Gap – Grenoble (Ligue Magnus, 28e journée)

340

Ce dimanche, la Ligue Magnus entame la 28e journée et Gap reçoit le leader Grenoble. À l’issue de cette rencontre, il restera 16 rencontres pour décider du sort des équipes.

Gap est en plein marasme et peine à trouver les solutions pour se sortir de la nasse. Les Rapaces n’ont plus gagné dans le temps règlementaire depuis le 25 octobre face à Nice. Depuis, l’équipe n’a pas perdu sa capacité à combattre mais est confrontée à un problème de réalisme offensif qui devient alarmant. Elle est bonne dernière sur le terrain des résultats sur la période des 10 derniers matchs avec 3 points pris seulement ! La situation devient malgré tout assez pesante !

Les Gapençais, avec 52 buts inscrits, ne laissent que Briançon à la dernière position (37). C’est Julien Correia, arrivé en cours de saison qui domine ce secteur avec 15 points inscrits sur 22 parties jouées. Le trio le plus producteur de shoots à la cage est composé d’Arturs Mickevics (71), Dimitri Thillet et Mathieu Gagnon (70). Mais c’est Romain Chapuis qui concentre la plus grande efficacité avec 21 % de ses tirs conclus par un but.

Dans les unités spéciales, le constat est aussi faible avec une avant dernière place en supériorité (12%) et bon dernier en infériorité (76,9%).

Meilleure défense pendant un tiers du championnat, ce secteur gapençais est maintenant descendu à la troisième position. Ce soir, le dispositif est allégé au vu des absences et depuis la trêve Jakub Melisko a fait valoir son départ pour raisons personnelles.

Face à la situation, le staff a procédé à des changements dans l’effectif avec l’apport de l’Américain Joey Raats. Il n’a pas eu beaucoup de kilomètres à faire pour rejoindre l’Alp’arena, puisqu’il arrive de Briançon. Le recrutement le plus connu est le retour du Slovène Bostjan Golicic en scission avec Bordeaux.

Le jeune attaquant gapençais Paul Joubert est parti renforcer sa formation personnelle en Finlande pour évoluer en Mestis. À l’offensive, toujours, Roberts Jekimovs a été remercié pour son trop faible rendement et remplacé avec l’apport du Canadien Jean Dupuy. Il arrive de Belfast avec son compagnon Patryk Wronka (international polonais). Ce dernier est parti du championnat britannique de sa propre volonté. Les fans des Giants regrettent son départ et le qualifient d’attaquant talentueux. Il a en tout cas inscrit 46 points en 70 matchs sur la scène internationale. Pour ce match, il n’est pas encore validé par la fédération.

Grenoble continue sa chevauchée en tête mais l’écart commence à fondre et Angers n’est plus qu’à deux points du leadership ! D’ailleurs, à l’automne, Edo Terglav n’a pas caché les problèmes concernant le manque d’esprit d’équipe de certains joueurs. Sportivement parlant, Grenoble est à la 6e place. Les valeurs sûres sont toujours présentes avec Joel Champagne (35 pts), Alex Aleardi (34 points) et Kyle Hardy avec une fiche de +29. Devant les filets, Lukas Horak n’est que 5e avec 91,6%.

Bien sûr, pour ce match Grenoble est largement favori, mais l’avenir des Gapençais se joue sur ce match pour préparer les combats de fin de saison et surtout la victoire nécessaire du match suivant contre Nice. Donc un brin de folie peut perturber les rouages grenoblois ce soir !

À noter un beau kop de supporters grenoblois venu en nombre qui entame les chants dès l’échauffement !

La partie est à peine commencée que Fleury trouve l’ouverture (1’07 : 0-1).

C’est bien Grenoble qui mène la cadence. Kearney part sur le côté gauche et shoote, mais Darier dévie des bottes. Le palet resté libre est encore dangereux mais sans conséquence (2’43). La première occasion sérieuse pour Gap provient de Bourgeois qui tire de la bleue et Thillet fait une belle déviation de la canne (4’00). Grenoble propose un jeu solide et physique. L’impact est puissant et les rapaces commettent la faute. Le power-play isérois ne dure pas bien longtemps car Champagne reçoit le palet devant la cage et le lève dans les filets (5’03 : 0-2).

Grenoble s’envole avec une vitesse de patinage qui permet de déborder et gagner les courses aux palets. La vitesse du jeune international Dylan Fabre lui permet de se retourner en pleine course et de transmettre un bon puck pour le shoot à suivre (8’10). Mais Damien Fleury est pénalisé pour un accrochage. La réponse gapençaise est claire avec Mickevics qui envoi dans le trafic et Gutierrez dévie devant Horak (8’45 : 1-2)

Une nouvelle pénalité est sifflée et on n’a pas le temps de se reposer que Valier, devant les buts, reprend son rebond et loge le palet dans les cages (9’29  1-3). C’est une nouvelle erreur défensive qui se présente avec un espace libre total dans la défense grenobloise. Dupuy fusille le gardien (10’04 : 2-3). Les défenses n’ont pas intégré le repli et ont laissé de nombreux vides payés cash !

Le sifflet est un brin tatillon. Lors du shoot lointain, sur une nouvelle supériorité, de Bisaillon, Darier capte sans aucun rebond mais Kearney vient se frotter au portier. Résultat le cerbère passe le message en envoyant un coup de crosse dans les jambes de Kearney.  De là c’est le brassage, pas du goût de l’arbitre qui sanctionne Colotti. Au retour à quatre contre quatre à la fin de l’infériorité gapençaise, c’est Hardy qui transperce le trafic (13’38 : 2-4).

Hardy, pris par la patrouille pour son agressivité défensive, est pénalisé ainsi que Colotti pourtant victime de l’agression. Dans le public on a beaucoup de mal à comprendre les décisions arbitrales. À quatre contre quatre, c’est Rohat qui crée le premier danger en gardant son palet avec un défenseur adverse sur le dos.

Le tiers se termine et les deux équipes ont laissé beaucoup d’espaces. C’était la soirée de distribution des cadeaux de Noël dans les deux camps, tant les défenses ont été laxistes. Comme à son habitude ce derby monte déjà en pression. Grenoble est très fort pour se projeter vers l’avant mais c’est le manque de constance qui a permis à Gap de revenir à la marque.

En deuxième période, Grenoble domine ce début de tiers avec Fleury, Aleardi et Bisaillon et le palet revient incessamment devant la cage de Darier. Kearney reprend un puck, libre au 2e poteau après une passe de Bisaillon (23’48 : 2-5)

Les échappées grenobloises continuent, sur un contre à deux, il faut la crosse de Colotti pour dégager, en pleine course, et empêcher la passe grenobloise (25’15). Aussitôt Grenoble est à la faute avec un surnombre. Mickevics rate une cage totalement ouverte avec son tir lointain mais le puck percute la base du petit filet (26’07). Gap n’arrive pas à concrétiser. Au retour à cinq, Treille avance à pleine vitesse et décoche un tir puissant qui finit dans les filets (28’56 : 2-6)

Gap est étouffé mais parvient à obtenir un nouveau power-play sur un accrochage de Fleury. Par la suite, Sacha Treille fait une erreur grave, en faisant trébucher en zone offensive adverse. Les bleus bénéficient de quatre minutes en double supériorité. Horak n’est pas suffisamment masqué et seul Bourgeois peut shooter sur le portier devant la zone bleue du gardien. Bref, Gap laisse passer une bonne occasion de scorer. Sur le dernier lancer, une charge avec la crosse de Trabichet, dans le slot, déclenche une bagarre générale. Trabichet est expulsé ainsi que Guertin, mais Horak fait le métier et dévie trois shoots successifs. Gap ne parvient toujours pas à marquer en supériorité. Les faiblesses des Rapaces sont des blessures ouvertes qui ne cicatrisent pas. Malgré les fautes accordées par les BDL, Gap n’a pas su trouver la solution.

Dès le coup d’envoi du troisième tiers, l’offensive rapide de Fleury est annihilée par un accrochage. Fleury se fait justice sur un tir de pénalité (40’43 : 2-7)

L’intensité a largement baissé et les actions aussi. Baylacq parvient à traverser le rideau défensif. Mickevics répond avec un tir en pleine course… hors cadre. Mais un vide défensif sidéral permet à Champagne, seul, de marquer devant Darier (46’12 : 2-8).

À 48’00, Eric Blais décide de faire entrer Ylönen sur la glace. Aleardi teste tout de suite le portier à la suite d’une mise au jeu en zone offensive (48’45). Après plusieurs pénalités non converties par les Grenoblois et au retour à cinq, c’est Fabien Bourgeois qui réduit la marque. Il arrive à pleine vitesse pour reprendre la passe devant la cage (53’49 : 3-8)

Le rayon de soleil est vite masqué, car Sacha Treille inscrit le neuvième but (55’05 : 3-9). La partie tourne à la démonstration tant les Rapaces semblent avoir plié depuis un bon moment. Aleardi offre un festival de contrôle du palet autour de la cage et concrétise ce danger (56’19 : 3-10).

L’arbitre ne sait plus où donner du sifflet et surjoue ses décisions en concluant la partie avec un jeu à trois contre trois. À l’issue, McEachen conclut le dernier power-play et le score définitivement (59’59 : 3-11).

Le public ne s’attendait pas à une telle débandade. Les Rapaces ont tout d’abord été battus dans tous les secteurs du jeu. Ils ont profité de quelques largesses, mais quand les BDL ont repris le fil du match, il n’y avait plus grandes opportunités. Associé à un Lukas Horak déterminant, le jeu de puissance gapençais n’a pas pesé lourd !

Il est clair que cette équipe de Gap est encore en convalescence et qu’aucun acte n’est parvenu à en finir de ce coma de longue durée ! La qualité du groupe est pourtant reconnue et dès demain les affaires reprennent avec la réception de Nice.

La patinoire est déjà vide que le groupe des Grenoblois ne se désunit pas et continue ses chants. Cela fait bien longtemps que l’on a pas vu un groupe de supporters aussi organisé et puissant ! Exemple à suivre !

Elus meilleurs joueurs : Sacha Treille et Fabien Bourgeois

Gap – Grenoble 3-11 (2-4, 0-2, 1-5)
Dimanche 22 décembre 2019 à 18h30 – Alp’arena. 2581 spectateurs.
Pénalités : Gap 43′ (8’, 5’+20’, 10’) ; Grenoble 47′ (4’, 12’+5’+20’, 6’)
Tirs : Gap 30 (6, 17, 7) ; Grenoble 30 (14, 5, 11).

Évolution du score
0-1 à 01’07 : Fleury assisté de Treille et Manavian
0-2 à 05’03 : Champagne assisté de Kearney et Bisaillon (sup. num.)
1-2 à 08’45 : Guttierez assisté de Correia et Mickevics (sup. num.)
1-3 à 09’29 : Valier assisté de Kara et Rohat (sup. num.)
2-3 à 10’04 : Dupuy assisté de Faure et Guertin
2-4 à 13’38 : Hardy assisté de Kearney et Champagne
2-5 à 23’48 : Kearney assisté de Valier et Bisaillon
2-6 à 28’56 : Treille assisté de Valier et Bisaillon
2-7 à 40’43 : Fleury (tir de pénalité)
2-7 à 46’12 : Champagne assisté de Kearney et Aleardi
3-8 à 53’49 : Bourgeois
3-9 à 55’05 : Treille assisté de Fleury et Hardy
3-10 à 56’19 : Aleardi assisté de Kearney et Hardy
3-11 à 59’59 : McEachen assisté de Hardy et Fleury (sup. num.)

Gap

Attaquants :
Arturs Mickevics – Romain Gutierrez (C) – Julien Correia
Dimitri Thillet (A) – Fabien Colotti – Bostjan Golicic
Joey Raats – Mathieu Guertin – Jean Dupuy
Roman Vondracek – Victor Ranger – Paul Schmitt
Romain Chapuis

Défenseurs :
Arnaud Faure – Fabien Bourgeois (A)
Alexandre Pascal – Charles Schmitt
Louis Cirgues

Gardien :
Jimmy Darier puis à 48’00 Sebastian Ylönen

Remplaçants : Étienne Boutet, Raphaël Faure, Mathieu Gagnon.

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney – Joël Champagne (C) – Alex Aleardi
Sacha Treille – Damien Fleury (A) – Peter Valier
Vincent Kara – Sébastien Rohat – Maxime Legault
Julien Baylacq – Aurélien Dair

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon
Christophe Tartari – Antonin Manavian
Teddy Trabichet – Patrick McEachen
Yann Sauvé

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Sébastien Raibon (G). Absent : Adel Koudri.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

vulputate, ipsum diam Aenean libero facilisis felis venenatis,