Bordeaux – Gap : Les Boxers au buzzer

267

Étrange ambiance en cette fin de samedi après midi ensoleillée à Mériadeck avec la réception des Rapaces de Gap pour cette ultime représentation de la saison à domicile côté Boxers de Bordeaux. Enjeu limité mais volonté de terminer au plus proche de la cinquième place pour les hommes d’Olivier Dimet, alors que les visiteurs sortent d’une série de 5 victoires consécutives, et d’un match gagné en terre basque la veille. Un « back-to-back » dans le sud-ouest et des retrouvailles un peu spéciales pour leur gardien Julian Junca.

L’entame est gapençaise, avec plusieurs alertes très tôt sur Clément Fouquerel, et des Rapaces plus cinglants même si au niveau territorial, cela reste relativement équilibré. Malgré tout, c’est bien « Fouquy » que l’on voit le plus en ce début de match. Mathieu Guertin par deux fois, Fabien Colotti, Chad Langlais, Roman Vondracek, ou Arnaud Faure à la bleue, tous vont buter sur Clément Fouquerel.

Bordeaux passe autant de temps dans la zone adverse mais alerte moins Julian Junca, jusqu’à cette incursion d’Andrew Johnston qui sert Mark Hurtubise au second poteau. Le Canadien parvient à tirer à la cage mais Junca est bien placé.

Indiscipline générale

À ce moment-là de la partie, les deux équipes vont créer des espaces et aérer le jeu…par de l’indiscipline. Nous sommes presque à la mi tiers et les prochaines minutes ne se dérouleront quasiment pas à égalité numérique. Obstructions, faire trébucher, ou accrocher, par Olivier Labelle, Alexandre Mulle côté bordelais, ou Romain Chapuis, Raphaël et Arnaud Faure côté gapençais, les sentences tombent successivement et le match s’ouvre. Les deux gardiens sauvent pourtant la mise plusieurs fois.

Johan Skinnars tente bien d’accrocher la lucarne, en vain, avant qu’un clair cinglage ne vienne casser en deux la crosse de Gabriel Desjardins, non sanctionné par les arbitres. Sur la fin de la période, Marc-André Levesque à la bleue et Andrew Johnston se rappellent aux bons souvenirs de Julian Junca mais le portier catalan tient la baraque.

Le deuxième tiers commence avec des Bordelais un peu plus incisifs, portant des charges plus appuyées. Julian Junca est de nouveau mis à contribution, mais progressivement Gap rééquilibre les débats. Une nouvelle crosse cassée en deux puis une charge dans le dos énervent momentanément les Boxers, avant que Chad Langlais ne se rende coupable d’une obstruction.

La supériorité numérique est stérile côté locaux, jusqu’à cette action où Julian Junca intervient sur un palet au fond, et rate sa relance en voulant jouer vite. Johan Skinnars, venu le gêner, contre la rondelle qui termine dans les buts de l’infortuné gardien visiteur. 1-0 pour Bordeaux, et un coup de chance, ou de malchance (ça dépend de quel côté on se place…) qui donne l’avantage aux hommes d’Olivier Dimet.

Le troisième tiers démarre de la même manière, assez équilibré, avec du patinage mais sans trop d’occasions. Bordeaux joue bien en zone neutre coupant des passes, et la vision de jeu de Gabriel Desjardins n’est pas loin de faire mouche mais sa passe du revers est trop longue.

Axel Prissaint se rend coupable d’une charge illégale avec la crosse. Johan Skinnars en profite pour trouver encore Julian Junca sur un joli décalage d’Andrew Johnston. La supériorité numétique permet aux Bordelais d’étouffer leur adversaire, mais tour à tour, Simon Bourque, Loïk Poudrier et Marc-André Levesque buttent sur un Junca très solide. Maxime Moisand allume à la bleue en coin, mais son ancien coéquipier sort encore une parade inspirée avec la crosse, malgré la  déviation de Loïk Poudrier à bout portant.

Gap parvient enfin à sortir de sa zone, et Julien Correia se retrouve en position idéale, seul, passant derrière la défensive bordelaise, face à Clément Fouquerel, mais le Normand ferme bien les jambières. Intervient alors une double supériorité gapençaise avec un cinglage de Louis Bélisle, suivi d’un « coup de genou » de Mathias Arnaud. Julien Correia n’est pas loin d’égaliser mais Clément Fouquerel sort une belle parade du gant.

Ce sera la seule occasion de ce 5 contre 3, très bien défendu par Simon Bourque, Marc André Levesque et Julien Guillaume notamment. Il reste 6 minutes et Vondracek a une énorme chance sur un centre venu de la gauche, mais Fouquerel sort de nouveau un énorme arrêt de la botte gauche.

Gap tente de revenir, et Romain Gutierrez déborde sur l’aile droite avant de chercher une bonne âme pour égaliser dans l’enclave, en vain. Bordeaux est plutôt regroupé en défense sauf sur cette entrée en zone toute en touché de Jules Gallet qui trouve encore Julian Junca sur son chemin.

Fin de match haletante

Gap continue et finit par égaliser par Arnaud Faure à 3 minutes du terme, venant d’un tir à la ligne bleue. Soulagement des visiteurs, plutôt contents de revenir à la marque.

Mais les Boxers n’abdiquent pas. Sur une entrée en zone en contrôle d’Andrew Johnston, le puck revient sur Mark Hurtubise qui décale Johan Skinnars. Le Suédois peut tirer à la cage mais voit Andrew Johnston qui conclut dans les filets gapençais dans un trou de souris. La magie du Suédois a parlé.

Fin de match haletante, avec Julian Junca qui quitte sa cage, et une pression des Rapaces sur le but adverse. Et à 53 secondes de la sirène, un cafouillage dans l’enclave permet à Fabien Colotti de prendre le meilleur sur les 4 ou 5 crosses qui cherchent à contrôler le palet, et d’égaliser à nouveau. 2-2 et une prolongation bienvenue pour le spectacle, moins pour ceux qui souhaitaient être à l’heure pour le coup d’envoi de France – Pays de Galles…

boxers gap

Fabien Colotti envoie la première banderille sur Fouquy, puis une combinaison entre François Paquin et Maxime Moisand n’aboutit pas. Idem pour Dimitri Thillet hors cadre, tout comme Johan Skinnars qui délivre presque les siens mais c’était sans compter sur un JJ des grands soirs.

Fabien Colotti tente de prendre la défense adverse à revers et termine dans les filets après avoir percuté Clément Fouquerel, écopant d’une pénalité. Geste très certainement involontaire, il conteste et aggrave son cas avec une méconduite supplémentaire. En tous les cas, cela donne l’occasion aux Boxers de forcer la décision à 4 contre 3.

Il reste 1’21, Bordeaux arque boute Gap sur sa cage, Loïk Poudrier tire sur Julian Junca par deux fois et les secondes s’égrènent. Le puck tourne autour des 3 visiteurs qui défendent becs et ongles chaque centimètre de la glace. On s’achemine vers les tirs au but mais en tout dernier recours, Simon Bourque envoie une frappe « Ave Maria » dans la lucarne de Julian Junca et donne la victoire aux siens à la toute dernière seconde. Rageante action d’éclat dans une enceinte vide qui aurait occasionné une belle ambiance que Mériadeck avait connu il y a quelques années avec une égalisation de Nicolas Besch à 6 secondes du terme donnant lieu à une belle explosion.

La saison à domicile s’achève donc tôt mais sur une bonne note, donnant malgré tout des regrets au coach Dimet pour qui « l’équipe pouvait faire quelque chose en playoffs », bien qu’il soit « content de la victoire ». La 5e place semble difficile à atteindre, d’autant plus que Grenoble se profile à Pole Sud la semaine prochaine, avant deux déplacements à Briançon, et Gap.

Bordeaux enchaîne une nouvelle belle performance après sa défaite « honorable » à Rouen dans la semaine. 

Bordeaux – Gap 3-2 après prolongation (0-0 ; 1-0 ; 1-2 ; 1-0)
Samedi 20 Mars à 18h30 à la patinoire Mériadeck. Huis clos.
Arbitrage de Savice Fabre et Laurent Garbay assistés de Philippe Guillon et Didier Lambert.
Pénalités : Bordeaux 10′ (6, 0, 4, 0), Gap 12’ (6, 2, 2, 2).
Tirs : Bordeaux 25 (7, 10, 10, 4), Gap 21 (11, 10, 8, 1).

Évolution du score :
1-0 à 29’17 : Skinnars
1-1 à 56’37 : A. Faure
2-1 à 57’39 : Johnston assisté de Skinnars et Hurtubise
2-2 à 59’07 : Colotti assisté de Guertin et Langlais
3-2 à 64’59 : Bourque assisté de Skinnars et Poudrier

Bordeaux

Attaquants :
Johan Skinnars – Andrew Johnston – Mark Hurtubise
Alexandre Mulle – Loïk Poudrier – Olivier Labelle
Gabriel Desjardins – Francois Paquin – Mathias Arnaud
Aina Rambelo – Robin Lamboley – Jules Gallet
Vince Tartari

Défenseurs :
Louis Bélisle – Marc-André Levesque
Jules Lefebvre – Simon Bourque
Maxime Moisand – Aina Rambelo

Gardien :
Clément Fouquerel

Remplaçant : Gaëtan Richard (G). Absents : Bastien Lemaître, Alexandre Bauvais.

Gap

Attaquants :
Fabien Colotti – Romain Gutierrez – Julien Correia
Mathieu Guertin – Roman Vondracek – Pierre Robert
Paul Joubert – Dimitri Thillet – Romain Chapuis
Lucas Bonnardel

Défenseurs :
Fabien Bourgeois – Axel Prissaint
Raphaël Faure – Chad Langlais
Arnaud Faure – Louis Cirgues ou Axel Prissaint

Gardien :
Julian Junca

Remplaçant : Nans Blanc (G).

Les commentaires sont fermés.