Parcourir Tag

Mondiaux 2019

La Finlande, une équipe en or

La grande finale oppose donc les deux équipes qui ont terminé en tête du groupe de Kosice. La Finlande avait battu le Canada 3-1 en match d'ouverture, mais la formation nord-américaine n'a plus grand chose à voir. Quelques renforts, beaucoup plus d'alchimie : le plan de match du maître tacticien Jukka Jalonen devra se montrer efficace...

Une statue de bronze pour Vasilevsky

Les battus de la veille vont tenter d'évacuer la déception et de récolter une médaille - une denrée rare pour les Tchèques. Les deux entraîneurs ont dû jongler avec la fatigue et ont apporté des modifications à leurs alignements. Sergei Plotnikov fait son retour sur le banc russe. Les Tchèques changent pour leur part de gardien, avec Simon Hrubec pour débuter. Patrik Bartošák est remplaçant. Pavel Francouz, encore un peu malade, est forfait. Moravčík est blessé à l'épaule. Vrana reste 13e attaquant et le jeune joueur des…

Échec et mat

Grandissime favorite, la Russie a remporté ses huit matchs depuis le début du tournoi. La tête de série n°1 bénéficie donc du calendrier favorable : celui de jouer à 15h15, qui octroie quelques heures de repos supplémentaires au vainqueur avant la finale du dimanche.

Les petits, les obscurs, les sans-grades

La Finlande a fini deuxième de sa poule et a pu rester dans la ville où elle a joué en poule (Košice), où elle "reçoit" la Suède. Pourtant, la Tre Kronor, avec beaucoup plus de noms ronflants, reste favorite envers et contre tout, même si elle a moins bien joué jusqu'ici dans ce Mondial. Pour l'instant, Jukka Jalonen a fait un excellent travail avec une équipe peu relevée sur le papier, même si elle manque sans doute de talent pour concrétiser offensivement. Le talent, la première ligne suédoise n'en manque pas, mais elle…

Les Tchèques forcent le verrou allemand

Les Tchèques sont en quart de finale : encore dirait-on, car ils sont des habitués du genre. Il s'agit d'un des rares pays qui n'a jamais manqué ce rendez-vous. Le problème ? La route des demi-finales ne s'est pas souvent ouverte. Les dernières médailles datent de 2011 et 2012, le dernier titre de 2010. Depuis ? Quatrièmes en 2014 et 2015, battus en quarts les trois tournois suivants.

4 dixièmes de seconde décident de Canada-Suisse

Le Canada a montré un visage de plus en plus solide dans ce tournoi, compensant son absence de superstars par un effectif très homogène. Jonathan Marchessault et Mark Stone se sont imposés en meneurs offensifs. L'équipe à la feuille d'érable doit quand même se méfier d'une Suisse qui l'a battue trois fois sur les cinq dernières confrontations en championnat du monde, dont l'an passé en demi-finale. La Nati a toutefois un secteur faible cette année, son powerplay, le plus faible des qualifiés à 11%... alors que celui du…

La Russie confirme

La Guerre froide est terminée, mais cela n'a pas vraiment changé les rapports entre les deux pays. La rivalité s'étend sur un autre terrain froid et plus "gentleman" : la patinoire. Depuis le "Miracle on ice" de 1980, affronter la Russie fait partie des temps fort du hockey américain. L'inverse n'est pas forcément vrai, mais les enjeux dépassent tout de même largement le terrain sportif.

La Suède prend une fessée de vingt minutes

Le dernier match de poule à Bratislava n'est pas qu'un duel sur la première place du groupe : la Suède devrait gagner par trois buts d'avance pour pouvoir déloger les Russes de leur position. Il s'agit surtout d'un message important pour la suite du tournoi. Les doubles champions du monde peuvent-ils faire faire douter cette belle équipe de Russie, jusqu'ici invaincue et impressionnante ?

Le Canada taille patron

La première place du groupe est en jeu entre les deux frères ennemis nord-américains. Les États-Unis alignent Zach Werenski en défense, enfin arrivé en Slovaquie. Il prend la place de Christian Wolanin. En attaque, le retour de Johnny Gaudreau coûte sa place au jeune Jack Hughes, au grand déplaisir des scouts NHL. Le Canada se passe de Tyler Bertuzzi.
sed eleifend mattis vulputate, Phasellus non facilisis