Le Canadien prend un coup de jus

239

Vingt-huit ans. Le Canadien de Montréal et ses partisans attendaient depuis 1993 l’opportunité de disputer une finale de coupe Stanley.

Après avoir éliminé des équipes largement favorites, les Québécois se retrouvent au sommet face au grandissime favori : le tenant du titre, le Lightning de Tampa Bay. Deux équipes qui s’appuient sur des gardiens en état de grâce depuis le début des playoffs…

Habituellement dans la même division, les deux équipes ne se sont pas affrontées depuis mars 2020 suite au redécoupage de la ligue lié à la pandémie.

Montréal doit se passer de Joel Armia pour ce match, en raison d’un protocole Covid-19. Il est remplacé par Jake Evans, absent depuis la charge terrible infligée par Mark Scheifele au premier match contre Winnipeg. Fort heureusement, Armia, faux positif, a pu prendre l’avion ce lundi et rejoindre l’équipe : il devrait être disponible au match 2. En revanche, Dominique Ducharme n’est pas encore de retour, et laisse les clés à Luke Richardson.

Les autorités ont validé l’augmentation de la capacité d’accueil à Tampa. L’Amalie Arena peut donc accueillir jusqu’à 16 300 spectateurs – électriques, cela va se soi – alors que Tampa cherche un rare doublé.

Un premier tiers maîtrisé

Yanni Gourde et Philipp Danault, anciens coéquipiers à Victoriaville en junior, se font face au coup d’envoi. La première situation chaude survient après une minute : un tir de Caufield sorti par Vasilevskiy revient sur l’aile, et le gardien russe doit s’interposer sur un essai excentré de Petry. Réplique immédiate avec un lancer de Stamkos dévié en route, que Price doit sortir de la jambière. Le gardien vétéran, qui dispute sa première finale, bloque dans la continuité un essai de Cirelli. Puis, Point, auteur de 14 buts dans ces playoffs, vient menacer à son tour le portier du CH d’un tir croisé.

Les deux camps se rendent coup pour coup, avec Caufield à nouveau, repoussé par la plaque de Vasilevskiy. Finalement, c’est la vitesse de Tampa et sa capacité à apporter du surnombre avec sa défense qui fait la différence. Point intercepte un palet dans son propre camp. Ce retour défensif de Point renverse le jeu et il lance Cernak dans l’autre sens. L’arrière renverse vers Palat, et suit son action. Palat lui redonne le palet et Cernak, habile, devance Petry et dévie le disque vers la lucarne pour son premier des séries (1-0).

L’échec-avant du Lightning monte en intensité. Coleman, Gourde et Goodrow pèsent sur la défense et manquent de peu de doubler la mise sur un jeu de derrière la cage. Petit à petit, le match se referme et les deux défenses prennent le pas.

Un duel le long de la bande bénéficie cependant à Montréal. Lehkonen s’empare de la rondelle et décoche un tir du cercle, forçant Vasilevskiy à un arrêt difficile. Tampa reprend le contrôle dans les présences qui suivent, avec une série de tirs masqués signés Savard et Hedman. Price bloque ce dernier essai en hauteur. À cinq minutes de la pause, Goodrow est puni pour une charge sur Gallagher le long de la bande.

Le jeu de puissance des Canadiens s’efforce de créer le danger mais, hormis une ou deux situations un peu tendues dans l’enclave, ne gêne guère Vasilevskiy. Pire, Chiarot se rend coupable d’un mauvais geste sur Kucherov dès le retour au complet. Le jeu de puissance de Tampa, 40% d’efficacité en séries, affronte alors le meilleur jeu en infériorité dans ces playoffs. Le CH résiste et revient aux vestiaires avec un but de retard, mais encore 1’15 de pénalité à tuer. Le compteur de tirs n’est pas très élevé : 7-5 pour Tampa, à l’issue d’un tiers bien verrouillé. On dénombre en revanche 46 mises en échec cumulées…

Un but pour espérer

Tampa met quelques secondes à s’installer, mais tourne ensuite le palet à toute vitesse. Un jeu de passe presque trop beau, car personne ne parvient vraiment à prendre la responsabilité du tir, gêné par le placement montréalais. Seul Point, servi en retrait par Killorn, se montre ainsi dangereux, au moment où Chiarot revient sur la glace.

Le CH sort la tête de l’eau. Gallagher, excentré, perturbe Vasilevskiy. Sur l’engagement, Chiarot lance en force et trouve le poteau. Le match s’anime : duel gagné le long de la bande et renversement vers Stamkos, tout seul devant Price. Le gardien s’impose d’une mitaine magistrale. Tampa enchaîne avec de longues séquences de possession, qui forcent les joueurs du Canadien à rester longtemps sur la glace.

Une pression qui finit par payer. Palet perdu par le CH à la bleue offensive, et la troisième ligne rentre en action. Coleman lance Goodrow dont le tir est bloqué, mais le Texan a suivi et lance au but. Gourde, qui masquait Price, dévie le palet (2-0).

Les Bleus contrôlent, grâce à leur patinage. Ils ne laissent aucun espace à Montréal, qui peine à entrer en zone d’attaque, et recule de plus en plus. Leur seule chance, c’est le contre : un rebond favorable lance Gallagher et Weber en deux contre un. L’attaquant parvient à servir son capitaine, qui se présente seul devant le gardien… Vasilevskiy gagne son duel.

En dépit de cette énorme occasion, Montréal subit le jeu, défend bec et ongles. Le trio de Point s’installe ainsi pendant plus d’une minute, décochant quelques tirs sans réussite. C’est ensuite Johnson qui déborde sur l’aile droite et attaque la cage. Price, en grand écart, sauve son camp de justesse.

Le dixième tir de Montréal survient à six minutes de la pause, avec une échappée de Anderson sur la droite. Mais Vasilevskiy ne lâche rien et bloque le palet. Cette action est l’une des rares du CH, harcelé sur tous les palets, battu dans la neutre et qui subit des mises en échec constantes dans les bandes. Alors que Chiarot en perd son casque, l’une de ces charges remet le palet à la bleue pour Cernak, dont le tir percute le poteau.

Cette domination reste stérile et ne permet pas de distancer les Canadiens. Ces derniers s’accrochent et réduisent le score. Kotkaniemi, en entrée de zone, écarte vers Chiarot à la bleue. Le tir du défenseur traverse la foule, notamment un très bon écran d’Anderson. Mais il touche surtout les patins de Cirelli et McDonagh, et, après cette partie de billard, termine au fond (2-1). Un rare but pour le défenseur, son premier en carrière en playoffs.

Le CH essaie de forcer sa chance. Gallagher cherche à s’échapper. Au duel en un contre un avec Hedman, il ne trompe pas le gardien. Après un ultime tir excentré de Killorn, le tiers se termine sur ce 2-1. Killorn, lui, rentre au vestiaire en boitillant : après avoir donné sa crosse à Hedman qui avait brisé la sienne, le vétéran s’est sacrifié pour bloquer un tir de Petry. Il ne jouera qu’une présence au début du troisième tiers.

Le rouleau compresseur

Tampa reprend le fil de son jeu très vite, avec une première chance de Coleman. Après deux minutes, un revirement dans la neutre déclenche un contre. Caufield perd le disque sous pression de l’ancien choix de draft de Montréal, Sergachev, qui récupère et remonte. Il entre en zone et écarte vers Kucherov. Le meilleur marqueur des playoffs envoie un centre fort du revers, que Chiarot tente de dégager du gant… mais Palat traine dans le coin, et le palet finit au fond (3-1). Un but finalement attribué à Kucherov.

Les duels sont physiques le long des bandes. Sur une charge d’Edmundson dans le dos de Maroon, la défense du CH se met hors de position. Johnson déborde à droite et sert Colton en retrait, qui ne cadre pas cette très belle occasion.

Le Lightning gêne parfaitement l’entrée dans sa zone, et verrouille également l’enclave. Montréal a bien du mal à sortir de la toile et à obtenir des chances sérieuses. Ce défi physique explose en une échauffourée devant la cage de Vasilevskiy, et un quatre-contre-quatre est appelé par les officiels, Cernak et Staal étant sanctionnés.

À mi-période, les deux équipes ne comptent qu’un tir cadré chacune, témoignage du gros sacrifice défensif des deux côtés. Tampa Bay, qui a marqué sur son seul tir, réussit à capitaliser sur le deuxième. Mise au jeu gagnée par Point, Kucherov récupère, se recentre et nettoie la lucarne (4-1).

Montréal tente quelques essais sporadiques (Evans, Petry, Lehkonen). De mauvais coups surviennent alors dans l’enclave et Gallagher, au duel avec Sergachev et Coleman, subit un coup de crosse, est mis au sol par le Russe et se retrouve avec le visage en sang. Coleman est sanctionné de deux minutes.

La défense du Lightning tient le choc, bloquant les tirs avec solidité. Rien ne passe, et l’animosité se poursuit au retour au complet. Kotkaniemi en sort avec deux minutes, pour un mauvais geste sur Cernak. Alors que Gourde tente de prendre un rebond, Edmundson fait le ménage et est puni pour un coup de poing au visage. 25 secondes à 5 contre 3, infructueuses, et un Lightning trop gourmand dans son jeu de passe. Mais le coach Cooper ne lâche rien, ayant à cœur de briser jusqu’à la série de réussite en infériorité du CH : il décide d’aligner cinq attaquants. Le palet ne quitte plus la zone, et cela finit par payer. Stamkos, au cercle gauche, reprend de volée la passe de Kucherov (5-1).

C’est le trentième point des séries du Russe, pour la deuxième saison de suite – une performance que seuls Wayne Gretzky et Mario Lemieux avaient réussi. Mark Messier et Jari Kurri sont les deux seuls autres joueurs à compter plusieurs saisons de 30 points.

Analyse

Large victoire du champion en titre, qui a clairement joué en patron sur ce match 1. Le plan de match mis en place par Jon Cooper a été suivi à la lettre. Il leur fallait masquer Carey Price le plus possible, les Floridiens l’ont fait. L’entraîneur a aussi exploité l’avantage de jouer à domicile, en ayant le choix pour installer ses lignes. Il aura astucieusement aligné son trio Palat-Point-Kucherov contre la ligne Toffoli-Suzuki-Caufield, exploitant la jeunesse de ce trio (3 buts marqués). Ainsi, Philipp Danault, réputé pour sa capacité à museler les meilleurs trios adverses, n’a passé que deux minutes à 5 contre 5 contre cette ligne, mais a en revanche dû subir neuf minutes du jeu physique du trio Coleman (11 mises en échec !)-Gourde-Goodrow.

Le sacrifice au bloc (11 joueurs en ont réalisé au moins un), le jeu de transition… Tout a été mis en place pour fermer l’accès aux zones de vérité, et Vasilevskiy a finalement été peu menacé, hormis quelques rares occasions où il a fermé la porte, comme on le voit sur cette carte du site Natural Stat Trick.

210629 tbmtl naturalstattrick
Image Natural Stat Trick

En face, Montréal n’a jamais réussi à appliquer son style : son échec-avant fut déficient, et les Canadiens ont provoqué peu de revirements et de contre-attaques. Ils n’ont pas non plus réussi à occuper l’enclave adverse pour gêner le gardien. Au final, l’équipe a perdu trop de duels et de palets. Il va y avoir du travail pour se relancer au deuxième match.

Commentaires d’après-match :

Nikita Kucherov (attaquant de Tampa Bay) : « Nous avons respecté le plan de match, et essayé de rester constants sur soixante minutes. Nous pensions à notre jeu, pas au leur. Juste notre système. Sur le premier but, j’essaie de lancer vers le but et de voir ce qui va se passer. Il y a eu un rebond chanceux, et je pensais que le but était pour Palat et j’aurais préféré qu’il soit pour lui. Sur le deuxième, Point est un joueur incroyable. Il sait ce qu’il faut faire, et quand le faire. C’est un sacré joueur. Il voit la glace, il lit ces jeux… C’est vraiment du plaisir de jouer avec lui, il est incroyable. »

Jon Cooper (entraineur de Tampa Bay) : « Pour être honnête, nous avons de très bons joueurs en défense. Ils rendent l’entraîneur bon… Nous avons des joueurs expérimentés, intelligents comme McDonagh, Hedman, et Savard. Des valeurs montantes, comme Sergachev, et Cernak qui a énormément progressé. Rutta est là depuis pas mal de temps aussi, donc nous avons un groupe qui connait bien cette ligue. Nous avons de la taille, ce sont des compétiteurs, volontaires, qui ne reculent pas. Cela nous aide dans cette guerre des tranchées. Je voulais un peu observer la ligne de Danault. J’ai bien aimé les oppositions entre les lignes et nous avons donc continué sur ce schéma, mais cela ne veut pas dire que nous ferons pareil au deuxième. Nous prenons ce match 1, maintenant place au deuxième, et espérons que nous y aurons la même constance dans l’effort. »

Luke Richardson (entraineur adjoint de Montréal) : « Leur ligne Gourde… C’est une bonne ligne. Ils patinent fort, ils sont tenaces. Ils terminent leurs mises en échec. C’est une ligne difficile à manœuvrer. On peut la comparer à notre trio Danault-Lehkonen-Gallagher, des trios durs à jouer. Ce soir, ce n’était pas notre meilleur match collectivement. Mais nous savions que cela serait un défi face à une équipe avec une telle profondeur. Ils ont aussi deux lignes offensives, une quatrième ligne rapide et avec de la taille, ils ont un peu de tout partout. Nous devons juste être meilleurs que ça et nous savons que nous pouvons l’être. Nous allons nous focaliser sur le prochain match, en sachant sur quoi travailler. Le but sera de marquer les premiers, pour tenter de laisser passer l’orage et de calmer un peu ce public très bruyant, et trouver notre rythme. »

 

Tampa Bay Lightning – Canadiens de Montréal 5-1 (1-0, 1-1, 3-0)
Tampa Bay mène la finale de la coupe Stanley 1-0.
Lundi 28 juin 2021, 20h25. Amalie Arena de Tampa Bay. 15 911 spectateurs.
Arbitrage de Dan O’Rourke et Francis Charron assistés de Michel Ciormier et Kiel Murchison.
Pénalités : Tampa Bay 6′ (2′, 0′, 4′), Montréal 8′ (2′, 0′, 6′)
Tirs : Tampa Bay 27 (7, 12, 8), Montréal 19 (5, 9, 5)

Récapitulatif du score :
1-0 à 06’19 : Cernak assisté de Palat et Point
2-0 à 25’47 : Gourde assisté de Coleman et Goodrow
2-1 à 37’40 : Chiarot assisté de Kotkaniemi et Weber
3-1 à 42’00 : Kucherov assisté de Sergachev
4-1 à 51’25 : Kucherov assisté de Point
5-1 à 58’50 : Stamkos assisté de Kucherov et Point (sup. num.)

Tampa Bay Lightning

Attaquants :
Ondrej Palat (+3) – Brayden Point (+3) – Nikita Kucherov (+3)
Alex Killorn (-1) – Anthony Cirelli (-1) – Steven Stamkos (C, -1)
Barclay Goodrow (2′, +1) – Yanni Gourde (+1) – Blake Coleman (2′, +1)
Patrick Maroon – Tyler Johnson – Ross Colton

Défenseurs :
Victor Hedman (A, +2) – Jan Rutta (+1)
Ryan McDonagh (A, +1) – Erik Cernak (2′, +2)
Mikhail Sergachev – David Savard

Gardien :
Andrei Vasilevskiy

Remplaçant : Curtis McElhinney (G). Réservistes : Spencer Martin, Christopher Gibson (G), Luke Schenn, Dredrik Claesson, Andreas Borgman, Cal Foote, Ben Thomas (D), Mathieu Joseph, Taylor Raddysh, Boris Katchouk, Gemel Smith, Alex Barré-Boulet, Mitchell Stephens, Daniel Walcott (A).

Stan

Attaquants :
Artturi Lehkonen (-1) – Philipp Danault – Brendan Gallagher (A, -1)
Tyler Toffoli (-3) – Nick Suzuki (-3) – Cole Caufield (-3)
Paul Byron (A, +1) – Jesperi Kotkaniemi (2′) – Josh Anderson (+1)
Jake Evans – Eric Staal (2′) – Corey Perry

Défenseurs :
Ben Chiarot (2′, -2) – Shea Weber (C, +1)
Joel Edmundson (2′, -2) – Jeff Petry (-2)
Erik Gustafsson – Jon Merrill (-1)

Gardien :
Carey Price

Remplaçant : Jake Allen

Réservistes : Cayden Primeau, Charlie Lindgren, Michael McNiven (G), Cale Fleury, Aleksandr Romanov, Xavier Ouellet, Otto Leskinen, Brett Kulak (D), Lukas Vejdemo, Laurent Dauphin, Jesse Ylönen, Alex Belzile, Michael Frolik, Joel Armia (retour du protocole Covid), Tomas Tatar (blessé) (A).

 

Les commentaires sont fermés.