La Finlande n’attend plus le Père Noël

114

La Finlande a annoncé les trois joueurs qui arriveront bientôt de NHL : Juho Lammikko, Henri Jokiharju et le gardien Kevin Lankinen. Vous ne les connaissez pas ? C’est normal, la plupart des Finlandais non plus ! Il s’agit de jeunes joueurs marginaux qui oscillent entrer NHL et AHL. L’annonce de ces « renforts » a provoqué une profonde dépression chez les supporters. Être pris de peur panique et émettre des pronostics funestes a souvent été un sport national en Finlande quand il s’agit d’évaluer les chances de l’équipe nationale avant un championnat du monde.

Mais cette fois, les inquiétudes paraissent fondées. Le patriotisme, qui semblait inhérent aux joueurs finlandais, semble disparaître, alors même que les équipes rivales annoncent de grands noms, de Kane à Pettersson. Certains ne viennent jamais et semblent avoir oublié leur pays, tel Rasmus Ristolainen. Et puis, il y a le cas de Barkov, la star offensive dont la non-venue a été annoncée non pas par lui-même mais par sa franchise des Florida Panthers, qui assume de la « bloquer ». Le manager Dale Tallon a publié le communiqué suivant : « Les Panthers ont décliné l’invitation de la Finlande pour Aleksandr Barkov de jouer le championnat du monde 2019. Sasha a joué beaucoup de minutes et a persévéré à travers des blessures récurrentes la saison dernière, et nous avons déterminé qu’il est essentiel pour lui d’utiliser l’été pour guérir. »

C’est dans ce contexte que la Finlande s’est présentée pour la première fois à domicile (face à la Norvège) au « pays du père Noël » à Rovaniemi. Ce Père Noël auxquels les supporters finlandais paraissent ne plus croire… mais qui donne le coup d’envoi du match ! Au vu des nombreuses défections des stars de KHL et de NHL, il est clair que les nombreux joueurs de Liiga auront un rôle-clé (en plus des derniers arrivants des championnats de Suède et de Suisse que sont Mikko Lehtonen, Petteri Lindbohm et Harri Pesonen).

Les joueurs finlandais tiennent à se montrer dignes de la chance qui se présente et le montrent rapidement. En début de match, ils inscrivent deux buts presque identiques à une minute d’intervalle. Deux lancers en direction de la cage (par Mikko Lehtonen et Tony Sund), deux bonnes redirections dans l’enclave (par Arttu Ruotsalainen et Sakari Manninen).

Avec un score aussi rapidement de 2-0, on pourrait craindre une piquette pour la Norvège. Mais elle vend bien sa peau. Elle convertit sa seule supériorité numérique du match lorsque Michael Haga pénètre dans la défense et décoche un fulgurant tir du poignet. Elle finit ainsi le match à 100% en avantage mais aussi en désavantage numérique, car elle fait montre d’une très bonne solidarité entre les joueurs pour résister à la pression finlandaise.

Avec quelques bons arrêts de Henrik Haukeland au passage, la Norvège bénéficie même d’une occasion d’égaliser en troisième période par Tommy Kristiansen. Elle est manquée et la Finlande s’impose logiquement 3-1 avec un dernier but en cage vide de Joel Kiviranta. Si le sélectionneur s’est refusé aux évaluations individuelles, d’autres membres du staff l’ont fait à sa place, dont le manager Kortelainen qui a mis en avant la quatrième ligne Luostarinen-Anttila-Kiviranta. Le géant Marko Anttila en particulier a fait un très bon match. Parmi les joueurs moins expérimentés, Hannes Björninen a bien utilisé ses fortes qualités de patinage pour gagner ses duels.

Commentaires d’après-match

Jukka Jalonen (sélectionneur de la Finlande) : « Un bon départ avec deux buts rapides et le jeu que nous voulions pratiquer. Ensuite il y a eu un léger relâchement, mais à la fin nous avons retrouvé notre jeu compact et laissé peu d’espaces à nos adversaires. Il n’y a pas lieu de donner des superlatifs à ce stade, mais les nouveaux entrants ont été bons, rien à leur reprocher. Il faut être patient et prendre chaque jour à la fois. Cela ne sert à rien de livrer des évaluations, il y a tant de facteurs qui changent et de nouveaux joueurs arrivent la semaine prochaine. L’équipe a une bonne attitude. Il reste beaucoup de travail. Les joueurs à ce niveau doivent mieux jouer en supériorité numérique. »

Finlande – Norvège 3-1 (2-1, 0-0, 1-0)
Jeudi 18 avril 2019 à 18h00 à la Lappi-Areena de Rovaniemi. 3254 spectateurs.
Arbitrage de Lassi Heikkinen et Mikko Kaukokari (FIN) assistés de Lauri Nikulainen et Jussi Thomann (FIN).
Pénalités : Finlande 2′ (2′, 0′, 0′) ; Norvège 10′ (2′, 4′, 4′).
Tirs : Finlande 37 (9, 16, 12) ; Norvège 16 (7, 4, 5).

Évolution du score :
1-0 à 06’57 : Ruotsalainen assisté de Lehtonen et Anttila
2-0 à 08’04 : Manninen assisté de Sund et J. Sallinen
2-1 à 17’55 : Haga assisté de Johannesen et Holøs (sup. num.)
3-1 à 58’40 : Kiviranta assisté d’Anttila et Sund

Finlande

Attaquants :
Kaapo Kakko – Arttu Ruotsalainen (+1) – Eemeli Suomi (+1)
Jere Sallinen (A, +1) – Aleksi Mustonen (+1) – Sakari Manninen (+1)
Anrei Hakulinen – Hannes Björninen – Joonas Nättinen
Joel Kiviranta (+1) – Eetu Luostarinen (+1, 2′) – Marko Anttila (C, +2)
Arttu Ilomäki

Défenseurs :
Mikko Lehtonen (A, +1) – Oliwer Kaski (+1)
Tony Sund (+2) – Miika Koivisto (+1)
Otto Leskinen – Juuso Vainio
Petteri Lindbohm (+1) – Tarmo Reunanen

Gardien :
Juho Olkinuora

Remplaçant : Eetu Laurikainen (G). En réserve : Jarno Parikka, Harri Pesonen, Veli-Matti Savinainen.

Norvège

Attaquants :
Martin Røymark (2′) – Mathis Olimb (A, -1) – Tobias Lindström (-1, 2′)
Mathias Trettenes (-1) – Michael Haga (-2) – Thomas Valkvae Olsen (-1)
Jørgen Karterud – Jacob Lundell Noer – Tommy Kristiansen (-1)
Ludvik Hoff (-1) – Kristian Forsberg (-1) – Niklas Roest (-1, 2′)
Andreas Stene

Défenseurs :
Jonas Holøs (C, -2) – Erlend Lesund (-1)
Alexander Bonsaksen (A, -1, 2′) – Stefan Espeland (-1)
Johannes Johannessen (-1) – Mattias Nørstebø (2′)
Dennis Sveum

Gardien :
Henrik Haukeland [sorti de 58’13 à 58’40]

Remplaçant : Henrik Holm (G). En réserve : Jonas Arntzen (G), Andreas Klavestad, Kristian Østby, Samuel Solem.

Les commentaires sont fermés.

Praesent mattis vulputate, commodo leo. nunc et, Curabitur eleifend porta. vel,