HA
top

Grenoble – Épinal (Ligue Magnus 2017/18, 32e journée)

Grenoble en mode rouleau compresseur

87

Les Brûleurs de Loups ont semble-t-il bien digéré le réveillon. Vainqueurs sur le score stupéfiant de 11-0 à Lyon mardi, ils ont entamé 2018 de la meilleure des manières. Un festival offensif face à une équipe qui était pourtant une des équipes en forme des dernières semaines, voilà de quoi mettre en confiance surtout que les Brûleurs de Loups ont réalisé d’excellentes prestations depuis la trêve avec des victoires successives face à Gap (5-2), Chamonix (7-2) et Nice (4-1). Seule ombre au tableau, la blessure de Guillaume Leclerc, victime d’une commotion mardi et sorti sur une civière. Il devra observer quelques semaines de repos avant de revenir à la compétition.

Le Gamyo d’Épinal peut également être satisfait de son début d’année avec une brillante victoire mardi contre Rouen (5-1). Une victoire significative pour Épinal qui occupe toujours le dernier strapontin qualificatif pour les play-offs et qui avait du mal à enchaîner les bons résultats même s’il y a eu du mieux depuis la défaite contre Chamonix avec 4 victoires au cours des 5 derniers matchs. Les Spinaliens pourront donc passer un nouveau test ce soir, à l’extérieur cette fois, pour tenter de valider la bonne dynamique du moment.

Bonvalot est titularisé dans la cage grenobloise pour la première fois depuis un mois et une défaite à Amiens. L’occasion pour le spinalien d’origine de s’illustrer face à son club formateur. Il réalise d’ailleurs le premier arrêt du match sur un lancer de J.T. Barnett sur lequel il laisse un rebond. Mais l’occasion la plus franche en ce début de match est à mettre au crédit d’Hordelalay sur une reprise sans contrôle à bout portant. Hocevar détourne mais les Brûleurs de Loups en profitent pour accentuer la pression dans la zone spinalienne. Pôle Sud croit au but sur un décalage parfait de Giroux pour Goličič dont la reprise instantanée est repoussée par Hocevar. Le portier spinalien ne fait que repousser l’échéance car quelques instants plus tard un lancer lointain de Goličič est repoussé de la jambière par Hocevar mais Rodman est présent au rebond, fait le tour de la cage et marque dans un trou de souris (1-0, 03’59’).

Suite à ce but, les Brûleurs de Loups mettent une grosse intensité avec une mainmise sur la rondelle et très peu de tirs concédés sur la cage de Bonvalot. Un bon moyen de garder les commandes de cette rencontre et de porter régulièrement le danger sur la cage du Gamyo à l’image d’un lancer de Bisaillon dans le trafic. Épinal se met un peu plus en difficulté sur une pénalité de Vincent Llorca qui « déblaie » un peu trop vigoureusement Goličič devant le slot. Première supériorité numérique du match pour Grenoble qui ne tarde pas à concrétiser : sur un décalage de Hardy, Giroux reprend en « one timer » : Hocevar laisse un rebond que Champagne capte du bout de la crosse pour pousser le palet dans la cage ouverte (2-0, 10’20’).

Confortablement installés dans la rencontre, les Brûleurs de Loups repartent de l’avant mais Épinal est tout près de réduire le score sur un tir de Barnett alors que Lorcher était présent au rebond mais Bonvalot s’en sort d’un beau réflexe. Un lancer de Kunnas est bien bloqué de la mitaine par Hocevar mais Épinal n’est pas en reste avec un gros lancer de Nikiforuk capté par Bonvalot. Néanmoins les locaux ont la mainmise sur la rondelle jusqu’à ce que Matt Carter s’échappe à la ligne bleue mais son tir s’écrase sur le poteau de Bonvalot, pas malheureux sur le coup. Les Brûleurs de Loups attaquent de nouveau avec Dame-Malka qui n’est pas loin de marquer sur un lancer qui passe au ras du poteau mais le score restera inchangé jusqu’au coup de sirène.

Menés de deux buts, les hommes de Brad Gratton n’ont pas d’autre choix que de repartir à l’attaque en début de deuxième période mais les Grenoblois ne semblent pas décidés à reculer. Mais sur un contre Tyler Mosienko décale Kévin Lorcher qui manque le cadre alors qu’il se présentait seul face à Bonvalot. Les Spinaliens sont dans une bonne période avec un nouveau tir de Carter capté par Bonvalot. Mais sur une contre-attaque bien emmenée par Hardy qui s’infiltre dans la défense vosgienne avant de déclencher un tir, Legault assomme le Gamyo en reprenant le palet au rebond (3-0, 22’47’). Les visiteurs accusent le coup avec une petite période de flottement devant la cage spinalienne. Épinal parvient à ramener le palet dans la zone grenobloise sous l’impulsion de Soudek notamment. Mais Grenoble reste dangereux à l’image d’une reprise de Giroux contrée par Martin. Alors qu’Épinal essaie encore de manière stérile, Grenoble faire une démonstration d’efficacité : sur un palet remonté rapidement pas Rohat, ce dernier décale Arnaud qui remet au centre sur Legault dont la reprise plein axe transperce Hocevar (4-0, 28’29’).

Le portier spinalien n’en peut plus et décide de sortir, remplacé au pied levé par Isaac Charpentier. Épinal tente de refaire surface avec notamment Barnett et Mosienko qui essaient de mettre du mouvement en zone offensive, obligeant Bonvalot à réaliser des arrêts importants. Mais sur contre-attaque les Brûleurs de Loups sont redoutables : Golicic parvient à s’échapper seul mais il manque son duel avec Charpentier. Puis c’est au tour d’Hordelalay de rater le palet sur un deux contre un très bien emmené par Le Blond. Finalement Baazzi aura plus de réussite sur un lancer du poignet côté gauche qui transperce le portier spinalien (5-0, 34’01’). Grenoble semble ne pas vouloir s’arrêter là et termine le tiers en force : Giroux s’échappe suite à une belle passe de Rodman mais manque le cadre. Une pénalité de Mosienko qui accroche Kunnas ne fait qu’accentuer la domination grenobloise.  Sur le power-play, Goličič puis Le Blond s’essaient tour à tour mais le jeune Charpentier fait le travail devant la cage spinalienne. Une dernière tentative de Nikiforuk avant la sirène est bien repoussée par Bonvalot qui passe une bonne soirée.

Dès le coup d’envoi de la troisième période, Alexandre Giroux fait étalage de tout son talent : après avoir intercepté le palet dans les patins de Devin, il enrhume complètement Baldwin avant de feinter Charpentier (6-0, 40’29’). Puis c’est au tour de Gabin Ville de s’échapper sur un nouveau contre mais ce dernier trouve le poteau. Finalement une pénalité de Baylacq donne une première opportunité en supériorité numérique à Épinal. L’occasion pour Bonvalot de réchauffer sa mitaine avec deux arrêts propres. Grenoble parvient à tuer cette pénalité sans être trop inquiété et se procure tout de suite une nouvelle occasion par Rodman mais Charpentier fait l’arrêt. Fabre fait trébucher Gritans et Épinal enchaîne avec une deuxième supériorité numérique d’affilée. Un avantage guère mis à profit car le boxplay grenoblois fonctionne bien et retarde l’installation du jeu de puissance. A la fin de la pénalité, Arnaud s’offre même un face à face avec Charpentier mais il ne parvient pas à conclure.

Les situations d’avantage numérique s’enchaînent en troisième période avec Susanj qui rejoint à son tour la prison. Sur la supériorité numérique, une reprise à bout portant de Goličič est repoussée par Charpentier. Les hommes de Terglav ne relâchent pas la pression avec Le Blond qui arme un lancer non cadré sur la cage spinalienne. Le match s’interrompt quelques instants suite à une grosse charge avec le coude de Farina sur Arnaud qui vaut à son auteur une pénalité de match. Grenoble joue cinq minutes en supériorité numérique et peut dérouler quelques actions offensives intéressantes à l’image de Legault qui enchaîne une série de dribbles mais échoue sur Chaprentier. Finalement Hordelalay bonifiera l’avantage numérique sur un tir croisé imparable (7-0, 54’26’). Mais le feu d’artifice grenoblois n’est pas terminé puis qu’Alexandre Giroux ajoute un huitième but sur une nouvelle action de grande classe où il passe en revue le bloc défensif spinalien avant d’ajuster Charpentier d’un tir croisé (8-0, 57’36’).

Les Brûleurs de Loups sont dans une forme incroyable en ce début d’année 2018. Ils viennent d’inscrire 19 buts en deux matchs sans en encaisser un seul face à deux équipes qualifiables pour les play-offs ! Une stat assez surréaliste à ce stade de la saison qui en dit long sur le potentiel de cette équipe qui est capable de jouer à un rythme soutenu pendant soixante minutes. Intéressant dans la perspective des play-offs d’autant plus que le danger vient de partout avec ce soir deux doublés pour Giroux et Legault alors que les deux autres lignes ont également été invitées à la fête. Comme Horak mardi à Lyon, Bonvalot signe un blanchissage. Bon pour la confiance d’une équipe sur un nuage actuellement et qui continue plus que jamais de surfer en tête de la Ligue Magnus. Seule ombre au tableau, la blessure d’Arnaud qui vient s’ajouter à celle de Leclerc mardi à Lyon.

Épinal avait semble-t-il de bonnes intentions à l’entame de cette rencontre mais a manqué de réalisme en attaque et surtout a fait preuve de beaucoup de naïveté en défense, se laissant surprendre très souvent sur les contre-attaques redoutables des Brûleurs de Loups. Il n’en fallait pas plus pour se laisser progressivement distancer au tableau d’affichage et finalement boire le bouillon en repartant dans les Vosges avec les valises pleines. Un match à oublier pour le Gamyo, bousculé du début à la fin par le rouleau compresseur grenoblois (55 tirs à 18 !) et qui n’a eu que trop peu la maîtrise du palet pour pouvoir inquiéter le leader du championnat ce soir. On retiendra seulement la bonne rentrée du second gardien Isaac Charpentier qui a fait ce qu’il a pu pour limiter la casse et s’est illustré par quelques arrêts intéressants.

Désignés meilleurs joueurs du match : Maxime Legault (Grenoble) et Matt Carter (Épinal)

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On s’est donné des objectifs après la trêve sur ce qu’on voulait faire, la façon dont on voulait jouer, sur le plan offensif, défensif. Les joueurs ont décidé ça et j’ai vu qu’à chaque match on fait les choses mieux, par exemple les pénalités on voulait en être à cinq, aujourd’hui on en a deux, si on regarde les derniers matchs on était au maximum à cinq, on ne prend pas de pénalités stupides ce qui était un des gros soucis du début de l’année et souvent l’équipe adverse prenait l’avantage sur notre désavantage numérique…. C’est une des choses qu’aujourd’hui on gère mieux…. Pour le reste, on sent que l’équipe a beaucoup d’énergie, les quatre blocs travaillent de la même façon. On voit que la production vient de tout le monde… c’est beau à voir. Tout le monde respecte son rôle sur la glace et la production est là. Quand on joue bien défensivement, quand on ne laisse pas beaucoup d’espace aux équipes adverses, on récupère beaucoup de palets et on est très rapides vers l’avant, on met beaucoup en difficulté l’équipe adverse. C’est important pour moi de voir que je peux compter sur tout le monde. Je suis content pour les joueurs parce qu’on travaille fort pour avoir ces résultats. Les joueurs veulent prouver quelque chose à tout le monde, que le groupe est plus fort, chaque jour, chaque match. Même à 4 ou 5-0, on ne voit pas les joueurs tricher, tout le monde continue de pousser dans le même sens alors qu’en début de saison on se mettait parfois à jouer un peu facile dès qu’on avait deux ou trois buts d’avance. On a beaucoup discuté avec Antoine, il s’est mis au travail, pour moi c’était important de lui donner assez de temps pour se préparer, pour qu’il ait le feeling, qu’il retrouve sa technique et aujourd’hui contre Épinal, c’est son club où il a commencé le hockey, il attendait ce moment, je sentais qu’il était prêt et pour moi c’est important d’avoir deux gardiens qui me donnent une chance de gagner chaque soir, je suis content de retrouver Antoine. »

Antoine Bonvalot (gardien de Grenoble) : « Ça fait beaucoup de bien, surtout contre mon club d’origine, ça me fait plaisir d’avoir ce match et finir comme ça sans prendre de but avec un score super large, ça fait vraiment plaisir. C’était le moment, j’ai un peu moins de rythme que la saison passée, c’est en partie dû à ce que Lukas fait dans la cage, il assure tous les matchs qu’il joue depuis un bon bout de temps, c’est difficile de l’enlever de la cage. Ce soir j’ai eu ma chance, on a gagné, on a tous fait le travail, c’est une grosse satisfaction. Tout le monde attendait que je rebondisse un peu, je n’ai pas eu des très bons matchs les dernières fois que j’ai été envoyé donc là ça fait plaisir de repartir du bon pied en 2018. »

 

Grenoble – Épinal 8-0 (2-0, 3-0, 3-0).

Vendredi 5 janvier 2018 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de Joris Barcelo et Guillaume Gielly
Pénalités : Grenoble 6′ (0’, 0’, 6’), Épinal 41’ (2’, 2’, 2’+10’+25’)
Tirs : Grenoble 55 (17, 19, 19), Épinal 18 (7, 5, 6)

Évolution du score :

1-0 à 03’59’ : Rodman assisté de Goličič et Dame-Malka
2-0 à 10’20’ : Champagne assisté de Giroux et Hardy (sup. num.)
3-0 à 22’47’ : Legault assisté de Hardy et Arnaud
4-0 à 28’29’ : Legault assisté de Arnaud et Rohat
5-0 à 34’01’ : Baazzi assisté de Baylacq et Le Blond
6-0 à 40’29’ : Giroux
7-0 à 54’26’ : Hordelalay assisté de Dame-Malka et Le Blond (sup. num.)
8-0 à 57’36’ : Giroux assisté de Kara et Goličič


Grenoble

Attaquants :

Alexandre Giroux – Boštjan Goličič – David Rodman
Gabin Ville – Joël Champagne (A) – Vincent Kara
Pierre-Charles Hordelalay (2’) – Matthieu Le Blond – Julien Baylacq (2’)
Maxime Legault – Sébastien Rohat – Mathias Arnaud
Dylan Fabre (2’)

Défenseurs :

Kyle Hardy (C) – Sébastien Bisaillon
Christophe Tartari (A) (2’) – Olivier Dame-Malka
Joona Kunnas – Aziz Baazzi

Gardien :

Antoine Bonvalot

Remplaçant : Lukáš Horák (G). Absents : Guillaume Leclerc (commotion), Teddy Trabichet (commotion), Jean-Philippe Côté (blessé)


Épinal

Attaquants :

Alexandre Mulle – Ryan McDonough (A) – Alex Nikiforuk (A)
J.T. Barnett – Tyler Mosienko (C) (2’) – Kévin Lorcher
Matt Carter – Florian Sabatier – Robin Soudek
Anthony Rapenne – Mathieu Briand – Quentin Fauchon

Défenseurs :

Lee Baldwin – Pierre-Antoine Devin
Gasper Susanj (2’) – Rolands Gritans
Stephen Silas – Vincent Llorca (2’+10’)
Maxime Martin – Thibaut Farina (5’+20’)

Gardien :

Andrej Hocevar [puis Isaac Charpentier à 28’26’]

Absent : Matt Bissonnette.