Suède – Autriche (Championnats du monde, groupe A)

181

Le promu contre le tenant du titre : sur le papier, l’opposition parait particulièrement déséquilibrée. L’Autriche fait bonne figure depuis le début du tournoi, avec deux matchs à deux buts marqués. Le dernier duel contre la Suède s’est terminé par une courte défaite 4-3… David Madlener relaie Bernhard Starkbaum, et gardera les cages autrichiennes.

La Suède impressionne depuis le début, avec toutefois une certaine tendance à ne pas jouer soixante minutes au même rythme. Pour cette rencontre, Elias Pettersson, malade, est laissé au repos.

La Suède comme prévu

Comme prévu, la Suède prend possession du palet et se crée rapidement les premières occcasions. Madlener sauve un deux-contre-un de la jambière, volant une bonne chance de Johan Larsson. Dans la continuité, Mika Zibanejad passe dans le slot et son revers trouve la mitaine.

La Suède dispose de qualités techniques au dessus. Une passe contre la bande est parfaitement dosée pour envoyer Pääjärvi dans le dos de la défense. Il attaque la cage, passe devant… le gardien est au sol, mais, excentré, l’attaquant ne cadre pas. Derrière, Madlener réussit deux nouveaux arrêts.

Sur une pénalité différée, Ekman-Larsson navigue dans le camp autrichien et trouve Backlund ligne de fond. Le capitaine reprend sans contrôle et Madlener bloque de justesse. Zwerger sort donc, et le jeu de puissance s’installe. Adrian Kempe reçoit le palet en tête de cercle, et, profitant de l’écran de Backlund, expédie un tir précis en pleine lucarne (1-0).

La Tre Kronor joue sans forcer, et sans concéder grand chose sur le but de Nilsson. Rauchenwald puni pour un faire trébucher dans la neutre, les occasions pleuvent. Klingberg, Ekman-Larsson et Zibanejad allument les mèches dans la première minute, mais la suite est moins précise.

À trois minutes de la pause, Rakell entre en zone, fixe le gardien et laisse une cage ouverte à Janmark, puisque Spannring n’a pas suivi à temps (2-0).

La Suède déroule, tournant autour de son adversaire à l’aide de passes courtes et de déplacements incessants. L’Autriche cherche encore le palet quand Kempe, seul devant le but, le reçoit. L’attaquant des Kings trouve le haut de la crosse de Madlener, qui dévie au dessus.

La première vraie occasion autrichienne revient à Haudum sorti du cercle avec le palet. Mais lui aussi manque le cadre.

La Suède, sans forcer, mène 2-0 après vingt minutes, 14 tirs à 3…

La facilité scandinave

La reprise voit Ganahl faire tomber Kempe à la bleue suédoise. De quoi donner des espaces à la première ligne. Janmark en tête de cercle, vers Zibanejad ligne de fond, à une touche vers le slot et Rakell n’a plus qu’à pousser le palet (3-0).

Trop facile, peut-être… une erreur à la bleue permet à Schneider de contrer et de filer seul au but. Nilsson patiente, ne donne aucun indice et repousse le tir. Pas mieux pour Unterweger, servi lancé dans l’axe après un bon forecheck de ses coéquipiers.

Temps faible ? Tout est relatif. La Suède harcèle la défense autrichienne et la force à commettre des erreurs. Sur l’une d’elles, Rakell reçoit un palet mal relancé par Patrick Spannring et, seul devant la cage, n’en demandait pas tant (4-0).

Sur l’engagement, Kempe contourne la cage et trouve Nyquist, qui fixe Madlener qui s’est jeté. L’attaquant de Detroit lève son palet en angle fermé (5-0). Temps mort autrichien…

Forcément, le rythme retombe par la suite. La fin de tiers voit les Scandinaves camper dans la zone adverse et faire chauffer l’enclave de Madlener. Le match est déjà plié, mais il reste vingt minutes à jouer…

Une chenille dans la patinoire

Ce troisième tiers sans enjeu, et sans grande ambiance (hormis le petit carré de supporters autrichiens, et encore), donne à la Suède l’occasion de répeter ses gammes et l’alchimie entre les lignes. Backlund, de derrière les cages, trouve ainsi Nyquist, qui reprend… Madlener sauve.

Puis, un bon travail de Lias Andersson est relayé par De La Rose le long de la bande, qui trouve Janmark sorti du banc. Le palet est sauvé, mais reste en zone offensive. Il finit au fond des filets peu après. Janmark passe de derrière le but vers Zibanejad. L’attaquant des Rangers contrôle derrière lui pour éliminer le défenseur, ramène devant, et marque du revers à bout portant (6-0).

Rakell prend deux minutes pour retenir peu après, mais le palet colle tant à la crosse suédoise que l’on ne s’en rend même pas compte.

Les minutes défilent. Encore une récupération le long de la bande, avec deux Autrichiens tournés vers le palet… et battus sur une passe à une touche de Johan Larsson vers Pääjärvi. Seul en tête de cercle, il a tout le temps du monde pour ajuster la lucarne opposée (7-0).

Pas de quoi perturber les supporters autrichiens, qui entament une chenille tout autour de la patinoire, gonflée par des Suédois ! Après d’ultimes chances des duos Larsson-Pääjärvi puis Kempe-Everberg, la sirène retentit : 7-0, mais des supporters qui chantent.

On ne s’attendait pas à autre chose ce soir. Les deux équipes ne jouent pas dans la même cour et leurs ambitions n’ont rien à voir. La Suède attend de pied ferme sa fin de première phase, particulièrement la Russie mardi prochain. L’Autriche, pour sa part, joue son maintien vendredi et samedi contre la France puis, et surtout, la Biélorussie…

Désignés joueurs du match : Mika Zibanejad (Suède) et Alexander Rauchenwald (Autriche)

Commentaires d’après-match :

Rickard Rakell (attaquant de la Suède) : « Nous essayons de nous améliorer match après match. Nous ne voulons pas ralentir, car nous savons que cela sera de plus en plus difficile tout au long du tournoi. Nous devons nous assurer de travailler, progresser et améliorer l’alchimie des quatre lignes pour nous préparer à la suite. »

Anders Nilsson (gardien de la Suède) : « C’est sympa d’être en retrait et de voir comment les gars jouent, comment ils jouent bien avec le palet. Notre jeu de puissance a été bon, et notre jeu en infériorité très bon. Ce soir, je crois qu’ils ont eu deux supériorités mais aucun tir, tout le crédit en revient aux joueurs devant moi. »

 

Suède – Autriche 7-0 (2-0, 3-0, 2-0)
Mercredi 9 mai 2018, 20h15. Royal Arena de Copenhague. 8547 spectateurs.
Arbitrage de Jozef Kubus (SVK) et Gordon Schukies (ALL) assistés de Lukas Kohlmüller (ALL) et Hannu Sormunen (FIN).
Pénalités : Suède 4′ (0′, 2′, 2′), Autriche 8′ (4′, 2′, 2′)
Tirs : Suède 38 (14, 16, 8), Autriche 14 (4, 6, 4)

Récapitulatif du score
1-0 à 09’47 » : A. Kempe assisté de H. Lindholm (sup. num.)
2-0 à 17’11 » : Janmark assisté de Rakell
3-0 à 22’42 » : Rakell assisté de Zibanejad et Janmark (sup. num.)
4-0 à 28’53 » : Rakell
5-0 à 29’17 » : Nyquist assisté de A. Kempe
6-0 à 47’50 » : Zibanejad assisté de Janmark et Andersson
7-0 à 53’59 » : Pääjärvi assisté de J. Larsson
 

Suède

Attaquants
Rickard Rakell (2′,+ 2) – Mika Zibanejad (+3) – Mattias Janmark (+3)
Adrian Kempe (2′, +1) – Mikael Backlund (C, +1) – Gustav Nyquist (+1)
Magnus Pääjärvi (+1) – Johan Larsson (+1) – Dennis Everberg (+1)
Lias Andersson (+1) – Jacob de la Rose

Défenseurs
Oliver Ekman-Larsson (A, +3) – Adam Larsson (+4)
Hampus Lindholm (+1) – John Klingberg (A, +1)
Erik Gustafsson – Mikael Wikstrand (+1)

Gardien :
Anders Nilsson

Remplaçant : Magnus Hellberg (G). Réserviste : Elias Pettersson (A, malade)

Autriche

Attaquants
Brian Lebler (A, -2) – Thomas Hundertpfund (C, -1) – Manuel Ganahl (A, 2′, -2)
Michael Raffl (-1) – Konstantin Komarek (-2) – Peter Schneider (-2)
Dominic Zwerger (2′) – Alexander Rauchenwald (2′) – Lukas Haudum
Patrick Spannring (-2) – Patrick Obrist (-1)

Défenseurs
Stefan Ulmer (-2) – Clemens Unterweger (2′, -1)
Dominique Heinrich (-3) – Martin Schumnig
Layne Viveiros (-2) – Markus Schlacher (-2)
Mario Altmann (-1) – Patrick Peter (-2)

Gardien :
David Madlener

Remplaçant : David Kickert (G). Réservistes : Bernhard Starkbaum (G), Steven Strong (D), Daniel Woger, Fabio Hofer (A)

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

libero libero sem, tristique consequat. commodo