Les États-Unis maîtrisent la Slovaquie

But de Farinacci dans le quart de finale USA-Slovaquie, Mondial U20 2021
145

Forts de deux blanchissages de suite, les Américains sont grandissimes favoris. Leur équipe domine ses matchs avec une forte possession de palet, à l’image du meilleur pointeur du tournoi, Trevor Zegras. En face, la Slovaquie s’est révélée bien plus compétitive qu’attendue et décroche donc les quarts de finale. Il faudra de nouveaux exploits de son gardien Šimon Latkóczy pour viser plus – sur les traces d’un certain Denis Godla, dernier gardien slovaque à avoir mené son équipe à la médaille.

Un seul blessé côté américain : l’attaquant défensif Patrick Moynihan manque à l’appel. Le staff modifie un peu ses lignes avec l’apparition de Hunter Skinner en défense, aux dépens de Tyler Kleven. Le dernier quart de finale entre États-Unis et Slovaquie date de 2009. La Slovaquie s’était imposée 5-3 face à l’équipe dans laquelle Nate Leaman était assistant-coach… Il y a de la revanche dans l’air.

Et comme prévu, les Américains campent assez vite dans la zone adverse. Le défenseur Johnson allume une première mèche, suivi de Brink dans l’enclave, aidé de Farinacci et Berard. Zegras s’illustre ensuite avec un tir lointain à travers la foule. La défense subit, mais effectue un bon travail pour nettoyer les rebonds. Petit à petit, la Slovaquie pointe un nez timide dans la zone adverse. Matej Kašlík teste Spencer Knight avec un bon tir du cercle gauche. À la sixième minute, Boldy est puni de deux minutes pour obstruction. La défense gêne l’installation du jeu de puissance, et Knight n’est pas inquiété.

De retour au complet, les Américains frôlent l’ouverture du score. Zegras transperce la défense et Boldy récupère le palet derrière lui. Son tir est repoussé. Caufield enchaîne du cercle droit et sur la récupération, Dávid Mudrák se rend coupable d’un faire trébucher. Zegras trouve Boldy ligne de fond et Latkóczy intervient. Le palet circule assez vite, collé à la crosse de Zegras qui mène le jeu. Il sert Boldy ligne de fond, qui parvient à renverser vers Kaliyev oublié au marquage au deuxième poteau (1-0). Un très beau jeu de Boldy, qui ne regarde pas un instant vers son coéquipier.

Le plus dur est fait, et le compteur de tirs traduit assez vite l’écart entre les deux équipes (11 à 2). C’est alors que Landon Slaggert écrase Artur Turanský le long de la bande, et sort pour charge à la tête (2’+10′). Le jeu de puissance ne donne rien. Juste après le retour à cinq contre cinq, une volée de Simon Jellúš du cercle droit, et le rebond pris par Roman Faith, forcent Knight à réaliser deux arrêts. Dominik Jendek enchaîne en sortant du fond, mais le portier couvre son poteau droit. Ce temps fort se termine assez vite et la possession de palet revient aux Américains jusqu’à la fin du tiers-temps.

La Slovaquie n’a pas volé en éclats au premier tiers et peut encore y croire. D’autant que Latkóczy tient le fort : il sauve une échappée de Caufield en deux temps, puis voit le palet d’Helleson contré et retomber sur le dessus de la cage. Sur l’action, Faith et Beniers se frictionnent, ouvrant un 4 contre 4. Boldy intercepte et lance Turcotte en échappée… Le gardien gagne encore son duel !

La Slovaquie s’accroche et reste à portée. Mais la discipline commence à poser problème. Miklucha place sa crosse dans les jambes de Beniers et le jeu de puissance s’installe rapidement, avec un premier tir de Zegras. L’homme en forme sert encore Boldy ligne de fond, lequel ramène le palet sur la cage d’un mouvement tournant. Latkóczy sauve encore, et le gardien slovaque brille ensuite sur un centre dévié par son défenseur Golian. La Slovaquie a plié, mais résiste encore… Pas pour longtemps. L’entrée en zone de Berard est parfaite, et le petit attaquant chasse son propre palet. Il gagne son duel dans la bande et remise le palet à la bleue sur Ryan Johnson. Le défenseur tire à travers la foule et le disque est dévié par Farinacci (2-0).

La Slovaquie manque de réduire le score immédiatement : Martin Chromiak trouve le poteau, et ses coéquipiers enchainent avec plusieurs tirs, bloqués par la défense américaine. Mrázik puis Petrovický et Jendek se mettent ainsi en valeur. Malheureusement cet élan s’interrompt sur une percée de Farinacci et Brink, qui coûte deux minutes à Faith. Oliver Turan vient ensuite charger Zegras derrière la cage, mais en retard : 1’21 de double avantage. Zegras et Caufield s’échangent le palet, inversent leurs positions, et Caufield nettoie la lucarne du cercle droit, le jour de son anniversaire (3-0). Deux pénalités inutiles qui viennent de coûter le match aux Slovaques.

Il reste du temps en supériorité, l’occasion d’un tir de Colangelo, et d’une chance de Caufield dans le slot, à l’affût d’un palet qui traîne. Mais au retour au complet, la Slovaquie piège son adversaire en contre. Kašlík reçoit un palet dégagé le long de la bande et initie un deux contre deux. Il maîtrise mal son disque, et Kolenič suit… il tombe, mais Nemec est là à son tour, décale vers Kašlík au cercle droit. La volée surprend Knight (3-1). Une action où la défense américaine aura été en retard du début à la fin. À la pause, la Slovaquie est donc encore dans le coup.

Šimon Latkóczy brille d’entrée avec un double arrêt superbe sur Zegras et Turcotte, qui portent le compteur de tirs à 29-10 en début de troisième période. Les minutes qui suivent ne donnent pas lieu à beaucoup d’occasions. Les Américains verrouillent l’entrée à leur zone, et, en attaque, sont repoussés vers les bandes. Leur possession de palet ne se traduit que par quelques tirs excentrés.

Après huit minutes, Drew Helleson sort pour faire trébucher. Le jeu s’installe bien et force Knight à un grand écart sur Chromiak après un tir bloqué. Il ne reste que quelques secondes lorsque Jake Sanderson dégage droit sur Kňažko à la bleue. Le défenseur lance un tir anodin en apparence. Sauf que Sojka est sur la route et place sa crosse, déviant derrière le gardien américain (3-2). Le suspense est relancé !

Le score reste serré, mais pas le jeu. Les États-Unis dominent encore. Caufield trouve la barre, puis le gardien, et les occasions restent à sens unique. Cela finit par payer. L’échec-avant de Brink et Farinacci leur permet de récupérer le palet au fond. Ils s’échangent le disque et Farinacci, derrière la cage, patiente avant de sortir et de rabattre le palet du revers (4-2). À quatre minutes de la fin, ce but donne un air précieux au favori.

La Slovaquie prend son temps pour sortir son gardien en faveur d’un attaquant… mais lorsque Latkóczy sort, ses coéquipiers n’ont pas vraiment le contrôle du palet. Une maladresse à la bleue offensive plus tard et le benjamin américain Matt Beniers s’échappe vers la cage vide (5-2).

Une qualification logique : les États-Unis ont globalement contrôlé la partie. Même s’ils ont laissé les Slovaques revenir à 3-2, ils n’ont pas vraiment connu un danger d’égalisation. Les demi-finales offriront donc les revanches des dernières finales : Canada/Russie (finale 2020) et Finlande/États-Unis (finale 2019)…

Désignés joueurs du match : John Farinacci (Etats-Unis) et Dominik Sojka (Slovaquie)

Trois meilleurs Slovaques du tournoi : Šimon Latkóczy, Dávid Mudrák et Simon Nemec.

Commentaires d’après-match :

Nate Leaman (entraîneur des États-Unis) : « J’ai regardé tous les autres matchs aujourd’hui. La Russie a dû batailler. La Finlande a trouvé le moyen de renverser le match, le Canada a maîtrisé. Les quarts de finale sont toujours un tour difficile, vous devez éliminer quelqu’un, aller chercher la victoire. Maintenant, il faut se reconcentrer et être prêt pour la Finlande. Ce sera un gros match. C’est l’équipe qui nous a éliminés l’an dernier. »

Robert Petrovický (entraîneur de la Slovaquie) : « Nous avons emmené beaucoup de jeunes joueurs très talentueux, qui ont démontré leur potentiel. Et nous avons encore quelques jeunes qui vont bientôt arriver. Il nous faut travailler avec ces joueurs et croire en eux, croire en leur développement en joueurs d’élite. Nous n’avons pas peur de leur donner une chance, s’ils travaillent dur dans l’esprit de vouloir s’améliorer. »

États-Unis – Slovaquie 5-2 (1-0, 2-1, 2-1)
Samedi 2 janvier 2021, 20h30. Rogers Place d’Edmonton, Canada. Pas de spectacteurs.
Arbitrage de Guillaume Labonte (CAN) et Mark Pearce (CAN) assistés de Guillaume Brunelle (CAN) et Tarrington Wyonzek (CAN)
Pénalités : États-Unis 18′ (14′, 2′, 2′), Slovaquie 10′ (2′, 8′, 0′)
Tirs : États-Unis 43 (12, 15, 16), Slovaquie 18 (5, 5, 8)

Récapitulatif du score
1-0 à 10’44 : Kaliyev assisté de Boldy et Zegras (sup. num.)
2-0 à 31’55 : Farinacci assisté de Johnson et Berard
3-0 à 36’53 : Caufield assisté de Zegras (double sup. num.)
3-1 à 38’32 : Kašlík assisté de Nemec et Kolenič
3-2 à 49’50 : Sojka assisté de Kňažko (sup. num.)
4-2 à 55’46 : Farinacci assisté de Brink
5-2 à 58’36 : Beniers assisté de Brink (cage vide)

Etats-Unis

Attaquants :
Trevor Zegras – Alex Turcotte (A) – Arthur Kaliyev
Matthew Boldy (2′, -1) – Matthew Beniers (2′, +1) – Cole Caufield (A, -1)
Brett Berard (+2) – John Farinacci (+2) – Bobby Brink (+2)
Brendan Brisson – Landon Slaggert (2’+10′, +1) – Sam Colangelo

Défenseurs :
Jake Sanderson – Drew Helleson (2′)
Cam York (C, +1) – Brock Faber (+1)
Ryan Johnson (+1) – Henry Thrun (+1)
Hunter Skinner – Jackson LaCombe

Gardien :
Spencer Knight

Remplaçant : Dustin Wolf (G). Réservistes : Tyler Kleven (D), Patrick Moynihan (A, blessé)

Slovaquie

Attaquants :
Roman Faith (4′, -2) – Simon Jellúš (-2) – Michal Mrázik (A, -2)
Juraj Slafkovský (-1) – Oleksij Miklukha (2′, -1) – Martin Chromiak (-1)
Artur Turanský – Dominik Sojka (-1) – Matej Kašlík (+1)
Dominik Jendek – Juraj Eliaš – Jakub Kolenič (+1)
Maroš Jedlička

Défenseurs :
Andrej Golian (-1) – Dávid Mudrák (A, 2′, -1)
Marko Stacha (+1) – Samuel Kňažko (C, -2)
Rayen Petrovický – Simon Nemec (-1)
Oliver Turan (2′, +1)

Gardien :
Šimon Latkóczy

Remplaçant : Samuel Hlavaj (G). Réservistes : Eugen Rabčan (G), Filip Mešár (A), Šimon Bečár (D).

Les commentaires sont fermés.