Mature pour la Coupe ?

287

Meilleur équipe du début de saison, les Blues de St. Louis semblent armés pour de grandes choses au printemps. Le directeur général a mis à la disposition de l’entraîneur un effectif très intéressant. Cette année pourrait devenir la bonne pour la franchise. Peuvent-ils être meilleurs qu’ils ne le sont déjà ? Réaliseront-ils un parcours en séries au niveau des attentes ? Jetons un coup d’œil aux raisons de leur succès. 

Un changement de philosophie

Les Blues de St. Louis ont effectué seulement quelques changements pendant l’intersaison mais cela fait toute la différence jusqu’à présent. Doug Armstrong avait commencé le changement de garde au milieu de la saison dernière en congédiant Ken Hitchcock et en donnant les rênes – plus tôt que prévu – à Mike Yeo. La gestion des gardiens et le style prôné semblaient ne pas fonctionner. Le nouvel entraîneur veut voir son équipe avec la rondelle plus souvent et être plus agressive en défense. La philosophie de l’ancien coach est simple : un style dur (beaucoup d’échec avant) et pas de dentelle ou presque. L’équipe a laissé aller Yakupov (agent libre), et Perron (Repêché par Vegas) mais a surtout fait deux échanges, à première vue, « mineurs » qui rapportent beaucoup. Plus de vitesse, et plus de finesse, voilà comment résumer la transaction Ryan Reaves contre Oskar Sundqvist avec Pittsburgh. Cela leur permet d’avoir un 4e trio plus offensif que dans le passé. L’arrivée de Brayden Schenn en retour de Jori Lehterä apporte enfin un deuxième centre pour le Top 6. Il y a également des choix de repêchages qui ont été impliqués dans ces échanges mais les joueurs étaient les éléments principaux.

Malheureusement – ou pas – pour St. Louis certains joueurs majeurs se sont blessés avant le début de saison. Robby Fabbri, jeune attaquant plein de talent, s’est rompu les ligaments croisés du genou (2e fois en 2 ans) et sera indisponible pour toute l’année. Patrick Berglund, quant à lui, a dû subir une intervention chirurgicale à une épaule. Le dernier de la liste est une pierre angulaire de la défensive des Blues : Jay Bouwmeester. Il vient d’effectuer son retour au jeu après avoir manqué plus de 20 parties. Malgré tout l’équipe trône au premier rang du classement et semble avoir des bonnes chances pour se rendre loin en séries.

Un début de saison tonitruant

L’entraîneur-chef avait commencé à modifier le style de jeu au moment de sa promotion. Sa « patte » un peu plus offensive se fait vraiment ressentir dans les résultats depuis le commencement de la saison. Au lieu de courir après, il préfère voir son équipe jouer avec la possession de la rondelle. Toutes les pièces semblent tombées à la bonne place. Avec deux marqueurs de 30 buts sur les deux premiers trios, les Blues ont aussi une défensive sans fanfreluche mais très efficace. C’est la formation qui compte le plus de buts provenant de leur ligne bleue. La belle surprise est Joel Edmunson. Jumelé avec Alex Pietrangelo, il a déjà 6 buts à son compteur. Il travaille dans l’ombre, et il permet à son partenaire de pouvoir prendre plus de chances offensivement. Les Blues excellent à 5 contre 5. C’est le signe d’une équipe bien huilée et pleine de talent. C’est aussi très bon signe pour la deuxième saison : les séries, où moins de pénalités sont décernées, et où le jeu est plus serré. Ils sont deuxièmes pour les buts marqués à 5v5 donc. Pour continuer avec quelques chiffres : 4e attaque, 7e défense, mais plus important 2e différentiel à travers la ligue. Surtout qu’au-delà des résultats, la manière est remarquable alors que les Blues sont de loin la meilleure défense pour les buts anticipés contre, une véritable forteresse. À forces égales, St. Louis est donc solide, très solide même.

Cependant, quelques points pourraient être améliorés : le Power Play, le désavantage numérique, et le travail de Jake Allen. Avoir autant de talent et de punch offensif, et être 20e (18,1%) en avantage numérique est presque un non-sens. C’est certain que le groupe d’entraîneurs travaille fort pour améliorer cet aspect du jeu. La NHL est devenue au fil des années une ligue de séquences, et Tarasenko et consorts vont finir par débloquer. Ce n’est qu’une question de temps. Autre ombre au tableau, leur ouvrage en désavantage n’est pas dans les standards pour une équipe qui souhaite aller loin au printemps, alors même que la défense à 5 contre 5 est, nous l’avons vu, très solide.

L’équipe fait partie du premier tiers de la ligue en termes de discipline (9e équipe la moins punie par match). C’est important d’être discipliné. Encore plus lorsque vous éprouvez de la difficulté à défendre à court d’un homme. Il n’y a pas de secret, votre meilleur joueur en PK doit être votre gardien de but. Les meilleures formations ont leur cerbère dans le Top 5 pour le pourcentage d’arrêt dans cette situation.

Ce qui mène au dernier point : Jake Allen. Il enchaîne les victoires et reste solide dans ses prestations. Pourrait-il être meilleur ? La réponse est ABSOLUMENT ! Et surtout quand l’équipe doit tuer une punition. Il est au milieu du peloton pour son pourcentage d’arrêts à égalité numérique (16e) mais chute dans les bas-fonds en désavantage numérique (28e sur 34). Il y a plusieurs facteurs pour l’expliquer. Premièrement le peu de pénalités de ses coéquipiers. Moins d’opportunités pour l’adversaire donc les chiffres le font mal paraître. Deuxièmement, le travail des joueurs en avant de lui. Là aussi, changement de méthode. Ils sont plus passifs ou plutôt moins agressifs que par le passé. On préfère bloquer l’enclave en créant une forêt (jambes et bâtons) au lieu d’être constamment sur le porteur de la rondelle. C’est une stratégie qui marche mais qui place le gardien dans une position délicate. Il a moins de chance de voir le lancer partir et plus de chances de le voir dévier par ses propres défenseurs. Ceci étant dit, l’équipe s’en va dans la bonne direction, sans être parfaite. C’est assez prometteur.

L’année ou jamais…

Pour beaucoup d’observateurs, cette saison pourrait être celle des Blues. Même si la division Centrale est dense, ils semblent armés pour les playoffs. St. Louis joue clairement pour gagner la Coupe. Depuis la saison 2011-12, ils font partie des meilleures franchises du circuit Bettman. Leur noyau est mature mais pas trop vieux. Mais surtout, le DG a bâti une équipe très similaire aux derniers champions. Beaucoup de talent offensif, trois joueurs de centre dans la bonne chaise et très bien entourés, une défensive « ordinaire » (par rapport à Nashville par exemple) avec un Général extraordinaire en Pietrangelo, et un jeune gardien prometteur. Seule différence, ils sont construits par les ailes et non le centre.

Avec le contrat de Paul Stasny qui arrive à échéance cet été, les Blues doivent tout tenter pour aller le plus loin possible. Il est leur seul joueur majeur qui a besoin d’une nouvelle entente. Cela veut dire que cette équipe pourrait continuer de faire des étincelles pour encore quelques années.

La réalité des séries veut que la différence se passe entre les deux poteaux. Est-ce que Jake Allen sera capable de livrer la marchandise ? Nous verrons bien.

Les commentaires sont fermés.

elit. Phasellus Nullam leo. et, adipiscing risus neque. Lorem Donec tempus