L’équipe-type Magnus de février-mars 2021

1 925

On ne sait toujours pas si Rouen est champion de France 2020/21, puisque la Ligue Magnus n’a pas été remise vendredi dernier dans l’attente d’une décision du CNOSF, qui a validé l’annulation des play-offs mais proposé à la FFHG de ne pas attribuer ce titre contesté, que souhaitait la majorité – mais non l’unanimité – des clubs.

Si la FFHG validait cette proposition de conciliation, ce qui l’obligerait à se dédire, Grenoble – qui a déclaré accepter la conciliation – n’aurait finalement rien de palpable à y gagner, sauf son « droit moral » par rapport à sa décision ne pas réclamer le titre 2020 dans des conditions similaires. La première place de saison régulière qualifierait quand même les Dragons en CHL, mais Rouen y perdrait une ligne à son palmarès, en restant à 15 titres de champion et non 16. Si la FFHG ne retenait pas cet avis consultatif, Grenoble avait déjà évoqué sa volonté d’action judiciaire à l’encontre de la fédération, mais celle-ci devrait démontrer un préjudice qui n’existe pas si l’on s’en tient à la logique du CNOSF (l’attribution d’un titre supplémentaire à Rouen n’a d’effet que sur Rouen… soit une tierce partie).

Cet imbroglio n’est plus du ressort des joueurs, mais cela ne nous empêchera pas de leur rendre un dernier hommage avec la désignation de la troisième équipe-type de cette saison décidément très particulière, y compris et surtout pour eux. Trois seulement, car février ne suffisait pas à juger les joueurs avec équité (certaines équipes n’avaient joué qu’un match), d’où ce regroupement avec mars et les derniers rares matches d’avril.

Les frustrations liées à la saison tronquée et les polémiques ont presque fait oublier que Cergy-Pontoise a fini cinquième de la Ligue Magnus, une performance remarquable pour un promu. On savait que les Jokers seraient compétitifs, on les avait pronostiqués sixièmes en posant la « Ligue Magnus sur la balance », mais on attendait comme tout le monde de les voir à l’épreuve du feu. Une épreuve parfaitement réussie. Si Cergy avait un calendrier très en retard après les malheurs covidiens du début de saison, les joueurs du Val d’Oise ont joué 13 rencontres depuis deux mois et ont largement eu l’occasion de se mettre en évidence.

Les +/- ont leurs partisans et leurs détracteurs, c’est juste que comme toute statistique il faut les manier à leur juste place. Quand dans un effectif deux joueurs ont des fiches positives alors que tous leurs coéquipiers sont négatifs, c’est généralement un signe qui ne trompe pas, celui d’une influence essentielle. C’est le cas de Max Kalter, centre qui surprend par son arrivée en France en se révélant non seulement en joueur créatif mais aussi en buteur tranchant. Le meilleur buteur de D1 est finalement devenu… meilleur buteur de Magnus (ex-aequo avec une référence technique appelée Rolands Vigners). L’Américain a mis 9 buts et 6 assists sur la période.

Et que dire de Philippe Bureau-Blais (photo en tête d’article) ? Lui aussi fait le grand saut de l’équipe-type de D1 à cette dernière équipe magnusienne. Jonathan Paredes nous confiait en début de saison que sa seule hésitation pour dire tout le bien qu’il pensait de son joueur était sa crainte de voir les grands clubs s’intéresser à lui. Comme il est sous contrat la saison prochaine, on peut bien dévoiler le secret. Sa fiche exceptionnelle de +9 (entièrement acquise depuis février) démontre l’impact dans les deux sens de la glace de ce soutien offensif très précieux.

2021 Angers Sylvestre 4

L’équipe en forme de cette fin de saison, c’est bien évidemment Angers. La série de victoires en fin de championnat, qui a donné aux Ducs le titre de vice-champion de France (ou de deuxième de la saison régulière en fonction de la décision mentionnée plus haut), a coïncidé avec le déblocage de Sébastien Sylvestre (en photo ci-dessus) qui a mis du temps à s’adapter à la Magnus et à trouver le chemin du but, même s’il tirait déjà beaucoup (malgré beaucoup de tirs). Le Canadien a mis 9 buts en 10 matches depuis février. C’est un joueur plaisant à voir jouer avec de bonnes mains et un excellent shoot du poignet. Sa grande envergure et sa vitesse lui permettent de tenter des feintes surprenantes.

La performance angevine a surtout été collective, en particulier en défense avec trois blocs homogènes qui défendent très bien. Si le leadership de Coulombe (sélectionné dans la précédente équipe-type) reste indéniable, la paire Manning-Llorca a été très efficace en cette fin de saison dans un style plus défensif, avec des fiches de +14. Vincent Llorca a été très fiable défensivement et il manie bien le palet pour le relancer, ce qui vaut aussi pour son compagnon de ligne Neil Manning.

Un seul joueur conserve sa place dans l’équipe-type (comme Lamarche l’avait fait la fois précédente), c’est Damien Fleury. Il est un peu difficile à positionner, puisqu’il jouait à l’aile droite en février avant de reprendre sa place au centre ces dernières semaines après la blessure de Peter Valier. On le maintient donc ici à son poste d’ailier droit de sa sélection antérieure. Bénéficiant d’une bonne complicité avec un Sacha Treille performant qui a souvent joué avec lui, l’international français a été l’attaquant grenoblois le plus régulier (et le plus motivé ?) de cette saison avec Champagne.

Souvenons-nous que l’an passé, un certain Alex Aleardi avait figuré dans les deux dernières équipes de la saison. Il a fini le présent championnat avec une fiche négative, ce qui fait un peu tache chez un candidat un titre. Les Brûleurs de Loups n’ont pas eu les performances attendues de tous leurs leaders présumés (cela vaut aussi pour Kearney), et c’est ce qui explique qu’ils n’aient pas pu contester à Rouen le titre de champion de France / vainqueur de la saison régulière / vainqueur du demi-championnat (rayez les mentions inutiles selon vos convictions).

Dans un contexte sanitaire et économique difficile, Amiens a abandonné ses ambitions initiales en laissant partir ses meilleurs joueurs, mais a tout de même sauvé une honnête sixième place après avoir risqué de finir beaucoup plus bas. Les Gothiques le doivent à leur gardien Henri-Corentin Buysse (photo ci-dessous) qui a rapporté beaucoup de points en cette fin de saison derrière une équipe diminuée, avec 93,3% d’arrêts sur février-mars-avril, un peu mieux que des gardiens un peu mieux protégés (Hardy et Pintaric).

L’équipe-type de février-mars-avril 2021 : Henri-Corentin Buysse (Amiens) ; Philippe Bureau-Blais (Cergy-Pontoise) – Vincent Llorca (Angers) ; Sébastien Sylvestre (Angers) – Max Kalter (Cergy-Pontoise) – Damien Fleury (Grenoble).

La Ligue Magnus 2020/21.

(photos d’Anthony Mangeard)

2021 Amiens Buysse 2

Les commentaires sont fermés.