États-Unis – Kazakhstan (Mondiaux 2021, groupe B)

129

Le Kazakhstan aborde ce troisième match sans le défenseur d’origine suédoise Svedberg, suspendu. Les États-Unis ont quant à eux rappelé le jeune gardien universitaire de 18 ans Drew Commesso pour remplacer le malheureux Anthony Stolarz, blessé à la cheville dès le début du match contre le Canada. Il devrait arriver dans un rôle de subtitut, mais en attendant, c’est un troisième gardien différent qui débute, Cal Petersen, qui a déjà supplanté le vétéran Jonathan Quick dans la cage des Kings de Los Angeles.

Le Kazakhstan a créé la surprise en début de tournoi en battant aux tirs au but deux équipes très bien organisées, la Lettonie et la Finlande, qui étaient restées un peu en dedans au lendemain d’un gros match. Les États-Unis ne veulent pas tomber dans le même piège et jouent avec une intensité supérieure.

usa kaz1 Les défenseurs du Kazakhstan jouent trop lentement face à ce forechecking américain. Aleksei Maklukhov se fait ainsi prendre le palet par Eric Robinson qui passe de derrière la cage pour Sasha Chmelevski, mais Boyarkin, qui en lâche sa crosse, bloque ce tir entre gant et jambière. C’est la ligne la plus talentueuse qui conclut cet forte entame. Après sept minutes, Trevor Moore entre en zone et sa technique dans un périmètre étroit attire pas moins de quatre défenseurs autour de lui. Il passe par la bande à Jason Robertson et celui-ci sert à l’opposé le défenseur Adam Clendening, qui a un boulevard devant lui pour conclure en lucarne (1-0, image de gauche). Les Américains continuent de multiplier les tirs mais le Kazakhstan défend de mieux en mieux. Nikita Mikhailis vole même un palet à Clendening à la bleue pour partir en 2 contre 1. Il choisit le tir, bloqué par Petersen.

Les États-Unis doublent la mise dès le début de la deuxième période, toujours par leur bloc dominant, en jouant à six sur une pénalité différée. Cherchant la déviation, Trevor Moore rabat trop le tir de la bleue de Conor Garland qui retombe presque à la verticale sur la glace et perd sa vitesse… mais le palet lui revient après un rebond dand une forêt de jambes et il peut alors l’envoyer du revers dans la cage ouverte (2-0). Les Américains continuent de se procurer de grosses occasions, mais le Kazakhstan résiste. Le défenseur Ivan Stepanenko se couche superbement pour contrer le palet de la crosse sur une infiltration de Conor Garland. Eric Robinson prend le palet à Nikita Mikhailis en zone neutre puis dribble Jesse Blacker en un contre-un pour prendre un lancer. La rondelle roule sur le gant puis sur la botte de Boyarkin… mais le gardien la rattrape derrière lui.

usa cal petersen
Cal Petersen

Le troisième tiers-temps débute comme la précédente, par un but américain dès la deuxième minute. Jack Drury dévie un lancer de à ras glace la ligne bleue de Ryan Donato est bien dévié par Jack Drury (3-0). Le Kazakhstan semble réduire le score rapidement. Akolzin se montre plus actif que Wolanin pour récupérer un rebond et le propulser du revers… sur le poteau. Igor Petyukhov conclut alors face à la cage grande ouverte, mais par un net mouvement délibéré du patin, alors qu’il aurait eu tout le temps de le toucher de la crosse ! Le but est évidemment refusé. L’écart étant fait, le match s’éteint alors peu à peu.

Pour sa première titularisation en championnat du monde (il était troisième gardien en 2017), Cal Petersen récolte donc un blanchissage. C’est ce que l’on retiendra principalement dans ce match sans évènement majeur, où tout s’est passé normalement selon la hiérarchie prévue. Dans ce tournoi imprévisible, cette normalité est en soi une surprise ! Mais les Américains ont tout de suite imprimé un gros tempo pour faire en sorte de ne laisser aucune place au quiproquo.

Désignés meilleurs joueurs du match : Curtis Valk pour le Kazakhstan et Cal Petersen pour les États-Unis.

 

États-Unis – Kazakhstan 3-0 (1-0, 1-0, 1-0)
Mardi 25 mai 2021 à 16h15 à l’Arena Riga. Huis clos.
Arbitres : Antonín Jeřábek et Robin Šír (TCH) assistés de Daniel Hynek (TCH) et Šimon Synek (SVK)
Pénalités : États-Unis 4′ (0′, 4′, 0′) ; Kazakhstan 8′ (2′, 4′, 2′).
Tirs : États-Unis 52 (25, 13, 14) ; Kazakhstan 18 (8, 4, 6).

Évolution du score :
1-0 à 06’57 : Clendening assisté de Robertson et Moore
2-0 à 21’33 : Moore assisté de Jones
3-0 à 41’58 : Drury assisté de Donato et Tennyson

États-Unis

Attaquants :
Jason Robertson (+2) – Trevor Moore (+2) – Conor Garland (+2)
Eric Robinson – Kevin Rooney – Sasha Chmelevski (2′)
Matti Beniers (+1) – Jack Drury (+1) – Ryan Donato (+1)
Justin Abdelkader (C) – Colin Blackwell (A) – Kevin Labanc
Brian Boyle

Défenseurs
Christian Wolanin – Matt Roy (A)
Zac Jones (+2) – Matt Tennyson (+2, 2′)
Matt Hellickson (+1) – Adam Clendening (+1)
Chris Wideman

Gardien :
Cal Petersen

Remplaçant : Jake Oettinger (G). En réserve : Anthony Stolarz (G, cheville), Drew Commesso (G), Ryan Shea, Connor Mackey (D), Tage Thompson (A).

Kazakhstan

Attaquants :
Kirill Panyukov – Dmitri Shevchenko (-2) – Roman Starchenko (C)
Nikita Mikhailis (-1) – Curtis Valk (-1) – Kirill Savitski (-1)
Aleksandr Shin – Arkady Shestakov – Evgeni Rymarev (-1)
Pavel Akolzin (-2) – Anton Sagadeev (-2, 2′) – Alikhan Asetov (A) ou Egor Petukhov

Défenseurs :
Aleksei Maklyukov (2′) – Darren Dietz (A, 2′)
Valeri Orekhov(2′) – Ivan Stepanenko (-1)

Gardien :
Nikita Boyarkin

Remplaçants : Andrei Shutov (G), Samat Daniyar. En réserve : David Eremeev (G), Viktor Svedberg (D, suspendu), Kirill Polokhov (D), Sayan Daniyar, Dmitry Gurkov, Artyom Likhotnikov (A).

Les commentaires sont fermés.