Grenoble – Chamonix (Ligue Magnus, 40e journée)

Les Brûleurs de Loups assurent le spectacle face à des Pionniers diminués

44

Après la désillusion face à Gap dimanche, les Brûleurs de Loups se sont repris en allant gagner à Amiens mardi. Une victoire acquise en prolongation sur un but de Damien Fleury qui a fait du bien au moral des Grenoblois qui repoussent ainsi les Gothiques à neuf points au classement. Un résultat qui leur permet également de repartir sur une nouvelle dynamique après des matchs compliqués face à Anglet et Nice. Avant la pause internationale, il est donc important de terminer sur une victoire à Pôle Sud face à une équipe qui elle aussi est à la lutte pour une place en play-offs. Les Chamois sont toujours bien installés à la septième place mais depuis leur éclatante victoire face à Rouen (5-1), ils ont connu une série de cinq courtes défaites. Ils ont donc besoin de points ce soir pour conforter leur place en play-offs alors que Grenoble cherchera à prendre sa revanche de la défaite concédée il y a un mois au pied du Mont-Blanc (3-6). Les Pionniers se présentent fortement diminués en défense avec seulement quatre défenseurs sur la feuille de match compte tenu des absences de Colin Sullivan, Joona Tolvanen et Jérémie Penz.

Les Pionniers démarrent fort avec une belle activité en zone offensive et un premier lancer de Samuel Salonen repoussé par Horak. Les Brûleurs de Loups parviennent à reprendre le contrôle du palet mais sans réellement porter le danger en zone offensive si ce n’est par Valier, qui dévie une passe de Fleury tout près de la cage chamoniarde. Sur un palet perdu par Lagarde en zone offensive, Kearney relance rapidement le long de la bande vers Aleardi qui prend de vitesse Besson et s’en va battre Sabol tout en finesse (1-0, 06’47). Mais les Pionniers rendent la pareil à leurs hôtes dans la minute qui suit : cette fois c’est Valier qui perd le palet en zone offensive, Sammalmaa et Salonen se projettent rapidement vers l’avant et Malo Ville conclut d’un tir croisé qui surprend Horak (1-1, 07’30). Les compteurs sont donc remis à zéro.

Sur l’engagement, Maxence Leroux retient Tartari devant la cage chamoniarde. Les Brûleurs de Loups installent rapidement le power-play en faisant tourner le palet. Sabol bloque bien les quelques tirs grenoblois. Aleardi tente sa chance dans l’axe mais le palet passe à côté de la cage. En toute fin de supériorité numérique, Fleury lance Sacha Treille qui remonte le palet en zone offensive et sert Peter Valier qui marque dans la cage grande ouverte (2-1, 09’33). Mais les Brûleurs de Loups sont de nouveau tout près de concéder l’égalisation dans la foulée. Kearney perd le palet en zone neutre alors que McEachen appuyait l’attaque et que Trabichet était parti au banc pour changer de ligne ce qui laisse Baravaglio et Glévéau en situation de deux contre zéro. Mais le premier nommé choisit le tir, repoussé par Horak.

Grenoble a eu chaud sur cette action et repart à l’offensive. Valier et Treille sont tout près de reprendre un rebond mais Sabol repousse le palet. Les Pionniers attendent les occasions de contre-attaque offertes par Grenoble et elles ne manquent pas. Sammalmaa récupère le palet en zone offensive et se joue de Sauvé pour envoyer Salonen en breakaway alors que Manavian était monté aux avant-postes. Son retour trop tardif n’empêche pas Salonen de déjouer Horak et d’égaliser (2-2, 12’51). Encore une fois les Brûleurs de Loups doivent repartir à l’attaque pour compenser leurs erreurs défensives. Sur une entrée de zone rageuse, Kyle Hardy laisse sur le côté à Joël Champagne qui lance à la cage du revers et reprend tranquillement son rebond au milieu de la défense chamoniarde pour redonner l’avantage à Grenoble (3-2, 14’14). Début de match tout feu tout flamme puisque cinq buts ont été inscrits en moins de cinq minutes !

Chamonix essaie de réagir dans la foulée avec un lancer de Briand bloqué par Horak. Puis c’est Besson qui tente sa chance sur un lancer lointain. Horak doit rester concentré devant sa cage car les Pionniers lancent à la cage dès qu’ils en ont l’occasion. Grenoble met la pression en zone d’attaque en fin de tiers. Hardy se présente dans l’axe mais son tir est repoussé par Sabol et aucun Grenoblois ne parvient à reprendre le rebond. Un bon lancer de Manavian est bloqué dans les jambières par Sabol. Le rythme baisse dans les ultimes minutes avec une équipe grenobloise en possession du palet et des Haut-savoyards repliés dans leur zone à l’affût du moindre contre. Mais la défense grenobloise s’est resserrée avant la fin de ce premier tiers-temps un peu fou et très offensif.

Les Pionniers abordent la seconde période sans complexe avec encore une perte de palet à la ligne bleue offensive de Yann Sauvé. La contre-attaque est rapidement menée par Benjamin Lagarde qui joue le 2 contre 1 avec Briand mais son tir vient s’écraser sur le poteau. Les Chamoniards continuent de profiter des largesses offensives grenobloises en ce début de tiers : Salonen lance à la cage, Leroux est tout près de reprendre le rebond au second poteau. Kara tente une déviation mais le palet est bien capté par Sabol.

Les Brûleurs de Loups reçoivent leur première pénalité lorsque Coulaud se fait charger dans la bande par Sauvé. Chamonix fait bien circuler le palet mais a du mal à trouver une bonne position de tir. Les Brûleurs de Loups parviennent à tuer assez facilement la pénalité mais subissent encore dans les secondes qui suivent avec un bon lancer de Mermoux repoussé du casque par Horak. Finalement Grenoble arrive à reprendre l’initiative dans cette rencontre sur un palet mis devant la cage par McEachen et dévié à bout portant par Fleury (4-2, 26’16). Coup dur pour les Pionniers qui jusque-là avaient eu les meilleures chances dans ce deuxième tiers. Et ce but va porter un coup au moral des Chamoniards : alors qu’ils pressent en zone offensive, le palet est récupéré par Champagne qui lance rapidement en direction de Kearney lequel ajuste Sabol d’un tir au ras du poteau (5-2, 28’02).

Cette fois l’écart au score semble définitivement fait en faveur de Grenoble. Deux fautes à quelques secondes d’intervalle de Leroux et Andersen n’arrangent pas les affaires des visiteurs. Les Brûleurs de Loups font tourner le palet en zone offensive à 5 contre 3 mais la défense chamoniarde est héroïque et Sabol bloque les palets qui arrivent jusqu’à lui. Grenoble a du mal dans cette double supériorité numérique mais finit par concrétiser sur une belle action de Aleardi qui lance à la cage et profite d’une déviation de Champagne (6-2, 32’43).

Plus les minutes passent et plus Grenoble est en contrôle du jeu face à une défense chamoniarde avec ses quatre défenseurs qui est à l’agonie. Valier part dans le dos des défenseurs et tente de dribbler Sabol mais ce dernier bloque le palet. Les Pionniers peuvent souffler lorsque Sauvé est sanctionné pour une charge avec la crosse en zone offensive. Alors qu’il reste vingt secondes à faire à la pénalité, une nouvelle pénalité appelée contre Baylacq met les Pionniers en situation de double supériorité numérique. Timo Saarikoski demande un temps mort pour profiter de l’occasion offerte. Une dégagement spectaculaire de Bisaillon, qui reprend le palet de volée avec la crosse à hauteur de hanche, se transforme en occasion de but pour Sauvé, tout juste sorti de prison, qui se présente seul face Sabol mais perd son duel avec le portier chamoniard. À quatre contre cinq, une passe en retrait de Fleury permet à Peter Valier de prendre la défense chamoniarde à revers et de s’échapper seul pour un doublé personnel (7-2, 38’34). Les Chamois se sont effondrés dans cette seconde période en encaissant quatre buts, laissant Grenoble s’échapper au tableau d’affichage.

L’équipe chamoniarde arrive en retard sur la glace après la pause, ce qui fait que Grenoble début en supériorité numérique. Tristan Mongellaz a pris place devant la cage chamoniarde à la place de Richard Sabol. Il est rapidement mis à contribution sur un one-timer d’Aleardi mais il réalise un beau premier arrêt. C’est à peu près tout car le power-play grenoblois est relativement inoffensif pendant ces deux minutes. Malo Ville traverse la zone offensive pour aller jusqu’au slot. Il ne parvient pas tirer dans de bonnes conditions mais obtient une pénalité de Tartari. La supériorité numérique ne donne pas grand-chose pour Chamonix et Baylacq parvient même à s’échapper avec le palet mais il est repris par la défense chamoniarde et ne peut tromper Mongellaz. Pas de danger tout de même pour les coéquipiers de Champagne qui tuent tranquillement la pénalité. À cinq contre cinq, les Pionniers sont dangereux sur une double occasion de Numa Besson qui parvient prendre son propre rebond du revers mais Horak veillait. Mais la défense chamoniarde se fait souvent surprendre et les contres grenoblois se multiplient à l’image d’un tir au-dessus de la cage de Rohat. Coulaud se fait sanctionner pour accrocher. Plus actifs, les Brûleurs de Loups multiplient les tirs lointains avec une bonne circulation du palet mais la réussite n’est pas au rendez-vous et Chamonix tue la pénalité.

À égalité numérique, les Pionniers repartent à l’offensive en récupérant un palet perdu en zone neutre entre Tartari et Kara. Glévéau marque sur un tir lointain, profitant notamment de l’écran de Briand devant Lukas Horak (7-3, 49’42). Chamonix réduit légèrement l’écart alors que Grenoble continue de contrôler les attaques des visiteurs. Les Pionniers font bien circuler le palet en zone offensive mais la défense grenobloise parvient à écarter le jeu contre la bande. Une contre-attaque éclair parfaitement jouée entre Aurélien Dair et Adel Koudri permet à Grenoble de reprendre ses distances (8-3, 53’51).

Johann Eriksson parvient à s’approcher de la cage de Horak qui détourne le palet. Malo Ville est tout près de prendre le rebond mais Horak écarte le danger. Sur l’action suivante, Ville entre en contact avec Horak qui reste quelques secondes au sol. La supériorité numérique permet surtout à Grenoble de faire tourner le chrono mais un palet perdu à la ligne bleue offre un breakaway à Lagarde qui s’en va défier Horak mais perd le duel. Dans la dernière minute, Malo Ville repart en prison pour une charge sur Christophe Tartari. Il reste dix-sept secondes à jouer en supériorité numérique pour Grenoble. Suffisamment pour permettre à Kara de concrétiser une belle offrande de Tartari (9-3, 59’53).

Avec une défense très affaiblie, les Pionniers n’ont finalement tenu qu’un tiers-temps avant d’exploser. Pourtant, au premier tiers, ils avaient montré de bonnes choses avec le trio Sammalmaa-Ville-Salonen notamment impliqué sur les deux premiers buts. Avec une belle rapidité d’exécution, ils ont souvent réussi à prendre à revers une défense grenobloise parfois trop portée vers l’attaque. Mais lorsque les Brûleurs de Loups ont resserré les vis dans les lignes arrières, les Chamoniards ont souffert, notamment lors des unités spéciales avec trois buts encaissés en supériorité numérique et un en infériorité numérique. La trêve va faire le plus grand bien aux Pionniers avant de retrouver Gap pour un match à gros enjeu en vue de la qualification en play-offs.

Pour une fois, les Brûleurs de Loups ont passé une soirée tranquille à domicile. Battus par Gap, obligés de passer par les tirs au but contre Anglet et Nice, les leaders de la Ligue Magnus n’ont pas connu les mêmes difficultés pour battre cet autre prétendant aux play-offs. Même si la faiblesse de la défense chamoniarde amoindrie leur a facilité la tâche ce soir, les hommes de Terglav ont fait preuve de sérieux à partir du deuxième tiers-temps pour s’envoler au tableau d’affichage. Les quatre trios offensifs ont marqué même si Aleardi Champagne, Fleury (3 pts chacun) et Valier (auteur d’un doublé) ont été les plus en vue offensivement sans oublier Bisaillon (4 pts sur ce match). On retiendra également le joli but collectif marqué par Koudri avec la complicité de Dair. Bref, une soirée sans nuage ou presque pour des Isérois qui confirment leur succès à Amiens pour se donner de l’air en tête de la Ligue Magnus juste avant la trêve internationale. De quoi préparer plus sereinement les play-offs après plusieurs semaines compliquées.

Désignés meilleurs joueurs du match : Alex Aleardi (Grenoble) et Samuel Salonen (Chamonix)

(Photos d’Emmanuel Giraudeaux)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Le début de match était encore un peu difficile. On parle beaucoup des débuts de match, on a très bien commencé à Amiens. Aujourd’hui, c’était un peu le contraire mais on n’a pas donné énormément de chances non plus. On était en place, on ne voulait pas faire n’importe quoi non plus, on n’a pas donné beaucoup d’occasions à cette période-là. C’est plus quand on marque nos buts qu’on ouvre et qu’on laisse beaucoup d’espace au milieu de la glace. C’est une équipe très bonne sur les transitions. En deuxième période, c’était beaucoup mieux. On était plus calme, on s’est concentré sur les petits détails et on a marqué les buts qu’il fallait. On récupère les joueurs blessés, on a Adel Koudri qui est revenu au jeu. Tous les quatre blocs étaient très bien, que ce soit offensivement ou défensivement. On a encore Dylan Fabre qui est près de revenir au jeu, Max Legault qu’on va avoir aussi en play-offs. C’est vraiment bien pour moi aussi d’avoir beaucoup de choix, des joueurs qui montent en forme. En play-offs, les matchs s’enchaînent rapidement, ça va être très physique, c’est bien d’avoir tout le monde en santé. Il y a quatre blocs qui ont produit. Certains un peu plus que d’autres mais c’est bien de montrer que le danger offensivement peut venir de partout, c’est bien aussi pour certains joueurs qui retrouvent de la confiance. Pour l’instant avec Aziz, c’est clair qu’il vient plus chercher sa forme parce qu’il n’a quasiment pas joué cette année… Il vient, il s’entraîne… On verra comment ça va aller déjà. Il a eu une blessure qui lui a fait manquer cinq à six mois. Il voulait retrouver ce niveau-là mais c’est toujours bien d’avoir une profondeur de banc importante pour les play-offs. Avec Aziz ce n’est pas pareil, on n’a pas prévu d’amener le joueur pour cette période-là parce qu’on fait confiance à tout le monde. Il voulait juste être avec nous et s’entraîner. Si l’occasion se présente plus tard ou si on a des blessés, on verra mais pour l’instant ce n’est que les entraînements et la mise en forme. »

Peter Valier (attaquant de Grenoble) : « On avait besoin d’une victoire, en plus à la maison. On avait besoin d’une belle performance pour nos supporters pour retrouver confiance, c’est chose faite. On peut partir en trêve la tête un peu plus légère et se préparer pour la suite. Il y a des matchs où ça va mieux que d’autres, c’est vrai que la confiance joue aussi, je n’en pas eu beaucoup ces derniers temps. J’essaie de rester le plus calme possible et le plus pro pour l’équipe. Quand ça ne va pas pour toi, il faut penser à l’équipe. Je me suis fait discret, j’ai fait ce que je pouvais pour apporter à l’équipe et aujourd’hui ça a souri, tant mieux. Tout va avec la confiance. Ce soir on a su être opportunistes et saisir toutes les occasions qui s’offraient à nous. Il faudra faire des ¼, des ½ et une finale, donc peu importe qui sera en face, il faudra gagner. On sait que si on joue notre jeu, on est très durs à battre. Il y a toujours des petits trucs à peaufiner mais si on regarde le classement, on est premiers, il n’y a pas à s’inquiéter. On a pris deux/trois claques récemment, on s’est entraîné, on s’est parlé et on est reparti de l’avant comme on l’a montré ce soir. On a des bons joueurs, on a du talent dans l’équipe donc quand les gars ont cette petite chance avec eux, c’est sûr que ça fait du bien, il y a sourires sur le banc, dans le vestiaire. On part en trêve avec l’esprit un peu plus léger, ça fait du bien, c’est encourageant et de bon augure pour la suite. À la maison, je n’ai pas eu beaucoup de succès donc je vais rentrer ce soir à la maison avec le sourire. »

Timo Saarikoski (entraineur de Chamonix) : « La première période était bonne. Mais on a fait des erreurs individuelles et l’équipe à domicile en a profité pour marquer tout de suite. Après la deuxième période, le match était plus ou moins terminé. On n’avait que quatre défenseurs, ça fait peu pour un match contre le champion sortant. Mais on s’est quand même bien débrouillé en première période… On a eu quelques bonnes occasions de marquer avant leur quatrième but. Après le cinquième, on n’a pas réussi à revenir. Et c’est devenu difficile mentalement avec l’écart au score. En troisième période, on n’avait plus que trois défenseurs donc c’était vraiment dur. Maintenant c’est la pause internationale, c’est très bien pour nous. On a besoin maintenant que tout le monde soit en santé, de se reposer physiquement et mentalement. On a besoin de repos pour qu’après cette pause, on soit bien prêt pour revenir. »

Grenoble – Chamonix 9-3 (3-2, 4-0, 2-1)
Vendredi 31 janvier 2020 à 20h à Pôle Sud. 3924 spectateurs.
Arbitrage de Laurent Garbay et Nicolas Barbez assistés de Guillaume Barthe et Gwilherm Margry
Pénalités : Grenoble 8’ (0’, 6’, 2’), Chamonix 14’ (2’, 4’, 8’)
Tirs : Grenoble 39 (17, 13, 9), Chamonix 33 (11, 10, 12)

Évolution du score :
1-0 à 06’47 : Aleardi assisté de Kearney et Bisaillon
1-1 à 07’30 : Ville assisté de Salonen et Sammalmaa
2-1 à 09’33 : Valier assisté de Treille et Fleury (sup. num)
2-2 à 12’51 : Salonen assisté de Sammalmaa et Sätmark
3-2 à 14’14 : Champagne assisté de Hardy et Bisaillon
4-2 à 26’16 : Fleury assisté de McEachen et Hardy
5-2 à 28’02 : Kearney assisté de Champagne et Aleardi
6-2 à 32’43 : Champagne assisté de Aleardi et Bisaillon (double sup. num.)
7-2 à 38’34 : Valier assisté de Fleury (inf. num.)
7-3 à 49’42 : Glévéau assisté de Briand
8-3 à 53’51 : Koudri assisté de Dair et Bisaillon
9-3 à 59’53 : Kara assisté de Tartari et Sauvé (sup. num.)
 

Grenoble

Attaquants :
Denny Kearney – Joël Champagne (C) – Alex Aleardi
Sacha Treille– Damien Fleury (A) – Peter Valier
Julien Baylacq (2’) – Christophe Tartari (A) (2’) – Vincent Kara
Adel Koudri – Sébastien Rohat – Aurélien Dair

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon
Yann Sauvé (4’) – Antonin Manavian
Teddy Trabichet – Patrick McEachen

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Sébastien Raibon (G). Absents : Maxime Legault (blessé), Dylan Fabre.

Chamonix

Attaquants :
Benjamin Lagarde – Mathieu Briand (C) – Johann Eriksson
Jonas Sammalmaa – Malo Ville (4’) – Samuel Salonen
Fabien Kazarine – Maxence Leroux (4’) – Henric Andersen (2’)
Adrien Glévéau – Loïc Coulaud (2’) – Enzo Baravaglio

Défenseurs :
Frederik Widen – Numa Besson
David Sätmark – Clément Mermoux

Gardien :
Richard Sabol puis Tristan Mongellaz à 40’

Absents : Severi Isokangas (G), Colin Sullivan, Joona Tolvanen, Jérémie Penz, Matthias Terrier.

Les commentaires sont fermés.

in Lorem ut vel, felis risus elit. accumsan ut Aliquam diam leo