Des JO probablement sans NHL, Russie ou Finlande favorite ?

photo FHR
277

Chaque jour qui passe réduit la probabilité de voir la NHL libérer ses joueurs pour les Jeux olympiques. Des mesures renforcées contre le Covid-19 ont dû être prises samedi. Ce dimanche, la barre des 100 hockeyeurs de NHL infectés par le Covid-19 a été dépassée, et il faut y ajouter 40 membres de l’encadrement des équipes. La ligue a annoncé qu’elle s’exprimerait dans les prochains jours sur Beijing 2022, et les médias nord-américains croient déjà savoir qu’il s’agira d’entériner une non-participation.

C’est dans ce contexte que s’est joué ce Russie-Finlande, pour la victoire dans la manche moscovite de l’Euro Hockey Tour… mais surtout pour marquer son territoire entre ceux qui apparaissent comme les deux principaux favoris olympiques. Dans leurs maillots soviétiques, les Russes ont pratiqué un hockey résolument offensif et moderne et ont remporté trois victoires sans que celles-ci soient toujours étincelantes (un petit 1-0 contre la Suède). Le duo Shipachyov-Gusev a un haut potentiel de créativité, mais la Russie devra jouer cette « finale » sans son centre de première ligne Vadim Shipachyov, élu meilleur attaquant du tournoi mais reposé comme prévu ne pas jouer un quatrième match en cinq jours.

2021 12 19 rus fin3

Après avoir utilisé ses deux autres gardiens hier et tenu la promesse de faire jouer tout le monde, le staff russe ressort comme on pouvait s’y attendre Ivan Fedotov, très bon dans les deux premières rencontres. À ce poste qui apparaissait faible, la Sbornaïa a trouvé un titulaire de confiance cette semaine. Le géant Fedotov démontre de bons réflexes et une capacité à se remettre en position lors d’une série d’arrêts impressionnantes sur des rebonds en milieu de match. Il n’a rien pu faire toutefois face à l’ouverture du score finlandaise à l’issue d’une première période fermée : Miikka Salomäki envoie le palet dans la bande et Joonas Nättinen se jette dessus dans la profondeur pour le remettre en retrait vers le slot où Merelä finit le travail (0-1).

Pris dans son dos par Nättinen et n’ayant pu intervenir face à Merelä, le défenseur Artyom Minulin a la plus grosse part de sa responsabilité. Il marque néanmoins son deuxième but en sélection en fin de deuxième période. Harri Säteri arrête du bouclier un slap du cercle gauche de Mikhaïl Grigorenko, mais ce faisant, il laisse un rebond imprévu qui part vers sa gauche alors qu’il tourne la tête à droite. Le palet ricoche sur la jambe de Kaski et arrive devant Minulin qui n’a plus qu’à tirer du revers dans la cage vide (1-1).

La Finlande reprend l’avantage avec un peu de chance, contre le cours du jeu de la troisième période. Le centre de Sakari Manninen touche le patin de Hartikainen qui ne contrôle pas… mais le palet finit par rebondir sur le gardien vers Manninen qui est resté sur le côté gauche et qui marque dans l’angle (1-2).

Mais à cinq minutes de la fin, 50 commet une obstruction sur Kirill Marchenko en entrée de zone. Sur la supériorité numérique, un slap de la ligne bleue de Vyacheslav Voinov, dévié par une crosse finlandaise, frappe la barre transversale et retombe derrière la ligne de but. Les arbitres signalent néanmoins qu’il n’y a pas but, parce que Marchenko a patiné dans la zone du gardien et est entré en contact avec Säteri au moment om le lancer était armé. Les arbitres vont voir une première fois le ralenti et s’expliquer avec chacun des bancs. Aleksei Zhamnov répond « challenge » avec un hochement de tête. Les arbitres retournent voir les ralentis… et accordent le but. Incompréhension totale sur le banc finlandais, d’autant que le coach vidéo a fait savoir que le but était 100% non valable. Le journaliste Pekka Jalonen poste un « la Russie est habituée à tricher » sur twitter.

2021 12 19 rus fin5

Cela donne droit à une prolongation où la Russie sort son gardien pour jouer à 4 contre 3, comme le CSKA de Sergei Fedorov en a pris l’habitude dernièrement. Au début de cette situation de jeu, Mikhail Grigorenko dribble son vis-à-vis mais préfère redonner le palet à Gusev au lieu de tirer, ce qui n’est pas le meilleur choix car le gardien se déplace vite. Les Russes sont très patients mais n’osent pas prendre leur chance. Le public les y exhorte par des « Shaibu, Shaibu ». Cela fait plus d’une minute qu’ils tournent en zone offensive sans trouver d’espace, alors Voinov tente un tir face à un triangle finlandais resserré, tir contré par les fesses de Kemiläinen. Markus Granlund part en contre vers la cage vide. Voinov réussit à lui enlever le palet mais sa crosse fauche aussi les jambes de l’attaquant finlandais dans la continuité du mouvement. L’attaquant finlandais a fini au fond des filets, pas le palet, mais les arbitres décident logiquement d’accorder un but automatique.

Ce sont donc les Finlandais qui remportent cette Coupe « Pervaya Kanal » (ou « Channel one » en anglais), nom d’autant plus grotesque qu’aucun match de cette compétition n’est retransmise par cette chaîne. Ils ne le savent même pas et certains de leurs médias publient un classement mentionnant que la Russie est première. Mais avec l’invitation des Canadiens, la Russie a joué quatre matches, contre trois à leurs adversaires, et sont donc devancés à la moyenne de points par la Finlande… parce que la victoire est comptée dans ce tournoi à 2 et non à 3 points ! On espère que tout sera plus clair dans la formule et dans les explications de décision dans deux mois aux Jeux olympiques… où l’on devrait retrouver les mêmes acteurs.

Quand on ne sait pas si tous les meilleurs joueurs participent, le favori n’est-il pas l’équipe qui a le meilleur coach et un système en place et éprouvé ? Autant dire la Finlande… La ligne du Salavat Yulaev Ufa (Granlund-Manninen-Hartikainen) est parfaitement prête et la défense est solide.

Désignés joueurs du match : Pavel Karnaukhov pour la Russie et Sakari Manninen pour la Finlande.

2021 12 19 rus fin4

Commentaires d’après-match :

Aleksei Zhamnov (entraîneur de la Russie) : « Il n’y a qu’un message, gagner. Sergei Fedorov pratique [la sortie du gardien en prolongation] dans son club au CSKA, nous avons décidé d’essayer. Simplement, la concentration est affectée. La fatigue arrive après un quatrième match en cinq jours, rotation ou pas. Mais je n’ai de reproche à faire à aucun joueur. Nous sommes conscients que nous leur avons donné beaucoup d’information. Ils ont essayé de tout faire. […] Si vous regardez les tournois olympiques, les Américains et les Canadiens jouent souvent avec plusieurs centres. C’est beaucoup plus facile pour un centre de jouer ailier. Nous voulons voir les gars et nous avons donné une tâche spécifique à chaque centre quand il était à l’aile. Même pendant le match, nous avons continué la rotation en cherchant des combinaisons. […] Tout dépend de la NHL. Si elle participe, je ne donnerai pas de préférence à un joueur de NHL ou de KHL, je prendrai les meilleurs au moment donné. On garde un œil sur tout le monde. »

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : « Nous construisons deux équipes en parallèle. Nous serons prêts quand les décisions tomberont. Nous avons joué deux bons tournois avec deux fortes équipes. Le rôle de centre est toujours le plus responsable et le plus difficile. Manninen a été vraiment bon. On ne peut pas s’inquiéter pour les choses qu’on ne contrôle pas. Si on ne peut sélectionner que les joueurs évoluant en Europe, nous sommes prêts, si le tournoi est joué tout court. S’il y a des quarantaines et qu’un joueur ou membre du staff doit rester en Chine longtemps, c’est exactement la même situation. On ne peut pas imaginer que ceux qui jouent en Europe vont se précipiter en criant aux JO si les choses ne deviennent pas plus claires. »

2021 12 19 rus fin

Russie – Finlande 2-3 après prolongation (0-1, 1-0, 1-1, 0-1)
Dimanche 19 décembre 2021 à 15h30 à la CSKA Arena de Moscou. 8544 spectateurs.
Arbitres : Maksim Sidorenko (BLR) et Martin Frano (TCH).
Pénalités : Russie 4′ (0′, 2′, 2′, 0′) ; Finlande 4′ (0′, 2′, 2′, 0′).
Tirs : Russie 26 (3, 13, 10) ; Finlande 24 (6, 9, 7, 2).

Évolution du score :
0-1 à 18’27 : Merelä assisté de Nättinen et Salomäki
1-1 à 35’37 : Minulin assisté de Grigorenko et Gusev
1-2 à 44’04 : Manninen assisté de Kemppainen et Hartikainen (sup. num.)
2-2 à 56’22 : Voynov assisté de Semyonov et Tolchinsky (sup. num.)
2-3 à 64’30 : Manninen (but automatique)

Russie (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Andrei Chibisov (-1) – Aleksandr Kadeikin (-1, 2′) – Kirill Marchenko (-1)
Nikita Gusev – Pavel Karnaukhov (+1) – Mikhail Grigorenko (A)
Sergei Tolchinsky – Kirill Semyonov – Arseni Gritsyuk
Vladimir Tkachyov – Artyom Galimov – Sergei Plotnikov (C, -1)

Défenseurs :
Semyon Chistyakov – Vyacheslav Voinov (A, -1)
Artyom Minulin – Aleksandr Nikishin
Sergei Telegin – Aleksei Marchenko
Damir Sharipzyanov

Gardien :
Ivan Fedotov [sorti de 61’00 à 61’14 et de 63’18 à 64’30]

Remplaçants : Timur Bilyalov (G), Vladislav Kamenev. En tribune : Aleksandr Samonov (G), Nikita Nesterov, Egor Yakovlev, Aleksei Elesin (D), Vadim Shipachyov, Ivan Morozov, Artur Kayumov, Daniil Vovchenko, Artyom Anisimov, Egor Korshkov (A).

Finlande

Attaquants :
Markus Granlund – Sakari Manninen (A) – Teemu Hartikainen (-1)
Leo Komarov (A) – Joonas Kemppainen – Jere Karjalainen
Markus Nurmi – Juuso Pärssinen – Niko Ojamäki
Miikka Salomäki (+1) – Joonas Nättinen (+1) – Waltteri Merelä (+1)
Markus Nenonen

Défenseurs :
Ville Pokka (-1) – Oliwer Kaski (-1)
Peetro Seppälä – Valtteri Kemiläinen (+1, 2′)
Arttu Pelli (+1) – Juuso Hietanen (C)
Mikael Seppälä (+1, 2′)

Gardien :
Harri Säteri

Remplaçant : Niilo Halonen (G). En tribune : Christian Heljanko (G), Julius Honka (D), Peter Tiivola, Anton Levtchi (A).

Les commentaires sont fermés.

p-rocket.me - Debug: cached@1642565136 -->