Balade canadienne en demi-finale

But de Newhook, demi-finale Canada-Russie, mondial U20 2021
158

La revanche de la finale 2020 s’annonce passionnante. Invaincu, le Canada maîtrise son sujet depuis le début du tournoi et n’a jamais été mené au cours des cinq matchs joués.

En face, les Russes ont alterné le chaud et le froid, et surtout, leur attaque n’a pas vraiment brillé. Le défi est d’autant plus compliqué que la défense à la feuille d’érable s’est montrée très impressionnante… La Russie peut s’appuyer sur ses 13 victoires en 21 demi-finales. Et, comme le dit Igor Larionov : « les légendes se forgent lors des Russie-Canada. » Il faudra en passer par là, car cela fait maintenant neuf Mondiaux sans médaille d’or (9 médailles depuis 2010, une seule en or). Anecdote originale : en 2019, la Russie avait gagné le junior A challenge face à l’équipe « Est » du Canada sur un but de Mukhamadullin en prolongations, sur le gardien Levi. Revanche dans l’air ce soir !

Alex Newhook est de retour d’un côté, Pavel Chinakhov de l’autre : tout est réuni pour un grand match. Le seul match de préparation entre les deux équipes avait tourné à l’avantage du Canada, qui avait perdu son capitaine Kirby Dach sur blessure.

Ponomaryov se procure le premier tir, croisé depuis le cercle gauche. Le Canada repart de l’autre côté et trouve le poteau lorsque Newhook tente sa chance. Il signale ainsi son retour avec une grosse présence et deux tirs. Mais la sirène retentit soudain et la révision vidéo se met en place… Ce n’était pas le poteau, mais la barre du fond du but : 1-0 après une minute de jeu ! Le tir est rentré en hauteur, au-dessus de l’épaule du gardien.

La vitesse des hommes de Tourigny déborde la défense russe. Askarov sauve un deux-contre-deux lancé par Holloway. Mais la partie se ferme peu à peu : les deux équipes verrouillent et repoussent le jeu sur les côtés, limitant les chances sur les gardiens. Levi s’impose sur deux chances venues de l’aile droite, dont un tir dangereux de Chinakkov, maintenant l’avantage canadien, pendant qu’Askarov repousse de l’épaule un tir de Tomasino.

Plus rapides sur le palet, les Canadiens devancent peu à peu leurs adversaires dans tous les duels. Askarov perd sa crosse sur un essai dans le slot de Cozens, et les Rouges conservent la possession. McMichael finit alors le travail mené par Pelletier, esseulé au deuxième poteau (2-0).

Les affaires des joueurs de Larionov ne s’arrangent pas, avec une crosse haute de Podzolkin sur Byram qui lui coûte quatre minutes de pénalité. La première partie ne donne rien, mais la deuxième termine dans le but. Perfetti est décalé sur l’aile droite, et Safonov lui laisse tout le temps du monde de s’avancer au centre du cercle avant d’expédier un tir croisé mi-hauteur trop rapide pour le gardien (3-0).

Le compteur de tirs termine le tiers à 16-6 et on ne voit pas très bien comment la Russie, étouffée, pourra renverser le match. Les occasions ont plu sur le but russe, notamment un tour de cage de Byfield, en fin de tiers.

La reprise ne change pas vraiment le schéma du match. La Russie peine à rentrer en contrôle en zone offensive et à enchainer son jeu de passe. Pire, ses joueurs perdent le palet dans les duels, se font voler le disque dans leurs crosses, bref, sont en retard sur toutes les actions ou presque. Exemple typique : un retour de Mercer dans son camp, qui vole le palet dans la crosse de Mukhamadullin monté aux avant-postes. Le Canada contre l’action avec Byram, qui mène la charge. La remontée se termine sur la crosse de Schneider, dont le tir échappe encore à la mitaine fragile d’Askarov, masqué (4-0). Le portier avait encore perdu sa crosse, une énième fois…

Il faut attendre cinq minutes pour voir une première chance russe venue d’un tir lointain, avec une petite bataille pour le rebond devant Levi : maigre récolte. Le danger est bien plus grand à l’opposée lorsque Suzuki se retourne et voit son tir percuter le poteau.

À l’approche de la mi-match, Kirsanov renverse Krebs le long de la bande et concède deux minutes. Le jeu de puissance, seul petit point faible canadien, ne convertit pas. Le jeu quitte peu le camp russe, cependant. Pelletier vole encore un palet et McMichael donne à Cozens pour un nouveau tir.

Au quart d’heure, enfin un peu de feu sur le but de Levi, avec un essai de Gritsyuk, servi en retrait, pour seulement le dixième tir reçu. Après une nouvelle chance de Byram, le Canada concède une pénalité avec un faire trébucher de McMichael. Mukhamadullin allume la première mèche dès la mise en jeu et Levi bloque. La pression monte et il faut des efforts de Pelletier au bloc, de Levi sur sa ligne pour repousser l’échéance. Mais un nouveau tir du cercle gauche est bloqué et retombe sur Abramov qui marque. Sauf que… le Canada conteste l’entrée en zone russe, bien des secondes plus tôt. Chistyakov n’a pas la possession lorsqu’il avance d’un pas de trop, et le but est refusé ! Un an trop tôt en fait, puisque le joueur a le pied en l’air, au-dessus de la ligne bleue, ce qui consiste en un hors-jeu cette saison, mais ne le sera plus selon les règles IIHF la saison prochaine (comme la NHL cette année).

Un énorme coup dur pour les Russes, et presque trente secondes remises au chronomètre… Le Canada a eu le temps de s’ajuster, et efface le reste de la pénalité, avec cinq tirs subis. Dans la dernière minute du tiers, Dylan Cozens s’échappe après avoir volé le palet à Kirsanov. Il perd son duel contre Askarov et obtient un tir de pénalité à cause d’un accrochage. Cozens échoue à nouveau, sur un grand écart du portier russe (39’30).

4-0 après deux tiers, le match semble déjà joué au vu de l’écart dans le jeu entre les deux équipes. Levi ne laisse aucun rebond sur les rares tirs adverses, privant la Russie d’occasions franches. En face, Askarov sauve devant Cozens à droite, McMichael qui a déshabillé son défenseur, Zary… Les rouges sont comme des morts de faim sur tous les palets.

En face, juste quelques occasions sporadiques, avec un tir de Mukhamadullin sur le poteau, puis un deuxième de l’arrière russe qui met le feu dans la défense. Le grand gabarit surnage dans une équipe à la dérive.

Il ne reste que quelques minutes et les esprits s’échauffent. Bardakov, déjà à la limite de dégoupiller un peu plus tôt, se frotte avec Krebs et les deux hommes laissent le jeu se poursuivre à quatre contre quatre. Cela ne donne rien. En fin de match, la Russie sort son gardien. Pelletier et Cozens récupèrent et ce dernier marque en cage vide son troisième point du match, grimpant encore dans l’histoire canadienne des meilleurs pointeurs au Mondial U20 (5-0).

Large succès canadien, joué dès les premières minutes. Il n’y a pas vraiment eu de match en réalité. Les Canadiens ressemblaient à une équipe professionnelle digne de la NHL, face à une équipe de juniors… Le Canada n’avait pas blanchi la Russie depuis 2006 (14 matchs), pour la pire défaite russe en demi-finale depuis l’instauration de ce format en 1996.

Après le match, le double champion olympique Slava Fetisov allume une mèche en déclarant qu’aucun Russe n’aurait été capable de percer l’alignement canadien : « J’étais très contrarié après avoir regardé le match. Notre équipe a essayé, mais a perdu à tous les égards. Aucun de nos joueurs n’aurait été sélectionné dans l’équipe en face. Igor Larionov a reçu des joueurs élevés dans le hockey russe : c’est une compréhension différente du jeu. » Ambiance…

Désignés joueurs du match : Vasili Podzolkin (Russie), Devon Levi (CAN)

Commentaires d’après-match :

André Tourigny (entraîneur du Canada) : « Notre défense a été phénoménale ce soir. Les joueurs ont été solides, ont su jouer sous la pression, créer du jeu à la ligne bleue. Nous savions comment la Russie attaquait, notamment au centre. Ce fut la clé pour être capable de défendre contre leur vitesse et leur technique. Les défenseurs ont coupé bon nombre de jeux et repoussé l’attaque le long des bandes. Nous voulons toujours jouer ce dernier match, faire partie d’une aventure spéciale. Je suis fier pour tous les joueurs d’y être arrivé, mais j’ai connu les deux faces d’une finale, et la victoire est bien plus agréable ! Il reste du travail. »

Igor larionov (entraîneur de la Russie) : « Leur premier but leur a donné l’élan, et tout le mérite leur en revient. Ils étaient plus frais, plus déterminés au coup d’envoi. Ils ont joué un match solide, bien costauds défensivement et très efficaces devant. Le but refusé était un beau but, qui aurait pu faire une différence dans le match. Quand vous perdez 4-0 et que vous cherchez une solution pour revenir, le jeu de puissance jouait bien et ce but était un soulagement qui nous aurait relancé. Mais ce sont les règles du jeu, nous les respectons. »

Canada – Russie 5-0 (3-0, 1-0, 1-0)
Lundi 4 janvier 2021, 16h. Rogers Place d’Edmonton, Canada. Pas de spectateurs.
Arbitrage de Olivier Gouin et Brett Roeland (CAN) assistés de Jonathan Deschamps et Ben O’Quinn (CAN)
Pénalités : Canada 4′ (0′, 2′, 2′), Russie 8′ (4′, 2′, 2′)
Tirs : Canada 35 (16, 9, 10), Russie 28 (7, 13, 8)

Récapitulatif du score
1-0 à 00’59 : Newhook assisté de Schneider et Quinn
2-0 à 10’33 : McMichael assisté de Pelletier et Cozens
3-0 à 15’05 : Perfetto assisté de Byram et Cozens (sup. num.)
4-0 à 24’09 : Schneider assisté de Suzuki et Mercer
5-0 à 58’31 : Cozens assisté de Pelletier (cage vide)

Canada

Attaquants :
Jakob Pelletier (+2) – Connor McMichael (A, 2′, +2) – Dylan Cozens (A, +2)
Jack Quinn (+1) – Alex Newhook (+1) – Peyton Krebs (2′, +1)
Dylan Holloway – Quinton Byfield – Cole Perfetti
Dawson Mercer (+1) – Ryan Suzuki (+1) – Philip Tomasino (+1)
Connor Zary

Défenseurs :
Bowen Byram (C) – Jamie Drysdale
Thomas Harley (+4) – Braden Schneider (+4)
Kaiden Guhle – Justin Barron
Kaeden Korczak

Gardien :
Devon Levi

Remplaçant : Dylan Garand (G). Réservistes : Kirby Dach (A, poignet, manque tout le tournoi), Jordan Spence (D), Taylor Gauthier (G)

Russie

Attaquants :
Rodion Amirov (A, -2) – Marat Khusnutdinov (-1) – Vasili Podzolkin (C, 4′, -1)
Yegor Afanasyev – Mikhail Abramov (-1) – Arseni Gritsyuk
Danil Bashkirov – Ilya Safonov (-1) – Yegor Spiridonov
Zakhar Bardakov (2′, -2) – Vasily Ponomaryov (-3) – Yegor Chinakhov (-1)
Maksim Groshev (-1)

Défenseurs :
Shakir Mukhamadullin (-1) – Semyon Chistyakov (A, -1)
Roman Bychkov (-2) – Yan Kuznetsov (-2)
Kirill Kirsanov (-1) – Artemi Knyazev (2′, -1)
Daniil Chayka

Gardien :
Yaroslav Askarov

Remplaçant : Artur Akhtyamov (G). Réservistes : Yegor Shekhovtsov (D), Vladislav Firstov (A), Vsevolod Skotnikov (G)

Les commentaires sont fermés.

efficitur. libero. risus ipsum ut dictum sem, id, elementum