Suisse – Russie (Euro Hockey Challenge 2017, match 5)

53

La Russie reçoit ses premiers renforts de NHL en arrivant à Fribourg, dans une patinoire qui a admité le hockey russe, et où sont accrochés sous le toit les maillots des deux légendes Bykov et Khomutov.

Slava Bykov est évidemment présent en personne pour assister à ce match « à domicile ». L’équipe nationale russe, qu’il a longtemps entraînée, est encore en construction. Le sélectionneur Oleg Znarok n’est pas encore là, et c’est toujours Oleg Bratash qui dirige l’équipe parfois dite « olympique » en son absence. Les joueurs de NHL sont incorporés sans se presser, pour faciliter leur acclimatation en douceur. Le gardien Andrei Vassilievski est en attente forcée car la compagnie American Airlines a perdu tous ses bagages, aussi bien son équipement sportif que ses vêtements. Son coéquipier à Tampa Bay, « l’invité-surprise » Vladislav Namestnikov (il n’avait pas été annoncé dans un premier temps et c’est le manager de la sélection Aleksei Zhamnov qui a insisté pour le prendre après sa tournée américaine), est en tribunes de même que Chudinov.

Seuls les deux joueurs des Flyers de Philadelphie sont donc effectivement alignés sur la quatrième ligne : Roman Lyubimov et surtout le défenseur Ivan Provorov. Ayant quitté Yaroslavl à 14 ans, ce dernier était très peu connu dans son pays natal mais s’est fait connaître en jouant les 82 matches pour sa première saison de NHL. Ses 30 points de rookie intéressent une Russie à la recherche d’une nouvelle génération de défenseurs offensifs. Ses débuts internationaux seront néanmoins discrets, à l’instar de toute son équipe.

ROMY Kevin 150503 590Tout commence pourtant de manière idéale pour les Russes. Ils obtiennent rapidement une pénalité quand Joël Genazzi donne un coup de crosse à Shalunov. En fin d’avantage numérique, Anton Burdasov hérite du palet et tire en lucarne de Flüeler. La Rusise est encore dominatrice dans ce premier tiers, mais peu à peu la Suisse reprend du poil de la bête.

Au début de la deuxième période, Bogdan Kiselevich inflige une mise en échec à Damien Brunner et lève trop son coude qui l’atteint au visage et le fait saigner. On craint alors pour la santé de Brunner, mais heureusement, celui-ci ne rentrera au vestiaire que pour changer de maillot. Le défenseur russe s’y rend définitivement en revanche, mais la Suisse ne profite pas des cinq minutes de supériorité numérique, laissant même plusieurs échappées. Ce n’est que partie remise lors de la pénalité suivante contre Ozhiganov : les tirs pleuvent cette fois sur Ilya Sorokin, et le gardien ne peut que détourner la passe de Denis Hollenstein qui atterrit sur Vincent Praplan pour l’égalisation.

Au troisième tiers-temps, la Suisse tue deux pénalités et convertit de nouveau son jeu de puissance. Romy tire sur passe de derrière la cage de Hollenstein et c’est encore Vincent Praplan qui marque au rebond. La victoire est revenue logiquement à l’équipe la plus motivée, et le seul à s’être illustré dans le camp russe est le gardien Ilya Sorokin, qui reçoit son titre de joueur du match des mains de Bykov.

Désignés joueurs du match : Ilya Sorokin pour la Russie et… l’arbitre Danny Kurmann pour la Suisse (distinction honorifique car c’est son dernier match avant de devenir responsable de l’arbitrage au sein de l’IIHF).

 

Suisse – Russie 2-1 (0-1, 1-0, 1-0)
Vendredi 21 avril 2017 à 20h15 à la BCF Arena. 3806 spectateurs.
Arbitrage de Danny Kurmann et Daniel Stricker (SUI) assistés de Nicolas Fluri et Peter Küng (SUI).
Pénalités : Suisse 8′ (2′, 0′, 6′), Russie 33′ (2′, 2’+25′, 4′).
Tirs : Suisse 34 (7, 11, 16), Russie 28 (10, 8, 10).

Évolution du score :
0-1 à 05’26 » : Burdasov assisté de Lyubushkin et Arzamatsev (sup. num.)
1-1 à 33’50 » : Praplan assisté de Hollenstein (sup. num.)
2-1 à 54’12 » : Praplan assisté de Romy (sup. num.)

Suisse

Attaquants :
Fabrice Herzog – Andres Ambühl (2′) – Damien Brunner
Denis Hollenstein – Gaëtan Haas – Vincent Praplan
Cody Almond (4′) [puis Suter à 40’00 »] – Kévin Romy – Denis Malgin
Pius Suter [puis Almond à 40’00 »] – Reto Schäppi – Chris Baltisberger
Damien Riat

Défenseurs :
Philippe Furrer – Romain Loeffel
Patrick Geering – Dave Sutter
Joël Genazzi (2′) – Fabian Heldner
Claude-Curdin Paschoud

Gardien :
Lukas Flüeler

Remplaçant : Niklas Schlegel (G). En réserve : Jonas Hiller (G), Christian Marti (D).

Russie

Attaquants :
Ivan Telegin – Sergei Andronov – Anton Burdasov
Sergei Shumakov – Maksim Shalunov – Stepan Sannikov (C)
Maksim Mamin – Andrei Svetlakov – Valeri Nichushkin
Anatoly Golyshev – Vladimir Tkachyov – Roman Lyubimov (2′)

Défenseurs :
Mikhaïl Naumenkov (2′) – Andrei Mironov
Bogdan Kiselevich (25′) – Vladislav Gavrikov
Zakhar Arzamatsev – Igor Ozhiganov (4′)
Ivan Provorov – Ilya Lyubushkin

Gardien :
Ilya Sorokin

Remplaçant : Andrei Kareev (G). En réserve : Andrei Vassilievsky (G), Maksim Chudinov (D), Vladislav Namestnikov (A).

 

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

ut amet, eget tristique commodo libero commodo accumsan id Lorem luctus mi,