Les exploits sans limite de Rouen en Ligue des Champions

1 655

C’est en recouvrant les voies de chemin de fer pour aménager par-dessus que la ville de Tampere a conçu son projet le plus ambitieux, issu d’une délibération de 2010 mais dont la construction a commencé en 2018 : un hôtel de 280 chambres, 1000 nouveaux logements dans des bâtiments de 29 étages, un casino… et bien sûr une grande patinoire qui doit devenir la plus belle d’Europe. Cette « Tampereen Kannen areena », commercialement baptisée Nokia Arena selon un contrat publicitaire signé il y a moins de trois semaines (le précédent sponsor prévu étant en difficulté), est le premier des bâtiments à voir le jour. Elle a été construite pour être le site principal des prochains championnats du monde 2022 de hockey sur glace.

Quoi de mieux pour l’inaugurer que deux derbys de Tampere entre Tappara et Ilves, bien entendu à guichets fermés ? Ils ont eu lieu ce week-end. Tappara enchaîne en recevant Rouen ce soir en quart de finale de CHL, puis SaiPa demain en Liiga. Le champion de France n’est évidemment pas l’adversaire le plus vendeur ici, d’autant que la promotion des matches se fait beaucoup par l’intermédiaire des canaux de la ligue, ce qui rend la CHL moins visible pour le public en Finlande. Sur les 13 300 places, on recense quand même 3 874 spectateurs, dans une salle ultra-moderne qui contribue à l’impression que les Dragons entrent dans un autre monde.

Un autre monde, surtout, quand on compare les effectifs, car Rouen est très diminué. Toujours aucun renfort en vue pour une équipe privée de Guttig et de ses cinq attaquants internationaux juniors, en stage avec l’équipe de France pour préparer le Mondial 20 ans la semaine prochaine. Ils souhaitaient faire le voyage mais la fédération a refusé pour garder les Bleuets en bulle sanitaire. Fabrice Lhenry n’a donc même pas de quatrième ligne pour utiliser des joueurs frais après un powerplay (joué à quatre attaquants). Il a failli ne même pas avoir trois lignes offensives car la compagnie aérienne a perdu le bagage de Loïc Lampérier, qui joue avec un équipement neuf, des patins empruntés à la légende Marc-André Thinel (!) et un maillot non floqué portant le numéro 9. Du coup, il n’y a pas de maillot-gadget « Top Scorer » dans l’équipe rouennaise puisque c’était Lampérier : merci Air France !

2021 12 07 tappara rouen0

Les Dragons font d’abord bonne figure à 5 contre 5, se créant même une occasion chaude dans le slot adverse à la deuxième minute. Cette résistance solide en zone neutre est malheureusement gâchée un petit coup de crosse de trop de Vincent Nesa dans les jambes de Santtu Kinnunen, qui trébuche dans le coin. En à peine douze secondes, Kyle Platzer envoie le palet dans le slot, où il est dévié contre son camp par le malheureux Mark Flood, un ancien d’Ilves (1-0). Rouen essuie ensuite les déferlantes finlandaises, et on entend Fabrice Lhenry glisser à son adjoint Ari Salo que le powerbreak (pause télévisuelle) « tombe bien » pour permettre à ses hommes de souffler.

Rouen tient et patine fort, mais voilà que Kelsey Tessier prend à son tour une pénalité inutile, à la ligne bleue offensive. Elle est tuée avec une bonne activité en empêchant les palets d’arriver dans l’enclave. Au retour au complet, sur une rare excursion rouennaise dans le camp adverse, la transition de Tappara est menée à la perfection : passe-abandon entre les jambes d’Otto Rauhala pour Anton Levtchi qui centre pour la reprise de Waltteri Merelä entre les cercles (2-0). Les Dragons se permettent tout de même de finir le tiers-temps en zone offensive et David Gilbert prend un bon lancer sur une passe transversale de Nesa à 17 secondes de la pause.

2021 12 07 tappara rouen3

Dès la reprise, les Finlandais recommencent leurs séquences de cycling en zone offensive, qui risquent de faire très mal en deuxième période avec l’éloignement du banc. On voit les défenseurs donner le palet à leur gardien Pintarič pour qu’il le gèle et fasse souffler ses coéquipiers. Lorsque Rouen ressort de sa zone, la première intention est toujours de changer de lignes, et c’est certainement la meilleure stratégie. Il vaut mieux essayer de maintenir un écart raisonnable dans ce deuxième tiers crucial. Une rare possession française permet une faute de Kinnunen qui laisse traîner sa crosse dans les patins de Nesa, revanche de la première pénalité entre les mêmes protagonistes. La revanche est parfaite : sur un tir de poignet de la ligne bleue de Florian Chakiachvili, le numéro 9 – Lampérier pour ceux qui ont perdu le fil – se montre aussi opportuniste qu’un avant-centre de football sur le rebond pour faire trembler les filets (2-1).

Sans qu’on lui demande rien, l’international U8 Topi Rönni (17 ans) fait même trébucher Cantagallo dans la zone rouennaise. C’est un deuxième avantage numérique pour les Dragons… et il est magistral. La passe de la ligne bleue d’Andrew Johnston pour Mark Flood dans le cercle gauche est superbe, Joël Caron est au rebond, et Roland Vigners y arrive aussi en envoyant entre les bottes de Christian Heljanko (2-2). 100% de réussite en jeu de puissance… et dans le match tout court. Les douze supporters normands présents derrière le plexi vivent un rêve éveillé. Un cinglage de Guimond, arrivant juste après un powerbreak, fait redescendre tout le monde sur terre. Le one-timer de Kristian Tanus dans le cercle droit est une merveille, à pleine puissance sous la barre (3-2).

2021 12 07 tappara rouen

Le troisième tiers-temps s’ouvre par une énorme occasion finlandaise, mais quand Pintaric est contourné par un attaquant finlandais sur son revers au rebond, c’est le défenseur Marc-André Dorion qui bloque sa crosse pour l’empêcher de conclure dans l’angle qu’il s’est ouvert. Les séquences de possession de Tappara deviennent très longues, et le premier « powerbreak » de la dernière période constitue une respiration précieuse pour la ligne de Tessier, à l’ouvrage dans les bandes. Le plus gros de l’orage est passé. À mi-tiers, le trio Reynaud-Johnston-Vigners s’offre même une bonne présence autour de la cage adverse.

Alors qu’on craignait que les Dragons s’essoufflent en fin de match, ils continuent de trouver des forces alors que Tappara baisse en intensité. Et à cinq minutes de la fin, pendant un changement de ligne finlandais, une longue passe du capitaine Mark Flood envoie en échappée Andrew Johnston qui marque du revers après une belle feinte à droite (3-3). Un score qui tient du miracle. Mais Yeo utilise son bras pour faire tomber son vis-à-vis et réduit son équipe à 4 contre 5 dans la foulée. Les Rouennais sont solides pendant cette infériorité numérique avec un joueur qui presse le porteur du palet pendant que les trois autres coupent les angles de passe dans l’enclave. Tappara ne se crée plus la moindre occasion dans cette fin de match !

Les supporters de Rouen avaient fait preuve d’une grande confiance dans leur équipe en achetant par anticipation tous les billets pour le match retour. Celui-ci aurait pu se jouer pour l’honneur avec un résultat déjà plié si les Dragons avaient encaissé le carton parfois prédit, et que l’on pouvait craindre après la première période. Mais ils ont fait honneur à leur exposition médiatique sans précédent, en direct sur une chaîne canadienne (TSN5) ou sur NHL Network, avec un article de lemonde.fr dans la journée. Ils ont encore réussi un exploit incommensurable. Rouen ne se fixe décidément jamais de limite dès lors qu’il s’agit d’une compétition européenne.

2021 12 07 tappara rouen2

Commentaires d’après-match :

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « Je suis satisfait de mes joueurs, de leur combativité ce soir. Tappara a vraiment bien joué mais on a pris nos chances en powerplay, tout comme sur le dernier but. Nous avons bien défendu, notre gardien a fait un bon match. Nous n’étions pas nombreux parce qu’il nous manque beaucoup de joueurs mais il y avait beaucoup de caractère dans mon équipe. Il reste encore une bonne chance à domicile. C’est 3-3, c’est un nouveau départ, et c’est bien d’aller à la maison avec ce score. On ne sait jamais dans le sport quel peut être le résultat à la fin. »

Andrew Johnston (attaquant de Rouen) : « Je suis fier, fier de ce groupe après ce qu’on vient de réussir à faire, remonter un 2-0. Honnêtement, on a bien joué dans leur zone pendant les 5 premières minutes, on leur a montré de quoi on était capable, ce fut nos meilleures 5 premières minutes, mais ils nous ont aussi longtemps maintenus dans notre zone pendant le match. Mais on est resté fidèle à notre plan de jeu, en défendant bien. On savait qu’on avait un bon power-play, en ligue Magnus aussi on est dangereux, et là on arrive à concrétiser nos deux occasions. Jouer dans cette patinoire est une belle expérience, ça laissera un bon souvenir, mais franchement on a de bien meilleurs supporters, bien plus bruyants, il y aura bien plus d’ambiance au match retour. »

Charles Bertrand (attaquant de Tappara) : « C’était dur, Rouen s’est bien battu avec les armes qu’ils avaient. On n’a pas su marquer plus de buts, on est déçus, on n’a pas su être décisif et tuer le match au bon moment. Rouen a bien joué le coup sur le power-play. Il faudra revoir quelque chose pour le match retour. J’ai vraiment hâte de ce match, il aura une signification particulière pour moi. Mais on a d’abord un match demain puis ce week-end sur lesquels il faut se concentrer. En ce moment, c’est vrai que j’ai du mal à mettre des buts, j’essaye d’aider l’équipe dans tous les compartiments du jeu, à l’entraînement j’essaye de retrouver ce petit truc. Je ne suis pas en manque de confiance, je sais qu’il peut y avoir des moments difficiles dans une carrière, je travaille dur et je vais redresser la barre. »

(photos et interviews de Johnston et Bertrand par Benoit Mantel)

Tappara Tampere – Rouen 3-3 (2-0, 1-2, 0-1)
Mardi 7 décembre 2021 à 18h00 à la Nokia Arena de Tampere. 3874 spectateurs.
Arbitres : Vladimír Pešina et Jakub Šindel (TCH) assistés de Tommi Niittylä et Hannu Sormunen (FIN).
Pénalités : Tappara 4′ (0′, 4′, 0′) ; Rouen 8′ (4′, 2′, 2′).
Tirs cadrés : Tappara 42 (18, 12, 12) ; Rouen 14 (3, 8, 3).

Évolution du score :
1-0 à 06’09 : Platzer assisté de Merelä et Rantakari (sup. num.)
2-0 à 17’14 : Merelä assisté de Levtchi et Rauhala
2-1 à 28’04 : Lampérier assisté de Johnston et Chakiachvili (sup. num.)
2-2 à 31’30 : Vigners assisté de Caron et Flood (sup. num.)
3-2 à 34’01 : Tanus assisté de Rantakari et Platzer (sup. num.)
3-3 à 54’41 : Johnston assisté de Flood

Tappara Tampere

Attaquants :
76-86-19 Anton Levtchi – Tyler Morley – Waltteri Merelä
31-42-71 Topi Rönni (2′) – Otto Rauhala (C) – Kristian Kuusela
74-88-91 Jere Henriksson – Kyle Platzer – Petteri Puhakka
27-11-9 Kristian Tanus – Patrik Virta – Charles Bertrand

Défenseurs :
5-52 Mikael Seppälä (-1) – Otso Rantakari (-1)
57-72 Brady Austin – Santtu Kinnunen (2′)
61-63 Casimir Jürgens (+1) – Joni Tuulola (+1)

Gardien :
30 Christian Heljanko

Remplaçants : 1 Kari Piiroinen (G), 50 Saku Salminen (D), 92 Samuel Salonen (A). Absents : Veli-Matti Vittasmäki (D), Joona Luoto (A), Sami Moilanen (A).

Rouen

Attaquants :
9-90-37 Loïc Lampérier (A) – Kelsey Tessier (2′) – Joris Bedin
67-96-6 David Gilbert (-1) – Joël Caron (-1) – Vincent Nesa (-1, 2′)
5-61-91 Joran Reynaud (+1) – Andrew Johnston (+1) – Rolands Vigners (+1)

Défenseurs :
8-36 Dylan Yeo (2′) – Mark Flood (C, +1)
44-10 Sacha Guimond (2′) – Marc-André Dorion (-1)
62-41 Florian Chakiachvili – Enzo Cantagallo

Gardien :
69 Matija Pintarič

Remplaçants : Valentin Duquenne (G), 21 Yoan Salve. Absents : Anthony Guttig (commotion), Jordan Hervé, Théo Gueurif, Quentin Tomasino, Tommy Perret et Kaylian Leborgne (équipe de France U20).

Les commentaires sont fermés.