Grenoble – Mulhouse (Ligue Magnus 2017/18, 1/4 de finale, match 2)

Les Brûleurs de Loups égalisent sur un fil

163

Les Brûleurs de Loups sont tombés de haut hier soir en s’inclinant 1-3 face aux Scorpions pour le premier match des quarts de finale. Une défaite inattendue même si Mulhouse avait tout de l’équipe piège pour aborder ces séries. Avec l’expulsion de Legault, suspendu ce soir tout comme Hordelalay qui a encore 2 matchs à purger, et un 0/8 en power-play, les Grenoblois ont connu une soirée cauchemardesque en perdant l’avantage de la glace pour le reste de la série. Pour ne pas que la farce tourne au cauchemar, les hommes de Terglav doivent se ressaisir ce soir et égaliser dans la série avant de jouer deux matchs en Alsace. Mais les Scorpions sont prêts à jouer un deuxième mauvais tour aux Brûleurs de Loups….

Privés de deux attaquants (Hordelalay et Legault) et de son escouade U20 qui joue les play-offs de D2 avec Vaujany, Edo Terglav choisit de faire monter Baazzi en attaque et de tourner derrière à six défenseurs. Les Brûleurs de Loups montrent de bonnes intentions en début de période même si une passe ratée de Bisaillon atterrit dans la crosse de Papa ce qui permet à Seda de venir inquiéter une première fois Horak. Sans conséquence pour Grenoble mais encore une fois les Scorpions se montrent dangereux sur une échappée de Ševčenko qui contraint Goličič à accrocher Jurík pour éviter qu’il ne reprenne le palet au centre. Première supériorité numérique pour Mulhouse qui installe le jeu de puissance mais ne parvient pas à trouver de position dangereuse de tir. Grenoble tue assez facilement cette première pénalité et tente de reprendre l’initiative à cinq contre cinq avec un gros lancer de Dame-Malka.

Le match est relativement fermé avec des défenses qui prennent le pas sur les attaques. Mais Grenoble se fait de nouveau pénaliser avec Arnaud pour une crosse haute. Ce power-play mulhousien est mieux géré que le précédent avec une bonne opportunité pour Paakkolanvaara qui manque le palet à bout portant. Malgré tout Grenoble tue encore la pénalité avant d’essayer de se porter à l’offensive à égalité numérique sans pour autant parvenir à inquiéter vraiment Surek.

Après avoir passé quatre minutes en infériorité numérique au cours des dix premières minutes, les Brûleurs de Loups essaient de retrouver le sens de l’offensive. Havlik et Giroux s’énervent le long de la bande avec quelques coups qui sont échangés. Les deux joueurs partent en prison et le jeu se poursuit à quatre contre quatre sans pour autant que les attaques n’arrivent à prendre le pas sur les défenses. Côté puis Kunnas tentent de tester Surek sur des tirs lointains alors que Grenoble bénéficie d’un bon travail le long de la bande de Kara, accroché par Paakkolanvaara. Première supériorité numérique pour les Brûleurs de Loups, tout près de pousser le palet sous Surek après une double tentative de près de Giroux puis Champagne. La défense mulhousienne parvient à se dégager. Pôle Sud croit en l’ouverture du score sur une accélération de Rodman qui feinte la défense avant de revenir au centre mais Surek ne s’est pas fait surprendre et sauve son équipe. À peine Paakkolanvaara revenu sur la glace, Treille envoie le palet hors des limites et se fait pénaliser pour retard de jeu.

Les Brûleurs de Loups commencent à cinq contre quatre la deuxième période et mettent immédiatement la pression sur la cage mulhousienne avec son premier bloc. Giroux manque de peu le palet alors que Hardy tente de trouver une déviation devant la cage. Même s’ils ne marquent pas, les Grenoblois se servent de cette supériorité pour prendre l’ascendant dans le jeu pendant quelques minutes.

Les Scorpions parviennent à desserrer l’étau et reviennent petit à petit dans la zone offensive et Horak doit s’employer alors que la défense grenobloise se fait quelques frayeurs. Une pénalité pour un cinglage de Dame-Malka offre un nouvel avantage numérique à Mulhouse qui se montre dangereux tout de suite sur un lancer de Paakkolanvaara bloqué par Horak mais le portier grenoblois grimace après avoir bloqué la rondelle. Quelques instants plus tard, c’est Östman qui se retrouve en très bonne position après un changement de ligne approximatif des Grenoblois, mais il se fait rattraper in extremis par Kunnas.

Les affaires grenobloises se compliquent lorsque Horak se fait pénaliser pour un retard de jeu. Mulhouse peut donc évoluer pendant vingt-cinq secondes en double supériorité numérique mais la défense grenobloise fait le travail pour se dégager. À sa sortie de prison, Dame-Malka s’échappe en contre-attaque mais son lancer en extension ne surprend pas Surek. À cinq contre quatre, Jurik parvient à dévier un lancer de Paakkolanvaara, Horak freine le palet mais n’arrive pas à le bloquer (0-1, 28’59).

Dans la foulée, Rubeš est tout près de surprendre de nouveau Horak. Mais passée la surprise de l’ouverture du score, les Brûleurs de Loups repartent à l’offensive : sur un bon centre dans le slot de Rodman, Goličič parvient à pousser le palet hors de portée de Surek (1-1, 30’35). La réaction grenobloise ne s’est pas faite attendre et elle permet de redonner espoir aux Brûleurs de Loups qui avaient tout à craindre de laisser Mulhouse en tête au tableau d’affichage.

Mais rien n’est simple pour Grenoble qui se retrouve de nouveau pénalisé pour un cinglage de Kara sur Surek. Une pénalité heureusement bien négociée par le box play grenoblois. De retour à cinq contre cinq, les Brûleurs de Loups repartent à l’offensive et obtiennent une pénalité de Genest. Nouvelle supériorité numérique mais encore une fois le power-play grenoblois est stérile. Les coéquipiers de Hardy peuvent quand même enchaîner avec une deuxième supériorité numérique lorsque Seda fait trébucher Baylacq. Une supériorité numérique bien plus convaincante que la précédente avec deux énormes opportunités pour Grenoble : Champagne sur une déviation face à la cage puis Goličič sur un one timer mais à chaque fois le tir grenoblois n’est pas cadré alors que la cage mulhousienne était grande ouverte.

À l’entame de la troisième période, les deux équipes se montrent prudentes, conscientes qu’un but concédé à ce moment du match serait délicat à gérer. Sur un tir dévié par Paakkolanvaara, Horak se fait une petite frayeur en relâchant le palet qui longe la ligne…. Pôle Sud avait retenu son souffle. Les Brûleurs de Loups remettent la crosse sur le palet et continuent de faire le jeu dans la zone offensive. Un bon lancer de Dame-Malka fait passer le frisson dans les rangs mulhousiens mais les minutes défilent sans que le score n’évolue au tableau d’affichage.

La défense mulhousienne laisse vraiment peu d’espace aux attaquants grenoblois. Terglav a raccourci son banc en tournant à trois lignes pour faire la différence, histoire de donner plus de temps de jeu à ses deux premiers blocs. Le pressing offensif finit par payer avec une pénalité de Yorick Treille. Si Grenoble doit marquer sur une supériorité numérique, c’est sur celle-là, mais malgré quelques bons lancer sur la cage mulhousienne, notamment venant d’Hardy, les Brûleurs de Loups n’y arrivent décidément pas en power-play. Guillaume Leclerc se démène pour tenter de faire la différence mais à chaque fois il se heurte à Surek, impeccable devant sa cage.

Pôle Sud tremble de nouveau sur un lancer d’Havlik côté droit : Horak relâche le palet qui glisse in extremis sur le côté de la cage. Les dernières minutes sont encore plus tendues avec deux équipes crispées qui n’osent se livrer jusqu’au coup de sirène même si Tomanek aurait pu plier l’affaire dans la dernière minute au terme d’un slalom dans la zone défensive grenobloise mais heureusement pour les Brûleurs de Loups, Horak veillait au grain.

Place donc à la prolongation, la première à Pôle Sud cette saison ! Prudentes, les deux équipes veulent avant tout éviter de commettre l’erreur qui serait fatale. Les Brûleurs de Loups sont le plus souvent en possession de la rondelle mais ils ne parviennent pas à trouver d’ouverture. Les tirs de part et d’autre sont des tirs lointains jusqu’à un lancer d’Östman plein axe, repoussé difficilement par Horak qui laisse un rebond face à lui. Le palet est récupéré par la défense grenobloise et Hardy parvient à s’échapper tout seul pour défier Surek : il feinte le portier mulhousien puis tire dans la cage ouverte mais le palet trouve le poteau sur sa trajectoire ! Giroux puis Champagne s’essaient de près devant le slot, obligeant Surek à se jeter sur le palet. Champagne a une nouvelle occasion en deux temps face à la cage, sans réussite.

Finalement, Grenoble aura le dernier mot dans cette prolongation sur une magnifique action de Bisaillon qui feinte le lancer pour effacer son vis-à-vis avant de décocher un tir en pleine lucarne pour battre Surek (2-1, 65’34’).

Les Brûleurs de Loups peuvent pousser un grand ouf de soulagement, ils reviennent à 1-1 dans la série grâce à un but arraché en prolongation alors que Mulhouse avait les opportunités en fin de temps réglementaire pour plier la rencontre et repartir avec deux victoires en poche. Moins naïfs que la veille, les Grenoblois ont été plus prudents, offrant moins d’opportunités en contre aux hommes de Christer Eriksson. Mais leur supériorité numérique est toujours aussi stérile : après un 0/8 hier, c’est un 0/5 aujourd’hui. En treize occasions, le power-play grenoblois n’a pas trouvé la solution pour battre Surek ! Un problème récurrent qu’il va falloir régler pour le reste de la série sous peine de connaître de grosses désillusions. Heureusement les Brûleurs de Loups ont su se montrer patients avec Horak encore décisif même s’il s’est montré un peu plus fébrile que d’habitude. On retiendra le bon match de Goličič même si les attaquants grenoblois n’ont pas été à la fête ce soir et le but libérateur de Bisaillon qui vaudra peut-être cher à la fin de la série.

Les Scorpions ont confirmé leur rôle de poison dans cette série avec une défense toujours aussi hermétique et un gardien stratosphérique, Martin Surek, qui cumule plus de 80 arrêts en deux rencontres ! Le boxplay mulhousien a été remarquable sur les deux matchs, annihilant complètement le jeu de puissance grenoblois. Edo Terglav va devoir changer quelque chose s’il veut que son équipe retrouve le chemin des buts en avantage numérique. Le power-play de Mulhouse fonctionne assez bien avec un deuxième but en avantage numérique. Le remuant Paakkolanvaara s’est distingué par son activité et ses nombreuses occasions. Mulhouse pourra regretter d’être passé si près d’une deuxième victoire mais les Scorpions quittent Grenoble à 1-1 dans la série et des certitudes sur leur jeu. Pas si mal avant de disputer deux rencontres à domicile.

Désignés étoiles du match : ***  Lukáš Horák ; **  Boštjan Goličič ; *  Martin Surek.

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On s’attendait à un match serré, très défensif de la part de Mulhouse qui attendait nos erreurs, mais je suis vraiment content de la façon dont on a géré ce match. On a été prudent, on ne s’est pas énervé, il n’y avait aucune frustration même quand on a eu beaucoup d’occasions et qu’on n’arrivait pas à marquer. On a suivi le plan de match. Quand on arrive aux prolongations, c’est sûr, tout peut arriver, mais à la fin, on a marqué le but qu’il fallait et c’est une belle victoire d’équipe. On a gagné trois fois contre Mulhouse mais c’était toujours difficile. Lors des 15 derniers matchs, c’est sûrement une des meilleures équipes de la ligue, chaque match va être comme ça. Ils ont un gardien qui fait le boulot, c’est à nous de le déranger plus et de mettre du trafic devant lui. Pour moi c’est positif de bien réagir après une défaite, on a montré un visage différent aujourd’hui, bien en place pendant 60 minutes, c’est ce qui est important pour la suite. »

Matthieu Le Blond (attaquant de Grenoble) : « On sait qu’il reste énormément de temps avec les matchs qui restent. Ce qu’il faut, c’est vraiment jouer comme on a envie de jouer, c’est-à-dire amener cette intensité et on sait que ça va venir, il faut juste continuer à travailler shift après shift, ça aurait pu tourner en leur faveur mais même s’il y avait 2-0, on n’aurait pas baissé les bras, on aurait continué. En travaillant comme ça, on se donne les chances d’aller le plus loin possible. On sait qu’en face Mulhouse fait de belles performances. Les play-offs, c’est compliqué dès le début, il n’y a pas une équipe qui va lâcher, ça arrive très rarement. Mulhouse ces deux derniers mois montre un beau visage, il n’y avait pas de raison que ça change en play-offs. Ils ont là, fiers d’être en play-offs, ils ont le même objectif que tout le monde : ils ont envie d’aller le plus loin possible. On le sait, on ne sous-estime pas cette équipe. A la longue, ça devrait payer. Le but, ce n’est pas de gagner dans les deux premières minutes du match, c’est de gagner à la fin de la série. On essaie d’appliquer un système qu’on a envie de mettre en place et de s’y tenir pendant 60 minutes sur sept matchs, il n’y a que comme ça qu’on peut y arriver. »

Christer Eriksson (entraîneur de Mulhouse) : « On n’avait pas assez de transition aujourd’hui, hier on avait plus d’occasions avec des changements défense-attaque plus rapides. Aujourd’hui Grenoble était plus fort pour nous presser dans notre zone mais on était solidaires, on a travaillé. La différence entre les équipes en Ligue Magnus n’est pas énorme. On a battu tout le monde, le hockey français peut se féliciter de ces matchs. On marque en power-play et on ne prend pas de but en infériorité numérique, aujourd’hui c’était plus équilibré qu’hier au niveau des pénalités. On a été forts en penalty killing toute la saison, surtout ces derniers mois où on a travaillé bien, on a confiance entre nous et on travaille fort et c’est une équipe solidaire, en infériorité, en supériorité et également à cinq contre cinq donc c’est le collectif qui nous permet d’être où on en est aujourd’hui. Notre gardien joue bien depuis qu’il est arrivé, on a deux bons gardiens avec Sébastien Raibon qui a joué très bien pendant la saison régulière, là on a Martin qui joue fort et qui gagne le match donc c’est logique de continuer avec lui. Et on a aussi Mickaël Muller qui pousse derrière, donc côté gardien comme dans l’équipe entière, je n’ai pas de soucis. »

Yorick Treille (attaquant de Mulhouse) : « C’était un match serré comme hier, on est un peu frustrés du résultat mais quand même contents du contenu, on a encore travaillé fort, on a été solidaires, c’est sûr qu’en étant si proches en prolongation on aurait aimé prendre ce deuxième point mais ça ne change pas grand-chose à nos plans, on va continuer à travailler. On ne fait pas trop de calculs, on les fera à la fin de la série. On a montré qu’on pouvait gêner Grenoble, déjà en saison régulière, eux le savent, nous aussi donc on va essayer de continuer à les embêter. On a une patinoire plus petite mais avec des supporters qui sont chauds bouillants, je sais qu’il va y avoir du monde et ils vont nous soutenir, c’est agréable. Des deux côtés, il y a deux bons gardiens, ça donne confiance. On n’est pas surpris, il fait ça depuis qu’il est arrivé, on veut essayer de l’aider le plus possible parce que lui nous aide beaucoup, donc on veut essayer de limiter le nombre de shoots et les occasions dangereuses, les rebonds. Pour l’instant on le fait bien et Martin fait de beaux arrêts. C’est sûr que le gardien est très important au hockey, c’est une clé et on est chanceux d’avoir deux bons gardiens. »

 

Grenoble – Mulhouse 2-1 après prolongation (0-0, 1-1, 0-0, 1-0).
Samedi 24 février 2018 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3200 spectateurs.
Arbitrage de Laurent Garbay et Alexandre Bourreau assisté de David Courgeon et Guillaume Barthe
Pénalités : Grenoble 12′ (6’, 6’, 0’, 0’), Mulhouse 12’ (6’, 4’, 2’, 0’)
Tirs : Grenoble 45 (16, 12, 11, 6), Mulhouse 28 (9, 7, 7, 5)

Évolution du score :
0-1 à 28’59 : Jurik assisté de Paakkolanvaara et Cruchandeau (sup. num.)
1-1 à 30’35 : Goličič assisté de Rodman
2-1 à 65’34 : Bisaillon assisté de Rohat et Goličič
 

Grenoble

Attaquants :
Alexandre Giroux (2’) [puis Leclerc à 40’] – Boštjan Goličič (2’) – David Rodman
Guillaume Leclerc [puis Giroux à 40’] – Joël Champagne (A) – Vincent Kara (2’)
Gabin Ville – Matthieu Le Blond – Sébastien Rohat
Aziz Baazzi – Julien Baylacq – Matthias Arnaud (2’)

Défenseurs :
Kyle Hardy (C) – Sébastien Bisaillon
Christophe Tartari (A) – Olivier Dame-Malka (2’)
Joona Kunnas – Jean-Philippe Côté

Gardien :
Lukáš Horák (2’)

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Lucien Onno. Absents : Maxime Legault (suspendu), Pierre-Charles Hordelalay (suspendu), Teddy Trabichet (commotion).

Mulhouse

Attaquants :
Artūrs Ševčenko – Milan Jurík (A) – Rolands Vīgners
Roman Tománek – Tomáš Rubeš – Adam Havlík (2’)
Raphaël Papa – Tommi Paakkolanvaara (2’) – Yorick Treille (A) (4’)
Anton Östman – Bryan Ten Braak

Défenseurs :
Michal Seda (2’) – Hugues Cruchandeau (C)
Pierrick Hoehe – Andrei Esipov
Kenny Martin – Hubert Genest (2’)

Gardien :
Martin Surek

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Aurélien Haaser, Jonathan Estienne, Julien Maricato. Absents : Branislav Rehuš, Benoît Quessandier (blessés)

Les commentaires sont fermés.

Curabitur Praesent fringilla Donec libero luctus facilisis leo. consequat.