Le Canada s’offre sa revanche

272

Le Canada et la République Tchèque s’affrontent pour la cinquième fois en demi-finales, avec un avantage de 3-2 en faveur des joueurs à la feuille d’érable, dont les deux dernières : 8-4 (2003), 2-0 (2015).

Au total, les Tchèques comptent 12 succès face au Canada à 11, mais les Nord-Américains restent sur huit succès lors des dix derniers affrontements. Il faut remonter à 2010 pour la dernière victoire tchèque.

Le Canada retrouve Anthony Mantha, suspendu lors des quarts de finale. Les Tchèques réinsèrent Jakub Vrána, écarté en quarts à cause de son attitude. Treizième attaquant, le joueur de Washington n’apparaît que rarement sur la glace.

Photo Jonathan Vallat

Le Canada efficace

Le match débute de manière très ouverte : un tir chacun d’entrée et des tentatives de lancer des joueurs dans le dos de la défense adverse. Le Canada domine légèrement en possession de palet et trouve un premier tir dangereux par Joseph au cercle droit, suite à une remontée de palet rapide. Les Tchèques profitent de leur côté des revirements pour se montrer et Murray doit sortir un tir voilé de Rutta.

Évidemment, parvenir à contenir la première ligne canadienne reste compliqué. Le défenseur Stecher apporte le surnombre sur l’aile droite et centre vers l’enclave. L’inévitable Mark Stone place sa crosse sur la route, et sa déviation tout en délicatesse surprend Bartošák au premier poteau (1-0).

La réaction ne tarde pas et envoie Marchessault sur le banc des punis pour cinglage. Les Tchèques s’installent et combinent bien. Kubalík cherche la déviation de Palát mais Murray a suivi. La pénalité est tuée.

L’avantage numérique a donné aux Tchèques un temps fort, qu’ils poursuivent au retour à cinq, cherchant un jeu de passe dans l’enclave. Le Canada parvient bien à en verrouiller l’accès. Dès la récupération, le jeu de transition rapide crée des décalages, à l’image d’un tir de Theodore à mi-tiers, puis d’un autre essai de Nurse en tête de cercle.

Chaque pouce de terrain est âprement disputé et quelques frictions apparaissent lors des coups de sifflet. Turris bataille alors avec Gulaš en entrée de zone offensive. Les deux hommes tombent sur la glace, et le Canadien est puni pour retenir.

Les Tchèques n’exploitent pas l’opportunité, mais parviennent à se montrer dangereux par la suite. Toutefois, le Canada ferme l’accès à la zone entre les cercles, repousse les Tchèques vers la périphérie et se montre habile pour lancer de longues contre-attaques à travers la neutre, quitte à amener du trafic devant la cage tchèque – Nurse est tout proche de piéger Bartošák sur une déviation.

À l’issue d’un tiers animé, où le palet a bougé d’un but à l’autre à toute vitesse, le Canada mène 1-0.

Photo Jonathan Vallat

Match plié

La reprise souffle le public tchèque après dix secondes. Sur l’engagement, Nurse a du champ sur la gauche. Sa passe-abandon vers Couturier offre un tir au joueur des Flyers. Nurse a poursuivi son effort, prend le rebond et piège Bartošák en tour de cage (2-0).

On frôle le 3-0 en contre sur une déviation de Stone, puis le 2-1 lorsque Jaškin lance au but. Murray laisse un rebond et Faksa n’arrive pas à le reprendre dans l’enclave.

Milos Riha n’a plus le choix : l’entraîneur tchèque libère Vrána, qui ne comptait qu’une seule présence sur la glace au premier tiers. Les blancs confisquent le palet et attaquent la zone canadienne, mais cherchent bien souvent trop la passe et ne profite pas des nombreux rebonds de Murray.

En face, le jeu est bien plus facile. Stone, derrière la cage, écarte vers Marchessault, qui renverse le jeu vers Dubois au second poteau. Bartošák ne coupe pas le centre, et le jeune joueur de Columbus est esseulé (3-0). Fin de partie pour le gardien tchèque : Pavel Francouz entre en jeu.

Photo Jonathan Vallat

L’attaque tchèque, brouillonne, tente de recoller. Radko Gudas sonne la charge et prend même le rebond de Murray, sans réussir à reprendre. Jaškin s’infiltre ensuite et initie un 2-contre-1. Palát, bien servi, manque son revers devant Murray.

Le plus gros danger demeure cependant l’attaque canadienne, dont chaque percée manque de peu de creuser l’écart. Joseph, en tour de cage, chauffe la mitaine de Francouz.

Les Tchèques ne lâchent pas et poursuivent, même si les portes se referment bien souvent avant même de décocher leurs tirs. Un débordement de Voráček se termine par un centre repris du bout de la crosse par Palát, et la défense canadienne doit batailler pour sortir le rebond de la zone bleue, pour l’une des meilleures chances du tiers.

Les occasions disparaissent ensuite pendant plusieurs minutes, parfaitement maîtrisées par les hommes d’Alain Vigneault. Même le très nombreux public tchèque a des trous d’air, peinant à y croire encore tant la défense rouge barre l’accès à Murray.

Il faut attendre la dernière minute pour voir le feu dans la zone : Tomáš Zohorna percute, Repik prend le rebond, puis Vrána est servi dans le slot… Rien n’y fait ! Murray tient le fort – du masque – et le Canada dispose d’une avance confortable après deux tiers.

Photo Jonathan Vallat

Démonstration

La gestion canadienne reprend tranquillement en troisième tiers. La défense repousse le jeu, dégage proprement et fait tourner le chronomètre.

Il faut attendre la quatrième minute pour que Murray connaisse un peu d’adversité, avec un tir de Zámorský de la bleue, et Repik au rebond. Puis, un jeu en triangle ligne de fond aboutit sur la crosse de Kubalík, volé encore une fois par le cerbère canadien. On a l’impression que les Tchèques pourraient jouer des heures sans marquer.

C’est tout l’inverse en face : Mantha récupère un palet dans son camp et démarre comme une fusée côté droit. Il prend de vitesse son défenseur, et surprend la défense par une passe devant la cage. Turris a suivi et décoche une reprise ultra-rapide (4-0). Encore une fois, les Canadiens placent du monde dans l’enclave dès le départ de la contre-attaque, dans une stratégie classique, mais diablement efficace.

Efficacité, ou presque : Henrique récolte un palet dans la neutre et envoie Mantha en échappée. Cette fois, le joueur de Detroit échoue sur la botte de Francouz.

Le public comme les joueurs tchèques sont un peu sonnés. Ils bénéficient toutefois d’un jeu de puissance lorsque Chabot commet un faire trébucher dans la neutre pour couper un contre. La pénalité ne donne rien, pas plus qu’un superbe slalom de Tomáš Zohorna dans la foulée, qui ne parvient même pas à décocher son tir.

Le danger est bien plus grand lorsque le duo Turris-Joseph s’échange des politesses dans l’enclave. Francouz est sauvé par son défenseur. Ce n’est que partie remise : le Canada, très facile, marque le cinquième lorsque Chabot transperce la défense et nettoie la lucarne (5-0).

La messe est dite, mais les Tchèques veulent quand même s’offrir un peu d’oxygène. Tomáš Zohorna perfore la défense, s’emmène le palet du patin et trompe enfin Matt Murray (5-1).

Faksa tente de réduire encore l’écart du revers en pivot, mais le portier de Pittsburgh tient. Les esprits s’échauffent peu après : Repik et Dubois se frottent, presque au point de tomber les gants. Les deux hommes sortent pour deux minutes.

Les Tchèques trouvent enfin des espaces, mais Palát échoue encore sur Murray. Le jeu manque de spontanéité, d’audace, avec des phases où les joueurs gardent beaucoup trop le palet et tournent dans le vide : un point noir de leur prestation dans cette demi-finale.

Encore une fois, les joueurs en viennent aux mains : McCann encaisse un féroce direct du gauche de Jaškin. Deux minutes chacun pour cinglage, plus deux minutes pour dureté au Tchèque. À cinq-contre-quatre, Chabot se montre laxiste à la bleue et commet un accrochage qui annule le jeu de puissance, mais il ne reste qu’une minute à jouer. Le match est plié.

Le Canada s’impose donc 5-1, une victoire maîtrisée. L’occasion d’affronter la Finlande en finale, comme en 2016. Une revanche du premier match du tournoi : la boucle est bouclée.

Désignés joueurs du match : Tomáš Zohorna (République Tchèque) et Matt Murray (Canada)

Meilleurs joueurs canadiens du tournoi selon leurs entraîneurs : Matt Murray (G), Mark Stone (A), Anthony Mantha (A)

Meilleurs joueurs tchèques du tournoi selon leurs entraîneurs : Patrik Bartošák (G), Michal Frolík (A), Jakub Voráček (A)

Photo Jonathan Vallat

Commentaires d’après-match :

Mathieu Joseph (attaquant du Canada) : « Oui, ce sera fin demain contre la Finlande, c’est une équipe qui travaille fort. Nous avons progressé à chaque match et ce soir, notre gardien sort de gros arrêts. Nous avons eu beaucoup d’efficacité, notre relance a été excellente. Nous avons joué nord, nord, nord, pour utiliser notre vitesse. Demain, ça sera difficile, ils sont tellement bons défensivement. Il faudra voir comment nous allons aborder le match. Nous avons fait du bon travail jusque là, nous allons continuer demain. »

Anthony Mantha (attaquant du Canada) : « Le premier match du tournoi contre la Finlande était poussif, mais nous avons beaucoup appris depuis. Nous savons désormais comment jouer en équipe. La Finlande est une équipe combative, qui joue une trappe 2-3. Il faudra se montrer malin, être dur à l’échec-avant et capitaliser sur nos chances. Je ne suis pas spécialement surpris de la victoire finlandaise. Je suppose que la Russie n’a pas réussi à créer du jeu contre leur trappe. Nous devrons de notre côté réussir le match parfait. »

Jonathan Marchessault (attaquant du Canada) : « On est une bien meilleure équipe que lors du premier match. Il a fallu s’adapter au groupe, à la grande glace. La Finlande travaille fort et bien, il faudra être prêt. C’est tout à leur honneur. Ce soir, nous avons très bien défendu, Matt Murray a été excellent quand les Tchèques ont réussi à passer. C’est ce jeu défensif qui nous a permis de bien attaquer. C’était une « bonne game » de soixante minutes. »

Miloš Říha (entraîneur de la République tchèque) : « Les Canadiens étaient plus vigoureux. Leur gardien a été excellent. Leurs attaquants se sont sacrifiés devant les tirs. Nous avons perdu sur des basiques comme les mises au jeu et les duels. Les joueurs étaient excités au début du deuxième tiers, mais il y a eu une erreur. Le centre [Simon] a brisé sa crosse et a dû rentrer au banc. Les autres joueurs n’ont pas comblé l’espace. Nous avons essayé de faire quelque chose, nous avons changé le gardien, les lignes. Si nous avions marqué un but, cela nous aurait donné un coup de fouet. On était trois fois dans le slot, mais nous n’avions pas la faim. […] Vrána a fait deux très bons matchs, puis a beaucoup régressé. Je ne sais pas si c’était la condition physique ou quoi. Les attaquants doivent tenir la ligne rouge, il a eu des problèmes défensifs sur les un-contre-un. Mais c’est normal. Je ne sais pas pourquoi on parle de Vrána depuis trois jours. »

Photo Jonathan Vallat

Canada – République Tchèque 5-1 (1-0, 2-0, 2-1)
Samedi 25 mai 2019 à 19h15 à la Ondrej Nepela Arena de Bratislava. 9085 spectateurs.
Arbitrage de Mikko Kaukokari (FIN) et Jeremy Tufts (USA) assistés de Gleb Lazarev (RUS) et Hannu Sormunen (FIN)
Pénalités : Canada 12′ (4′, 0′, 8′), République Tchèque 6′ (0′, 0′, 6′).
Tirs : Canada 30 (11, 11, 8), République Tchèque 41 (12, 12, 17).

Récapitulatif du score
1-0 à 05’18 : Stone assisté de Stecher
2-0 à 20’10 : Nurse assisté de Couturier
3-0 à 25’06 : Dubois assisté de Marchessault et Stone
4-0 à 46’26 : Turris assisté de Mantha
5-0 à 53’00 : Chabot assisté de Henrique et Strome
5-1 à 53’59 : T. Zohorna assisté de Kolar

Canada

Attaquants :
Jonathan Marchessault (2′, +1) – Pierre-Luc Dubois (2′, +1) – Mark Stone (A, +1)
Anthony Cirelli (+1) – Sean Couturier (A, +1) – Sam Reinhart (+1)
Jared McCann (2′, +1) – Kyle Turris (C, 2′, +1) – Anthony Mantha (+1)
Adam Henrique (+1) – Dylan Strome (+1) – Mathieu Joseph (+1)
Tyson Jost [pas utilisé au 1er et 2e]

Défenseurs :
Darnell Nurse (+1) – Damon Severson (+1)
Thomas Chabot (4′, +1) – Troy Stecher (+3)
Shea Theodore (+2) – Dante Fabbro (+1)
Philippe Myers (-1)

Gardien :
Matt Murray

Remplaçant : Carter Hart (G). Réservistes : Mackenzie Blackwood (G), Brandon Montour (D, blessé), Tyler Bertuzzi (A)

République Tchèque

Attaquants :
Michael Frolík (A, -2) – Dominik Simon (-2) – Jakub Voráček (A, -2)
Ondřej Palát (-2) – Radek Faksa (13′, -2) – Dmitrij Jaškin (4′, -2)
Dominik Kubalík – Jan Kovář (8′, -1) – Milan Gulaš [pas utilisé au 3e]
Hynek Zohorna (+1) – Tomáš Zohorna (+1) – Michal Řepík (2′, -1)
Jakub Vrána [1 présence]

Défenseurs :
David Musil (-2) – Filip Hronek (-3)
Michal Moravčík (-1) – Jan Rutta
Jan Kolář – Radko Gudas (A, -1)
Petr Zámorský (-1)

Gardien :
Patrik Bartošák

Remplaçant : Pavel Francouz (G). Réservistes : Šimon Hrubec (G), David Sklenička (D), Filip Chytil (A)

Photo Jonathan Vallat

Les commentaires sont fermés.

libero facilisis adipiscing quis mi, libero