La Canada applique son tarif habituel

74

Calvin Pickard a passé une fin d’après-midi plutôt tranquille. On ne prendra pas le risque d’affirmer que le gardien du Canada s’est ennuyé… Mais quand même. Face à une Biélorussie faiblarde et hésitante, déjà battue par la Finlande (3-2) et la République Tchèque (6-1) en début de tournoi, le joueur de l’Avalanche du Colorado n’a eu, en tout et en soixante minutes, que treize lancers à bloquer. Une peccadille.

Pickard, au moins, a eu le temps d’apprécier le jeu léché et rapide de ses coéquipiers du Team Canada. Encore que, ce Canada-là a vite compris qu’il n’avait pas grand-chose à craindre d’un adversaire qu’il a nettement dominé. Rapidement, les joueurs de Jon Cooper ont gentiment levé le pied, histoire de garder des forces et d’éviter la blessure bête, quatre jours après le début d’un Mondial qu’ils ont pour objectif de remporter.

DSC 4978

La faille, les champions du monde en titre ont mis à peine cinq minutes à la trouver. L’action ? Un palet qui circule entre Travis Konecny, derrière la cage, et Mitch Marner. Qui, d’une passe assez lumineuse, trouve Brayden Point. Sa reprise, à mi-distance, ne laisse aucune chance à Mikhail Karnaukhov, le dernier rempart biélorusse (0-1, 5’08 »).

Un but d’avance, forcément, c’est trop peu pour le Canada. Claude Giroux et ses coéquipiers poussent, encore et encore. Tyson Barrie et Mark Scheifele tentent leur chance, mais se heurtent à Karnaukhov, clairement le meilleur Biélorusse du jour et auteur, au final, d’une partie pas ridicule du tout. Trois minutes après l’ouverture du score, Brayden Schenn accélère à l’entrée de la zone offensive, côté droit. Mais son shoot, puissant, termine dans la mitaine de Karnaukhov. Une poignée de secondes plus tard, Alex Killorn puis Nate MacKinnon ne font pas mieux, malgré des tirs bien appuyés.

La Biélorussie, elle, plie. Se contorsionne même. Sans exploser. Elle ose même tenter un tir, son premier du match, sur la cage de Pickard, dix minutes après le coup d’envoi. Las, le cerbère canadien veille au grain. Elle bénéficie du premier power-play de la partie, sifflé après un faire trébucher de Marner (17’54). Problème : si elle parvient à s’installer dans le camp canadien, la formation de Dave Lewis ne décoche qu’un seul et unique shoot. Trop peu pour déstabiliser Pickard.

DSC 5026

Pas de changement de ton dans le deuxième tiers. Le Canada attaque, patine vite et excelle dans les petits périmètres. La Biélorussie, elle, fait ce qu’elle peut. C’est-à-dire s’en remettre aux arrêts de Kamaukhov et prendre des pénalités (crosse haute de Kovyrshin, 21’53 ; accrocher de Volkov, 24’20). Justement, c’est à cinq contre quatre que les Canadiens font le break. Déjà passeur décisif sur l’ouverture du score, Mitch Manner s’offre une nouvelle assistance en servant Nate MacKinnon. Qui marque avec un tir dévié par la défense biélorusse (0-2, 24’20).

Le Canada frôle même le 0-3, quand Sean Couturier dribble et pivote au milieu de la défense rouge, en pleine enclave. Sa tentative est stoppée. Pas par Kamaukhov, pour une fois, mais par le poteau gauche de la cage slave. Le 0-3 canadien finit par arriver à cinq minutes de la seconde pause. Mikhail Karnaukhov s’interpose face à un tir de Jeff Skinner. Mais le gardien du Dynamo Minsk ne gèle pas le palet, qui ressort le long de son botte droite. Nate MacKinnon, encore lui, vient le pousser au fond du filet (0-3, 35’21).

L’ultime période démarre avec une double supériorité numérique canadienne. Claude Giroux, Jeff Skinner, Tyson Barrie et Nate MacKinnon y vont de leurs lancers. Mais la Biélorussie tient le choc et tue ses deux pénalités. Avant de céder à cinq contre cinq quand Nate MacKinnon déborde, contourne la cage et offre un caviar à Jeff Skinner (0-4, 47’01, photo ci-dessous).

DSC 5013

Trois minutes plus tard, Claude Giroux récupère un rebond laissé par Kamaukhov sur un nouveau shoot de Skinner. Et de cinq longueurs d’avance pour le Canada (0-5, 50’16) ! Qui en une ajoute une de plus à cinq minutes de la sirène grâce à Brayden Point. Le jeune (21 ans) centre du Lightning de Tampa Bay part en contre-attaque, accélère, pénètre en zone offensive, efface Pavel Vorobei et ajuste Mikhail Karnaukhov (0-6, 54’42).

Après le 9-0 de 2015 et le 8-0 de 2016, le Canada blanchit donc pour une troisième fois de suite la Biélorussie dans un mondial. L’équipe de Jon Cooper continue son chemin, pour le moment sans embûches, vers les quarts de finale. Les Biélorusses, eux, ont perdu, comme prévu, leurs rencontres face aux gros de la poule parisienne. Leur compétition peut enfin commencer.

Désignés joueurs du match : Pavel Vorobei pour le Bélarus et Brayden Point pour le Canada.

DSC 5033

Commentaires d’après-match :

Charles Linglet (attaquant de la Biélorussie) : « On savait que ce serait un match compliqué. On a essayé de ne pas se laisser déborder. On voulait prouver qu’on pouvait tenir la comparaison, au mental. On a réussi notre coup pendant un gros tiers. Mais, derrière, on a commencé à prendre des pénalités. Ça nous a coupé les jambes, complètement. Et on a jamais réussi à se remettre dans la partie. On n’a pas tenu, simplement. Plus on avançait dans la rencontre, moins on était capable de suivre. Le Canada est toujours impressionnant. Ça joue vite, ils enchaînent les passent dans un petit périmètre, puis d’un coup, ils arrivent à élargir le jeu. Mais on a presque eu plus de mal face à la République Tchèque, une très belle équipe qui joue vite, dur dans les bandes. Peu importe qui ils rencontrent, les Tchèques seront de sacrés challengers. On va juste essayer de garder le moral. Enchaîner les défaites, c’est toujours compliqué. Mais ce défi du maintien, dans un tournoi compliqué, on a réussi à le relever l’an passé. On avait perdu contre la Finlande, les États-Unis et le Canada. On prend le même départ cette année, avec trois défaites. Donc, on garde espoir. On sait que tout n’est pas perdu. Ce sera difficile, on le sait, on en est tous conscients. Mais on n’a pas encore abattu toutes nos cartes. On va vite se concentrer sur notre match face à la Suisse. Pour les battre, il faudra dominer le jeu en zone neutre. »

Wayne Simmonds (attaquant du Canada) : « Je ne dirai pas que c’était un match facile, car c’était difficile de rentrer dans leur zone. Nous avons cherché à envoyer le palet au fond, pour continuer à les presser dans leur zone, ne pas faire un tir et puis c’est tout. Garder la pression, et lancer tir sur tir. Avant les matchs, nous avons un travail vidéo, pour étudier le style de chaque équipe et adapter notre jeu. Nous étions bien préparés. »

Marc-Édouard Vlasic (défenseur du Canada) : « Cela fait des années que je joue les playoffs NHL. Quand j’ai la chance de pouvoir jouer pour le Canada, je la prends. Le séjour à Paris se passe bien. L’équipe est super jeune, si on m’avait dit qu’à 31 ans je serai le plus vieux… Mais les jeunes, ils patinent vite. Quand on voit leur patinage à 20, 21, 22 ans… C’est fun à voir ! Il y a beaucoup de talent et de vitesse. Ce match, ça avait l’air facile, mais ils défendaient bien la zone neutre. Au premier tiers, on a trop cherché la passe au lieu de tirer. Après, nous avons juste tiré à la cage et l’écart s’est fait. »

DSC 5043

 

Biélorussie – Canada 0-6 (0-1, 0-2, 0-3)
Lundi 8 mai 2017 à 16h15 à l’AccorHotels Arena de Paris. 4 363 spectateurs.
Arbitrage de Stefan Fonselius (FIN) et Jan Hribik (TCH) assistés de Gleb Lazarev (RUS) et Rene Jensen (DAN).
Pénalités : Biélorussie 12′ (0′, 8′, 4′) ; Canada 6′ (2′, 0′, 4′).
Tirs : Biélorussie 13 (4, 3, 6) ; Canada 45 (11, 15, 19).

Évolution du score :
0-1 à 05’08 » : Point assisté de Marner et Konecny
0-2 à 24’20 » : MacKinnon assisté de Marner et Barrie (sup. num.)
0-3 à 35’21 » : MacKinnon assisté de Skinner et Giroux
0-4 à 47’01 » : Skinner assisté de MacKinnon et Matheson
0-5 à 50’16 » : Giroux assisté de Skinner et Morrissey
0-6 à 54’42 » : Point assisté de Konecny et Vlasic
 

Biélorussie

Attaquants
Charles Linglet – Andrei Stats (C) – Aleksandr Pavlovich (A)
Sergei Kostitsyn – Yevgeni Kovyrshin – Aleksandr Kulakov
Sergei Drozd – Artyom Volkov – Artyom Demkov
Mikhail Stefanovich – Yegor Sharangovich – Aleksandr Kogalev
Danila Karabian

Défenseurs

Dmitri Korobov (A) – Yevgeni Lisovets
Kristian Khenkel – Ilya Shinkevich
Roman Graborenko – Oleg Yevenko
Pavel Vorobei

Gardien
Mikhail Karnaukhov

Remplaçant : Vitali Trus (G).

Canada

Attaquants
Matt Duchene (A) – Mark Scheifele – Ryan O’Reilly (A)
Nathan MacKinnon – Claude Giroux (C) – Jeff Skinner
Travis Konecny – Brayden Point – Mitch Marner
Alex Killorn – Brayden Schenn – Wayne Simmonds
Sean Couturier

Défenseurs
Marc-Édouard Vlasic – Jason Demers
Tyson Barrie – Calvin de Haan
Michael Matheson – Josh Morrissey

Gardien :
Calvin Pickard

Remplaçant : Chad Johnson (G)

Les commentaires sont fermés.