Finale de la Coupe de France : les réactions

1 240

La finale de ce dimanche opposant les Gothiques d’Amiens aux Dragons de Rouen a tenu toutes ses promesses, avec un dénouement idéal pour les centaines de supporters amiénois venus en nombre voir leur équipe s’imposer au bout du suspense après la séance de tirs aux buts. Vous pouvez encore voir le replay du match pendant une semaine sur le site de France Télévisions.

Mario Richer (entraîneur d’Amiens) : « Ce sont des sensations différentes de l’an dernier, mais de belles sensations de toute façon. Tout le monde l’an passé nous a dit qu’on a gagné contre des petites équipes, cette année on bat les gros Dragons. On a battu la machine de hockey de la France, donc l’ampleur est encore plus grosse. Cette année on a eu du mal aux tirs aux buts, avec quatre ou cinq défaites de suite, bon bah là on a gagné. On a fait les huit ou neuf premières minutes dans notre zone. Après, on a demandé un temps mort, on a été plus dans leur zone par la suite. En deuxième période, on n’a pas donné beaucoup de chances de compter même s’ils étaient dans notre zone, ça tournait mais ce n’était pas si dangereux. Et c’était plus heureux en troisième. On prend des punitions bêtes, c’est parce que j’ai critiqué le juge de ligne sur la première. Pour l’instant c’est difficile à réaliser, j’espère qu’on va pouvoir rester plus de dix minutes dans le vestiaire, pas comme l’année passée, j’espère qu’on aura une célébration comme il se doit. »

Francis Drolet (attaquant d’Amiens) : « C’est incroyable. Je suis venu à Amiens parce que c’est une bonne équipe, je savais qu’il y avait des chances de gagner la Coupe de France. Rouen, très bonne équipe talentueuse, ce n’est pas facile. Il fallait jouer les dix premières minutes dans notre zone, après ça on est revenu en force. Les gars ont un mental très solide ici à Amiens et on est des travailleurs, même si avec les 2-3 calls des arbitres on a souffert à la fin. C’est sûr que n’importe quoi, quand on le gagne, ça fait du bien pour la suite. »

Jérôme Verrier (attaquant d’Amiens) : « Les tirs aux buts on n’a pas eu beaucoup de succès cette année, on a dit aux joueurs qui y allaient de s’amuser, de se faire confiance, on a des joueurs plein de talent dans l’équipe, on est capables de marquer aux tirs aux buts, il y avait un bon gardien en face, Pintaric on sait qu’il est solide durant tous les matchs et durant les tirs aux buts, à la fin c’était l’équipe qui était capable de trouver le fond du filet. On doit remercier aussi « Coco » (Henri-Corentin Buysse), incroyable performance pendant tout le match et encore plus pendant les tirs aux buts, un bel effort d’équipe. Cette coupe représente beaucoup d’années de travail, je ne sais pas si j’ai encore beaucoup d’années de hockey devant moi, je sais pas si j’aurais la chance de vivre ça encore, mais c’est un sentiment incroyable, en plus de donner un but, d’aider l’équipe, je crois pas avoir marqué des buts aussi importants que ça dans ma carrière. Ça va nous rattacher encore plus quand tu vis des émotions aussi intense avec un groupe de gars, avec le staff, avec la ville, avec le club, ça nous rattache encore plus serré, je sais pas si ça va changer quelque chose mais c’est sûr que je vais créer des souvenirs inoubliables avec les gens qui sont ici. Les supporters ont été incroyables, un gros merci, mais même un merci ça représente pas tout ce qu’on leur doit, ils ont été présents tout le match, même quand Rouen a égalisé ils ont été présents pour nous encourager, on sait qu’ils ont cru en nous, ils se sont déplacés en grand nombre parce qu’ils croyaient en nous, on peut juste les remercier, on va fêter ça avec eux parce qu’il y a une partie de cette coupe qui leur revient aussi. »

Rudy Matima (attaquant d’Amiens) : « On savait que c’était une grosse équipe en face et qu’on allait devoir défendre comme des lions. Je suis hyper stressé encore, j’ai les mains qui tremblent, on l’a encore fait et je suis très heureux de mon équipe. Les tirs aux buts, c’est souvent des coups de poker, quand ça ne marche pas une fois ça peut marcher une autre. n se met beaucoup la pression au sein de l’équipe quand on doit tirer des penaltys, là il fallait jouer le tout pour le tout donc on y est allé avec du cœur et on a réussi. Je sais pas si ça va nous donner des ailes pour la suite mais en tout cas on est sur la bonne voie, il faut continuer comme ça. »

Guy Fournier (manager de Rouen) : « On est forcément déçu quand on perd, ce n’est pas agréable, mais Amiens ne démérite pas non plus. On débute très fort, on est réellement dominants, puis les prisons ont un peu cassé notre rythme. Amiens joue très bien défensivement, ensuite on a eu du mal à se créer des occasions contrairement au début de match. On a connu un début de saison compliqué mais tout le monde est resté solidaire, staff et joueurs. On est remonté deuxième, on est rendu dans la dernière ligne droite, la saison est loin d’être terminée. C’est un heureux problème d’avoir des joueurs de qualité, même si ça cause des casse-tête au coach. »

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « Grosse déception. Tout ce parcours en Coupe de France, juste pour participer… C’était une belle finale, un beau match à regarder. Mais quand on est acteur du jeu, on veut finir vainqueur. Je suis déçu pour les joueurs, il n’y en a pas un qui ait triché ou qui ne soit pas donné à 100%. On est bien rentré dans le match mais on n’a pas su profiter de ce moment-là. On aurait pu faire la différence dès le début. On a eu beaucoup la possession mais on n’a pas eu énormément de shoots, ils ont su se recroqueviller et bloquer les shoots. La seule grosse occasion du premier tiers est celle de Ritz en 2 contre 1, malgré le temps passé dans leur zone. On a zéro tir cadré sur la supériorité tombée du ciel en prolongation, ça laisse énormément de regrets. […] J’ai choisi de jouer à 7 défenseurs car je pensais qu’on passerait plus de temps dans notre zone. On n’était pas de trop pour être à six derrière pendant les 2’+10′ de Roy. En tournant à onze attaquants, Deschamps a certes plus de temps de jeu, mais il ne joue pas à 4 contre 5. On écoute son ressenti aussi, s’il ne peut pas il est honnête avec ça. »

Cam Barker (défenseur de Rouen) : « C’était un match serré, les deux gardiens ont bien joué. On a eu des opportunités, mais il faut capitaliser. Je me sens un peu plus confortable maintenant, je n’avais pas joué depuis un an et ça prend un peu de temps. Les tirs en powerplay sont une de mes forces, j’avais une bonne vision et je ne pense pas que le gardien l’ait vu partir. Sur mon pénalty, leur gardien avance bien, je voulais qu’il descende un peu plus tôt, j’aurais dû tirer plus haut. On voulait gagner à Paris, on jouait devant nos familles dans une salle pleine, mais il faut tourner notre attention vers la suite. »

Anthony Guttig (attaquant de Rouen, photo ci-dessous) : « Les dix premières minutes, sans leur manquer de respect, on leur a mis la tête sous l’eau. Quand tu arrives à résister, le scénario du match tourne en ta faveur, c’est ce qui s’est passé pour eux. Dominer, c’est bien, mais il faut marquer. Mon avis personnel est que notre équipe ne veut pas aller dans les zones où ça fait mal. On reste en périphérie, on donne l’impression qu’on domine, on veut marquer des buts à un million de dollars, mais ça ne marche pas tout le temps. Les défaites laissent toujours des traces. Avec mon expérience, je pense que ça peut faire mal à l’équipe, même s’il faut éviter le négatif. »

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

facilisis Nullam justo tempus efficitur. in at elit.