Le Lightning à l’usure

Arrêt de Vasilevskiy sur Beauvilliers
123

Le champion en titre défendra sa coupe Stanley. La qualification n’aura pas été de tout repos : il aura fallu sept matchs pour se défaire des Islanders de New York.


Comme l’an dernier, la place en finale se jouait entre Tampa Bay et les Islanders de New York. Comme l’an dernier (victoire en six matchs), le Lightning a fini par s’en sortir, cette fois en sept rencontres.

Pour la troisième fois de suite, Tampa s’inclinait au premier match, cette fois à domicile. Semyon Varlamov assurait le spectacle avec trente arrêts. Indisciplinés, avec trois infériorités dès les dix premières minutes, les joueurs de Jon Cooper paraissaient empruntés. C’est fort logiquement que Matt Barzal ouvrait le score en deuxième tiers. Puis, Ryan Pulock doublait la mise en troisième. Tampa Bay finissait en trombe et poussait jusqu’au bout : Brayden Point continuait sa série de buts et réduisait le score en supériorité numérique, mais l’égalisation n’arrivait pas (1-2).

Tampa avait pris la mesure de son adversaire, et allait s’assurer de ne pas partir à l’extérieur avec deux défaites. Qui d’autre que Point pour ouvrir le score ? Le petit attaquant marquait à mi-tiers son dixième but des séries. Mais cinq minutes plus tard, Brock Nelson égalisait en supériorité, à l’issue d’une action controversée : Point, accroché, percutait Varlamov, qui passera la fin de tiers aux vestiaires. C’est pourtant l’attaquant du Lightning qui prenait deux minutes… Tampa reprenait les devants en deuxième par Ondrej Palat, puis prenait de la distance dès le début du troisième tiers, avec le premier but de l’équipe par un défenseur dans ces playoffs : l’inattendu Jan Rutta. Un deuxième suivait, avec Victor Hedman, en supériorité numérique, pour la troisième assistance de Nikita Kucherov. Un but tardif de Matt Barzal ne faisait que sauver l’honneur, dans un tiers temps marqué par de nombreuses pénalités pour de mauvais gestes (4-2).

De retour à New York, les Islanders craquaient à nouveau. Yanni Gourde ouvrait le score en milieu de premier tiers. L’égalisation attendait la fin du deuxième tiers, par Cal Clutterbuck. Mais à quelques secondes de la pause, l’inévitable Brayden Point marquait le but gagnant, son onzième des playoffs pour son sixième match de rang. Andrei Vasilevskiy terminait avec 27 arrêts (1-2).

Sous contrôle, Tampa ? Pas si sûr. Après un premier tiers à sens unique (11 tirs à 4), le champion en titre subissait un violent trou d’air au deuxième tiers. Josh Bailey, Matt Barzal et Matt Martin marquaient en douze minutes. Tampa Bay cravachait en troisième tiers et signait deux buts rapides, par Point – encore – et Tyler Johnson. Mais l’égalisation ne survenait pas, la faute à un sauvetage incroyable de Ryan Pulock, sur sa ligne, à la dernière seconde, après un geste magnifique de Ryan McDonagh (3-2).

De retour à la maison, Tampa Bay s’assurait que cette fin de match puisse servir de base de travail. Steven Stamkos ouvrait ainsi le score après seulement quarante-cinq secondes de jeu, et la défense des Islanders volait ensuite en éclats. 3-0 après un tiers (Gourde, Killorn), encore trois buts au deuxième (Stamkos en supériorité, Palat, Killorn en supériorité) et encore deux au dernier tiers, avec Point en supériorité (huitième match de suite) et Luke Schenn, entré en jeu à la place d’Erik Cernak, blessé au match précédent. La frustration des Islanders se traduisait par un vilain geste de Barzal, exclu à la sirène du deuxième tiers. Son coup de crosse au visage aura blessé Rutta et coûté cinq minutes de pénalité, et 5000 dollars d’amende (8-0).

Tampa avait donc l’occasion de se qualifier en déplacement. Et l’équipe commençait bien, avec l’ouverture du score. Brayden Point signait son 14e but des séries, buteur pour le 9e match de rang, à une longueur du record de 1976 du Flyer Reggie Leach. Le petit attaquant comptait aussi une assistance sur le but d’Anthony Cirelli au deuxième tiers. Mais le Lightning, privé dès la première présence du meilleur pointeur des playoffs Nikita Kucherov, victime d’un coup de crosse de Scott Mayfield non sanctionné, allait reculer. Jordan Eberle réduisait le score au quart d’heure du deuxième tiers, puis Mayfield égalisait d’un tir en hauteur au milieu du troisième tiers. La pression des Islanders payait finalement en prolongation : Blake Coleman perdait un palet, et Anthony Beauvilliers le faisait payer au prix fort (3-2).

Duel de gardiens au match 7

Le Lightning retrouve pour ce match ses deux défenseurs blessés, Jan Rutta et Erik Cernak, ainsi que Nikita Kucherov. Le Russe, blessé sur la première présence du match 6, apparait toutefois loin d’avoir récupéré 100% de ses moyens.

Les Islanders espèrent retrouver la finale pour la première fois depuis 1984. Mais leur dernière visite à l’Amalie Arena a laissé des traces. On trouve donc beaucoup de prudence dans le jeu new-yorkais dans ce début de match. Ils veillent à éviter à tout prix une pénalité, qui placerait le jeu de puissance du Lightning (40% d’efficacité) en position favorable.

En réalité, les Islanders touchent peu le palet en début de match. Leur meilleure chance survient après 2’25 lorsque Beauvilliers se crée une échappée en filant entre deux défenseurs. Le Québécois échoue sur Vasilevskiy, dans un premier tournant du match : le Russe étire la jambière. Car pour le reste, le premier tiers est largement favorable au Lightning (15 tirs à 5).

Parmi les occasions marquantes, une échappée de… Hedman, parti aux avant-postes recevoir une longue passe levée de Sergachev. Cernak et encore Hedman, se feront aussi artilleurs : le jeu du Lightning se montre très mobile, avec une grande contribution des défenseurs afin d’apporter des décalages et du surnombre offensif. Toutefois, la première ligne du Lightning est bien muselée. Le danger vient surtout de la ligne Stamkos-Cirelli-Killorn, excellents dans la conservation du palet dans les bandes pour de longues séquences.

Le deuxième tiers reprend avec une pénalité de Barclay Goodrow. Les Islanders tentent de s’installer, mais perdent le palet. Killorn envoie Cirelli, qui va aller contre la bande sur la gauche de Varlamov, y attirant toute la défense. Personne n’a suivi l’entrée sur la glace de Gourde, qui remplace Killorn à la volée – créant un bref surnombre loin de l’action, que les arbitres laissent jouer. Gourde est tout seul plein axe et fait mouche, en infériorité numérique (1-0).

New York manque d’égaliser dans la foulée, lorsque Beauvilliers, ligne de fond, dévie astucieusement un palet… sur la barre !

L’essentiel du jeu appartient à Tampa Bay dans la foulée, avec encore Cirelli et Stamkos. Le capitaine reprend de volée et Varlamov dévie du bâton de sa crosse. Hedman enchaîne avec un tir de l’axe dévié par Palat, mais le portier new-yorkais tient bon.

Dominés, les Islanders ne sont pas encore hors course. Mais ils n’arrivent guère à installer des présences durables en attaque, et se heurtent à la capacité des défenseurs à bloquer leurs tirs. À cinq minutes du terme, un rebond de Mayfield arrive sur Barzal, cage ouverte… mais le palet rebondit au dessus de sa crosse. Ils ne trouveront plus la cible en troisième tiers, muselés par la défense du Lightning, parfaitement confortable de jouer un match défensif.

Tampa Bay se qualifie donc en finale, et, pour la troisième fois de suite, remporte le match décisif par un blanchissage. L’équipe la plus complète et disciplinée aura fait la différence, grâce à une plus grande variété offensive. Du côté new-yorkais, la belle histoire s’arrête au même stade que l’an dernier. Les Islanders auront fait jeu égal, mais leurs points faibles se sont au final trouvés exposés sur la durée.

Tampa Bay Lightning – New York Islanders (0-0, 1-0, 0-0)
Tampa Bay remporte la série 4-3.
Vendredi 25 juin 2021, 20h15. Amalie Arena de Tampa Bay. 14.805 spectateurs.
Arbitrage de Francis Charron et Gord Dwyer assistés de Michel Cormier et Scott Cherrey.
Pénalités : Tampa Bay 2′ (0′, 2′, 0′), New York 0′ (0′, 0′, 0′)
Tirs : Tampa Bay 31 (15, 12, 4), New York 18 (5, 6, 7)

Récapitulatif du score ;
1-0 à 21’49 : Gourde assisté de Cirelli et Killorn (inf. num.)

Attaquants :
Ondrej Palat – Brayden Point – Nikita Kucherov
Alex Killorn – Anthony Cirelli (+1) – Steven Stamkos (C)
Barclay Goodrow (2′) – Yanni Gourde (+1) – Blake Coleman
Patrick Maroon – Tyler Johnson – Ross Colton

Défenseurs :
Victor Hedman (A) – Jan Rutta
Ryan McDonagh (A, +1) – Erik Cernak
Mikhail Sergachev (+1) – David Savard

Gardien :
Andrei Vasilevskiy

Remplaçant : Curtis McElhinney (G). Réservistes : Spencer Martin, Christopher Gibson (G), Luke Schenn, Dredrik Claesson, Andreas Borgman, Cal Foote, Ben Thomas (D), Mathieu Joseph, Taylor Raddysh, Boris Katchouk, Gemel Smith, Alex Barré-Boulet, Mitchell Stephens, Daniel Walcott (A).

New York Islanders

Attaquants :
Leo Komarov – Mathew Barzal (-1) – Jordan Eberle
Anthony Beauvilliers – Brock Nelson (A, -1) – Josh Bailey (A, -1)
Kyle Palmieri (-1) – Jean-Gabriel Pageau – Travis Zajac
Matt Martin – Casey Cizikas – Cal Clutterbuck (A)

Défenseurs :
Adam Pelech – Ryan Pulock
Nick Leddy (-1) – Scott Mayfield
Andy Greene – Noah Dobson

Gardien :
Semyon Varlamov

Remplaçant : Ilya Sorokin (G). Réservistes : Cory Schneider, Kenneth Appleby (G), Sebastian Aho, Thomas Hickey, Robin Salo, Braydon Coburn, Grant Hutton, Bode Wilde, Samuel Bolduc (D), Austin Czarnik, Kieffer Bellows, Oliver Wahlstrom, Michael Dal Colle, Ross Johnston, Cole Bardreau, Otto Koivula, Anatoli Golyshev, Dmytro Timashov, Simon Holmström (A).

Les commentaires sont fermés.