La Lettonie dans de beaux draps

158

Lettonie – Norvège, voilà un tournant pour les quarts de finale. Vingt-quatre heures après avoir cédé face aux États-Unis, les hommes de Bob Hartley, qui sont venus à bout du Canada et de l’Italie, ont la possibilité de faire un grand pas vers l’accession au second tour, alors que les Scandinaves n’ont obtenu que trois points face aux Italiens. Hartley a constaté une réelle différence de vitesse entre les Américains et sa sélection balte qui a lâché prise en deuxième période. Pour garder de la fraîcheur pour le lendemain à l’occasion de ce match décisif contre la Norvège ?

L’heure est donc à la mobilisation pour la Lettonie, même si elle doit toujours jouer sans supporteurs. Le gouvernement a enfin pris sa décision, les fans seront autorisés, mais uniquement les personnes vaccinées ou ayant déjà contracté le covid, avec une limite de 2660 spectateurs dans l’Arena Riga, 1058 pour le centre sportif olympique. Une autorisation qui sera effective à partir du 1er juin… soit la dernière journée du tour préliminaire. Cela va donc encore sonner creux ce week-end dans ce Championnat du monde.

Le premier danger est letton, un pressing d’Ābols fait perdre le puck à Lesund, le gardien norvégien Henrik Haukeland doit déjà s’illustrer. En revanche, le premier but est norvégien. Sondre Olden est posté derrière le but, en ressort et tente par deux fois un tir du revers, le deuxième est contré par le patin de Kulda qui dévie le palet dans son propre but, Kivlenieks ne pouvant s’en saisir dans son dos. La Lettonie égalise à 1-1, non pas par Miks Indrašis qui avait un angle ouvert mais qui souhaitait contrôler du patin, le geste de trop, mais par Renārs Krastenbergs. En zone offensive, le pressing de Kristiāns Rubīns permet de conserver le palet dans le camp norvégien, Krastenbergs s’en empare et marque lucarne droite. Deuxième but du tournoi pour ce jeune attaquant encensé par Hartley et promu en première ligne ce soir.

À la 15e minute, la Lettonie obtient une occasion en or pour prendre l’avantage : Olimb feinte le lancer et commence à tricoter dans le camp letton, il est contré et la relance rapide permet un 2 contre 0, mais Ronalds Ķēniņš préfère la jouer solo plutôt que de donner sur sa gauche à Rodrigo Ābols, un mauvais choix puisque Haukeland fait l’arrêt. Toutefois, Ķēniņš va largement se rattraper deux minutes plus tard. Sa vitesse lui permet de passer Espeland avant de tirer du revers, entre les jambières d’Henrik Haukeland. Malgré un débordement menaçant d’Olimb, la Lettonie conserve son avantage de 2-1 jusqu’à la pause.

Et commencer la seconde période en supériorité numérique, voilà une belle occasion de creuser l’écart… ou pas. Alors que le jeu de puissance letton est bien installé, un palet flottant perturbe Balinskis à la ligne bleue, qui ne le contrôle pas et Ken Andre Olimb, seul en contre, égalise à 2-2 en logeant le puck à son tour dans la lucarne droite. Le match très disputé se transformera en bataille rangée, à l’image de cette charge spectaculaire d’Erlend Lesund sur Rodrigo Ābols. Ce dernier retrouvera ses esprits et ses dribbles avec un beau mouvement qui aurait mérité davantage qu’un arrêt en papillon de Haukeland. Le jeu se durcit, et la mise en échec de Brekke Henriksen sur Rēdlihs quelques minutes avant la pause, est même dangereuse, l’expérimenté Letton prenant le chemin des vestiaires.

Face aux hôtes lettons, la Norvège est toujours dans le coup. Elle tue une nouvelle pénalité au début du troisième tiers-temps… et prend ensuite les devants. Après une bonne séquence en zone offensive, Emilio Pettersen reprend de volée, plein champ, une passe de Rosseli Olsen après seulement deux minutes de jeu dans cette dernière période.

CIBULSKIS Oskars-110508-235La Lettonie se doit de réagir, elle peine à le faire. Après avoir tué une pénalité non sans mal, les Baltes arrachent tout de même une égalisation à dix minutes de la fin. Kristiāns Rubīns est côté gauche et envoie le puck dans un angle totalement fermé, pas si fermé puisque le palet passe sous la jambière de Haukeland qui n’est pas assez collée sur la glace. Un bien mauvais but du gardien norvégien qui relance des Lettons pourtant à bout de souffle. Encore heureux que la Norvège ne profite pas de deux nouvelles supériorités numériques dans les dix dernières minutes. Prolongation !

Dans ces cinq minutes de temps supplémentaire, la Lettonie retrouve un peu plus de couleurs, surtout au bénéfice d’une faute sifflée contre Pettersen. Malgré de bonnes chances de Cibuļskis, Lauris Dārziņš et Roberts Bukarts, les Lettons peinent à trouver l’ouverture face à des Norvégiens bien en place.

La séance de tirs au but est alors inéluctable. Sondre Olden marque d’un tir du poignet à mi-hauteur au poteau gauche mais Lauris Dārziņš, très à l’aise dans cet exercice, bat Haukeland par ses fameux dribbles. La frustration sera finalement dans le camp letton puisque Roberts Bukarts et Renārs Krastenbergs toucheront l’un et l’autre le poteau gauche. Une aubaine pour la Norvège qui l’emportera finalement grâce à Michael Haga qui contourne Matīss Kivlenieks pour loger le puck entre le poteau gauche et le patin du gardien letton.

La Norvège arrache 2 points, elle en est maintenant à 5, même si les jambes seront probablement lourdes le lendemain pour se frotter à une équipe des États-Unis qui a démontré beaucoup de vitesse et d’explosivité jusque là. Quant à la Lettonie, c’est une nouvelle défaite en fusillade, après celle concédée contre le Kazakhstan. L’horizon vers les quarts de finale s’assombrit sérieusement pour la sélection entraînée par Bob Hartley. Elle est maintenant contrainte de battre la Finlande et l’Allemagne, les deux meilleures équipes du groupe B. Une mission périlleuse pour une équipe qui se cherche encore, et qui sera peut-être privée de son capitaine Kaspars Daugaviņš, qui a quitté ce match blessé.

Désignés joueurs du match : Ronalds Ķēniņš pour la Lettonie, Ken Andre Olimb pour la Norvège.

Commentaires d’après-match

Bob Hartley (entraîneur de la Lettonie) : « Au vu de notre situation, nous avions besoin d’une victoire dans le temps réglementaire. Nous sommes toujours dans la course, mais évidemment nous aurons besoin du soutien des gens autour de nous. Et nous allons devoir gagner nos derniers matchs. Ce furent des erreurs individuelles. Ce n’est pas un manque d’engagement, plutôt une mauvaise lecture de jeu ou des situations malheureuses qui ont été exploitées. Félicitations aux Norvégiens, ils ont travaillé dur eux aussi. Krasty [Krastenbergs] a été un de nos meilleurs joueurs depuis le début du tournoi. Il progresse beaucoup, j’ai vu un grand changement en deux ans, physiquement et mentalement. C’est un homme maintenant. Il se bat, il comprend le jeu et il joue juste – il n’essaie pas d’être brillant, mais il est efficace. J’aimerais avoir d’autres jeunes joueurs comme lui, mais on est dans un cycle. »

Lettonie – Norvège 3-3 (2-1, 0-1, 1-1, 0-0) / 1-2 aux tirs au but
Vendredi 28 mai 2021 à 20h15 à l’Arena Riga. Huis clos.
Arbitrage d’Antonin Jerabek (TCH) et Peter Stano (SVQ) assistés de Daniel Hynek (TCH) et Simon Synek (SVQ).
Pénalités : Lettonie 8′ (0′, 2′, 6′, 0′), Norvège 10′ (4′, 4′, 0′, 2′).
Tirs : Lettonie 24 (11, 6, 4, 3), Norvège 21 (5, 6, 9, 1).

Évolution du score :
0-1 à 03’50 : Olden assisté de Kåsastul et Trettenes
1-1 à 11’55 : Krastenbergs assisté de Rubīns et Ķēniņš
2-1 à 17’44 : Ķēniņš assisté d’Ābols et Sotnieks
2-2 à 21’08 : K.A. Olimb assisté de Rosseli Olsen (inf. num.)
2-3 à 41’56 : Petterssen assisté de Rosseli Olsen et K.A. Olimb
3-3 à 49’42 : Rubīns assisté de Balinskis

Tirs au but :
Lettonie : Indrašis (arrêté), Dārziņš (marqué), Ro. Bukarts (poteau), Krastenbergs (poteau), Ri. Bukarts (manqué), Indrašis (arrêté).
Norvège : Lindström (arrêté), Olden (marqué), KA. Olimb (arrêté), Pettersen (arrêté), Trettenes (manqué), Haga (marqué).

Lettonie

Attaquants :
Ronalds Ķēniņš (+2) – Rodrigo Ābols (+1) – Lauris Dārziņš (A)
Roberts Bukarts (-1) – Andris Džeriņš (A) – Rihards Bukarts (-1)
Mārtiņš Karsums (-1) – Miks Indrašis (-3, 2′) – Kaspars Daugaviņš (C)
Miķelis Rēdlihs – Rihards Marenis – Renārs Krastenbergs (+3)

Défenseurs :
Kristiāns Rubīns (+1) – Uvis Balinskis
Oskars Cibuļskis (+1, 2′) – Kristaps Sotnieks (+1)
Artūrs Kulda (-1, 2′) – Ralfs Freibergs (-1)
Jānis Jaks

Gardien :
Matīss Kivlenieks

Remplaçants : Ivars Punnenovs (G), Gints Meija. En réserve : Jānis Kalniņš (G), Kristaps Zīle, Gunārs Skvorcovs (D), Mārtiņš Dzierkals, Māris Bičevskis, Oskars Batņa (A).

Norvège

Attaquants :
Sondre Olden (+1) – Mathias Trettenes (A, +1) – Tobias Lindström (+1)
Mats Rosseli Olsen (+2, 2′) – Ken Andre Olimb (+2) – Emilio Pettersen (+1, 2′)
Michael Haga (-2) – Mathis Olimb (A, -1) – Eirik Salsten
Martin Røymark (-2) – Magnus Brekke Henriksen (-2, 2′) – Samuel Solem (-1, 2′)
Ludvig Hoff [3 présences]

Défenseurs :
Emil Lilleberg (-1) – Jonas Holøs (C, -1, 2′)
Erlend Lesund (+1) – Stefan Espeland (-2)
Christian Kåsastul (+2) – Max Krogdahl (+1)

Gardien :
Henrik Haukeland

Remplaçants : Jonas Arntzen (G), Ole Julian Holm. En réserve : Henrik Holm (G), Kristian Østby, Christian Bull (D), Tommy Kristiansen, Thomas Valkvæ Olsen, Andreas Heier (A).

Les commentaires sont fermés.