Gap – Nice (Ligue Magnus 2017/18, 2e journée)

Gap-Nice | Ligue Magnus | Crédit photo Rapaces Gap
279

Les Rapaces de Gap ont connu une préparation d’été excessivement dure avec des affrontements contre de solides équipes européennes. Ce nouveau groupe a subi toutes les émotions entre belles performances (Nuremberg, Villach) et des moments difficiles (Zurich, Klagenfurt). Cette semaine c’est sur le territoire français que la compétition a débutée par un double affrontement contre les brûleurs de Loups. Le trophée des champions a encore une fois échappé aux Gapençais en ne parvenant pas à être réguliers pendant soixante minutes. Mais le match 1 du championnat a révélé que ce groupe avait du caractère et une solidarité à revendre en allant arracher la victoire à Pôle Sud (1-2). Jeff Lerg a effacé les doutes qui pouvaient exister en démontrant sa capacité à hausser son niveau de jeu.

Nice se présente pour la 2e journée de Ligue Magnus. Les Aigles y entament leur deuxième année consécutive. Stan Sutor est allé parfaire son groupe, en Slovaquie, à la Coupe des Tatras à Poprad. Le bilan est positif et démontre un groupe compétitif. À aucun moment les Aigles n’ont été « largués ». Ils ont remporté leur groupe face à Bayreuth 3-2 t.a.b (DEL2) et Poprad 6-4 (Extraliga slovaque). En finale les Azuréens tiennent en respect le célèbre club de Kosice, mais échoue à la mort subite (4-3 a.p). En ouverture de championnat les Niçois ont débuté à domicile avec une première victoire contre Strasbourg (5-2).

Le groupe aligne 10 joueurs français mais sur les 13 étrangers, le club fait la part belle aux joueurs tchéco-slovaques. La cage est solidement gardée par le Russe Sergeï Koroshun qui a porté ses stats en 4 saisons de VHL (2e niveau russe) à 93,6% avec une pointe à 94,4%. Pour sa première année en ligue Magnus, le Russe est gratifié d’une moyenne de 90,9%.

Dans le secteur défensif le club associe de bons étrangers et des jeunes issus du circuit de formation hexagonal. Lukas Spelda entame sa 5e saison à Nice, l’autre Tchèque, Martin Mazanec, arrive de Ceské Budejovice avec le titre de champion (2e niveau). Le Canadien Louis Belisle a été sacré meilleur défenseur de SPHL à Pensacola. Il a inscrit 51 points en 56 matchs. Pour le reste les Français font valoir le niveau d’apprentissage de leur club, Aurélien Dorey (Rouen), Pierrick Hoehe (Strasbourg) et Quentin Scolari (Grenoble). Arthur Montenoise est passé par plusieurs expériences de formation à Besançon, Amiens et Dijon.

Il ne faut pas se cacher qu’à Nice, l’attaque repose, pour beaucoup, sur sa colonie slave pour s’imposer. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : Zbynek Hampl (42 pts), Roman Vondracek (29 pts), Matej Hamrak (26 pts), Vladimir Kubus (21 pts). Deux recrutements étrangers devraient encore relever le niveau. Le slovaque Peter Hrehorcak arrive des pionniers avec ses 28 points. Jordan Draper a marqué la saison de Strasbourg (38 points en 47 parties). Le club a recruté le canadien Brett Switzer qui provient de Dundee (Elite Britannique). Il a marqué son passage en circuit universitaire et junior (MVP et all star). Il a pointé 39 fois en 56 matchs en EIHL. Pour la colonie française on peut souligner le recrutement de Lou Bogdanoff (Chamonix), Valère Vrielynck (Cholet D1) avec ses 27 points. Romain Carpentier formé à Amiens et arrivé la saison dernière s’est imposé avec ses 23 points.

Gap-Nice | Ligue Magnus | Crédit photo Rapaces Gap
Gap-Nice | Ligue Magnus | Crédit photo Rapaces Gap

Nice promu la saison dernière a su garder sa place et devrait à nouveau être un sérieux client pour le maintien. Mais au vu de la valeur du groupe, certains « gros » du championnat laisseront surement des points en route. Attention Danger !

Mais ce soir les Aigles feront sans Zbynek Hampl, suspendu pour deux matchs fermes et deux avec sursis suite à une charge à la tête lors du match contre Strasbourg.

Les Rapaces profitent de l’indiscipline des Aigles

La partie débute juste après une Marseillaise, a capella par le public, suite à un petit problème technique de son. Eric Scheid est déjà dans le coup au second poteau pour une déviation (0’24). Gap entame cette partie sur un bon rythme mais Nice répond et prend le jeu avec des contres. Kubus est pénalisé, pour accrocher, derrière sa cage. Mais le pressing défensif des Azuréens est solide, associé à un jeu physique qui permet de récupérer des rondelles. Scolari pénalise son équipe sur une charge trop appuyée. C’est une double supériorité qui se présente pour les bleus. Mc Cormack transmet à Scheid qui place le puck à côté (3’38). Koroshun bloque le second essai de la mitaine mais Glen, sur l’action suivante, s’avance en vitesse dans le slot et place le palet sous la barre (3’56 : 1-0).

Nice est rentré dans son match mais se pénalise par de nombreuses fautes. Le pressing défensif est efficace, il n’y a pas beaucoup de place pour marquer. Seul Ross shoote directement sur le plastron de Koroshun qui laisse filer le palet. C’est encore Glen qui suit et double la mise (4’29 : 2-0).

Gap-Nice | Ligue Magnus | Crédit photo Rapaces Gap
Gap-Nice | Ligue Magnus | Crédit photo Rapaces Gap

Gap fructifie sans faillir les premières pénalités. Le but marqué en double supériorité donne donc encore un 5 contre 4 à aborder. Les Rapaces imposent un gros rythme mais ne trouvent, maintenant, aucune occasion notable dans ce jeu de puissance. Au retour à égalité, Nice répond, n’ayant encore eu aucun tir cadré en sa faveur depuis le début de la partie. Jordan Draper s’y colle et lance directement sur le casque de Jeff Lerg. S’ensuit un double arrêt du portier américain (7’03). La ligne française est toujours aussi créative avec le duo Gutierrez-Bouvet qui tire à la cage après un travail dans le slot (8’52). Hamrak et Ritt règlent quelques comptes après un passage devant le gardien niçois. Quelques « poussettes » sans violence qui sont condamnables pour l’arbitre, un brin tatillon. Le quatre contre quatre permet au duo canadien Belisle-Draper d’organiser un tir devant Lerg totalement masqué (9’55). Au complet, les Gapençais impose un gros pressing et gagnent nombre de duels et laissant que des miettes de jeu offensif aux Aigles. Nice a les pires difficultés à se projeter en zone offensive. Seul rayon de soleil avec Belisle, encore une fois, qui s’échappe suite à une mise au jeu gagnée dans sa zone défensive. Il part de la zone neutre et peut lancer au gardien (12’43).

Gap contrôle totalement cette deuxième partie de tiers. Eric Scheid donne beaucoup de vitesse pour amener la rondelle à l’avant et distribuer le jeu. Nice subit et ne peut que rarement sortir. D’ailleurs deux dégagements interdits consécutifs sont symptomatiques. Tringale gagne un palet sur Thomas qui allait partir depuis sa bleue défensive. Dans la toute fin de partie, les Aigles tentent un numéro pour revenir au score. Ils installent un semblant de jeu de puissance que Campbell bloque de son patin sur un shoot puissant. De nouveau une supériorité est en faveur de Gap à 1’10 de la fin. Brett Switzer parvient à sortir avec le palet mais Bouvet, impeccable, s’impose de l’épaule et capte le puck.

Nice a énormément payé son jeu trop physique mais on sent les Azuréens capables de poser de sérieux problèmes. La copie rendue par les Rapaces est de très bonne facture. Vitesse, physique, replis défensifs, mais le nombre important de supériorités n’a pas été totalement concrétisé.

Nice reste dans le match et pose de nombreux problèmes

Deuxième vingt : la fin de power-play ne donne rien. Par contre Glen est encore dans le coup avec une action devant le gardien russe pour un palet placé dans les jambières (21’16). Hrehorcak est pénalisé pour un retard de jeu, ce qui constitue le deuxième de son équipe depuis le début. Mais le vent tourne. Nice déploie une très grosse pression et gagne en vitesse. Même en infériorité, Bagin lance à la cage et Kubus dévie juste à côté (22’45). Le fore check très haut bloque le jeu des bleus. Spelda apporte encore un gros danger avec sa vitesse pour couper la passe devant les buts.

Nice met beaucoup de vitesse pour amener le palet à l’avant. Vondracek est imposant et file droit vers la zone offensive pour permettre d’organiser un jeu de puissance. Seul le placement des Gapençais ne laisse pas de possibilité de conclure. Les Rapaces compensent avec des combats dans la bande qui sont gagnés. En infériorité, Scheid surnage et s’extirpe de deux joueurs pour shooter sur Koroshun (28’57). En fin de power-play Hrehorcak tire à la cage et sur le rebond Kubus pousse le palet et oblige Lerg à un double arrêt au sol (29’39). La situation chauffe et Nice est loin d’avoir sombré. La vitesse de Crinon pour replacer le palet en zone offensive est l’arbre qui cache la forêt, Gap est en difficulté.

Gap-Nice | Ligue Magnus | Crédit photo Rapaces Gap
Gap-Nice | Ligue Magnus | Crédit photo Rapaces Gap

Draper, d’un lancé tendu, trouve la mitaine de Lerg (32’34). Tringale, trouve bien lui aussi, la mitaine de Koroshun. Moins en efficacité le portier relâche dangereusement la rondelle mais sans conséquence (33’04). Il faut attendre la fin de tiers pour voir Gap revenir au contact de Nice avec des batailles gagnées. Campbell parvient à tirer mais sans réel danger (36’50). Ritt d’un coup d’épaule envoi valser Carpentier et donc récupère la rondelle. Luciano Basile sent son équipe, malgré tout fébrile, et prend un temps mort. À peine le temps de se concentrer que Vrielynck dévie un tir de Bogdanoff juste devant le portier (38’21 : 2-1).

Gap prend un but au pire moment ! Ce « filet » symbolise le danger que Nice a été en capacité de porter et la baisse de régime des bleus dans les dix dernières minutes sans le moindre danger porté sur les buts niçois.

Final compliqué dans la douleur

Nice qui revient sur la glace avec le couteau entre les dents. Le jeu gapençais se délite avec des passes qui n’arrivent pas à destination. Chad Mc Donald parvient à gagner son duel sur Vondracek et transmet devant les buts mais la reprise part au dessus (43’10). Damien Raux parvient à s’avancer dans le slot. Il est poussé à terre au moment ou il contourne le portier. Le palet rentre (43’55 : 3-1).

Gap se donne un peu d’air et reprend le dessus. Ritt qui gagne une bataille envoie le palet sur Tringale qui reprend ce palet aérien d’un coup « de base-ball » mais sans cadrer (45’10). Nice après ce choc frontal reprend la bataille avec un jeu collectif assez léché, ou encore Spelda qui s’impose physiquement dans le slot. Dans un 2 contre 2 mené par Aurélien Dorey, il faut le plongeon d’un Gapençais pour annihiler ce jeu rapide vers l’avant. Crinon utilise sa taille pour envoyer Hrehorcak contre la balustrade.

A contrario le jeu des bleus semble peu dangereux et sans originalité. À souligner la présence de Vrielynck dans le collectif niçois. Ross, encore bien présent ce soir, parvient à donner à Thillet dans une nouvelle supériorité. Devant les buts, le Français reprend le puck avec difficulté (56’00). Thillet est encore présent devant les cages et tire à bout portant sur le gardien (56’17). Les Rapaces semblent à court d’énergie et c’est Raphaël Faure qui conclue ce match avec un lancé de la bleue qui frôle le coin de la cage (58’02). Nice a bien subi le dernier rush gapençais sans pouvoir sortir de sa zone mais l’efficacité n’est plus au rendez vous côté bleu. Dans la dernière minute, Stan Sutor ne sort pas son gardien mais les azuréens parviennent à tenter un double tir sur la cage.

Gap remporte la partie, mais que ce fut compliqué. Les rapaces ont eu la possibilité de prendre les devants grâce à l’indiscipline niçoise et à deux jeux de puissance de double supériorité. Pour le reste la partie a été inégale et semblait se déliter à partir de la deuxième période. L’efficacité fut anémique dans les nombreuses occasions d’unité spéciale. Jeff Lerg a tenu la baraque et constitue un sérieux rempart  depuis deux matchs.Du côté niçois ont peux présumer d’une montée en puissance qui risque de perturber des favoris. Les qualités individuelles peuvent faire la différence dans le joutes de milieu de tableau.

Dimanche, Gap se déplace pour un déplacement périlleux à Bordeaux qui aura valeur de gros test. Nice a démontré que ce groupe, est compétitif et posera des problèmes dans l’avenir. Les Aigles accueilleront Rouen pour un gros match en perspective.

 

Gap – Nice 3-1 (2-0, 0-1, 1-0)
Vendredi 15 septembre 2017 à 20h30 – Alp’arena. 1696 spectateurs

Arbitres : Benjamin Gremion assisté de Gwilherm Margry et Gabriel Pointel
Pénalités : Gap 4′ (2’, 2’, 0’) ; Nice : 18’ (12’, 2’, 4’)
Tirs : Gap 24 (12, 4, 8) ; Nice : 23 (5, 13, 5)
1-0 à 03’56 : Glen assisté de Mc Donald et Ross (double sup. num.)
2-0 à 04’29 : Glen assisté de Ross et McCormack (double sup. num.)
2-1 à 38’21 : Vrielynck assisté de Bogdanoff
3-1 à 33’55 : Raux assisté de Gutierrez et Thillet
 

Gap

Attaquants
Chad Mc Donald – David Glen – Eric Scheid
Dimitri Thillet – Maurin Bouvet – Romain Gutierrez
Devin Tringale – Jack Lewis – Evan Ritt
Cédric Di Dio Balsamo – Marius Serer – Yoanne Lacheny
Paul Joubert

Défenseurs
Graeme Mc Cormack – Max Ross
Damien Raux – Tim Campbell
Raphael Faure – Pierre Crinon
Maxime Ritz

Gardien
Jeff Lerg

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G).

Nice

Attaquants
Valere Vrielynck – Roman Vondracek – Lou Bogdanoff
Brett Switzer – Jordan Draper – Matej Hamrak
Remi Thomas – Romain Carpentier – Vladimir Kubus
Peter Hrehorcak – Daniel Babka

Défenseurs
Aurelien Dorey – Quentin Scolari
Lukas Spelda – Louis Belisle
Martin Mazanec – Emil Bagin
Pierrick Hoehe – Arthur Montenoise

Gardien
Sergeï Koroshun

Remplaçant : Tom Charton (G). Absent : Zbynek Hampl (suspendu).

Les commentaires sont fermés.

id ut et, mattis justo libero efficitur.