Russie – États-Unis (Mondial U18 2018, quart de finale)

11

Devant un public tout acquis à la cause de la Russie, les États-Unis ont confirmé leur suprématie en U18. Ils n’ont perdu qu’un seul quart de finale depuis 2002. Cette fois encore, la demi-finale est dans les crosses américaines à l’issue d’une partie dominée par les joueurs à la bannière étoilée.

Le premier tiers, spectaculaire, a vu les deux équipes s’échanger des chances. Knight tenait le fort côté américain, et Cole Caufield, patient, utilisait l’appel de Gruden pour fixer le gardien sur un deux-contre-un. Amir Miftakhov mordait et voyait le disque filer entre ses jambes (0-1). Le gardien stoppait l’artilleur américain à trois reprises en début de deuxième tiers. Iskhakov interceptait alors le palet dans la crosse de Stastney et déboulait en contre, pour une égalisation en solo (1-1).

Peu à peu, les États-Unis s’emparaient de la possession et creusaient l’écart au compteur de tirs. Mais ils se heurtaient à une défense bien en place et attentive, explosant rapidement en contre. En troisième tiers, le duo Farabee-Hughes frôlait le but, battu par un arrêt-mitaine remarquable de Miftakhov, puis Giles trouvait le poteau. Un cinglage de Giles devenait le tournant du match. La Russie ne profitait pas de l’avantage numérique. Stastney dégageait et trouvait finalement Farabee à la bleue pour un tir du poignet mi-hauteur en infériorité (1-2). La partie restait serrée et les États-Unis enfonçaient le clou à moins de trois minutes du terme, Wahlstrom prenant le rebond d’un tir de Hugues en plongeant. Wise puis Hughes concluaient la partie en cage vide.

Les Russes peuvent regretter les absences plus ou moins mystérieuses d’un potentiel premier trio complet : Grigori Denisenko, qui était blessé au début de la préparation mais qui brille maintenant en finale de MHL, Khovanov, opéré des amygdales, et Svechnikov, retenu par son club junior de l’Ontario pour raisons de santé. La Russie sera sans médaille pour la huitième fois en douze ans et n’arrive pas à organiser son grand réservoir pour être compétitive dans cette catégorie. Les Américains, eux, n’ont jamais quitté le podium depuis 14 ans. Il faut dire que leur équipe nationale s’entraîne deux ans en commun pour préparer cette échéance.

Désignés joueurs du match : Anton Malyshev pour la Russie et Joel Farabee pour les États-Unis.

Désignés meilleurs joueurs russes du tournoi : Kirill Marchenko, Danila Galenyuk, Amir Miftakhov.

Commentaires d’après-match

Aleksandr Zybin (entraîneur de la Russie) : « J’ai remarqué notre nervosité en première période. Les passes étaient imprécises. Ensuite, nous nous sommes calmés. Nous avons fait un bon match. Mais cette erreur en supériorité numérique a brisé nos espoirs de victoire. Morozov aurait dû se replier un peu pour couvrir Zhuravlyov. Il n’a pas compris la situation, a joué l’attaque, et le dégagement par le plexi a permis un 2 contre 1. En termes de défense et en discipline, tout était bien. Le seul problème, ce sont certaines décisions en zone offensives prises par Zavgorodny, Kizimov… Il faut prendre ces décisions avec la tête froide. Si nous avions été plus frais, si nous n’avions pas dû tourner à onze et avoir deux attaquants alterner des présences sur la position manquante à chaque période (dont Kizimov au premier et au dernier tiers-temps), tout aurait été différent. Les trois joueurs désignés, ce n’est pas moi, c’est le directoire. j’aurais cité Marchenko, qui a fait un bon tournoi même s’il était fatigué dans ce quart de finale. Galenyuk… [silence] Et Miftyakov, il a joué cinq matches. Ils ont jugé qu’il le méritait. Je ne sais pas. Les Américains ont une équipe homogène. J’aime bien Hughes, même si on ne l’a pas beaucoup vu aujourd’hui, nos défenseurs l’ont surveillé de près. Et Wahlstrom est bon. Une bonne ligne, ils jouent ensemble depuis longtemps. »

 

Russie – États-Unis 1-5 (0-1, 1-0, 0-4)
Jeudi 26 avril 2018 à 19h30 à l’Arena Traktor de Chelyabinsk (Russie). 7499 spectateurs.
Arbitrage de Jonathan Alarie (CAN) et Christoffer Holm (SUE) assistés de Maxime Chaput (CAN) et Tobias Nordlander (SUE).
Pénalités : Russie 2′ (0′, 0′, 2′), États-Unis 6′ (2′, 0′, 4′).
Tirs : Russie 17 (6, 6, 5), États-Unis 41 (9, 10, 22).

Récapitulatif du score
0-1 à 08’47 : Caufield assisté de Wise et Emberton
1-1 à 22’26 : Iskhakov
1-2 à 52’55 : Farabee assisté de Stastney (inf. num.)
1-3 à 57’22 : Wahlstrom assisté de Hughes et Stastney
1-4 à 58’43 : Wise (cage vide)
1-5 à 59’53 : Hughes (inf. num., cage vide)

Russie

Attaquants :
Pavel Dorofeev (-3) – Ivan Morozov (C, -2) – Kirill Marchenko (-3)
Dmitri Zavgorodony (-1) – Aleksandr Zhabreev (-1) – Semyon Kizimov (-1)
Egor Spiridonov – Vladislav Mikhaïlov – Pavel Rotenberg (-1)
[poste tournant] – Maksim Sorkin (-2) – Ruslan Iskhakov (-1)

Défenseurs :
Danila Galenyuk (A, -1) – Aleksandr Romanov
Danil Misyul (-1) – Anton Malyshev (C, -2)
Egor Zamula (2′) – Bogdan Zhilyakov
Danil Zhuravlyov (A, -2) – Nikita Okhotyuk (-1)

Gardien :
Amir Miftakhov [sorti de 58’34 à 58’43 et de 59’11 à 59’53]

Remplaçant : Daniil Isayev (G). En réserve : Mikhaïl Isayev (G), Vasili Podkolzin (blessé).

États-Unis

Attaquants :
Joel Farabee (+4) – Jack Hughes (+2) – Oliver Wahlstrom (+1)
Jonathan Gruden (A, +1) – Jacob Wise (+2, 2′) – Cole Caufield (+1)
Alexander Turcotte (-1) – Gavin Hain (-1) – Patrick Giles (-1)
Tyler Weiss – Jacob Povonka (A, +2, 2′) – Trevor Janicke
Jack DeBoer

Défenseurs :
Mattias Samuelsson (C, +1) – Bode Wilde (-1, 2′)
Spencer Stastney (+2) – K’Andre Miller (+3)
Cameron York (+1) – Ty Emberson (+2)
Adam Samuelsson

Gardien :
Spencer Knight

Remplaçant : Drew DeRidder (G). En réserve : Jonathan Mor (G).

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :