Montréal fait sauter la banque

But de Lehkonen en overtime au match 6
446

Dix-huitième de la saison régulière, le Canadien de Montréal s’est qualifié avec le pire bilan des seize invités aux séries finales. Pourtant, le CH a continué son parcours de coupeur de têtes en sortant Vegas, deuxième de la saison régulière à égalité avec Colorado, en six manches, pour se qualifier en finale de la coupe Stanley.


Le CH vit un rêve éveillé. Le parcours Cendrillon a tous les airs de celui du dernier titre, celui de 1993. Un gardien en état de grâce, des scores similaires… Les partisans québécois cherchent un sens à l’improbable parcours des siens.

Vilipendés toute la saison après deux premières semaines convaincantes suivies d’un retour sur terre, les joueurs de Montréal auront survécu au congédiement de leur entraîneur-chef Claude Julien, aux pépins physiques, au retrait de Jonathan Drouin pour des raisons personnelles, et même au Covid-19, qui a écarté ponctuellement joueurs ou staff tout au long de la saison.

Le retour de l’enfer face à Toronto – les Leafs menaient trois victoires à une et venaient de gagner 4-0 le dernier match -, marqué par deux victoires en prolongations et un blanchissage en match 7, a été suivi d’un balayage en règle de Winnipeg, là encore conclu en prolongations.

Vegas, c’était un autre paire de manches, disait-on. Les Golden Knights avaient signé le même bilan que l’Avalanche, tout en haut, dans les sommets de la ligue. Et Vegas, solide face à son rival au tour précédent, signait une très bonne entame en s’emparant du match 1 sur le score de 4-1. Les défenseurs y furent à la fête puisque trois d’entre eux marquaient : Shea Theodore, Alec Martinez et Nick Holden, avec également un but de Janmark. En face, Cole Caufield inscrivait son premier but en carrière en playoffs, en avantage numérique (4-1).

Sous contrôle, Vegas ? Pas vraiment. Le retour de Jeff Petry stabilisait la défense du CH, et l’attaque se montrait opportuniste. Armia et Toffoli au premier tiers, Byron au deuxième : Montréal prenait une avance de trois buts. Le doublé de Pietrangelo – encore un défenseur – ne suffisait pas, Price résistant avec 29 arrêts (2-3).

Le Canadien perdait son entraîneur Dominique Ducharme, touché par le Covid-19 en dépit de sa vaccination, mais retrouvait 2500 spectateurs au retour à domicile : enfin du public ! Surexcités, les partisans assistaient à une partie de manivelle serrée. Roy ouvrait le score en deuxième tiers, mais Caufield égalisait quarante secondes plus tard. Pietrangelo, encore lui, redonnait de l’avance aux siens en début de troisième. Et la foule explosait à deux minutes du terme avec une égalisation improbable de Anderson sur une énorme erreur individuelle du gardien Marc-André Fleury. Cette erreur de crosse coûtait très cher. En prolongation, Kotkaniemi lançait Anderson en profondeur. Le relais de Byron aboutissait à une passe parfaite, et Anderson finissait le travail (2-1).

Pete DeBoer lançait alors Lehner dans les cages. Le Suédois, motivé par les commentaires critiques des réseaux sociaux, fermait la porte, et ne concédait qu’un but de Byron en deuxième période. L’égalisation de Brayden McNabb – encore un arrière ! – en milieu de troisième envoyait le match en prolongations. Celle-ci ne durait que 1’18, le temps de voir Nicolas Roy égaliser dans la série en prenant un rebond (1-2).

La série retournait à Vegas, et le CH y jouait le couteau entre les dents. Un premier but signé Kotkaniemi lançait idéalement le Canadien. Puis, au deuxième tiers, Staal, parfaitement servi par Suzuki, doublait la mise en battant Fleury d’un joli tir. Trois minutes plus tard, Caufield, intenable, creusait l’écart en supériorité. La réduction du score de l’ancien capitaine du CH Pacioretty ne suffisait pas. Montréal achevait même le score par Suzuki cage vide (1-4).

Un match six mémorable

Dos au mur, Vegas trouvait encore plus de bouillants partisans au Centre Bell (3500). Luke Richardson remplaçait encore Ducharme sur le banc du CH.

Le premier tiers commençait mal pour les Golden Knights, avec une crosse haute de Nicolas Roy sur Jon Merrill. Le CH ne parvenait pas à en profiter. La suite sera plutôt équilibrée. Le pari de DeBoer, qui retente sa chance avec Lehner, semble payer, jusqu’à six minutes de la pause. Alex Pietrangelo est puni pour un geste sur Joel Armia, et le jeu de puissance s’installe. Alec Martinez ne parvient pas à sortir le palet, et Shea Weber bloque le palet à la bleue. Le vétéran expédie un tir dont il a le secret à travers la foule et ouvre le score, son premier but en dix-huit matchs (1-0).

Moins d’une minute plus tard, Vegas récolte le disque à l’échec-avant. Shea Theodore lance au but… et vise parfaitement la crosse de Riley Smith sur le côté (1-1).

Le bras de fer se poursuit au deuxième tiers. Tyler Toffoli laisse les siens à un de moins, sans conséquence. Le jeu de puissance montréalais ne fait pas mieux et n’exploite pas un surnombre. Les deux équipes se rendent coup pour coup, arrêt pour arrêt. À la mi-match, Joel Edmundson lance Cole Caufield sur l’aile droite. Le petit attaquant prend le pas sur Brayden McNabb en passant le palet au-dessus de sa crosse, déborde et attaque la cage… Il lève son tir en angle fermé et marque son troisième de la série (2-1).

Un accrochage d’Eric Staal donne la chance aux visiteurs de revenir, mais Carey Price ne cède rien. Il récidive un peu plus tard avec un déplacement rapide sur un tir de William Karlsson, un arrêt décisif.

Dos au mur, Vegas accélère au troisième tiers. Il ne faut attendre qu’une minute pour l’égalisation. Pietrangelo lance au but et Price, masqué, concède un rebond. C’est Martinez monté aux avant-postes qui s’en empare et glisse le disque entre les jambières du gardien (2-2).

Les Golden Knights obtiendront les meilleures chances, sans parvenir à conclure : prolongation, pour la troisième fois de la série. Celles-ci ne s’éterniseront pas. Brendan Gallagher bataille dans la neutre et lance Philipp Danault. L’attaquant s’infiltre en deux-contre-deux et écarte à sa gauche, du revers, sur Artturi Lehkonen. Le Finlandais reprend sans contrôle, en hauteur, et fait exploser toute une province.

Vegas échoue encore en finale de conférence, comme l’an dernier. Il aura manqué une efficacité offensive, comme l’an dernier : les défenseurs auront marqué l’essentiel des buts de la série. Pire, leur meilleur joueur, Mark Stone, n’aura pas marqué le moindre point, muselé par Philipp Danault. On n’oubliera pas non plus la performance d’Alec Martinez, qui a joué toute la série avec une fracture du pied.

En face, le CH est à la fête. C’est la première équipe canadienne à atteindre la finale depuis Vancouver en 2011, et elle cherchera à soulever son 25e trophée suprême, son premier depuis 1993 – dernier titre d’un pays du nord de la frontière.

Carey Price, héroïque dans les cages, bénéficie d’un solide quatuor devant lui (Weber, Petry, Edmundson, Chiarot). L’attaque s’appuie sur des hommes d’expérience (Perry, Staal) décisifs dans ces playoffs, et un trio de gamins de 20-21 ans qui affole les compteurs et s’inscrit dans les livres d’histoire du CH : Caufield, Suzuki et Kotkaniemi, régulièrement décisifs. Un vrai collectif, solide en défense à l’image de Danault, Byron, Gallagher, Armia, qui mènent par ailleurs le meilleur jeu en infériorité de la ligue (3 buts concédés, 4 marqués !). Un collectif pour l’histoire…

Montréal Canadiens – Vegas Golden Knights 3-2 après prolongation (1-1, 1-0, 0-1, 1-0)
Montréal remporte la série 4-2.
Jeudi 24 juin 2021, Centre Bell de Montréal. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Kelly Sutherland et Eric Furlatt assistés de David Brisebois et Jonny Murray.
Pénalités : Montréal 4′ (0′, 4′, 0′, 0′), Vegas 6′ (4′, 2′, 0′, 0′)
Tirs : Montréal 32 (8, 10, 13, 10, 1), Vegas 39 (10, 12,15, 2)

Récapitulatif du score
1-0 à 14’06 : Weber (sup. num.)
1-1 à 14’54 : Smith assisté de Theodore et Karlsson
2-1 à 29’36 : Caufield assisté de Edmundson et Petry
2-2 à 41’08 : Martinez assisté de Pietrangelo et Karlsson
3-2 à 61’39 : Lehkonen assisté de Danault et Gallagher

Montréal Canadiens

Attaquants
Artturi Lehkonen (+1) – Philipp Danault (+1) – Brendan Gallagher (A, +1)
Tyler Toffoli (2′, -2) – Nick Suzuki (-1) – Cole Caufield
Paul Byron (A, +1) – Jesperi Kotkaniemi – Josh Anderson
Joel Armia – Eric Staal (2′, -1) – Corey Perry

Défenseurs
Ben Chiarot – Shea Weber (C)
Joel Edmundson – Jeff Petry
Erik Gustafsson – Jon Merrill

Gardien :
Carey Price

Remplaçant : Jake Allen (G). Réservistes : Cayden Primeau, Charlie Lindgren, Michael McNiven (G), Cale Fleury, Alexander Romanov, Xavier Ouellet, Otto Leskinen, Brett Kulak (D), Lukas Vejdemo, Laurent Dauphin, Jesse Ylonen, Alex Belzile, Michael Frolik, Jake Evans (commotion), Tomas Tatar (blessé) (A).

Vegas Golden Knights

Attaquants
Max Pacioretty – Chandler Stephenson – Mark Stone (C)
Jonathan Marchessault (+2) – William Karlsson (+2) – Reilly Smith (A, +2)
Mattias Janmark (-1) – Nicolas Roy (2′, -1) – Alex Tuch (-1)
William Carrier (-1) – Tomas Nosek (-1) – Keegan Kolesar (-1)

Défenseurs
Alec Martinez – Alex Pietrangelo (A, 2′, +1)
Brayden McNabb – Shea Theodore (+1)
Nicolas Hague (-1) – Zach Whitecloud (-1)

Gardien :
Robin Lehner

Remplaçant : Marc-André Fleury (G). Réservistes : Jiri Patera, Logan Thompson (G), Kaedan Korczak, Jimmy Schuldt, Nick Holden, Dylan Coghlan, Carl Dahlström (D), Jack Dugan, Cody Glass, Dylan Sikura, Peyton Krebs, Patrick Brown, Jonas Rondbjerg, Ryan Reaves (A)

Les commentaires sont fermés.