle équipe. Ce qui est frustrant, c’est que ce ne sont pas des pénalités intelligentes. Nous savions que nous devions faire un bon début de match. Nous n’avons eu aucune solution pour MacKinnon dans cette série. Sa ligne (avec Rantanen et Landeskog) est incroyable. »

Colorado Avalanche – Arizona Coyotes 7-1 (3-0, 3-0, 1-1)
Mercredi 19 août 2020, 15h30. Rogers Place d’Edmonton. Pas de spectateurs.
Arbitrage de Jon McIsaac et Chris Rooney assistés de Scott Cherrey et Kiel Murchison.
Pénalités : Colorado 4′ (0′, 0′, 4′), Arizona 8′ (6′, 2′, 0′)
Tirs : Colorado 36 (12, 18, 6), Arizona 24 (6, 12, 6).

Récapitulatif du score
1-0 à 04’39 : Kadri assisté de Landeskog et MacKinnon (sup. num.)
2-0 à 08’29 : Girard assisté de Burakovsky et Compher (sup. num.)
3-0 à 18’32 : Kadri assisté de Burakovsky et Donskoi
4-0 à 29’51 : MacKinnon assisté de Rantanen
5-0 à 30’49 : MacKinnon assisté de Rantanen et Makar (sup. num.)
6-0 à 48’16 : Zadorov asisté de MacKinnon et Landeskog
6-1 à 46’51 : Keller assisté de Demers et Stepan
7-1 à 55’19 : Compher assisté de Nieto

Colorado Avalanche

Attaquants :
Gabriel Landeskog (C) – Nathan MacKinnon (A) – Mikko Rantanen
Andre Burakovsky (2′) – Nazem Kadri – Joonas Donskoi
Tyson Jost (2′) – JT Compher – Valeri Nichushkin
Matt Calvert – Pierre-Édouard Bellemare – Matthew Nieto

Défenseurs :
Ryan Graves – Cale Makar
Samuel Girard – Ian Cole
Nikita Zadorov – Erik Johnson (A)

Gardien
Philipp Grubauer

Remplaçant : Pavel Francouz (G). Réservistes notables : Kevin Connauton (D), Shane Bowers (A), Mark Barberio (D), Bowen Byram (D), Vladislav Namestnikov (A)

Arizona Coyotes (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Taylor Hall – Derek Stepan (A) – Clayton Keller
Barrett Hayton – Christian Dvorak – Phil Kessel
Lawson Crouse – Carl Soderberg – Christian Fischer
Michael Grabner (2′) – Brad Richardson – Vinnie Hinistroza

Défenseurs :
Oliver Ekman-Larsson (C) – Jason Demers
Alex Goligoski – Niklas Hjalmarsson (A)
Jakob Chychrun (4′) – Jordan Oesterle

Gardien :
Darcy Kuemper puis Antti Raanta à 40’00

Réservistes notables : Nick Schmaltz (A, blessé), Hudson fasching (A), Michael Chaput (A), Aaron Ness (D), Ilya Lyubushkin (D), Conor Garland (A, blessé)

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

odio Praesent lectus dolor. tempus sit porta. ipsum ultricies diam id