Coupe de France : Anglet éliminé à Nantes, Rouen s’en sort de justesse

Photo Denis BROYER
876

On a souvent entendu que Nantes peinait à concrétiser son statut de favori en division 1, mais il est une compétition encore plus difficile pour les Corsaires : la Coupe de France. au stade des seizièmes de finale, l’histoire du NAHG est une longue litanie de défaites, quand il n’avait pas déjà perdu au tour précédent (quand il était en D2). Il n’a gagné que deux fois lors de ce tour de compétition, les deux fois contre Brest, en 2017/18 et en 2013/14, la grande année qui le vit atteindre les quarts de finale.

Ce ne sont pas les Albatros qui se présentaient au Petit-Port ce mardi soir, mais c’est une autre équipe de Ligue Magnus, Anglet. Peut-être était-ce la motivation idéale pour les Nantais, souvent éliminés par des équipes de même division voire de division inférieure ? À 0-2 en six minutes de jeu, sur des buts de Gegeris et Arrossamena (sur assistance de l’attaquant formé à Nantes Victor Ranger !), les Corsaires auraient pu replier leur pavillon. Frédéric Bergeron a ramené les équipes à parité par un doublé avant la fin de la deuxième période. À la mi-match, Bergeron était aussi parmi les assistants sur le but du 3-2 de Niki Blomberg. Mais quand Tim Crowder a pris sa seconde pénalité du match, Thomas Decock a fait recoller les Basques. Nantes a dû tuer deux autres infériorités numériques pour amener le match jusqu’aux tirs au but. Devant 547 spectateurs (seulement pour un tel exploit mais c’est souvent le cas du premier tour de coupe le mardi), la séance fut un festival des deux gardiens Joonas Harald et Florian Hardy, qui ne laissaient rien passer. Ce n’est qu’à la huitième tentative nantaise que Matthew Brenton faisait enfin céder le gardien de l’équipe de France (3-2).

419 gilbertdavid rouen 20210928419Un autre club de Ligue Magnus a été emmené aux tirs au but, et c’est rien moins que le champion de France, Rouen. Le but de David Gilbert après sept minutes de jeu n’a pas suffi car Neuilly-sur-Marne a égalisé sur son premier avantage numérique (un coup de genou de Lampérier) par Carter Popoff. Mais aux pénaltys, Matija Pintaric a gardé sa cage inviolée. Et le premier buteur a encore frappé : David a battu son homonyme Antoine Gilbert pour qualifier les Dragons (1-2).

Le leader du championnat Grenoble n’a pas eu la partie aussi facile que ne le laisse croire le score. Sa première pénalité, une obstruction de Sacha Treille, a valu à Louis Olive d’ouvrir le score pour Strasbourg. Aurélien Dair a certes égalisé pendant que ce même Olive était en prison, mais il a fallu attendre le 26e tir pour que Tomas Hiadlovsky s’incline une seconde fois : c’était par Peter Valier en infériorité numérique, et à la toute dernière seconde du deuxième tiers-temps. Le genre de but qui fait très très mal. On comprend mieux dès lors les quatre buts de la dernière période, car le mental strasbourgeois ne suffisait plus à maintenir l’effort défensif (1-6).

Les autres représentants de l’élite ont aussi transpiré. Menant par Chad Langlais, Gap s’est fait rejoindre à Montpellier par un but en supériorité numérique d’Alexandre Vigor, un joueur formé chez les Vipers, à la mi-match. Mais une succession de trois pénalités en deux minutes a été fatale et Fabien Bourgeois a fini par marquer le but gagnant des Rapaces. Sébastien Rohat a enfoncé le clou en infériorité à neuf minutes de la fin sur une relance directe du gardien Jimmy Darier (1-3). Si l’on ne compte pas le dernier but de Huna en cage vide, Briançon a fait le même écart à Marseille avec des buts de Filip Vasko, Robin Colomban et Quentin Fauchon, entrecoupés de la réduction du score d’Augustin Nalliod-Izacard (1-4).

292 legaultmaxime bordeaux 20210922292

On a bien cru à une surprise du côté de Brest. Après un peu plus de huit minutes, les Albatros menaient 2-0 par des buts de Mathieu Henderson et de l’homme en forme de ce premier mois de la saison Gauthier Gibert. L’équipe-surprise du début de saison de Ligue Magnus, Bordeaux, était dans les cordes, mais Maxime Legault l’a relevée en marquant deux fois avant la première pause. Julien Guillaume a marqué dès la reprise ce qui serait le but gagnant, ouvrant la voie aux buts des fidèles Boxers François Paquin et Aina Rambelo (2-5).

Avec deux divisions d’écart, tout est plus facile. Normalement. Cergy a encaissé l’ouverture de score de Thomas Mathieu à Meudon après une minute de jeu. Louis Rabelle a encore ramené les Comètes à 2-2 en répliquant au but de Louis Petit, et c’est finalement Steven Owre – auteur d’un doublé – qui a inscrit le but gagnant juste avant la mi-match. Mais si le score est large, les Jokers ont eu besoin de leur powerplay aux moments-clés, par Aku Kestilä pour égaliser en première période, et par Matic Podlipnik pour se détacher enfin avec le 2-4 au début du troisième tiers (2-7). Amiens a même été mené 2-0 après quatre minutes à Reims (buts de Jakub Matejka et Marc-Antoine Brouillette) dans ce qui était une grande affiche du hockey français au tournant du siècle. 3’58 » jouées, et déjà un temps mort appelé par Anthony Mortas, lui qui participa aux grandes heures du club champenois. Ses hommes ont égalisé avant la pause, pris l’avantage à la reprise par Baptiste Bruche et se sont peu à peu détachés (3-11). On notera le triplé de Spencer Naas et un doublé d’Elgin Pearce, peut-être un déblocage pour les deux attaquants nord-américains à trois jours de la Coupe Continentale ?

Épinal a certes gagné sur un gros score à Roanne, mais il a fallu un but de Tomas Nechala en avantage numérique à dix secondes de la première pause. Matus Rudzan a été élu joueur du match avec 3 buts et 2 assists (2-8). Les confrontations entre équipes d’une même division ont souri aux équipes à domicile. Chamonix a dominé Mulhouse avec un doublé du défenseur Christian Silfver (6-2). Annecy était mené par Morzine-Avoriaz avant l’égalisation d’Eric Springer à sept minutes de la fin puis le but vainqueur de William Croteau, complété en cage vide par Heiskanen (4-2).

Les matches de ce mercredi soir ont été moins serrés. Les équipes de division 3 n’ont pas existé : 0-12 pour Metz contre Valenciennes, 1-22 pour Toulon devant Nice. Coincé à -9 points en D1, Tours pouvait difficilement rêver du derby contre Angers pour se relancer et a subi un 0-6 dont deux buts de Philippe Halley élu joueur du match. La seule confrontation entre équipes d’une même division a vu la victoire de la formation à domicile, en l’occurrence Chambéry, vainqueur 6-3 de Mont-Blanc avec 2 buts du junior grenoblois Paul Siraudin (et 3 assists de plus pour l’autre sensation de la génération 2003 Matias Bachelet).

On notera que Wasquehal, éliminé au tour précédent, puis repêché parce que les Français Volants n’avaient pas aligné assez de JFL (et de joueurs tout court), s’est qualifié en huitièmes de finale après avoir gagné 5-2 à Courbevoie par 3 buts et 1 assist de son capitaine Aurélien Zajac.

Les résultats de la Coupe de France.

Les commentaires sont fermés.