Le Danemark à deux truelles d’éliminer les Tchèques

160

S’il bat les Tchèques dans le temps réglementaire (et s’il compte sur un coup de pouce des Russes pour ne pas laisser 3 points à la Suède), le Danemark se qualifiera pour les quarts de finale, car la République tchèque ne pourra plus le rattraper. Celle-ci sait qu’il lui manque 4 points et a bien conscience de l’enjeu de ce match, abordé avec l’équipe-type même si celle-ci a beaucoup évolué. Dernier changement, testé au dernier tiers-temps contre la Grande-Bretagne : la promotion sur le premier trio de Radan Lenc (Liberec) à la place de Filip Zadina (Détroit), toujours à la recherche du meilleur équilibre.

David Sklenička, qui est son coéquipier chez les Jokerit, avait prévenu son équipe de faire très attention à la qualité de tir de Nicklas Jensen. Pas vraiment le scoop du siècle, mais le rappel était peut-être utile. Sur la première supériorité numérique (trois cross-checks de Klok dans le dos de Mayer, « c’est trop » selon le son de la caméra d’arbitre), Nicklas Jensen, en haut du cercle gauche, place son tir du poignet – toujours aussi fulgurant – sous le gant de Simon Hrubec (0-1). C’est la première fois que le Danemark ouvre le score dans ce championnat du monde… et ça change beaucoup de choses !

2021 05 31 tch dan1Le Danemark avait débuté avec de l’agressivité et s’était installé deux fois en zone offensive, ce qui lui avait permis d’obtenir cette première pénalité. Mais une fois que son équipe mène au score, Heinz Ehlers change de système. Ses joueurs ne pressent plus et densifient la zone neutre. Sauf à de rares exceptions (un dribble de Jan Kovář avec l’aide de la bande), les Tchèques n’arrivent pas à passer la ligne bleue en contrôle et sont obligés d’envoyer la rondelle au fond pour lutter dans les coins contre les gros gabarits danois. Ceux-ci restent forts autour de leur but. Par deux fois en première période, il s’en faut de quelques centimètres pour voir l’égalisation : le haut de la mitaine de Sebastian Dahm dévie un tir de Libor Šulák et un lancer de Dominik Kubalík frappe le poteau extérieur.

Les Tchèques ne manquent pas de talent offensif en théorie, et ils bénéficient du soutien du défenseur Filip Hronek qui fait un superbe relais avant la mi-match pour servir Dominik Kubalík dans l’enclave, mais le tir de l’ailier de Chicago est bloqué par Dahm sous sa botte gauche. Hormis cette position de tir ouverte, la possession tchèque (70%) reste essentiellement cantonnée dans le périmètre. Ils ne cessent jamais de travailler, mais leurs adversaires ne leur concèdent rien. Ils continuent d’attendre leur chance, mais les déviations ne leur sont pas favorables.

Même quand Jesper Jensen Aabo fait tomber le casque de Flek d’un mouvement de bras, l’infériorité numérique se transforme elle aussi en démonstration défensive : deux passes interceptées par Oliver Lauridsen et Nicklas Hardt qui dégagent le palet, et un incroyable travail de Nicholas B. Jensen pour enterrer le jeu contre la bande face à deux adversaires. L’unique lancer est un slap de Kubalík sur lequel Dahm ferme les bottes. Pour déstabiliser un bloc aussi solide, il ne reste aux Tchèques qu’à exploiter au mieux un changement de ligne par une transition rapide : une relance déviée deux fois à une touche de palet par Smejkal et Robin Hanzl décale Jakub Flek, mais malheureusement la qualité de tir de l’ailier de Karlovy Vary est inversement proportionnelle à sa vitesse de patinage. Sa première tentative va dans la poitrine de Dahm, et le rebond dans sa jambière.

2021 05 31 tch dan2

Au troisième tiers-temps, Filip Pešán tente de nouvelles combinaisons et essaie maintenant Vrána en première ligne. Celle-ci s’installe grâce au travail de Jan Kovář, jusqu’à ce que celui-ci soit rappelé au banc pour faire entrer les jambes fraîches de Filip Chytil : son apport est décisif, il tire dans le tas, récupère lui-même le palet et centre au second poteau pour Kubalík qui a la cage ouverte (1-1). La caméra capte en tribune un spectateur masqué mais très reconnaissable, l’entraîneur suédois Johan Garpenlöv, qui a pourtant un match à préparer ce soir… La victoire du Danemark aurait été une très bonne nouvelle pour lui en rendant à son équipe la maîtrise de son destin.

Garpenlöv tremble un peu plus car la République tchèque obtient même une occasion de prendre l’avantage. Maintenant que le Danemark adapte de nouveau sa stratégie et revient en zone offensive, Jakub Vrána y subtilise la rondelle à Nicolai Meyer pour partir en échappée, mais Dahm repousse son tir avec le bras droit. La zone d’attaque n’est décidément pas un bon endroit pour les Danois : Jesper Jensen Aabo s’y fait pénaliser pour une crosse haute à un peu plus de deux minutes de la fin, est pénalisé pour une crosse haute loin du jeu. Mais Chytil n’arrive pas à prendre le rebond d’un tir de Vrána en avantage numéroque et le score reste nul.

Les Tchèques ont le contrôle total du disque en prolongation… mais sans se créer la moindre occasion. Ils tournent en vain devant des Danois qui savent aussi créer un bloc défensif à 3 contre 3 ! Néanmoins, la crosse de Frederik Storm atteint Hronek au visage à deux minutes de la fin du temps supplémentaire. À 4 contre 3, un one-timer de Hronek dans le haut du filet semble clore les débats. Un beau but indiscutable… mais que se passe-t-il ? Les arbitres se concertent. La vidéo révèle que Kubalík a levé son patin arrière juste avant de réceptionner la passe de Hronek à la ligne bleue, le seul point de contact de son corps étant son patin avant (hors-jeu). Le but doit être invalidé, mais les quatre arbitres prennent un temps interminable pour interpréter la règle alors que l’action est visuellement claire. Les discussions prennent 8 minutes avant que le jeu reprenne. Les Danois défendent de nouveau comme des lions. Oliver Lauridsen, qui a bloqué un tir puissant de Hronek avec la main ouverte, fait un effort surhumain pour qu’elle tienne sa crosse un bref instant de souffrance, juste le temps de dégager un rebond dangereux à deux secondes de la sirène !

2021 05 31 tch dan3

Nicolai Meyer ouvre le bal des pénaltys en feintant le slap pour tenter un tir du poignet entre les jambes, mais Hrubec le bloque de son bâton. Cet échec initial met les Tchèques devant, car Robin Hanzl conclut une feinte magnifique par un revers dans le haut du filet. Mathias Bau patine à deux à l’heure et place un bon lancer côté plaque, mais Vrana réplique au même endroit. Connu pour son tir, Nicklas Jensen choisit la feinte… et Kovář en fait autant. True tire lui aussi du côté du bouclier… et le scénario devient encore plus dingue.

Heinz Ehlers fait entrer la doublure Mads Søgaard, mais le gardien d’AHL sans échauffement paraît peu mobile sur la feinte de Chytil qui le contourne aisément. Malgré cet exemple peu convaincant – et comme si les deux coaches étaient soudain devenus des joueurs de poker enivrés oubliant toute stratégie pour y aller au bluff total au petit matin – Filip Pešán change lui aussi de gardien pour faire entrer Roman Will ! Le dernier tireur danois est le treizième attaquant Niklas Andersen, qui a eu moins de 5 minutes temps de jeu et ne s’est pas fait remarquer positivement (il a perdu un palet en zone offensive et était en retard sur Kubalík sur le but encaissé). Après une petite feinte à gauche, il tente d’imiter ses prédécesseurs et tire… dans la plaque de Will qui repousse !

Dans un match totalement dingue, les Danois ont longtemps été en position favorable. Mais en ne prenant même pas ce second point au terme de ce scénario impensable, ils sont définitivement éliminés malgré un effort collectif sensationnel. La République Tchèque a eu des sueurs froides, mais elle s’est sortie du guêpier : elle peut se qualifier dès ce soir si la Suède perd, sinon il lui faudra battre la Slovaquie demain pour assurer sa place en quart de finale.

Désignés joueurs du match : Dominik Kubalík pour la République Tchèque et Sebastian Dahm pour le Danemark.

Désignés meilleurs Danois du tournoi : Nicklas Jensen, Markus Lauridsen et Sebastian Dahm.

Commentaires d’après-match :

dan jesper jensen aabo
Jesper Jensen Aabo

Jesper Jensen Aabo (capitaine du Danemark) : « Nous jouions pour la victoire tout le match, nous étions sous pression parfois, mais je pense que nous avons fait un bon tournoi. Nous étions dans un groupe très difficile, nous avons battu les Suédois pour la première fois de l’histoire. Nous sommes une petite nation, nous sommes fiers de notre tournoi. »

Dominik Kubalík (attaquant de la République tchèque) : « Ce n’est pas la performance que nous attendions. Nous avons beaucoup essayé de changer nos places, de combiner avec le palet. Mais il faut tirer plus, nous n’avons pas su le faire aujourd’hui et nous voulons changer ça à l’avenir. Nous voulons percer individuellement, ce qui ne fonctionne pas vraiment. Personnellement, j’ai essayé de ne pas en faire trop et de tirer beaucoup. Mais les Danois ne laissent pas beaucoup d’espace, ils ont aussi bloqué beaucoup de tirs. J’ai été surpris de l’appel sur le but, malheureusement j’ai levé ma jambe trop tôt, je suis content que ça n’ait pas décidé du match. Mais je suis content que nous soyons revenus dans le match mentalement. Cela montre la force de l’équipe. »

Filip Pešán (entraîneur de la République tchèque) : « Nous savions que les Danois sont extrêmement défensifs. Ce n’est pas une mauvaise équipe, mais ils sont bâtis sur la défense totale, et ce n’est pas facile à percer. Malheureusement, nous avons commis des fautes idiotes qui nous ont punis. Beaucoup de gars dans le vestiaire doivent se rendre compte combien de petites choses peuvent éliminer une équipe du championnat du monde. C’est les play-offs au milieu d’un groupe, et chaque centimètre compte. Les gars n’ont pas baissé les bras, mais j’en veux plus. Les plus jeunes doivent apprendre à être des vainqueurs. Cela veut dire bloquer les tirs, sortir le palet de sa zone, rentrer tôt au banc. Sans ça, nos jeunes ne deviendront pas des leaders. […] Ce sont des décisions fatales. On a une main chanceuse ou pas. J’aurais pu rater ce changement de gardien et je serais dans une situation différente. J’ai utilisé l’information de [l’entraîneur des gardiens] Zdeněk Orct disant qu’il faut faire bouger Dahm. C’est pourquoi j’ai choisi des joueurs qui ne finissent pas par un tir direct, mais qui peuvent manipuler le gardien. »

République Tchèque – Danemark 1-1 (0-1, 0-0, 1-0, 0-0) / 4-3 aux tirs au but
Lundi 31 mai 2021 à 16h15 à l’Olimpiskais sporta centrs de Riga. Huis clos
Arbitres : Roman Gofman et Evgeni Romasko (SUE) assistés de Gleb Lazarev et Nikita Shalagin (RUS).
Pénalités : Tchéquie 4′ (2′, 2′, 0′, 0′) ; Danemark 8′ (2′, 2′, 2′, 2′).
Tirs : Tchéquie 38 (13, 13, 6, 6) ; Danemark 13 (6, 3, 3, 1).

Évolution du score :
0-1 à 03’41 : Nicklas Jensen assisté de M. Lauridsen et Olesen (sup. num.)
1-1 à 45’23 : Kubalík assisté de Chytil et Vrána

Tirs au but :
Danemark : Meyer (arrêté), Bau (réussi), N. Jensen (réussi), True (réussi), Andersen (arrêté).
Tchéquie : Hanzl (réussi), Kovář (réussi), Vrána (réussi), Chytil (réussi).

République Tchèque

Attaquants :
Dominik Kubalík (+1) – Jan Kovář (C) – Radan Lenc
Jiří Sekáč – Filip Chytil (+1) – Jakub Vrána (+1)
Matěj Stránský – Michael Špaček (2′) – Filip Zadina
Jiří Smejkal – Robin Hanzl (A) – Jakub Flek
Tomáš Zohorna

Défenseurs :
David Musil – Filip Hronek (A)
David Sklenička (+1) – Lukáš Klok (+1, 2′)
Libor Šulák – Andrej Šustr
Libor Hájek

Gardien :
Šimon Hrubec

Remplaçant : Roman Will (G). En réserve : Petr Kváča (G), Michal Moravčík (D), Ondřej Vitásek (D, deux côtes cassées), Matěj Blümel, Adam Musil, Lukáš Radil (A).

Danemark

Attaquants :
Nicolai Meyer – Alexander True – Nicklas Jensen
Nichlas Hardt – Jesper Jensen – Frederik Storm (2′)
Mathias Bau Hansen (-1) – Julian Jakobsen (-1) – Mathias From puis Niklas Andersen (-1)
Morten Poulsen (A) – Morten Madsen – Nick Olesen

Défenseurs :
Markus Lauridsen – Mattias Lassen (-1, 2′)
Oliver Lauridsen (A) – Jesper Jensen Aabo (C, -1, 4′)
Nicholas B. Jensen – Emil Kristensen

Gardien :
Sebastian Dahm

Remplaçants : Mads Søgaard (G), Oliver Larsen. En réserve : Frederik Dichow (G), Anders Krogsgaard, Philip Bruggisser (D), Mathias Asperup (A), Mikkel Bødker (oreille).

Les commentaires sont fermés.