Les Tchèques en pleine confiance pour les JO

87

Depuis 2013, les Tchèques n’avaient jamais remporté trois rencontres lors d’un tournoi de l’Euro Hockey Tour. Que cela arrive maintenant, à l’approche des Jeux olympiques, est évidemment une très bonne nouvelle. Bien sûr, la formule particulière cette saison fait qu’ils n’ont pas affronté leur bête noire, la Russie. Ils ont quand même battu trois équipes de valeur, la Finlande, le Canada et – pour ce dernier match – la Suède.

Les Scandinaves avaient pourtant cru ouvrir le score sur leur première action. La reprise de Bergström dans le slot était néanmoins entachée d’une crosse haute, comme l’a montré l’appel à la vidéo. Le but a donc été refusé, et le gardien Dominik Furch ne s’est plus laissé prendre sur les tentatives suivantes de Pettersson ou Lindström.

La conservation de palet pendant une longue séquence installée du trio Vondrka-Kovář-Erat aboutit à sortir le palet pour un lancer puissant du défenseur Vojtěch Mozík. Celui-ci marque son deuxième but du week-end et s’est bien rattrapé des critiques émises à son endroit par le sélectionneur après le tournoi Karjala. Mozík finira même le tournoi avec 4 points en passant le palet à Michal Řepík sur le deuxième but, une lucarne trouvée en avantage numérique avec l’aide d’un écran de Jakub Lev. Premiers sur les rebonds, les Tchèques ont monopolisé le palet et logiquement concrétisé leur domination.

Même en powerplay, la Suède est impuissante, subissant un 2 contre 1 de Vondrka et Koukal. Elle perd Jonas Junland, renvoyé à la douche pour une charge à la tête sur Jiří Sekáč. Pendant la longue pénalité, John Norman s’échappe en infériorité et lève les bras… mais le ralenti encore une fois cruel révèle que le palet a seulement frappé la transversale. Martin Erat finit toutefois la période en prison pour un dégagement en tribune, et la Tre Kronor réduit le score à la reprise sur un lancer masqué de Joakim Lindström.

ERAT Martin 150507 239Le capitaine Erat assure définitivement la victoire à cinq minutes de la fin, au rebond d’un tir de Kolář, histoire de signer un peu mieux encore son retour en sélection. Avec Ondřej Němec en défense, les vétérans du Kometa Brno ont su amener leur expérience. Nestrašil ajoutera un dernier but en cage vide pour clore la marque à 4-1.

Commentaires d’après-match

Josef Jandač (entraîneur de la République tchèque) : « Nous avons connu deux périodes faibles contre la Finlande, puis nous nous sommes améliorés, surtout dans le jeu défensif. Ces trois victoires nous rendent très heureux avant les Jeux Olympiques. Je ne dirais pas que la satisfaction prévaut parce qu’il reste du travail et qu’il faut garder les pieds sur terre. Mais c’est important de savoir qu’on peut battre tout le monde. Si on s’en tient au plan de jeu, les gars voient que ça porte ses fruits. Nous avons un squelette, peut-être 60% à 70%, mais il faut aussi compter avec des joueurs comme Červenka et Hanzl qui n’ont participé à aucun tournoi à cause de blessures. Nous avons aussi un problème au centre, nous n’avons pas beaucoup de joueurs impliqués à l’offensive. Ils sont fragiles sur la scène internationale. Holik, Koukal, Mertl, ce sont des petits gabarits. Ils sont intelligents, mais face à un adversaire de deux mètres, ce n’est pas idéal. Les Jeux olympiques sont un tournoi plus court que les championnats du monde, donc on s’appuiera sur des joueurs d’expérience. »

Martin Erat (capitaine de la République tchèque) : « Nous avons dominé les duels, nous avons poussé et nous avons parfois maintenu les Suédois dans leur zone. Nous étions devant sur les palets. Les gars se battaient pour les JO, chacun a fait un gros boulot dans les duels. On a été fort sur les palets, on a travaillé et on a gagné en confiance. C’est encourageant surtout pour ceux qui sont revenus après quelques années, mais aussi pour les jeunes défenseurs qui ont parfois peur de jouer avec le palet et qui n’ont pas craint de le tenir. Je ne suis pas le plus jeune, il y a toujours des périodes plus faibles, mais je crois que j’ai réussi mon retour. »

 

Suède – République Tchèque 1-4 (0-2, 0-0, 1-2)
Dimanche 17 décembre 2017 à 13h00 au Palais de glace VTB de Moscou. 8870 spectateurs.
Arbitrage de Roman Gofman et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Palei Yakov et Aleksandr Sysuyev (RUS).
Pénalités : Suède 31′ (2′, 2’+5’+20′, 2′) ; République Tchèque 16′ (4′, 8′, 4′).
Tirs : Suède 24 (5, 7, 12) ; République Tchèque 24 (11, 5, 8).

Évolution du score :
0-1 à 12’18 : Mozík assisté de Vondrka et Kovář
0-2 à 15’55 : Řepík assisté de Mozík et Vondrka (sup. num.)
1-2 à 40’39 : Lindström assisté de Zackrisson et Kronwall (sup. num.)
1-3 à 54’25 : Erat assisté de Kovář et Kolář
1-4 à 57’56 : Nestrašil assisté de Koukal et Erat (cage vide)

Suède

Attaquants :
Viktor Stålberg (-1, 2′) – Andreas Engqvist (-1) – Linus Omark (A, -1)
Joakim Lindström (-1, 2′) – Pär Lindholm – Alexander Bergström (-1)
Dick Axelsson – Anton Lander (2′) – Patrik Zackrisson (-1)
Dennis Everberg (-1) – Joel Lundqvist (C, -2) – Fredrik Pettersson (-1)
John Norman

Défenseurs :
Staffan Kronwall (A, -1) – Niclas Burström (-1)
Jonas Ahnelöv (-1) – Johan Fransson
Magnus Nygren – Mikael Wikstrand
Jonas Junland (-1, 5’+20′) – Henrik Tömmernes (-2)

Gardien :
Magnus Hellberg [sorti à 57’50 »]

Remplaçant : Viktor Fasth (G). En réserve : Patrik Hersley, Erik Gustafsson (D), Oscar Möller (A).

République Tchèque (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Michal Vondrka (+1) – Petr Koukal (+1, 2′) – Martin Růžička
Jiří Sekáč puis à 33’39 » Andrej Nestrašil (+2) – Jan Kovář (A, +2) – Martin Erat (C, +3, 4′)
Tomáš Zohorna – Tomáš Mertl (2′) – Michal Řepík
Jakub Lev (2′) – Petr Holík – Roman Horák

Défenseurs :
Michal Jordán – Tomáš Kundrátek (+1)
Milan Doudera – Ondřej Němec
Adam Polášek – Ondřej Vitásek (2′)
Jan Kolář (A, +2) – Vojtěch Mozík (+3, 2′)

Gardien :
Dominik Furch

Remplaçant : Pavel Francouz (G). En réserve : Zbyněk Michálek (malade), Libor Šulák (D), Dominik Kubalík (épaule).