États-Unis – Russie (Mondial U20, quarts de finale)

68

En s’inclinant contre la Slovaquie, les Américains ont perdu la première place de leur poule et se retrouvent donc avec un parcours extrêmement compliqué. Il va falloir se débarrasser de la Russie, afin d’obtenir le droit de défier la Suède en demi-finales… Une formation russe relativement imprévisible, capable d’exploits individuels remarquables autant que de prestations défensives médiocres. Quelle équipe se présentera ce soir ?

Les États-Unis, toujours privés de William Lockwood et Logan Brown, blessés, évoluent à onze attaquants seulement. Pas de quoi les perturber. Ils poussent Minulin à la faute dès la première minute et leur jeu de puissance capitalise. Adam Fox est à la mène et son tir est bloqué dans le trafic. Tkachuk, dos au but, récupère le palet et le décale vers Kieffer Bellows au cercle. La reprise du fils de l’ancienne gloire NHL Brian marque son cinquième but du tournoi (1-0). En revanche, la crosse haute de Klim Kostin n’est pas exploitée. Une quinzaine de secondes après son retour sur la glace, Kostin lance la contre-attaque. Sa passe-abandon profite à Sholokhov. Ce dernier n’a guère d’angle, mais son revers en hauteur au premier poteau piège Joseph Woll (1-1). Réussite maximale car ce n’était que le deuxième tir russe du match.

Quatre minutes plus tard, le gardien russe Sukhachyov cafouille complètement un tir de Mittelstadt. Yamamoto s’arrache pour récolter le rebond et se retourne en dépit d’un accrochage avant de marquer en déséquilibre avant que le gardien ne se replace (2-1). Les Américains tuent un cinglage de Bellows, et la Russie se trouve ensuite en grande difficulté. Syomin charge violemment Max Jones, l’épaule au visage de son adversaire. Cette charge à la tête lui vaut une méconduite de match et cinq minutes de supériorité pour les États-Unis. En dépit de cet avantage, il n’y a qu’un petit but d’écart après vingt minutes.

La Russie défend bien dès la reprise, et même à trois contre cinq à cause d’un surnombre. Le compteur de tirs grimpe, sans que le score ne change. Au complet, la Russie frôle l’égalisation sur un tir de Altybarmakyan, et les deux rebonds pris par Abramov sont sauvés par un grand écart de Woll. Le portier russe lui réplique tout aussi brillamment sur un débordement à pleine vitesse de Trent Frederic. Ce dernier concède une crosse haute qui ne donne rien et les États-Unis repartent à l’assaut. Joey Anderson en tête de cercle, Brady Tkachuk dans la continuité se heurtent au gardien. Le match est plaisant et les deux gardiens font le spectacle. Woll bloque par exemple un premier tir de Sokolov et le rebond mi-hauteur. La dernière minute, avec une pénalité contre Perunovich, permet à Rubtsov en déviation et Manukyan au rebond de tester à nouveau le cerbère américain, sans réussite.

La Russie trouve la faille après trois minutes dans la dernière période. Altybarmakyan récupère dans sa zone et accélère à gauche. Il prend de vitesse Adam Fox, attaque la cage, passe dans l’enclave et trompe Woll du revers (2-2). Superbe exploit individuel ! Tout est à refaire pour les Américains, qui mettent la pression dans l’enclave adverse. Fox monte aux avant-postes et il faut un plongeon de Sukhachyov dans le trafic, au milieu d’une masse de joueurs au sol, pour stopper l’action. La Russie échoue à faire la différence sur une faute de Samberg, et va s’en mordre les doigts.

À sept minutes de la fin, Samberg remonte le palet depuis son camp et lance au fond depuis la neutre. Le palet revient vers le cercle et Kieffer Bellows est le premier dessus. Il ne se pose aucune question et reprend en force au fond des filets (3-2). La Russie n’abdique pas et le match bascule à cinq minutes de la fin. Sholokhov dévie alors un long tir derrière Woll… mais sur le poteau. Le palet ressort. La sortie du gardien ne servira qu’à un ultime but cage vide du capitaine Joey Anderson, généreusement servi par Ryan Poehling (4-2).

À domicile, les États-Unis joueront donc la médaille. Une victoire plutôt logique au vu du niveau de jeu entrevu tout au long du tournoi. La Russie affichait bien trop de lacunes en défense et dans les cages, un petit manque de profondeur de banc, aussi. Mais elle aura réalisé un très bon quart de finale, qui ne s’est pas joué à grand chose. Cette défaite met un terme à sept années consécutives sur le podium…

Désignés joueurs du match : Kieffer Bellows (États-Unis) et Marsel Sholokhov (Russie)

Commentaires d’après-match

Vitali Abramov (attaquant de la Russie) : « Beaucoup d’émotions, après tout, c’est peut-être le tournoi le plus important de notre carrière pour chacun de nous. Nous le préparions avec enthousiasme. Nous étions tous unis par une idée, un but. Mais ça n’a pas fonctionné. Bien sûr, c’est déplaisant d’être qualifié de déception du tournoi. Et comme joueur, et comme homme. Je n’ai pas pu montrer mon jeu, c’est un fait. Je repense à mes actions, j’essaie d’analyser les causes des échecs. Mais tout est difficile à formuler. J’espère que les prochaines générations ne répéteront pas nos erreurs. »

 

États-Unis – Russie 4-2 (2-1, 0-0, 2-1)
Mardi 2 janvier 2018, 20h. Key Bank Center de Buffalo (USA). 6242 spectateurs.
Arbitrage de Mikko Kaukokari (FIN) et Robin Sir (TCH) assistés de Dustin McCrank (CAN) et Peter Sefcik (SVQ)
Pénalités : États-Unis 8′ (2′, 4′, 2′), Russie 33′ (29′, 2′, 2′)
Tirs : États-Unis 43 (19, 14, 10), Russie 29 (6, 13, 10)

Récapitulatif du score
1-0 à 02’18 » : Bellows assisté de Tkachuk et Fox (sup. num.)
1-1 à 10’32 » : Sholokhov assisté de Kostin et Yelizarov
2-1 à 14’34 » : Yamamoto assisté de Mittelstadt et Samberg
2-2 à 43’39 » : Altybarmakyan assisté de Samorukov
3-2 à 52’31 » : Bellows assisté de Samberg
4-2 à 59’18 » : J. Anderson assisté de Poehling et Lindgren (cage vide)

États-Unis

Attaquants
Kieffer Bellows (A) – Ryan Poehling – Kailer Yamamoto
Brady Tkachuk – Casey Mittelstadt – Joey Anderson (C)
Max Jones – Josh Norris – Patrick Harper
Riley Tufte – Trent Frederic

Défenseurs
Dylan Samberg – Adam Fox
Ryan Lindgren (A) – Scott Perunovich
Mikey Anderson – Andrew Peeke
Quinn Hughes

Gardien :
Joseph Woll

Remplaçant : Jake Oettinger (G). Réservistes : Jeremy Swayman (G), William Lockwood (blessé), Logan Brown (blessé)

Russie

Attaquants
Artyom Manukyan – German Rubtsov – Artur Kayumov
Dmitri Sokolov – Mikhail Maltsev (A) – Aleksei Polodyan
Andrei Altybarmakyan – Marsel Sholokhov – Vitali Abramov
Klim Kostin – Georgi Ivanov – Andrei Svechnikov

Défenseurs
Yegor Zaitsev (C) – Artyom Minulin
Nikolai Knyzhov – Vladislav Syomin
Dmitri Samorukov – Anatoli Yelizarov
Aleksandr Shepelev – Nikita Makeyev (A)

Gardien :
Vladislav Sukhachyov

Remplaçant : Aleksei Melnichuk (G). Réserviste : Mikhail Berdin (G)