Les 40 ans du Miracle : mythe connu et faits méconnus

570

Ce samedi, on fêtera les 40 ans du Miracle sur Glace, moment historique du hockey sur glace qui reste considéré comme un des plus grands exploits du sport américain, sinon le plus grand. Un téléfilm en a été tiré dès l’année suivante, puis plusieurs documentaires, et enfin un film hoolywoodien en 2004 avec Kurt Russell dans le rôle de Herb Brooks, entraîneur à la personnalité est devenue mythique. La rubrique « histoire » de Hockey Archives comprenait déjà un article de fond qui resitue ce « miracle » dans le contexte politique de l’époque.

Pour ce quarantième anniversaire, dans le droit fil de l’enrichissement des pages des grandes compétitions internationales qui comprendront toujours plus de comptes-rendus illustrés et de statistiques inédites, nous avons voulu aller plus loin avec des comptes-rendus qui retracent le fil des évènements.

Tout d’abord, le fameux match de préparation États-Unis – URSS au Madison Square Garden : retrouvez le descriptif de ces buts d’exception et les déclarations de Brooks qui expliquait alors que son équipe n’était pas capable de battre les Soviétiques. La prestation lors de ce match explique aussi pourquoi les États-Unis tourné essentiellement à quatre défenseurs et non à six pendant le tournoi olympique, fait assez méconnu et impressionnant de cette équipe. Dans ces quatre figurait un ailier reconverti, Dave Christian, qui n’était initialement guère plus à l’aise que ses coéquipiers mais qui a élevé son niveau de jeu durant le tournoi…

Ensuite, le match États-Unis – Tchécoslovaquie, beaucoup trop méconnu. C’est probablement le match le plus plein livré par cette équipe américaine, plus encore que le match du miracle proprement dit. Il s’agissait là d’une prestation collective de haut vol, clairement pas d’un match volé par un gardien. La création d’une équipe de légende.

Herb Brooks craignait alors le contrecoup psychologique de ses jeunes joueurs face à la plus faible Norvège.

Bien sûr, ne manquons pas le match considéré comme le « miracle », l’affrontement face aux Soviétiques qui n’était que l’avant-dernière étape de la médaille d’or.

Et enfin, le match contre la Finlande que les Américains devaient impérativement gagner pour remporter l’or, et où les héros ont été sifflés à un moment dans un moment par une foule injuste prête à brûler ceux qu’elle venait d’acclamer… S’il est bien connu que le match contre l’URSS a été retransmis en différé à une heure de plus grande écoute et non en direct, on sait moins que le public américain n’a pas vu non plus les buts du retournement décisif contre la Finlande grâce à la pratique de la télévision américaine de mettre des spots publicitaires même en plein match !

Ces pages démontrent que, au-delà de la surexploitation médiatique de l’évènement aux États-Unis qui peut parfois paraître soûlante aux connaisseurs du sport, ce tournoi olympique de 1980 a bien été un moment marquant et très intéressant de l’histoire du hockey sur glace. En élargissant ainsi le point de vue, on comprend aussi mieux les ressorts de l’équipe mise en place par Herb Brooks. Un sacré groupe, vraiment. Même si certains d’entre eux ont eu du mal à gérer la surmédiatisation, ce n’étaient pas des héros fantoches qui avaient foulé la glace de Lake Placid. Les héros qui ne sont pas uniquement ceux mis en lumière dans le film…

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

vulputate, ante. luctus mi, Sed commodo Praesent consequat. Donec leo. Aliquam amet,