France – Lettonie (Euro Hockey Challenge, match 6)

44

Au lendemain de la courte victoire lettone, l’équipe de France bénéficie d’une deuxième chance. Les Bleus ont partagé les points avec tous leurs adversaires en préparation : la Suisse comme la Russie ont gagné et perdu un match. Les joueurs de Dave Henderson feront-ils la passe de trois ?

MASALSKIS Edgars 150512 572Ce deuxième match à Riga a attiré bien plus de monde que la veille, et pour cause. Une légende fait ses adieux : Edgars Masaļskis. Le portier de 37 ans tire sa révérence, après avoir participé aux quinze derniers championnats du monde et quatre tournois olympiques. Il disputera sa 160e et dernière partie sous le maillot balte, lui qui a connu deux quarts aux Mondiaux et un aux Jeux Olympiques de Sochi. Il débute dans les cages lettones, avec un dernier hymne national bouleversant.

Ronan Quemener débute côté tricolore et la partie débute par une féroce bataille de placement dans la neutre. Les duels sont intenses et il y a un rythme très élevé. Bukarts sur une longue passe, puis Razgals de près placent les premières banderilles. Les Grenats persistent et font le jeu. Les Bleus se montrent incapables de créer quoi que ce soit dans ces premières minutes.

Il faut attendre la cinquième minute pour qu’une montée rageuse de Peter Valier n’offre à Damien Fleury le premier tir français. Un premier contre qui en appelle un autre. Claireaux attaque à droite et effectue une passe-abandon précise pour Yorick Treille. L’expérimenté ailier feinte le tir pour fixer Masaļskis et trouve à l’opposée Nicolas Besch monté aux avant-postes. Le défenseur a devancé son homologue et ouvre le score dans la cage ouverte (0-1).

Vexés, les Lettons réagissent très vite et Quemener doit faire face à une activité intense dans son slot. La défense bleue ne s’affole pas et s’efforce de relancer proprement. Néanmoins, la domination lettone finit par provoquer deux minutes contre Nicolas Ritz. Le bon placement permet d’éviter l’égalisation, malgré une frayeur à la dernière seconde, un tir de Pavlovs dévié que Besch finit par dégager. Après ce temps fort, le match s’équilibre et les Bleus finissent plutôt bien, avec quelques séquences offensives intéressantes d’Alexandre Texier et Teddy Da Costa. Un but d’avance après vingt minutes dans un premier tiers relativement pauvre en tirs (8-5 pour la Lettonie).

DA COSTA Teddy 150507 108Les Baltes appuient en début de deuxième période avec une nouvelle chance de Darzins mais la défense tricolore fait bloc. Une bonne présence de Teddy Da Costa remet la France dans le bon sens. Son tir, avec l’écran de Bouvet, gêne Masaļskis. Et ce temps fort se concrétise. Alors que les Baltes sont à l’offensive, Yorick Treille bloque une action à la bleue et lance Laurent Meunier sur le côté. Le capitaine français accélère, élimine son défenseur et ajuste en déséquilibre Masaļskis en hauteur (0-2). Galvanisés, ses coéquipiers enchaînent avec une échappée, mais sont tout aussi menacés. Quemener sauve sur sa ligne une action de Balinskins.

Réalistes, les Français creusent l’écart. Teddy Da Costa vole un palet en entrée de zone et lance Anthony Rech seul dans l’axe. Le MVP de la ligue Magnus signe le troisième but du jour (0-3).

Il y a des boulevards en contre. Lampérier déborde à droite, Bouvet attire la défense et la passe arrive sur Dame-Malka. Le défenseur a une belle fenêtre de tir mais le gardien sauve son camp. La défense lettone coule sur la présence suivante. Besch parvient à conserver un palet en zone offensive à la bleue et décale Nicolas Ritz dans l’axe. Ce dernier fusille Masaļskis ras glace (0-4). Trois buts en trois minutes, l’efficacité française fait la différence.

Un nouvel arrêt de Quemener plus tard, la France, en pleine confiance, récite ses gammes et exploite les contres avec explosivité. Džeriņš se rend coupable d’un cinglage et les Bleus s’installent. Teddy Da Costa, au cercle, profite d’un bon écran de Lampérier pour tromper Masaļskis côté mitaine (0-5).

Une nouvelle occasion entre les jambes de Masaļskis n’aboutit pas, mais une pénalité contre Douay est appelée. Pire, alors que l’officiel a le bras levé, Dame-Malka est lui aussi puni : la Lettonie reçoit deux minutes de 5 contre 3. Dārziņš et Indrašis mènent le bal et Quemener réussi deux prouesses devant Indrašis au deuxième poteau. Après une minute à sauver les meubles, le portier français s’incline lorsque la frappe lourde d’Indrašis est déviée par Kenins planté dans le slot (1-5). Il reste une pénalité à tuer. La Lettonie s’installe encore, tourne et Quemener sort deux arrêts, dont un rebond de Razgals. Assiégé, le gardien s’incline à nouveau lorsque Dārziņš s’infiltre au cercle, lance, et que Bukarts s’empare du rebond à la dernière seconde du jeu de puissance (2-5).

L’indiscipline française a donc coûté cher, mais il reste trois buts d’avance. La France défend bec et ongles cette avance et la conserve jusqu’à la pause. Malheureusement, Hecquefeuille et Dame-Malka sont punis juste avant la sirène avec une méconduite de dix minutes à la clé…

RECH Anthony 150509 186La troisième période commence et s’arrête après une minute : Edgars Masaļskis reçoit une ovation debout et fait ses adieux à l’équipe nationale et à son public. Nul doute que cette fin avec cinq buts encaissés n’était pas celle qu’il espérait, mais il a tant donné pour son pays que le public lui passera bien cet échec en amical.

Ivars Punnenovs n’a pas le temps de s’échauffer qu’il concède déjà un but. Janil met en échec dans la neutre et le palet est libre au milieu de la glace. Alexandre Texier s’en empare et se montre costaud au duel avec son défenseur pour conserver la maîtrise du palet et un pas d’avance, avant d’expédier le disque en hauteur (2-6).

Un but qui rassure les Bleus, mais ne les aide pas vraiment à sortir de leur zone. Ķēniņš, seul au cercle, échoue sur Quemener, et les Lettons campent dans la zone française. La frustration balte est à son comble lorsque Freibergs cherche à tomber les gants contre Manavian : les deux joueurs sont sanctionnés de deux minutes.

Les minutes défilent et le match semble plié… mais la Lettonie n’a pas dit son dernier mot. Roberts Bukarts au cercle, trompe Quemener, après une mauvaise relance de Besch, dans le coin, volée par Indrašis (3-6).

Laurent Meunier frôle le septième but et la Lettonie démarre en contre. Dārziņš efface Meunier, et profite d’un palet mal contrôlé pour remiser vers Džeriņš en retrait : Quemener est battu (4-6). La France a eu bien du mal avec Hecquefeuille et Dame-Malka en prison et concédé deux buts durant ces dix minutes…

Le public de Riga pousse son équipe à remonter les deux buts de retard. La défense française subit et le jeu se déroule principalement dans son camp, mais elle limite bien les chances. À peine ses deux punis de retour, Antonin Manavian se fait piéger dans le coin et concède deux minutes. Le jeu de puissance s’installe sous l’impulsion d’un Indrašis très en vue. Fort heureusement, la défense cantonne le jeu aux extérieurs et revient au complet sans dommage.

Les Bleus soufflent un peu, à la faveur d’une longue présence offensive du duo Rech-Texier, qui porte le jeu dans le camp adverse. La Lettonie part en contre et obtient une bonne chance devant la cage, où les esprits s’échauffent un peu. Les Baltes campent dans la zone française en fin de match et Quemener poursuit son excellent match pour tenir le score jusqu’à la sirène.

Victoire française 6-4, avec un réalisme assez incroyable en deuxième période. Puis, les pénalités ont mis la défense en difficulté et rendu le score un peu fou. Qu’importe, la France partage encore les points, comme contre la Suisse et la Russie.

Une séance de tirs au but conclut ce match amical. Alexandre Texier se montre précis mi-hauteur, et Maurin Bouvet efface le gardien ras-glace, entre les jambes, pendant que Quemener reste intraitable… jusqu’à l’avancée de Dārziņš en hauteur. Nicolas Ritz perd son palet sur sa feinte, tout comme Džeriņš. Claireaux tente un tir, sans réussite, tout comme Bičevskis. Rech fixe bien le gardien pour marquer un troisième but, du revers. Les Bleus remportent donc la séance, après avoir remporté le match.

 

Lettonie – France 4-6 (0-1, 2-4, 2-1)
Samedi 22 avril 2017, 14h45. Arena Riga, Lettonie. 7100 spectateurs.
Arbitrage de Eduards Odins et Gints Zviedritis assistés de Maris Locans et Andrejs Jakovlevs.
Tirs : Lettonie 43 (8, 22, 13), France 22 (5, 12, 5)
Pénalités : Lettonie 4′ (0′, 2′, 2′), France 30′ (2′, 24′, 4′)

Evolution du score
0-1 à 07’19 » : Besch assisté de Y. Treille et Claireaux
0-2 à 24’12 » : Meunier assisté de Y. Treille
0-3 à 26’15 » : Rech assisté de T. Da Costa
0-4 à 27’26 » : Ritz assisté de Besch
0-5 à 32’13 » : T. Da Costa assisté de Besch et Manavian (sup. num.)
1-5 à 35’01 » : Ķēniņš assisté de Ro. Bukarts et Dārziņš (double sup. num.)
2-5 à 35’50 » : Ri. Bukarts assisté de A. Džeriņš et Dārziņš
2-6 à 41’41 » : Texier
3-6 à 47’18 » : Ro. Bukarts assisté d’Indrašis
4-6 à 48’32 » : A. Džeriņš assisté de Dārziņš et R. Freibergs
 

France

Attaquants :
Anthony Rech – Alexandre Texier – Damien Fleury (-1)
Loïc Lampérier – Teddy Da Costa (+2) – Peter Valier
Jordann Perret (-1) – Laurent Meunier (C) – Floran Douay (2′)
Yorick Treille (A, +3) – Nicolas Ritz (2′, +1) – Valentin Claireaux (+1)
Maurin Bouvet

Défenseurs :
Olivier Dame-Malka (2’+10′, +1) – Damien Raux (+1)
Nicolas Besch (+1) – Antonin Manavian (4′, +1)
Florian Chakiachvili – Jonathan Janil (+1)
Kévin Hecquefeuille (10′)

Gardien :
Ronan Quemener

Remplaçant : Florian Hardy (G).

Lettonie

Attaquants :
Roberts Bukarts (+1) – Māris Bičevskis – Miks Indrašis (+1)
Lauris Dārziņš – Andris Džeriņš (2′, +1) – Rihards Bukarts (+1)
Gunārs Skvorcovs (-1) – Vitālijs Pavlovs (-3) – Edgars Kulda (-1)
Ronalds Ķēniņš (-2) – Gatis Gricinskis (-2) – Gints Meija (-1)
Frenks Razgals (-2)

Défenseurs :

Guntis Galviņš (+1) – Kristofers Bindulis (+1)
Uvis Jānis Balinskis (-3) – Jānis Jaks (-2)
Ralfs Freibergs (2′, +1) – Kristaps Roberts Zīle

Gardien :
Edgars Masaļskis puis Ivars Punnenovs à 41’09 ».

Au repos : Kaspars Daugaviņš (C), Oskars Batņa, Kristaps Sotnieks, Artūrs Kulda.

Les commentaires sont fermés.