Slovénie – Norvège (Mondiaux 2017 – Groupe B)

42

Réunir du public un mardi après-midi pour deux équipes peu reconnues ? Pari impossible pour l’organisation, qui avait prévu une catégorie « une étoile » et un tarif le plus bas possible. Malheureusement, cela n’a pas suffi et les travées sonnent creux. Un petit millier de personnes, à peine, ont fait le déplacement, avec quelques Norvégiens dans un coin et des Slovènes à un étage… La patinoire se remplira (un peu) au long du match, sans atteindre des sommets.

DSC 5620Sur la glace, le match est d’importance. La Norvège doit s’imposer pour continuer à rêver des quarts de finale. La Slovénie bataille pour le maintien et l’adversaire est peut-être jouable. Dans tous les cas, il faut faire sans Jeglic, suspendu, et l’entraîneur choisit de lancer Matija Pintaric. La Norvège est privée de Lesund, blessé au dernier match.

DSC 5553Le réalisme norvégien

Les premières minutes sont plutôt favorables à la Norvège, qui, petit à petit, s’installe. Un travail au fond aboutit à une passe en retrait et Mathis Olimb reprend ras glace. Pintaric cède sur ce tir relativement moyen (0-1).

Jonas Holøs se rend coupable d’une obstruction et relance la Slovénie vers l’avant. Pintaric sauve tout d’abord une échappée de Roest et voit ses coéquipiers patiner en retard face à une sélection norvégienne qui confisque le palet. L’attaque slovène manque sérieusement de patinage et de précision. Au retour à cinq, une interception mène à une action de Music et Kuralt près de la cage mais Haugen tient bien son premier poteau. Pintaric se montre tout aussi solide sur une infiltration de Holøs, relayé par Mathis Olimb. Verlic enchaîne en pivot, profitant d’une défense norvégienne un peu hasardeuse.

DSC 5596Car oui, la Norvège se cantonne à son 1-0 et emploie sa tactique habituelle. Elle ferme le jeu, s’applique défensivement et ne construit pas grand chose. Une occasion suffit. C’est encore un travail au fond de Thoresen, et encore une passe dans l’enclave dans les patins de deux défenseurs pour une reprise de Ken Andre Olimb (0-2).

La Norvège se montre ultra-réaliste. Kristian Forsberg récupère un palet en tête de cercle, pivote et surprend Pintaric en hauteur (0-3). Après vingt minutes, la Norvège dispose d’un matelas confortable.

DSC 5624La Slovénie sauve l’honneur

Gasper Kroselj fait son entrée à la place de Pintaric à la reprise du jeu. La Slovénie tente de revenir et maîtrise globalement la possession du palet, sans pour autant se montrer dangereuse. Après sept minutes, Martinsen sort pour accrocher et les joueurs de Zupancic s’installent. Malgré les efforts de Sabolic, Haugen repousse les quelques tentatives.

Sabolic sorti, la Norvège pointe timidement son nez en zone offensive, avec un jeu de puissance d’une lenteur d’escargot anémique. Nørstebø puni à son tour, la Slovénie cafouille son power-play, avant de défendre une pénalité de Ticar. Kroselj est à son meilleur avec un bel arrêt de la botte, mais craque à quelques secondes du retour à cinq. Une longue passe arrive sur Reichenberg, qui double son défenseur le long de la bande et attaque la cage avec succès (0-4).

Contre la Suisse, les Slovènes avaient marqué en fin de tiers pour remonter le score. Et c’est donc fort logiquement que, à quinze secondes de la pause, Haugen repousse un tir du cercle vers le cercle opposé, et ne peut arrêter le slap en force de Sabolic (1-4).

DSC 5653Pas de retour, cette fois

Contre la Suisse, la Slovénie avait marqué en fin de tiers avant de revenir en force pour égaliser à 4-4. Bis repetita ? La Norvège a choisi la défense pour ce tiers et subit le jeu d’entrée. Bonsaksen commet une faute évidente sur Mursak, qui peine à rentrer au banc, et lance les Slovènes en supériorité. Ticar et Mursak viennent percuter Holøs derrière le but et Ticar est le plus touché. Il rentre péniblement au banc.

Le jeu de puissance ne cadre pas et, au retour à cinq, Mathis Olimb s’infiltre dans le dos de la défense. Il décoche un bon tir, avant d’obtenir deux minutes pour obstruction contre Kranjc. Ces pénalités successives ont cassé le rythme d’un match peu spectaculaire et globalement soporifique. L’absence de public n’aide pas…

Il faut attendre la dernière minute pour voir un peu d’animation. Un énorme travail derrière la cage débouche sur une passe de Ken André Olimb à travers l’enclave pour Thoresen, qui prend le temps de lever son palet et devancer le déplacement de Kroselj (1-5).

Victoire de la Norvège, grâce à sa stratégie habituelle : marquer la première et verrouiller derrière. La Slovénie n’avait pas les armes pour déborder une telle défense.

Désignés joueurs du match : Ken André Olimb (Norvège) et Jan Urbas (Slovénie)

DSC 5681Commentaires d’après-match

David Rodman (attaquant de la Slovénie) : « C’est mon quatrième Mondial, mais le fait que ça soit en France cette année, où je joue, c’est spécial. Je ne peux pas trop expliquer pourquoi il y a autant de Slovènes dans le championnat de France, mais c’est une bonne ligue, meilleure que ce à quoi je m’attendais. Le fait qu’il y ait d’autres Slovènes aide à l’adaptation. »

Ken Andre Olimb (attaquant de la Norvège) : « Nous avions parlé avant le match de réussir un meilleur départ et nous l’avons fait. Le premier but était très important. Avec Mathis et Thoresen, je joue avec deux grands joueurs, nous nous entendons bien et nous travaillons fort. Tout part de ce travail, c’est essentiel au succès. Nous avons trois matchs difficiles à venir, contre de gros adversaires, il faudra être à 100%. Au moins une victoire serait décisive dans la course aux quarts. Nous ne voulions pas spécialement jouer la défense après le 3-0, nous en avions parlé car c’est quand même prendre des risques. Nous avions insisté sur l’importance de continuer à avancer, mais parfois, l’adversaire vous en empêche. »

DSC 5660Slovénie – Norvège 1-5 (0-3, 1-1, 0-1)
Mardi 9 mai 2017, 16h15. AccorHotels Arena de Paris. 2696 spectateurs.
Arbitrage de Roman Gofman (RUS) et Antonin Jerabek (CZE) assisté de Miroslav Lhotsky (CZE) et Peter Sefcik (SVK)
Pénalités : Slovénie 6′ (0′, 4′, 2′), Norvège 0′ (2′, 4′, 4′)
Tirs : Slovénie 16 (6, 6, 4), Norvège 23 (11, 6, 6)

Récapitulatif du score
0-1 à 05’57 » : M. Olimb assisté de Thoresen et K.A. Olimb
0-2 à 14’35 » : K.A. Olimb assisté de Thoresen et Nørstebø
0-3 à 18’20 » : Forsberg
0-4 à 38’58 » : Reichenberg assisté de Holøs et Haugen (sup. num.)
1-4 à 39’45 » : Sabolic assisté de Podlipnik et Vidmar
1-5 à 59’17 » : Thoresen assisté de K.A. Olimb et Bonsaksen
 

Slovénie

Attaquants
Jan Mursak (C, -1) – Rok Ticar (2′) – Robert Sabolic (2′, -1)
Jan Urbas (A) – Ken Ograjensek – Miha Verlic
Anze Kuralt (-2) – Bostjan Golicic (-1) – David Rodman (-2)
Mik Pem – Ales Music (-1)

Défenseurs
Mitja Robar (-2) – Sabahudin Kovacevic (A, -2)
Luka Vidmar (-1) – Ales Kranjc (2′, -1)
Klemen Pretnar – Blaz Gregorc
Andrej Tavzelj – Matic Podlipnik (-1)

Gardien
Matija Pintaric remplacé par Gasper Kroselj à 20’00 »

Suspendu : Ziga Jeglic (A, 2e match sur 2)

Norvège

Attaquants
Ken André Olimb – Patrick Thoresen (A) – Mathis Olimb (A)
Mats Rosseli Olsen – Anders Bastiansen (-1) – Martin Røymark
Andreas Martinsen (2′, +1) – Kristian Forsberg (+1) – Aleksander Reichenberg (+1)
Sondre Olden – Niklas Roest – Mathias Trettenes (2′)

Défenseurs
Mattias Nørstebø (2′, +2) – Jonas Holøs (C, 2′, +2)
Henrik Ødegaard (+2) – Dennis Sveum (+1)
Alexander Bonsaksen (2′) – Johannes Johannesen (-1)

Gardien
Lars Haugen

Remplaçants : Henrik Haukeland (G), Daniel Sørvik (D), Jørgen Karterud (A). En réserve : Steffen Søberg (G), Thomas Valkvæ Olsen (A). Blessé : Erlend Lesund (D)

DSC 5669

Les commentaires sont fermés.