La défense propulse le Canada en demi-finale

Quart de finale du mondial junior 2021
165

16-2. 3-1. 10-0. 4-1.
Le Canada n’a pas fait de détail dans ce tournoi, avec une attaque de feu et une défense de fer, qui n’a concédé aucun but à cinq contre cinq. Pour autant, le staff se méfie d’une équipe tchèque accrocheuse, qui a piégé la Russie en tour préliminaire. Des Tchèques qui ont alterné le chaud et le froid, blanchissant Russes et Autrichiens, mais encaissant sept buts face aux Suédois et Américains.

Le Canada est privé d’Alex Newhook, blessé, contraignant André Touriginy à chambouler ses lignes. Par chance, avec 21 choix de premier tour de draft NHL en attaque, il dispose d’un panel polyvalent et interchangeable. Dans les cages, Devon Levi ne lâche pas le poste de numéro 1 : il a joué tous les matchs et affiche plus de 95% d’arrêts. En face, Nick Malík, fils de l’ancien défenseur NHL Marek Malík, obtient le départ.

Un Malík qui doit s’employer dès la première présence, avec un tir de Dylan Cozens vif à réagir sur un palet dégagé de la main par un défenseur. L’espoir de Buffalo échoue ensuite dans le slot, alors que la cage était grande ouverte. Les rouges imposent leur jeu et campent dans la zone adverse, étirant la neutre dans la largeur. Les défenseurs soutiennent l’attaque le long des bandes, étouffant les arrières tchèques.

Tomasino, Holloway tentent leur chance à leur tour, sans cadrer. Mais le jeu reste fluide et les Tchèques parviennent à se sortir d’une situation difficile. David Jiříček, le plus jeune arrière, relance parfaitement et Kubíček se retrouve en bonne posture pour tester Levi. L’étau se desserre au fil des minutes et le gardien canadien doit intervenir.

C’est justement sur ce temps fort tchèque que le match bascule. Cozens bloque un tir, et le palet revient sur McMichael. L’attaquant envoie une longue passe levée, qui retombe dans la course de Cozens. Le capitaine de Lethbridge gagne son duel contre Malík (1-0).

Punis sur ce contre, les Tchèques concèdent une obstruction de Raška, pour une charge inutile sur Pelletier. Avec déjà six buts encaissés en désavantage dans le tournoi, c’est plutôt risqué… Tomasino chauffe Malík d’un bon tir et le rebond échappe à Zary. Krebs et Suzuki combinent et ce dernier attaque la cage, sans réussite. Puis, Krebs et Perfetti inversent leurs positions pour un nouvel arrêt. La pénalité est tuée… mais quatre secondes plus tard, le score grimpe. Cozens s’infiltre, Krebs cherche la cage du revers mais le palet, contré, retombe sur Byram. Le défenseur se montre patient et se déplace vers le cercle droit avant de décocher son tir, que Malík ne peut que toucher (2-0).

Les Canadiens vont alors se reposer sur leurs lauriers et laisser les Tchèques venir. Devon Levi domine les dernières minutes. L’étudiant de Northeastern, spécialisé en informatique, repousse les assauts de Novák, Rychlovský, Myšák puis Novák encore, avec une aisance robotique. Ces multiples lancers venus des cercles ne le perturbent aucunement. Résultat, le Canada vire en tête à la pause, malgré 12 tirs à 8 en faveur des Tchèques.

Tourigny verrouille un peu mieux son équipe en deuxième période. L’accès à la cage de Levi devient bien plus difficile pour les Tchèques. Les rouges dominent les bandes, gagnant les duels en attaque pour créer du jeu, comme en défense pour y enterrer les chances adverses. Levi tient le fort sur les rares occasions qui franchissent le rideau, dont un tir genou au sol de Novák. Les contres, avec un Cozens omniprésent, rendent les Tchèques prudents, aussi le jeu est plutôt bloqué dans la neutre. La menace se précise avec un tir de Pelletier qui percute la barre.

Mais les hommes de ce deuxième tiers sont assurément Byram et Drysdale, la première paire défensive canadienne. Les deux arrières ne concèdent pas le moindre centimètre à l’attaque adverse. Ils relancent, même, à l’image d’une transmission parfaite de Byram vers Perfetti, qui contraint Malík à l’arrêt. Byram trouve même la barre à la mi-match.

La meilleure chance tchèque revient à Lang, dont le tir du cercle droit n’échappe pas à Levi. Un deuxième tiers fermé et peu spectaculaire se termine donc sans nouveau but.

La rencontre reste donc équilibrée, sans que de grosses occasions ne viennent émailler la partie. Le Canada ne semble pas parvenir à changer de braquet pour assommer la partie, et les Tchèques à réduire l’écart. Un statu quo qui ne contente que le chronomètre, ravi de défiler…

Les deux gardiens sont peu sollicités, les rares chances manquant le cadre. Mais le jeu se déroule de plus en plus dans le camp tchèque. Karel Mlejnek prend le risque de sortir son gardien à 5’30 de la fin du match. La pression monte sur le but de Levi. Jan Myšák, sur une mise au jeu gagnée, se retrouve en bonne posture dans l’axe et son tir violent échoue sur le gardien. Haš lance à son tour, à deux reprises, des tirs puissants de la bleue, sans percer la muraille Levi.

Finalement, Guhle dégage un palet et McMichael s’en empare dans la neutre pour boucler le score cage vide (3-0). Quinton Byfield est sanctionné de deux minutes en fin de match, installant un jeu de puissance tchèque pour terminer la rencontre. Une supériorité stérile : le Canada est en demi-finale.

Ce ne fut pas le meilleur match du Canada dans ce tournoi. Assez transparents offensivement après le but du 2-0, les Canadiens n’ont jamais vraiment pu enchaîner et écraser la partie. Du coup, le match s’est transformé en duel défensif. C’est la première fois que les joueurs de Tourigny concèdent plus de 20 tirs dans un match, et ils auront même été menés à ce chapitre par des Tchèques valeureux. Malgré tout, les occasions franches furent rares : le talent de la défense canadienne, très disciplinée, fut particulièrement en vue, et Devon Levi aura fait le reste avec calme et sérénité.

La route tchèque s’arrête avec seulement dix buts en cinq matchs, dont sept contre l’Autriche. L’attaque anémique n’a pas été aidée par la blessure de Jaromír Pytlík en début de tournoi. Le point positif provient de la défense, avec cinq joueurs éligibles pour l’année prochaine : ils ont déjà montré de grandes qualités, à l’image de Stanislav Svozil, que les scouts NHL suivent avec grande attention pour la prochaine draft.

Désignés joueurs du match : Bowen Byram (Canada) et Stanislav Svozil (Rép. Tchèque)

Désignés meilleurs Tchèques du tournoi : Jan Myšák, Radek Kučeřík et David Jiříček.

Commentaires d’après-match :

André Tourigny (entraîneur du Canada) : « Les Tchèques ont fait ce qu’on attendait. Ils ont travaillé dur, se sont bien regroupés devant leur but, ont bloqué beaucoup de tirs. Il a vraiment fallu mériter chaque tir cadré. Mais nous avons produit beaucoup de bonnes choses défensivement et, quand nous avons laissé un trou, Devon était là pour le combler. C’était un match difficile, chaque duel était très disputé. Ils n’ont pas la profondeur de banc d’autres pays, mais ils ont du courage. Nous avons joué un match parfait. »

Karel Mlejnek (entraîneur de la République Tchèque) : « Je ne sais pas si le match était si serré que ça. Il a basculé au premier tiers lorsque nous encaissons deux buts coup sur coup, qui nous ont handicapés. Nous avons été forts mentalement et avons bien bataillé. Nous n’avons pas que joué la défense, nous avons essayé de marquer, mais le Canada a très bien joué et nous a laissé peu d’espace. Nous avons joué selon nos atouts. »

Canada – République Tchèque 3-0 (2-0, 0-0, 1-0)
Samedi 2 janvier 2021, 17h. Rogers Place d’Edmonton, Canada. Pas de spectateurs.
Arbitrage de Fraser Lawrence et Tyson Stewart (CAN) assistés de Maxime Chaput et Kelsey Mahoney (CAN)
Pénalités : Canada 2′ (0′, 0′, 2′), Rép. Tchèque 2′ (2′, 0′, 0′)
Tirs : Canada 25 (8, 11, 6), Rép. Tchèque 29 (12, 6, 11)

Récapitulatif du score
1-0 à 08’22 : Cozens assisté de McMichael
2-0 à 11’39 : Byram assisté de Krebs et Cozens
3-0 à 57’11 : McMichael assisté de Guhle et Krebs (cage vide)

Canada

Attaquants :
Dylan Holloway (+1) – Connor McMichael (A, +3) – Dylan Cozens (A, +2)
Cole Perfetti (+1) – Connor Zary – Peyton Krebs (+2)
Jack Quinn – Quinton Byfield (2′) – Jakob Pelletier (+1)
Dawson Mercer – Ryan Suzuki – Philip Tomasino

Défenseurs ;
Bowen Byram (C, +1) – Jamie Drysdale
Thomas Harley – Braden Schneider
Kaiden Guhle (+2) – Justin Barron (+2)
Jordan Spence – Kaeden Korczak

Gardien :
Devon Levi

Remplaçant : Dylan Garand (G). Réservistes : Kirby Dach (A, poignet, manque tout le tournoi), Alex Newhook (A), Taylor Gauthier (G)

République Tchèque

Attaquants :
Michal Teplý (-1) – Jan Myšák (C, -2) – Martin Lang (-1)
Adam Raška (2′, -1) – David Vitouch (-1) – Pavel Novák
Radek Mužík (-1) – Filip Prikryl (-1) – Martin Beránek (-1)
Filip Koffer (-1) – Adam Najman (A) – Jakub Rychlovský (-1)

Défenseurs :
Radek Kučeřík (A) – Michael Krutil
Stanislav Svozil (-1) – Martin Haš (-1)
David Jiříček (-2) – Šimon Kubíček (-1)
Jiří Suhrada

Gardien :
Nick Malík

Remplaçant : Lukáš Pařík (G). Réservistes : Jan Bednář (G), Karel Klikorka (D), Michal Gut (A), Jaromír Pytlík (A, blessé)

Les commentaires sont fermés.