Spectateurs privilégiés et buts refusés

171

Nous en sommes au quatrième jour des Championnats du monde à Riga, et la Lettonie attend toujours ses premiers spectateurs. L’ouverture des tribunes aux visiteurs votée par la Saeima – le parlement letton – avec 48 voix pour, doit inciter le gouvernement à lancer un protocole. Le Premier Ministre a demandé une évaluation des risques, l’analyse lui sera transmise et une décision sera prise à l’issue d’une réunion du gouvernement.

On imagine qu’une absence totale de spectateurs pourrait être mal perçue car une violation des restrictions fait la une en Lettonie. Vendredi, lors du premier match des Baltes contre le Canada – qu’ils ont remporté – ont été aperçu en loges présidentielles l’homme d’affaires Maris Martinsons, les anciens joueurs Sandis Ozoliņš et Oļegs Sorokins, et plusieurs hauts-fonctionnaires, sans qu’ils observent les distances nécessaires. Les photos et les vidéos qui ont été partagées à l’issue de cette rencontre ont beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux, alors que les matchs sont disputés en théorie à huis-clos. Face au tollé général, la police d’État s’est emparée du dossier.

Sur le plan sportif, la Lettonie s’attaque ce lundi à l’adversaire présumé le plus faible du groupe, l’Italie. Deux adversaires qui se retrouveront en août, avec la France et la Hongrie, à l’occasion du Tournoi de qualification olympique. Après la sensationnelle victoire sur le Canada, l’enthousiasme est quelque peu retombé après la défaite en fusillade contre le Kazakhstan. Si Bob Hartley avait lancé un objectif de 12 points à l’issue du tour préliminaire, un succès contre la Nazionale permettrait aux Baltes de se replacer vers le haut du panier. Défaits vendredi par l’Allemagne (9-4) et dimanche par la Norvège (1-4), les Azzurri, dépouillés de bon nombre d’éléments en raison du covid, peuvent-ils faire douter les hôtes ? Le renfort de l’ailier de Vipiteno Markus Gander, précédemment positif, n’est pas encore d’actualité. Gander n’est arrivé que dimanche après-midi, sans entraînement depuis le 30 avril, il n’a retrouvé la glace que ce lundi matin.

Le gardien transalpin Justin Fazio, titularisé déjà deux fois, a bien tenté de sauver les meubles lors des premières rencontres, il est confirmé au poste de titulaire pour ce troisième match contre la Lettonie. Et le portier de Bolzano se met rapidement en évidence, dès la troisième minute : Indrašis, derrière le but, sert devant le demi-cercle Ķēniņš, étrangement seul, mais Fazio se couche à plat ventre et parvient à détourner le palet du bout de la jambière. Un arrêt de grande classe suivi par d’autres, en particulier face à Rodrigo Ābols. À la 7e minute, Ābols subtilise habilement le puck à Pietroniro et se présente seul, Fazio fait un arrêt de la jambière. Trois minutes plus tard, c’est la mitaine de Fazio qui capte un essai d’Ābols. Puis à la 12e minute, l’attaquant d’Örebro s’empare d’un palet qui traîne dans le slot et tire du revers, nouveau sauvetage de Fazio, décidément bien dans son match.

La Lettonie cherche toujours la solution, Kulda l’a peut-être en frappant de la ligne bleue, Miglioranza dévie alors dans son propre but, mais une faute de Daugaviņš sur Fazio ne permet pas de valider le but. La Lettonie domine nettement son sujet sans trouver la faille, elle tue sa seule pénalité de la période sans problème. Džeriņš réussit d’ailleurs à partir seul en contre en fin d’infériorité numérique, et encore Fazio sur le chemin.

C’est peut-être une supériorité numérique qui peut justement donner des ailes aux Lettons, Casetti étant sanctionné en fin de période. La Lettonie débute donc la seconde en avantage numérique mais peine à s’installer, et quand elle le fait, c’est le poteau qui repousse une tentative de Karsums. Les Italiens se sortent de cette infériorité, puis d’une autre, bien contents de voir Fazio s’étirer devant un nouvel essai d’Ābols : 0-0 à la mi-match.

Jusqu’ici, les Italiens ne s’étaient pas montrés particulièrement dangereux, avec seulement 35% de possession. Un moment de flottement de la défense lettone, sous le coup de pression de Bardaro et Galimberti, voit les premiers vrais arrêts d’Ivars Punnenovs. Une frayeur vite effacée par, enfin, le premier but letton, bien aidé par une erreur des Azzurri. Gregorio Gios loupe totalement sa relance, qui atterrit dans la palette de Mārtiņš Karsums. Le vétéran balte frappe une première fois du revers avant de récupérer son propre rebond pour marquer (1-0, 32’08). But cruel encaissé par l’Italie. Cinq minutes plus tard, Ronalds Ķēniņš fait le tour de la cage et sert au second poteau Miks Indrašis, il frappe une première fois sur le poteau puis frappe une nouvelle fois… du pied vers le fond des filets, le but sera logiquement refusé. 1-0, score inchangé jusqu’à la fin de la seconde période, malgré un contre en solo de Rihards Bukarts, et toujours ce Fazio qui détourne de la plaque.

Une violente charge de Ķēniņš sur Pietroniro permet à la Nazionale de débuter le troisième tiers-temps en avantage numérique. L’occasion est belle pour l’Italie d’égaliser. À la suite d’un beau jeu de passes, Anthony Bardaro décale sur sa droite Alex Petan, il fixe le gardien Ivars Punnenovs, qui protège le poteau droit mais néglige la lucarne opposée, que trouve Petan. Un superbe but que conteste Bob Hartley. L’entraîneur de la Lettonie réclame un hors-jeu non sifflé quelques secondes avant. Bien vu de la part Hartley… et troisième but refusé de ce match !

L’Italie repart donc dans sa supériorité numérique inachevée, que tue la Lettonie. À un quart d’heure de la fin, les Lettons tentent d’accélérer le jeu pour éviter une fin de match sous tension, poussant Gios à la faute. Une nouvelle supériorité dont ne profitera toujours pas la Lettonie, Roberts Bukarts voyant, malgré un angle totalement ouvert, son essai détourné par une nouvelle parade de Fazio. Avec toujours cette faible marge, l’Italie tente un dernier forcing pour arracher des points, sans succès. Dārziņš et Karsums assureront le succès en cage vide, 3-0.

La Lettonie assure l’essentiel en récoltant les 3 points, lui permettant de basculer vers le haut du groupe B. Ce fut pourtant difficile face à une Italie qui, malgré certaines erreurs, aura mis beaucoup de cœur à l’ouvrage. À l’image de son gardien Justin Fazio, qui réalise une prestation spectaculaire, auréolé de 41 arrêts.

Élus joueurs du match : Mārtiņš Karsums pour la Lettonie, Justin Fazio pour l’Italie.

Commentaires d’après-match

bob hartley
Bob Hartley

Bob Hartley (entraîneur de la Lettonie) : « Les coaches chargé de la vidéo m’ont tout de suite dit qu’il y avait hors-jeu. je travaille avec eux depuis plusieurs années et j’ai une grande confiance en eux. Dans ces situations, il faut prendre des risques. Ils méritent des félicitations pour cette victoire. Au troisième tiers nous devions être sûrs de ne pas ouvrir la porte à des occasions de but italiennes. Ils ont mis quatre buts à l’Allemagne, ils sont capables de marquer. Nous avons été forts en défense, mais je pense que notre force a été la capacité à bien contrôler le palet en zone offensive. Les gardiens restent le facteur le plus important du succès. Avec Kivlenieks et Punnenovs, nous avons deux blanchissages en trois rencontres. Punnie est un grand combattant. Il a été avec nous à de nombreux camps, mais il était blessé et n’avait pas pu jouer en championnat du monde. C’est sa première apparition [NDLR : sa deuxième en fait mais la première précédait l’arrivée de Hartley] et il a été solide. C’était un match difficile avec peu de lancers. Tout était sous contrôle pendant les 60 minutes. »

Giorgio de Bettin (entraîneur de l’Italie) : « Nous voulions mieux jouer dans notre zone défensive et créer des contre-attaques. Nous n’avions bien joué en deuxième période lors des deux premières rencontres et notre but était de rectifier ça aujourd’hui. Je pense que ça a fonctionné. À la fin du match, s’il y a une différence d’un but, il y a une chance d’égaliser. »

 

Lettonie – Italie 3-0 (0-0, 1-0, 2-0)
Lundi 24 mai 2021à 16h15 à l’Arena Riga. Huis clos.
Arbitres : Andrew Bruggeman (USA) et Olivier Gouin (CAN) assistés de Nicolas Constantineau (FRA) et Dustin McCrank (CAN).
Pénalités : Lettonie 16′ (2′, 14′, 0′), Italie 8′ (2′, 4′, 2′).
Tirs : Lettonie 44 (14, 17, 13), Italie 12 (6, 3, 3).

Évolution du score :
1-0 à 32’08 : Karsums assisté de Krastenbergs
2-0 à 58’48 : Dārziņš assisté de Džeriņš et Freibergs (cage vide)
3-0 à 59’48 : Karsums (cage vide)

Lettonie

Attaquants :
Lauris Dārziņš (A, +1, 2′) – Rodrigo Ābols – Kaspars Daugaviņš (C)
Roberts Bukarts – Andris Džeriņš (A, +1) – Rihards Bukarts
Ronalds Ķēniņš (+1, 2’+10′) – Miks Indrašis – Mārtiņš Dzierkals
Rihards Marenis (+1) – Gints Meija (+2) – Renārs Krastenbergs (+1)
Mārtiņš Karsums (+2)

Défenseurs :
Kristiāns Rubīns (+1) – Uvis Balinskis (+1)
Oskars Cibuļskis (+1) – Kristaps Sotnieks (+1)
Artūrs Kulda (+1) – Ralfs Freibergs (+1)
Kristaps Zīle

Gardien :
Ivars Punnenovs

Remplaçant : Jānis Kalniņš (G). En réserve : Matīss Kivlenieks (G), Jānis Jaks, Gunārs Skvorcovs (D), Miķelis Rēdlihs, Māris Bičevskis, Oskars Batņa (A).

Italie

Attaquants :
Angelo Miceli (-3) – Alex Petan (A, -3) – Daniel Frank (C, -3)
Stefani Giliati (-2) – Simon Pitschieler – Peter Hochkofler (2′)
Anthony Bardaro (-2) – Luca Frigo (A) – Marco Magnabosco
Ivan Deluca – Raphael Andergassen – Thomas Galimberti

Défenseurs :
Lorenzo Casetti (-1, 2′) – Phil Pietroniro (2′)
Daniel Glira (-2) – Peter Spornberger
Enrico Miglioranzi – Stefano Marchetti
Sebastiano Soracreppa – Gregorio Gios (-1, 2′)

Gardien :
Justin Fazio [sorti à 58’23].

Remplaçant : Davide Fadani (G). En réserve : Damian Clara (G), Marco Rosa, Markus Gander (A).

Les commentaires sont fermés.