La Finlande en bronze

Match pour le bronze, Mondial U20 2021, Finlande-Russie
122

La Russie n’a pas brillé contre le Canada, mais peut s’appuyer sur son bilan parfait lors des matchs pour le bronze : huit apparitions, huit victoires. La Finlande reste cependant un adversaire à surveiller par sa capacité à accrocher les meilleurs, et à revenir au score lorsqu’elle est menée. Une équipe de Finlande toujours aussi populaire au pays : près de deux millions de spectateurs devant la demi-finale !

Le match débute sur un rythme prudent. Les pertes de palet s’enchaînent, aucune des deux équipes ne parvenant à réellement déployer son jeu.

Il faut attendre quatre minutes pour qu’une longue passe de Kirsanov à travers la neutre envoie Chinakhov en échappée dans le dos de la défense, pour le premier tir dangereux du match. Afanaseyev rapproche encore la menace avec un centre vers la cage, que Podzolkin dévie sur le poteau, avant que Abramov teste Piiroinen ras glace.

Cet élan russe se concrétise une minute plus tard. Groshev gagne un duel le long de la bande et lance du revers en tête de cercle. Safonov s’empare du rebond (0-1).

Après neuf minutes, la Finlande ne compte toujours aucun tir et continue de subir, avec un arrêt compliqué de Piiroinen sur un tir lointain de Mukhamadullin. En face, Askarov reçoit enfin ses premiers tirs, notamment de Pärssinen et travaille sa mitaine, défaillante la veille contre le Canada.

Les occasions restent russes, avec Amirov dont le tir trouve la jambière de Piiroinen. Mais la Finlande sort la tête de l’eau. Une série de mises au jeu gagnées par la Finlande offrent trois tirs de suite à Kokkonen, et trois arrêts de la mitaine d’Askarov. L’espoir de Nashville se déplace ensuite rapidement latéralement et stoppe Pärssinen de près.

Le métal résonne à nouveau en fin de tiers lors d’un débordement finlandais sur l’aile gauche. La Russie mène 1-0 après vingt minutes d’un tiers dominé nettement pendant une douzaine de minutes, avant que le match ne s’équilibre.

Le deuxième tiers débute avec une pénalité immédiate contre Heinola pour crosse haute sur Chinakhov. Piiroinen étire la jambière devant Khusnutdinov. Mais le jeu de puissance russe ne montre rien et les Bleus reviennent au complet.

Le jeu se ferme dans les minutes qui suivent. Duels dans les bandes, revirements constants… mais la Finlande en profite. Le palet revient derrière le but, puis est ramené à la bleue. Niemelä lance et Lundell dévie juste devant le gardien (1-1). Les Russes ont manqué de tranchant dans leurs duels dans les bandes.

Le but renverse la partie : la Russie n’existe plus dans les minutes qui suivent. Le palet ne quitte plus les crosses nordiques, qui découpent la défense par un jeu de passe précis et du mouvement permanent. Lundell dévie encore un tir d’Heinola, et Askarov sauve son camp. Heinola lance encore et Nikkanen dévie, sur la jambière du gardien, illustration de la souffrance d’une équipe russe manquant de vitesse. Les joueurs se frictionnent peu après et le match se poursuit à 4 contre 4.

Lundell centre d’une passe dans le dos à travers l’enclave et Viro tente de reprendre dans une position improbable… mais il percute violemment la bande et rentre péniblement au banc. Toujours dominateurs, les Nordiques ne concèdent qu’une grosse percussion de Podzolkin qui repique de l’aile droite et attaque la cage. Piiroinen reste sur ses appuis et sauve en deux temps. 1-1 après deux périodes, et un tiers copieusement dominé par la Finlande.

Le troisième tiers démarre en fanfare avec un tir de la bleue de Viro dévié en route à deux reprises, par Bashkirov puis Petman dans le slot (2-1).

Le schéma continue par la suite, avec une équipe russe en retard sur la plupart des actions. Askarov tient le choc avec un nouveau tir de Puutio, puis une déviation de Mantykivi et ne peut qu’assister au naufrage de son camp.

À la mi-tiers, une rare incursion russe permet à Podzolkin de tenter sa chance en angle fermé, sans réussite. Une passe bien visée lance Ponomaryev en infiltration mais son revers échoue. Un temps mort publicitaire suit, et c’est Podzolkin qui prend ses responsabilités et cherche à réveiller son camp.

Malheureusement pour lui, sa motivation se transforme en excès d’intensité. Podzolkin se trouve bloqué par Mukhamadullin et sa crosse se lève… sur Mantykivi, coupé au visage : quatre minutes, alors qu’il ne reste que 6’44 à jouer. Les Bleus se contentent de gagner du temps, faisant tourner le palet le plus possible. Le jeu en infériorité a tenu bon, et la Russie reste dans le match.

Il reste deux minutes et Askarov sort après un temps mort posé par Igor Larionov. Piiroinen sauve à bout portant devant Khusnutdinov. Sur la présence suivante, la Finlande chasse le palet dans la neutre. Lundell finit par s’emparer et termine le travail cage vide (3-1). La Russie sort encore Askarov, s’installe et cherche des angles de tirs. Mais un contre défavorable envoie Pytia et Pärssinen vers la cage vide. Ce dernier creuse un peu plus le score (4-1).

Les Finlandais célèbrent, et un seul Russe les attend à la ligne bleue : Yaroslav Askarov, gentleman, pendant que ses coéquipiers dépités essaient de digérer leur déception, assis contre les bandes, avant de le rejoindre. Les Nordiques récoltent le bronze, récompense de leur sens collectif et de leur détermination à renverser des montagnes à chaque match.

Désignés joueurs du match : Ilya Safonov (Russie) et Mikko Petman (Finlande)

Commentaires d’après-match

Igor Larionov (entraîneur de la Russie) : « Je n’ai jamais douté d’Askarov. Il va devenir une superstar dans le futur, en Russie puis en NHL. Je connais son éthique de travail. Podzolkin a des qualités de meneur, et son implication dans le jeu, son engagement sont fantastiques. Les Canucks de Vancouver vont avoir un très bon jeune joueur qui leur apportera du caractère, de la technique et de l’engagement pour leur organisation. Le genre de joueur qui se donne à 150% chaque match. Nous aurons sept joueurs de cette effectif qui seront de retour l’an prochain. C’est bien, et nous allons construire autour d’eux. »

Anton Lundell (capitaine de la Finlande) : « Nous avons bien remonté le score contre les Américains, mais malheureusement ils ont su gagner ce match. C’était bien sûr une déception, mais nous voulions salement gagner ce match et cela s’est vu ! Nous nous faisons confiance, et nous avons travaillé. Et nous croyons que quand on travaille dur, cela se termine bien. »

Finlande – Russie 4-1 (0-1, 1-0, 3-0)
Mardi 5 janvier 2021 à 15h30 au Rogers Place d’Edmonton. Huis-clos.
Arbitrage de Michael Campbell et Kyle Kowalski (CAN) assistés de Maxime Chaput et Ben O’Quinn (CAN)
Pénalités : Finlande 4′ (0′, 4′, 0′), Russie 6′ (0′, 2′, 4′)
Tirs : Finlande 32 (9, 10, 13), Russie 29 (11, 9, 9)

Évolution du score :
0-1 à 06’03 : Safonov assisté de Groshev
1-1 à 25’05 : Lundell assisté de Niemelä et Mantykivi
2-1 à 41’13 : Petman assisté de Viro et Helenius
3-1 à 58’32 : Lundell (cage vide)
4-1 à 59’47 : Pärssinen assisté de Pyyhtiä (cage vide)

Finlande

Attaquants :
Roni Hirvonen (+1) – Anton Lundell (C, +2) – Kasper Simontaival (+1)
Mikael Pyyhtiä – Juuso Pärssinen – Aku Räty (-1)
Matias Mantykivi (+2) – Henri Nikkanen – Brad Lambert
Benjamin Korhonen – Samuel Helenius – Mikko Petman
Roby Järventie

Défenseurs :
Santeri Hatakka (A, 2′) – Ville Heinola (2′, +3)
Topi Niemelä (+1) – Eemil Viro (+1)
Mikko Kokkonen (A, +1) – Kasper Puutio
Matias Rajaniemi

Gardien :
Kari Piiroinen

Remplaçant : Roope Taponen (G). En réserve : Joel Blomqvist (G), Ruben Rafkin (D), Petteri Puhakka (A).

Russie

Attaquants :
Egor Afanasyev (-2) – Marat Khusnutdinov (-2) – Vasili Podzolkin (C, 4′, -2)
Rodion Amirov (A, -1) – Mikhail Abramov (-2) – Danil Bashkirov (-2)
Maksim Groshev (+1) – Ilya Safonov (+1) – Yegor Spiridonov (+1)
Zakhar Bardakov (-1) – Vasily Ponomaryov (-1) – Yegor Chinakhov (-1)
Vladislav Firstov

Défenseurs :
Shakir Mukhamadullin (-2) – Semyon Chistyakov (A, -2)
Roman Bychkov – Yan Kuznetsov
Kirill Kirsanov (-1) – Artemi Knyazev (2′, -1)
Daniil Chayka

Gardien :
Yaroslav Askarov

Remplaçant : Artur Akhtyamov (G). Réservistes : Yegor Shekhovtsov (D), Vsevolod Skotnikov (G), Arseni Gritsyuk (A, blessé)

Les commentaires sont fermés.

commodo justo leo. venenatis vel, Sed