Amiens – Mulhouse (Quart de finale, match 2)

Bis repetita

361

C’était la surprise de la veille. Toutes les grosses écuries du championnat se sont imposées hier pour leur premier match de play-offs, toutes sauf Amiens qui s’est incliné en prolongation face aux Scorpions de Mulhouse. Deuxième match ce soir, toujours au Coliseum. Quelques changements à noter avec les retours de Thomas Suire et Francis Drolet pour les Gothiques qui remplacent Spencer Edwards et Baptiste Bruche. Tommy Besinger est quant à lui remplacé par Lauric Convert chez les visiteurs. Encore une fois, un gros duel de gardien s’annonce entre Henri-Corentin Buysse et Quentin Papillon.

Le contrôle du palet est globalement amiénois, mais l’intensité affichée dans les cinq premières minutes ne ressemble pas vraiment à un match de play-offs. La première chaude action vient du n°14 picard Jérôme Verrier qui voit son tir dévié par Papillon (4’20). La quatrième ligne amiénoise composée de Plagnat, Drolet et Suire est assez présente  et réussit à gratter des palets derrière le but des Scorpions qui ont du mal à se projeter. Les premiers tirs des Scorpions sont tout de suite dangereux, avec Laakso et Ten Braak (9’02). Après un bon repli défensif, Rudy Matima part en contre, temporise, repique au centre et trompe Papillon côté mitaine (1-0, 9’54). Les Gothiques sont même proches d’un deuxième but dans la foulée avec un tir de Suire renvoyé par Papillon, Plagnat prend le rebond mais bute encore sur le portier mulhousien (10’38).

Les Alsaciens tentent de poser leur jeu avec leur premier bloc, très efficace hier, mais butent sur une bonne défense amiénoise. Ivan Esipov est le premier pénalisé pour faire trébucher (13’05). Papillon est solide sur le one-timer d’Halley qu’il dévie du bouclier, et sur le tir de Giroux qu’il stoppe du masque. Mulhouse parvient à tuer cette prison en se dégageant à plusieurs reprises. Après un petit creux d’intensité, nouvelle occasion chaude avec le tir de Richardson. La tentative de tour de cage de Rudy Matima est bloquée par Papillon. Sur une contre-attaque à nouveau, West passe au centre, le palet rebondit sur un Amiénois et semble rentrer, mais comme hier, la vidéo refuse le but car les arbitres estiment que le palet est poussé par un patin amiénois (19’35). Convert va s’asseoir au cachot pour faire trébucher (19’51). Cette première période assez molle tourne à l’avantage des hommes de Mario Richer.

Début de la deuxième période. Les Gothiques ne se servent pas vraiment de leur supériorité numérique. Une perte de palet de Papillon derrière son but provoque la panique dans la défense mulhousienne, et Romand est proche d’en profiter. En contre, les Amiénois sont les plus dangereux, Richardson sert parfaitement Verrier qui dévie juste à côté du but de Papillon, pris à contre-pied. Attention tout de même aux erreurs de défense et aux pertes de palet des Gothiques qui peuvent profiter aux Mulhousiens. Comme hier, l’entame de deuxième période est amiénoise, les Picards confisquent le palet et mettent Papillon à contribution sans pour autant trouver la faille. Le jeu s’arrête quelques instants car le vétéran des Scorpions, Andrei Esipov, saigne de la bouche. La glace doit être nettoyée (28’04).

Quentin Papillon vient encore une fois frustrer les avants amiénois. Jérémie Romand pourtant seul devant le but, voit son tir bloqué. Louis Bélisle lui aussi bute sur le portier d’un lourd lancer de loin. Après la mi-match, Suire et Loizeau sont chassés pour dureté après une petite explication suite à un arrêt de Buysse. Profitant des espaces, Josh Bowes s’échappe, mais son tir passe au-dessus. Rolands Vigners est pénalisé à son tour pour charge avec la crosse (34’01). Les tentatives amiénoises sont imprécises, et les défenseurs de Mulhouse tuent à nouveau cette pénalité. Petit temps fort des Scorpions, et sur l’une de leurs seules occasions du tiers, Mulhouse égalise d’un tir puissant de Colin Downey qui termine dans la lucarne gauche de Buysse (1-1, 38’25). La période se termine sur un score de parité, et même si Amiens a nettement dominé le tiers, ce sont les Scorpions qui ont été les plus réalistes.

Le troisième tiers démarre avec des occasions pour Babcock pour Amiens, et Wilson pour Mulhouse. Verrier puis Bélisle viennent frapper à la porte de Quentin Papillon qui ne tremble pas. Les Gothiques sont pénalisés, Jérémie Romand commet une erreur bête en se faisant pénaliser pour crosse haute (46’31). Le jeu est difficilement posé, Amiens défend bien et bloque les lancers. La pénalité est tuée par les Gothiques. Quelques secondes après. Un cinglage de Lucien Onno (49’09) et un faire trébucher de Colin Downey (49’59) offrent à Amiens 1’10 à 5 contre 3. La déviation de Romand passe de peu à côté, et le tir de Bélisle finit dans la mitaine de Papillon qui assure le spectacle. Retour à 5 contre 4, puis à égalité numérique, Amiens n’y arrive pas ce soir.

Les Amiénois multiplient les lancers sur la cage adverse mais ils sont imprécis. Et quand les tirs sont cadrés, un mur du nom de Quentin Papillon se dresse devant les hommes de Mario Richer. Tommy Giroux a la balle de match face à Papillon à 50 secondes de la fin, mais rien n’y fait, le palet ne rentre pas (59’10). Une nouvelle fois, le vainqueur sera déterminé au delà du temps réglementaire.

À peine le temps de respirer, Rolands Vigners s’échappe et vient battre Buysse, c’est la douche froide au Coliseum. Mulhouse mène 2-0 dans la série. Amiens peut s’en vouloir de ne pas avoir concrétiser ses occasions après la mi-match. Un mini hold-up des Alsaciens qui prennent une très sérieuse option sur une éventuelle qualification en demi-finale.

Réaction d’après-match

Mario Richer (entraineur d’Amiens) : « On a eu encore une quarantaine de lancers. On ne réussit pas à compter des buts, c’est aussi simple que ça. Notre avantage numérique ce soir n’était pas bon, 0 sur 5, même à 5 contre 3. Ils ont un bon gardien qui fait le travail, le nôtre aussi. On limite encore l’adversaire au niveau des chances de marquer, on joue très bien défensivement. Offensivement, on a des lancers, il faut aller plus à la cage, travailler encore plus fort pour que ça rentre mais c’est pas un manque de volonté, on joue bien. On savait que ça allait être une série très serrée, même au niveau des buts, mais offensivement on doit créer plus.

Sur le but refusé, pour moi c’est un bon but, il y a pas eu de coup de pied, la rondelle arrive. C’est sûr que le joueur va bouger sa jambe mais c’est pas un geste délibéré de « kicker », c’est pas un joueur de foot. C’est un gaucher, son pied dominant est à gauche, et ça frappe la jambe droite avant de rentrer, ça frappe le genou, c’est rare qu’un joueur marque avec son genou de façon volontaire. Même les joueurs de foot ne le font pas donc pour l’instant la vidéo ne nous aide pas. On va laisser les arbitres prendre les décisions, on peut rien changer encore une fois.

On n’a pas joué des méchants matchs, il y a 2 ans contre Lyon on avait perdu le premier match, puis on en gagne trois de suite en overtime, donc quand tu gagnes en overtime ça te donne la victoire, pour l’instant c’est Mulhouse qui réussit à compter des buts en temps supplémentaire, ce qui fait qu’ils ont l’avantage 2-0, mais on joue mieux sur la route. On a déjà gagné un match là-bas, on y va pour gagner le prochain, c’est un match à la fois et on va être là. On ne se fait pas dominer, on domine l’adversaire mais on ne sait pas compter des buts. »

Amiens – Mulhouse 1-2 après prolongation (1-0, 0-1, 0-0, 0-1)
Mercredi 26 février 2020 à 20h15 au Coliseum d’Amiens. 2500 spectateurs.
Arbitrage de MM. Cregut et Peyre assistés de Mme Boniface et M. Goncalves.
Pénalités : Amiens 4′ (0′, 2′, 2′, 0′) ; Mulhouse 12′ (4′, 4′, 4′, 0′)
Tirs : Amiens 39 (14, 12, 13, 0) ; Mulhouse 25 (7, 5, 12, 1).

Évolution du score
1-0 à 9’54 : Matima assisté de Richardson et Gibb
1-1 à 38’25 : Downey assisté de A. Esipov
1-2 à 60’13 : Vigners assisté de Onno et Sevcenko

 
Amiens

Attaquants :
Tommy Giroux – Philippe Halley – Jérémie Romand
Florian Sabatier – Joey West – Michael Babcock
Rudy Matima – Jérôme Verrier – Evan Richardson
Antonin Plagnat – Francis Drolet – Thomas Suire

Défenseurs :
Dan Gibb – Louis Bélisle
Romain Bault – Kaï Lehtinen
Axel Prissaint – Yohan Coulaud

Gardien :
Henri-Corentin Buysse (92% d’arrêts)

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absents : Baptiste Bruche (choix du coach), Thomas Roussel (choix du coach), Spencer Edwards (choix du coach)

Mulhouse

Attaquants :
Arturs Sevcenko – Milan Jurik – Rolands Vigners
Josh Bowes – Colin Downey – Connor Wilson
Julien Munoz – Samuel Rousseau – Teemu Loizeau
Damien Raux – Bryan Ten Braak – Lauric Convert

Défenseurs :
Kévin Hecquefeuille – Jerry Laakso
Hubert Genest – Lucien Onno
Ivan Esipov – Andrei Esipov

Gardien :
Quentin Papillon (97,4% d’arrêts)

Remplaçant : Olivier Richard (G). Absents : Vincent Melin, Tommy Besigner, Corentin Cruchandeau (choix du coach).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

nec elit. felis Praesent eget Praesent lectus libero quis, Donec