Rouen – Briançon (Ligue Magnus, 7e journée)

Rouen au bout du suspense !

349

Un véritable choc des extrêmes sur l’île Lacroix entre Rouen et Briançon, que tout oppose. Le nouveau champion de France face à la lanterne rouge, la meilleure attaque face à l’une des plus faibles, la meilleure défense face à l’une des plus perméables. Malgré ce titre acquis au terme d’une saison régulière remarquable, Rouen veut conserver son invincibilité au bout de 60 minutes. De leur côté, les Diables Rouges entament un week-end chargé et conservent un très mince espoir d’échapper à la dernière place. Après la Normandie, ils fileront directement au Pays Basque pour y affronter l’Hormadi ce dimanche. Dans les colonnes du Dauphiné Libéré, le coach briançonnais Éric Medeiros résume l’intérêt du match « Pour marquer encore un peu plus l’histoire du hockey français, on sait que Rouen veut réaliser la perf’ de ne pas perdre un match en temps règlementaire sur la saison, alors il ne faut pas compter sur un relâchement de leur part. On y va pour jouer un coup mais on veut surtout revenir de notre week-end avec une victoire d’Anglet et boucler notre saison la tête haute. »

rouen briançon 20.03 (2)

Initialement décalé de 15 minutes, le match démarre finalement avec une heure de retard à cause d’un problème de glace. En effet, un trou entre le cercle central et la table de marque a été détecté dès le début de l’échauffement.

L’entame de match est équilibrée sans véritable grosses occasions. Briançon se montre cependant dangereux sur quelques contres. Après cinq minutes, Rouen prend progressivement le contrôle du palet. Mony (7’29) puis Nicolas Deschamps (7’39) passent tout près d’ouvrir le score. Après une faute offensive de Vincent Nesa (8’02), le power-play briançonnais est en place, mais Jacob Lagacé est fait trébucher par le défenseur haut-alpin Pavel Charnaok (09’23). La supériorité numérique devient rouennaise, deux gros lancers de Barker et un débordement de Deschamps alertent l’arrière-garde briançonnaise. Les pénalités s’enchaînent : Joël Caron est envoyé au cachot. Mis à part un lancer de Nicolas Ruel frôlant la transversale, les Diables Rouges n’en profitent pas. De retour à 5 contre 5, Lamarche trouve le poteau extérieur droit d’Olivier Richard. De nouveau en supériorité numérique, les Dragons ouvrent le score sur un rebond de côté de Mark Flood (1-0, 17’01). Koivisto, en break, est tout proche de doubler la mise (18’02), mais sur une action anodine, Quentin Berthon surgit devant Valentin Duquenne, en reprenant une offrande de Ruel depuis l’arrière du but pour l’égalisation de Briançon (1-1, 18’48).

rouen briançon 20.03 (10)Au retour sur la glace, le power-play briançonnais ne se montre toujours pas prolifique après un surnombre normand. Koivisto est même tout proche de doubler la mise sur une erreur défensive avant que Vincent Nesa, en contre, provoque un cinglage briançonnais (23’33). À 4 contre 4, le jeu s’anime. Joris Bedin file seul au but (25’34), Ankerst réplique. De retour à 5 contre 5, Rouen impose une grosse domination. Pierre Crinon, Mathieu Mony, Brock Trotter puis Anthony Guttig s’essayent successivement, mais le portier briançonnais reste intraitable. Nicolas Deschamps, en échappée, est déstabilisé. Le tir de pénalité de l’attaquant canadien échoue dans les bottes d’Olivier Richard (27’31). Les locaux ont la main-mise sur le match et les assauts normands se succèdent tandis que Briançon n’arrive plus à tenir le palet. Un régal pour la vitesse rouennaise ! Les Hauts-Alpins se montrent très timides offensivement, avec deux tirs lors de cette deuxième période. Après 40 minutes, le score reste de parité 1-1 et Rouen peine à concrétiser sa très nette domination tandis que Briançon tient le choc.

Les Diables Rouges reviennent avec de meilleures intentions lors du troisième tiers-temps, leur permettant de moins subir. Anthony Guttig puis Mathieu Mony répondent à un 2 contre 1 briançonnais mal négocié. Ce même Guttig rate le deuxième but sur une cage quasi vide et un superbe arrêt de Richard. En contre, Jussi Nättinen échoue lui aussi. Les Rouennais finissent par doubler la mise par Enzo Cantagallo : le défenseur français reprend instantanément une passe de Joël Caron (2-1, 46’33).
Le match s’anime et Briançon tente de revenir, ce qui libère des espaces aux locaux. Lampérier, déviant un tir de Mark Flood, est tout proche du but libérateur normand. Mais ne parvenant pas à faire le break et à se mettre définitivement à l’abri, les Dragons restent sous la menace briançonnaise. Valentin Duquennne, titularisé à la place de Pintaric, rate son contrôle sur une sortie, sous la pression de Nicolas Ruel. Le jeune attaquant français récupère le palet pour conclure dans le filet désert et offrir l’égalisation pour les hommes d’Eric Medeiros (2-2, 53’33). Les deux équipes se rendent désormais coup pour coup sans pour autant faire la différence. Après 60 minutes et un score nul de 2-2, Dragons et Diables filent en prolongation.

À 3 contre 3, cette phase de jeu offre forcément des espaces. Les Dragons monopolisent le palet pendant deux minutes durant lesquels Lamarche puis Guttig s’illustrent sans succès. Reprenant la possession, Briançon réplique notamment par Tomko et Nätinen. En contre, Joël Caron trouve le poteau. Nicolas Ruel, lui aussi parti en break, ne conclue pas. Sodja puis Trotter tentent respectivement de forcer la décision sans plus de réussite à l’issue des cinq minutes.

Les deux équipes doivent donc se départager aux tirs au but. Dans cet exercice si particulier, c’est Rouen qui l’emporte avec trois tentatives converties contre une seule côté briançonnais.

Les Dragons l’emportent 3-2 au bout du suspense. Les Normands ont failli payer cher leur manque d’efficacité offensive, alors que Briançon a frôlé l’exploit et prend un excellent point au terme d’un énorme match défensif, avant de filet à Anglet.

rouen briançon 20.03 (11)

Réactions d’après match :

Fabrice Lhenry (coach de Rouen) : « C’est le bon mot, compliqué sportivement et extra-sportivement. Déjà parce que le début a été retardé, c’était très désolant mais je n’en dirais pas plus. Sportivement aussi, avec tout le respect que j’ai pour Briançon qui a fait un bon match défensif et leur gardien qui a fait de bons arrêts, mais le premier tiers était notre échauffement ; après on a eu beaucoup plus de chances au deuxième mais on n’a pas été opportuniste. Ils ont su revenir au score sur une petite erreur de Val (Duquenne) mais il a fait les arrêts nécessaires pour nous garder dans le match aussi. On va retenir les deux points. C’est toujours compliqué d’être à 100% avec le début de match retardé, même si c’est pour les deux équipes pareil, ce n’est pas tout à fait la même chose et ça a endormi tout le monde. (À propos de la qualité de la glace cette saison à Rouen) C’est malheureux parce que partout où l’on va, on a une meilleure glace qu’ici. Je ne dirais que ça. Maintenant on le dit tout le temps et ça ne change pas, donc que peut-on faire d’autre ? »

rouen briançon 20.03 (3)

Éric Medeiros (coach de Briançon) : « Oui grosse satisfaction, après les tirs au but c’est un peu le lancer de pièce.
On espérait vraiment faire un petit exploit ici mais prendre un point ici c’est sûr qu’il n’y a pas beaucoup d’équipes qui y parviennent. On a livré une bonne bataille, on a su faire le dos rond quand on était en difficulté. Je suis très fier des gars qui ont montré un très beau visage et du caractère contre les champions. La nuit va être courte malheureusement (NDLR : Briançon part directement pour jouer à Anglet ce dimanche). Enfin heureusement car on n’a pas trop le temps de réfléchir. C’est surtout la récupération. On va essayer de vite prendre la route, que les joueurs s’étirent bien et s’hydratent bien et puis demain, petit décrassage. Ça va être un autre match sur une petite glace contre une équipe assez physique. Il faut revenir demain avec un nouvel état d’esprit car c’est un nouveau challenge. »

Rouen – Briançon 3-2 tirs au but (1-1, 0-0, 1-1, 0-0, 1-0)
Samedi 20 mars 2021 à 18h00 à la Patinoire de l’Ile Lacroix. Huis-clos.
Arbitrage de MM. Bliek et Gremion assisté de MM. Thiebault et Salmon.
Pénalités : Rouen 8’ (4’, 4’, 0’, 0’), Briançon 8’ (4’, 4’, 0’, 0’).
Tirs : Rouen 40 (14, 16, 7, 3), Briançon 22 (6, 2, 9, 5).

Évolution du score :
1-0 à 17’01 : Flood assisté de Lamarche et Trotter (sup. num.)
1-1 à 18’48 : Berthon assisté de Ruel et Ankerst
2-1 à 46’33 : Cantagallo assisté de Caron et Crinon
2-2 à 53’33 : Ruel

Tirs aux buts :
Rouen : Deschamps (réussi), Trotter (réussi), Vigners (manqué), Lamarche (réussi)
Briançon : Grahut (réussi), Ruel (manqué), Sodja (manqué), Schmitt (manqué)

Rouen

Attaquants :
Brock Trotter – Anthony Guttig – Rolands Vigners
Nicolas Deschamps – Jacob Lagacé – Joris Bedin
Loïc Lamperier – Joël Caron – Vincent Nesa
Théo Gueurif – Juha Koivisto – Quentin Tomasino

Défenseurs :
Cam Barker – Maxim Lamarche
Pierre Crinon – Enzo Cantagallo
Mark Flood – Mathieu Mony
Kaylian Leborgne

Gardien :
Valentin Duquenne

Remplaçant : Matija Pintaric (G). Absent : Florian Chakiachvili (blessé)

Briançon

Attaquants :
Urban Sodja – Felix Plouffe (C) – Ignat Zemchenko
Nicolas Ruel – Jussi Nättinen – Jaka Ankerst
Sébastien Delemps – Quentin Berthon – Armand Jayat
Théo Cointe – Kaïs Faure-Brac – Bastien Colomban

Défenseurs :
Charles Schmitt – Pavel Charnaok
Evan Andraud – Nick Grahut
Kevin Igier – Slavomir Tomko
Jakub Sedlak

Gardien :
Olivier Richard

Remplaçant : Titouan Davout (G). Absents : Thibault Farina, Robin Colomban, Quentin Fauchon et Stefano Aschettino (blessés), Patrick Munson (malade).

Les commentaires sont fermés.