Da Costa piégé par la rumeur, critiqué, sacrifié… et éliminé

2 639

Très, très étrange finale de conférence Est de KHL entre l’Ak Bars Kazan et l’Avangard Omsk. On arrive au septième match et aucune équipe n’a encore gagné à domicile ! Ce n’est pas faute de bénéficier du soutien de leurs supporters. L’Avangard a perdu sa patinoire depuis deux ans pour cause de risque d’effondrement et joue en exil dans la région de Moscou, mais Kazan a des partisans nombreux et bruyants. Les restrictions sanitaires ne limitent la Tatneft Arena qu’à 70% de sa capacité.

Mais si cette série est étrange, c’est qu’elle a été émaillée des rumeurs les plus folles. Aleksei Emelin, le capitaine de l’Avangard, est sorti du premier match après une mise en échec de Lukoyanov, et quand il est revenu au jeu quelques minutes plus tard, il est tombé sur la glace au point se faire huer par le public qui l’accusait de simulation. Son coach Bob Hartley a dû se défendre en conférence de presse devant les journalistes : « Nous étions en contrôle complet du palet. Vous pensez qu’Alex s’allongerait sur la glace ? Ce n’est pas le style de l’Avangard. Revoyez la scène. »

YEMELIN Alexei-110512-458La scène a pris ensuite une toute autre ampleur. Emelin a été hospitalisé en soins intensifs à Kazan avec une forte fièvre à cause d’un choc toxique au foie. Des médias, citant le service de presse du Ministère de l’Intérieur du Tatarstan, ont alors rapporté que des analyses toxicologiques avaient détecté des opiacés et des cannabinoïdes dans son corps. Certains journalistes ont remarqué qu’Emelin s’était tordu la jambe droite et ont supposé qu’il aurait alors pris des anti-douleur pour rejouer, ce qui l’aurait intoxiqué. Mais il ne s’agissait là encore que de spéculations, qui ont ensuite évoqué une nécessaire greffe de foie parce que l’organe aurait été détruit par une conjonction rare de deux drogues. Tout cela sans sources.

L’Avangard a multiplié les communiqués pour démentir la présence de drogues et la greffe, et pour dénoncer des provocations et des manœuvres de déstabilisation. Un courrier a été envoyé pour demander des explications au Ministère de l’Intérieur sur les fausses informations données à la presse. L’Ak Bars a dû de son côté nier que le club avait le moindre rapport avec l’affaire entourant son ancien joueur (qui évoluait à Kazan avant son départ chez les Canadiens de Montréal en 2011) ! Avec tout ça, on n’en sait guère plus sur le plus important : l’état de santé du grand défenseur.

Samedi dernier, alors que la série était à deux victoires partout, c’est une rumeur plus banale qui a surgi, une rumeur de transfert : Stéphane Da Costa aurait signé un contrat de deux ans à 75 millions de roubles par an avec l’Avtomobilist Ekaterinbourg, son ancien club qu’il avait quitté l’été dernier. Précisons que le Français – cinquième marqueur de la saison régulière – avait manqué les deux derniers matches du tour précédent et le premier match de cette série, officiellement pour une petite blessure (pas si banale que ça puisqu’il s’agissait d’une commotion). Depuis son retour, il n’avait pas inscrit le moindre point. Il avait certes amené de la créativité, mais son ailier Nigel Dawes était en totale panne de réussite (il avait d’ailleurs passé la dernière période du match précédent sur le banc).

Cette rumeur de départ – alors que le contrat n’est pas signé – tombait donc à un très mauvais moment et était une flèche empoisonnée. L’international français serait fatalement très observé au match 5. Et après la défaite de Kazan, les critiques ont plu. Aleksei Shevchenko, le chroniqueur de Sport Express au style très critique, se montrait impitoyable : « Quelle erreur les gens de Kazan ont commise avec leurs légionnaires ! Nigel Dawes et Stéphane Da Costa auront une chance mardi de s’améliorer, mais pour l’instant c’est un vrai échec. Vous avez le retour défensif du premier sur le but encaissé en prolongation ? Il a fait le job, mais n’était pas utile. Le Français a passé tout le match sous un chapeau d’invisibilité. Et le pire pour les hockeyeurs de Kazan et que ces gens seront quand même au prochain match, qu’aucune mesure ne sera appliquée contre eux, alors que si les joueurs locaux travaillaient comme ça, ils resteraient certainement en réserve. »

DA COSTA Stphane 150502 466Sur ce point, le critique se trompait. Dmitri Kvartalnov a en effet fait le pari osé de renoncer à tous ses étrangers pour le sixième match, à l’exception du centre au rôle plus défensif Patrice Cormier. Ak Bars se privait donc volontairement de ses attaquants de première ligne Dawes et Da Costa, mais aussi du défenseur Trevor Murphy, qui avait été coupable sur le but égalisateur d’Ilya Kovalchuk à la dernière minute. Et le pari a fonctionné : avec un effectif presque entièrement russe, Ak Bars a gagné le match 2-0, avec deux buts de Kirill Petrov (dont le second en cage vide) le jour de ses 31 ans.

Les joueurs étrangers de Kazan auraient-ils le droit de se racheter ? Oui pour Dawes, réincorporé sur la quatrième ligne (les lignes auront un temps de jeu égal). Non pour Da Costa, qui n’a donc pas l’occasion de jouer ce match-clé, qui sera à la fois le plus important et le plus spectaculaire d’une série jusqu’ici très défensive.

Les arrières de Kazan commettent la première erreur fatale au milieu du premier tiers. Daniil Zhuravtsev donne une passe très imprécise à son collègue Roman Rukavishnikov, qui doit rechercher le palet dans le coin et le dégager dans de mauvaises conditions. Klim Kostin ferme la zone, fonce sur l’aile gauche et centre au bout de l’effort pour Kirill Semyonov, qui s’est placé devant le but et derrière les défenseurs (0-1). La révélation de 20 ans Dmitri Voronkov égalise deux minutes plus tard en héritant d’un palet contré et en le propulsant dans la cage pour son sixième but des play-offs (1-1). Mais c’est l’Avangard qui vire en tête à la pause. Le gardien Timur Bilyalov – auteur d’un blanchissage avant-hier – laisse filer entre les jambes un tir lointain du poignet d’Oliwer Kaski (1-2).

Un lancer de Sergei Tolchinsky n’est pas loin de tuer le match, mais il frappe le poteau. La panthère blanche n’est pas encore morte : Ak Bars continue à se découvrir de jeunes héros pour remplacer ses étrangers ou vétérans (le capitaine Danis Zaripov ne fait ainsi que deux présences). Le junior Ilya Safonov, qui avait occupé ce poste ingrat de treizième attaquant pendant la majorité des play-offs, a aujourd’hui été promu sur le premier trio. Il relance Kazan en remontant le palet en contre-attaque. Même si sa tentative de dribble est contrée par le patin de Sharipzyanov, son collègue Albert Yarullin a suivi et utilise le défenseur (Ville Pokka) comme écran pour égaliser à 2-2. La ligne des jeunes porte encore Ak Bars deux minutes plus tard. Le travail dans les bandes de Safonov et de Voronkov ressort le palet pour le doyen de leur ligne offensive, Artyom Galimov (21 ans), qui reprend entre les cercles (3-2).

Comme au cinquième match, Kazan a retourné la situation en sa faveur. Mais comme au cinquième match, cela ne suffit pas car les Tatars vont être envoyés en prolongation. La bataille est féroce pour le palet et Ville Pokka entre dans l’enclave pour le propulser directement du revers dans les filets (2-3).

La prolongation ne dure que trois minutes. Tolchinsky remonte le palet avec tant de puissance et de conviction qu’il amène les cinq joueurs de Kazan à se replier vers leur but. Après deux passes en retrait rapides (Aleksandr Khokhlachev fait le relais), Oliwer Kaski a du champ pour armer le lancer gagnant qui envoie l’Avangard en finale (3-4). Les étrangers ont fait la différence, oui… mais ceux d’Omsk. Les défenseurs finlandais Pokka et Kaski ont inscrit trois des quatre buts. Les sept rencontres auront donc été gagnées à l’extérieur !

Commentaires d’après-match

Bob Hartley (entraîneur d’Omsk) : « Je n’ai jamais vu une série aussi folle de toute ma vie. J’ai été en play-offs beaucoup de fois. Ak Bars et Avangard méritent tous deux de jouer la finale contre le CSKA, mais une seule équipe peut se qualifier. J’ai dit aux joueurs que nous étions à un tir de la victoire ou de la défaite. En prolongation, nous avons dû prendre un temps mort [à 61’54 »] parce que nos joueurs étaient très fatigués. La combinaison finale de Tolchinsky, Khokhlachev et Kaski est quelque chose de beau. »

Dmitri Kvartalnov (entraîneur de Kazan) : « Nous n’avons pas gagné en quatre matches à la maison, c’est arrivé. Je ne veux pas parler des raisons de ce résultat, mais je veux féliciter l’Avangard, qui a été plus fort. Si une équipe perd, c’est toujours la faute du coach. Je ne veux raconter de conte de fées à personne. Puisque nous avons perdu, il nous a manqué quelque chose. […] Voronkov n’a pas seulement grandi, c’est aussi un combattant. Rappelez-vous le dernier match, quand il s’est couché avec le visage devant le palet. Il avait la mâchoire déboîtée, les médecins ont fait ce qu’ils ont pu, et il était là à la présence suivante. Respect pour ces joueurs, c’est encore un jeune garçon, il a un bon avenir. »

Ak Bars Kazan – Avangard Omsk 3-4 après prolongation (1-2, 2-0, 0-1, 0-1)
Jeudi 15 avril 2021 à 19h00 à la Tatneft Arena. 6223 spectateurs.
Arbitrage de Viktor Birin et Aleksei Ravodin assistés de Gleb Lazarev et Nikita Shalagin.
Pénalités : Kazan 4′ (2′, 2′, 0′), Omsk 2′ (2′, 0′, 0′).
Tirs : Kazan 20 (6, 7, 6, 1), Omsk 33 (13, 6, 11, 3).

Évolution du score :
0-1 à 10’12 : Semyonov assisté de Kostin
1-1 à 12’12 : Voronkov assisté de Galimov et Safonov
1-2 à 19’09 : Kaski assisté de Semyonov et Tolchinsky
2-2 à 34’08 : Yarullin assisté de Safonov et Voronkov
3-2 à 36’38 : Galimov assisté de Voronkov et Safonov
3-3 à 49’22 : Pokka assisté de Boucher et Kostin
3-4 à 63’07 : Kaski assisté de Khokhlachev et Tolchinsky

Ak Bars Kazan

Attaquants :
Mikhail Glukhov (A) – Mikhail Fisenko – Stanislav Galiev
Dmitri Voronkov – Artyom Galimov – Ilya Safonov (+2)
Nikita Dynyak (2′) – Patrice Cormier – Kirill Petrov
Nigel Dawes  (-1) – Aleksandr Burmistrov (-1, 2′) – Viktor Tikhonov (-2)
Danis Zaripov (C)

Défenseurs :
Roman Rukavishnikov (+1) – Albert Yarullin (A, +2)
Andrei Pedan (-2) – Kristian Khenkel (-2)
Dmitri Yudin – Nikita Lyamkin
Daniil Zhuravlyov (-1)

Gardien :
Timur Bilyalov

Remplaçant : Adam Reideborn (G).

Avangard Omsk

Attaquants :
Ilya Kovalchuk (C, -1) – Denis Zernov (-1) – Klim Kostin
Reed Boucher (-1) – Corban Knight  (-1) – Egor Chinakhov (-1)
Sergei Tolchinsky (+3) – Kirill Semyonov (+3) – Aleksandr Khokhlachev (+1)
Ilya Kablukov – Andrei Stas (A) – Pavel Dedunov
Aleksei Potapov

Défenseurs :
Damir Sharipzianov (A, +1) – Ville Pokka
Kirill Gotovets – Aleksei Bereglazov (2′)
Oliwer Kaski (+2) – Semyon Chistyakov (-1)

Gardien :
Simon Hrubec

Remplaçants : Igor Bobkov (G), Aleksei Soloviev.

Les commentaires sont fermés.