La défense américaine musèle le Canada

Finale du Mondial U20 2021
174

Le Canada n’a encaissé que quatre buts, et aucun à 5 contre 5. Le favori invaincu du tournoi, fort de ses 19 joueurs draftés au premier tour en NHL, espère bien soulever l’or encore une fois, à domicile.
Mais les États-Unis restent sur trois victoires de suite face à leur voisin et comptent bien jouer les casse-pieds. Leur défaite inaugurale contre la Russie est bien loin, désormais. L’équipe joue de mieux en mieux au fil du tournoi.

Le match débute comme attendu. On y trouve du rythme, des duels et peu d’espaces. Le jeu défensif à la crosse des deux camps coupe les passes, gêne le développement.

Après deux minutes, l’attaque canadienne lance ses premières banderilles sur Spencer Knight, lorsque Perfetti en pivot reprend un palet qui a rebondi au fond. Les tirs se font rares dans ces premières minutes, mais favorisent les rouges. Pelletier et McMichael notamment s’illustrent, mais le portier américain ferme la porte. Il brille surtout sur un essai de Cozens côté droit consécutif à un revirement. Après neuf minutes, les Canadiens mènent 7 tirs à 2.

Les joueurs de Leaman sortent peu à peu la tête de l’eau. York lance deux tirs de la bleue, et la neutre leur devient un peu plus favorable. Caufield et Boldy mettent le feu dans la défense et rééquilibrent les tirs. Une longue présence menée par Kaliyev, Zegras et Turcotte va faire basculer la rencontre. Bien aidée par deux défenseurs solides pour tenir le palet à la bleue, le trio tourne autour et enferme la défense dans son camp. Helleson finit par lancer au but et Turcotte place sa crosse sur le chemin (0-1). C’est la première fois du tournoi que le Canada est mené au score !

Kaliyev poursuit avec un tir, Zegras suit et Turcotte dévie encore… Les Américains ont senti le sang, et tournent comme des requins dans la zone canadienne. Mais à trois minutes de la pause, Brink se montre maladroit à l’échec-avant et concède une pénalité. Le Canada tourne à 33% en supériorité dans le tournoi (6/18), les États-Unis ont défendu 10 des 13 infériorités. McMichael, Perfetti et Cozens accentuent la pression, sans réussite. La deuxième vague est tout aussi dangereuse avec Quinn, Tomasino et Byfield. Spencer Knight tient le fort, aidé par son poteau gauche.

Après ce premier tiers bien mené, les Américains capitalisent dès le retour sur la glace. Le pressing de Zegras au fond gêne la relance de Byram. Son coéquipier Cozens est mis en échec et Kaliyev tient le palet à la bleue. Il lance au but et Levi perd le palet de vue. Pas Zegras, qui le voit rebondir sur l’arrière de la cage et revenir vers lui. Pendant que la défense a anticipé de l’autre côté, il le glisse à contrepied du gardien canadien (0-2). 27e point de Zegras au mondial junior en carrière, à égalité avec Jordan Schroeder pour le plus haut total de son pays. Ses 18 points sont à une unité du record américain de Doug Weight (1991).

Ce but désorganise le Canada, de plus en plus maladroit. Il faut plusieurs minutes aux hommes de Tourigny pour réagir, avec un souci pour cadrer les tirs. Et c’est une réaction timide, tant la toile défensive adverse, avec des crosses actives, les dérange. On voit même Pelletier en retard sur son repli défensif commettre un accrochage pour éviter un 2 contre 1. Levi doit faire des efforts majeurs pour tenir le score sur les coups de boutoir de Kaliyev. En face, Cozens et Krebs parviennent à partir en contre-attaque, soutenus par Byram. En infériorité, le défenseur arrive à la cage, feinte Knight mais son tir percute le poteau. La pénalité s’achève et le score reste à 0-2.

Knight y contribue bien sûr, sortant un tir de Krebs du cercle droit de la mitaine, puis un lancer de Guhle de loin. Le rythme s’accélère dans cette fin de tiers : Schneider échoue sur le gardien américain, puis Berard contre-attaque et son tir échappe au cadre. Puis, Suzuki et Zary combinent, forçant encore Knight à un arrêt difficile. Deux buts d’avance pour son équipe après quarante minutes : le Canada n’avait encore jamais été confronté à une telle adversité dans ce Mondial.

Le jeu reprend et le Canada tente de pousser. Mais en face, il y a une défense américaine pot-de-colle, qui ne lâche aucun espace, contre les passes et tirs, récupère et intercepte… Sanderson, Johnson notamment sont impériaux dans leur camp. Les Américains limitent les chances adverses et les minutes défilent sans occasion franche. Ce n’est qu’à huit minutes de la fin qu’un cafouillage dans le slot se termine par une crosse dans le but… Le palet, lui, est dégagé.

Les contres restent dangereux : Beniers, le tout jeune attaquant américain, slalome dans la défense et remonte le palet avant de servir en retrait, Levi sauve de justesse, pour son seul arrêt du tiers. Globalement toutefois, Knight a bien plus de travail dans ce troisième tiers. À trois minutes de la fin, il gagne ainsi son duel sur une échappée de McMichael, qui avait déshabillé Helleson.

Il reste deux minutes et Levi laisse sa place à un attaquant. Knight sauve encore à deux reprises, dont un grand écart sur Zary. La défense termine le travail enterrant le jeu dans les bandes, gagnant duels et rebonds.

Les États-Unis piègent le Canada en réalisant le match parfait, un modèle de rideau défensif infranchissable. Solide dans les bandes, propres à la relance, les joueurs ont su gagner grâce à la qualité de leur positionnement – sur la glace, ou de leur corps dans les duels. Leur vitesse, notamment pour récolter les palets bloqués ou déviés, les rebonds, a aussi beaucoup gêné une formation canadienne qui a semblé sonnée d’être menée au score. Il faut croire que l’adversité rencontrée par les hommes de Leaman – défaite inaugurale contre les Russes – a été bien plus bénéfique que de gagner assez facilement tous ses matchs.

Spencer Knight signe un troisième blanchissage dans ce tournoi, avec 34 arrêts, et est désigné joueur du match. Bowen Byram reçoit cet honneur côté canadien, avant de donner les médailles d’argent à chacun de ses coéquipiers. Le capitaine Cam York fait de même avec les médailles d’or, le jour de son anniversaire. Joli cadeau !

Commentaires d’après-match :

Nate Leaman (entraîneur des États-Unis) : « Nous avons très bien débuté. Nous n’avions pas connu de bons départs lors des matchs précédents. Les joueurs étaient tendus dans ces matchs, mais pas ce soir, ils étaient libérés. Cette bonne première période a été suivie d’un excellent début de deuxième ties. Ce deuxième but a eu une importance majeure. Cela a rendu le match très difficile pour le Canada. Ils ont une grande équipe, ils ont poussé au troisième. Nous avons plié, pas rompu. Marquer les premiers a vraiment été important. »

André Tourigny (entraîneur du Canada) : « Au début, les Américains ont pu confisquer le palet et nous n’étions pas assez physiques. Mais le temps que les joueurs s’ajustent, il était trop tard. La deuxième moitié du deuxième tiers et le troisième, nous avons joué plus physique, notre échec-avant était plus efficace. Tout le mérite leur revient, ils ont montré de l’assurance dans leur gestion du palet. Ils ont cette déviation sur le premier but et ce rebond étrange sur le deuxième. Quand vous jouez à ce niveau, c’est à cela que se joue un match. Nous étions du bon côté l’an dernier, cette année du mauvais. »

Canada – États-Unis (0-1, 0-1, 0-0)
Finale. Mardi 5 janvier 2021, 19h30. Rogers Place d’Edmonton, Canada. Pas de spectateurs.
Arbitrage d’Olivier Gouin et Carter Sandlak (CAN) assistés de Jonathan Deschamps et Nathan Vanoosten (CAN)
Pénalités : Canada 2′ (0′, 2′, 0′), États-Unis 2′ (2′, 0′, 0′)
Tirs : Canada 34 (9, 10, 15), États-Unis 21 (13, 7, 1)

Récapitulatif du score
0-1 à 13’25 : Turcotte assisté de Helleson et Zegras
0-2 à 20’32 : Zegras assisté de Kaliyev

Canada

Attaquants :
Jakob Pelletier (2′, -2) – Connor McMichael (A, -2) – Dylan Cozens (A, -1)
Jack Quinn – Alex Newhook – Peyton Krebs (-1)
Dylan Holloway- Quinton Byfield – Cole Perfetti
Dawson Mercer – Ryan Suzuki – Philip Tomasino
Connor Zary

Défenseurs :
Bowen Byram (C, -1) – Jamie Drysdale (-2)
Thomas Harley – Braden Schneider
Kaiden Guhle (-1) – Justin Barron
Kaeden Korczak

Gardien :
Devon Levi

Remplaçant : Dylan Garand (G). Réservistes : Kirby Dach (A, poignet, manque tout le tournoi), Jordan Spence (D), Taylor Gauthier (G)

États-Unis

Attaquants :
Trevor Zegras (+2) – Alex Turcotte (A, +2) – Arthur Kaliyev (+2)
Matthew Boldy – Matthew Beniers – Cole Caufield (A)
Brett Berard – John Farinacci – Bobby Brink (2′)
Patrick Moynihan – Landon Slaggert – Brendan Brisson

Défenseurs :
Jake Sanderson (+2) – Drew Helleson (+2)
Cam York (C) – Brock Faber
Ryan Johnson – Henry Thrun
Jackson LaCombe

Gardien :
Spencer Knight

Remplaçant : Dustin Wolf (G). Réservistes : Tyler Kleven (D), Sam Colangelo (A)

Les commentaires sont fermés.