La Suède rend son dernier souffle

photo FHR
294

La Suède est aux abois. Si elle perd, c’est la fin des haricots. Elle doit gagner, et très probablement dans le temps réglementaire. La Russie paraît plus forte, mais elle aborde ce match avec beaucoup moins de pression : un point lui suffit pour se qualifier et il lui reste un match demain face au Bélarus. Sera-t-elle motivée ? Le président de la FHR Vladislav Tretiak a suggéré à l’agence RIA que « les Suédois devraient être punis pour qu’ils ne se qualifient pas ». Mais le coach Valeri Bragin – le jour de ses 65 ans – cherche surtout ses lignes définitives après les arrivées de NHL du défenseur Dmitri Orlov et de l’attaquant Vladimir Tarasenko mais aussi le retour de blessure de Mikhail Grigorenko. Ce dernier remplace le décevant Shalunov en première ligne. La petite surprise est que Tarasenko n’est aligné que le troisième trio, mais il est en compagnie de joueurs créatifs dont son vieil ami Burdasov.

Alerte immédiate après une minute de jeu : Nikita Zadorov vole le palet en zone neutre à Jesper Fröden et centre pour Anton Burdasov seul face au but… qui tire au-dessus. La Suède voit déjà rouge. Rickard Rakell a le nez qui saigne dans un choc et doit échanger son maillot 67 pour un 66 de remplacement. Les Russes sont rugueux et Artyom Zub appose un peu trop longtemps son gant dans le visage de Friberg. Sur l’avantage numérique qui suit, la passe transversale d’Adrian Kempe trouve un one-timer d’Anton Lindberg qui offre un rebond à Jesper Fröden face à la cage ouverte (0-1). Le joker Fröden avait failli coûter le premier but, le voilà de nouveau héros.

2021 05 31 rus sue
photo FHR

Après avoir vu la qualité défensive du Danemark une fois qu’il avait ouvert le score, le contraste est saisissant avec la Suède. Les joueurs entrés en cours du tournoi après avoir été négligés de prime abord sont moins à leur avantage ce soir : le défenseur Jesper Sellgren se fait ainsi contrer à la ligne bleue par Anton Slephyshev qui s’échappe en solo mais voit son tir repoussé par le haut de la botte de Reideborn. Le capitaine russe Slepyshev est encore seul pour dévier la passe de la bleue de Provorov, mais toujours dans la jambière gauche de Reideborn. La Russie domine totalement, mais elle est peu efficace. Les qualités de buteur de Tarasenko devaient améliorer ce point : lui aussi bute dans la botte du gardien de Kazan alors qu’il a été oublié devant la cage sur un rebond. Ajoutons un lancer de Gavrikov sur le poteau, ainsi qu’un tour de cage du revers de Shvets-Rogovoy : le 0-1 ne reflète pas du tout le déroulement de la première période !

Johan Garpenlöv, qui a assisté fiévreusement en tribune au match de l’après-midi, cite-t-il cet exemple scandinave dans son recadrage dans les vestiaires ? En tout cas, la Suède fait un bien meilleur deuxième tiers-temps et se montre plus solide défensivement. Lorsque Gavrikov coince son vis-à-vis en zone suédoise, Max Friberg voit même l’opportunité de partir en 2 contre 1. Le défenseur Provorov joue tellement la passe que Friberg peut carrément aller jusqu’à la cage comme pour un breakaway. Aleksandr Samonov referme de justesse les jambières et perd de vue le palet que Friberg remet devant le but, et que Tarasenko finit par dégager dans la confusion. À l’affût de la moindre opportunité, Max Friberg récupère un palet en zone neutre et fait la passe pour Fröden, qui cherche un trou inexistant sous le bras droit de Samonov.

La Russie s’éteint au fil du match et subit le jeu en troisième période. Elle n’est dangereuse que par de rares contre-attaques… et pourtant elle égalise. Un centre de Dmitri Orlov est dévié (involontairement) du patin par Anton Slepyshev arrivant dans l’axe (1-1). Ivan Morozov gagne la mise au jeu, Nesterov fait une longue relance vers Tarasenko qui tire à la cage. Aleksandr Barabanov – qui a interverti sa position avec Burdasov sur cette ligne – s’empare du rebond et glisse le palet du revers sous les bottes de Reideborn (1-2). En douze secondes, à un peu plus de sept minutes de la fin, le ciel s’est écroulé sur les têtes de la Suède.

2021 05 31 rus sue1
photo FHR

On ne pourra toutefois enlever une qualité à cette Tre Kronor : elle est résiliente. Maintes fois enterrée dans ce championnat du monde, elle redonne toujours signe de vie alors qu’on a déjà commencé à ranger le défibrillateur… Victor Olofsson feinte Morozov en zone neutre, passe la ligne bleue et prend un lancer balayé à mi-distance qui passe sous le bras gauche de Samonov (2-2). Les Suédois passent la fin de match en zone offensive, mais sans arriver à marquer le but qui les soulagerait. C’est alors la Slovaquie qui souffle : elle est qualifiée.

La porte vers les quarts de finale est encore plus étroite pour la Suède : il lui faut gagner en prolongation, puis espérer une défaite tchèque demain face à la Slovaquie. On revit le même scénario à 3 contre 3 que cet après-midi avec les Tchèques, en presque plus caricatural. Le palet est tout le temps dans les crosses jaunes, les Scandinaves se l’échangent mais le triangle russe ne laisse aucun espace. Avec 10% de possession tout au plus pendant ces cinq minutes, la Sbornaïa se crée pourtant deux énormes occasions : Ivan Provorov lance en échappée Mikhaïl Grigorenko qui contrôle mal la rondelle et tire à côté, et Tarasenko centre pour Burdasov qui échoue sur Reideborn.

C’est donc parti – encore – pour des tirs au but : cette dernière journée sans public dans le centre olympique – habituellement dédié au basket – a déjà été l’une des plus folles de l’histoire des championnats du monde, malheureusement sans spectateurs pour contribuer à l’ambiance.

La séance se passera – un peu – mieux que celle de l’après-midi pour les gardiens. Rickard Rakell tarde à tirer et voit se fermer tout espace, Slepyshev tire dans la mitaine de Reideborn, Olofsson échoue aussi sur Samonov. Ivan Morozov est le premier à marquer, côté bouclier, mais Burdasov en fera autant. Adrian Kempe et Jonathan Pudas répliquent tous deux d’un tir rasant sous les bottes du gardien. Tolchinsky échoue dans les jambières, on revient donc à parité. Il reste un tir de chaque côté. Le chevelu Marcus Sörensen effectue sa feinte mais tire à côté. Le joker Vladimir Tarasenko réussit le plus beau pénalty, en faisant commettre le premier mouvement au gardien avant de lever le palet en angle fermé vers le haut du filet. Un but qui qualifie les Tchèques… et élimine la Tre Kronor.

2021 05 31 rus sue3
photo FHR

La Suède, pour qui la qualification a toujours été une évidence, rate donc les quarts de finale. Le point pris lui permet juste de finir cinquième de poule en passant devant le Danemark… et ce n’est pas vraiment mérité. Elle aurait pu finir onzième ou douzième en cas de défaite sèche, elle devrait finalement « égaler » sa pire contre-performance, la neuvième place de 1937. Personne dans la presse suédoise ne relèvera ce « point positif ». Pour sa première compétition comme entraîneur en chef, Johan Garpenlöv a la tête d’un condamné à mort, même s’il a eu pour ces débuts un effectif qualitativement limité. Le lynchage médiatique avait déjà commencé et est programmé pour son retour au pays.

Désignés joueurs du match : Isac Lundeström pour la Suède et Anton Slepyshev pour la Russie.

Trois meilleurs Suédois du tournoi selon leur coach : Max Friberg, Adam Reideborn et Henrik Tömmernes.

Commentaires d’après-match

Johan Garpenlöv (entraîneur de la Suède) : « Nous sommes, bien sûr, incroyablement déçus. Qu’on appelle ça un fiasco ou pas, c’est aux autres de décider, mais nous ne sommes pas satisfaits dans tous les cas. Ce sont les deux premiers matches [perdus contre le Danemark et le Bélarus] qui nous ont mis dans cette situation. Certains joueurs ont été un peu sous pression. Hormis ces deux matches, je pense que tout était normal. J’ai une énorme responsabilité. Je prend toute la responsabilité que je peux prendre. [On l’interroge sur une démission] Je resterai à mon poste tant que quelqu’un ne dit pas le contraire. »

Valeri Bragin (entraîneur de la Russie) : « Un très bon match, utile avant les play-offs. Par moments c’était très bien, Samonov a joué avec confiance. La quatrième ligne a bien joué. Slepyshev, Voronkov et Grigorenko ont bien travaillé aujourd’hui. J’ai changé les autres trios, ça a fonctionné. De nouveaux joueurs étant arrivés, ce n’est pas facile de trouver la chimie. »

Anton Slepyshev (attaquant de la Russie) : « J’essaie de jouer tous les matches avec la même envie. C’est super d’avoir réussi à gagner le jour de l’anniversaire de notre coach. »

Dmitry Orlov (défenseur de la Russie) : « Nous devons mieux jouer. Il y a eu de bons moments, mais nous devons mieux jouer avec le palet en zone offensive. Tant mieux si on dit que notre défense est bonne, nous devons le prouver sur la glace. Aider le gardien dans son jeu. Je pense que nous avons tout pour gagner. Il est nécessaire de ne pas perdre sa concentration et de trouver la confiance. »

2021 05 31 rus sue2
photo FHR

Russie – Suède 2-2 (0-1, 0-0, 2-1, 0-0) / 3-2 aux tirs au but
Lundi 31 mai 2021 à 20h15 à l’Olimpiskais sporta centrs de Riga. Huis clos.
Arbitres : Andrew Bruggemann (USA) et Olivier Gouin (CAN) assistés de Nicolas Constantineau (FRA) et Brian Oliver (USA)
Pénalités : Russie 10′ (4′, 2′, 4′, 0′) ; Suède 4′ (2′, 2′, 0′, 0′).
Tirs : Russie 26 (13, 7, 4, 2) ; Suède 30 (5, 10, 12, 3).

Évolution du score :
0-1 à 08’06 : Fröden assisté de Lindberg et A. Kempe (sup. num.)
1-1 à 52’34 : Slepyshev assisté d’Orlov
2-1 à 52’46 : Barabanov assisté de Tarasenko et Nesterov
2-2 à 55’17 : Olofsson assisté de Sellgren et Lundeström

Tirs au but :
Suède : Rakell (arrêté), Olofsson (arrêté), A. Kempe (réussi), Pudas (réussi), Sörensen (à côté).
Russie : Slepyshev (arrêté), Morozov (réussi), Burdasov (réussi), Tolchinski (arrêté), Tarasenko (réussi).

Russie

Attaquants :
Anton Slepyshev (C, +1, 2′) – Dmitri Voronkov (+1) – Mikhail Grigorenko (+1)
Sergei Tolchinsky – Pavel Karnaukhov – Aleksandr Barabanov
Anton Burdasov (A, -1) – Ivan Morozov – Vladimir Tarasenko (+1)
Evgeny Timkin (2′) – Vladislav Kamenev – Artyom Shvets-Rogovoy (2′)
Emil Galimov [2 présences]

Défenseurs :
Nikita Zadorov – Nikita Nesterov (2′)
Vladislav Gavrikov (A) – Ivan Provorov
Artyom Zub (+1, 2′) – Dmitri Orlov (+1)

Gardien :
Aleksandr Samonov

Remplaçants : Ivan Bocharov (G), Igor Ozhiganov. En réserve : Rushan Rafikov, Grigory Dronov (D), Maksim Shalunov (A), Andrei Kuzmenko (blessé), Konstantin Okulov (acromio-claviculaire).

Suède

Attaquants :
Jesper Fröden (-1) – Andreas Wingerli (-1) – Max Friberg (-1)
Marcus Sörensen (-1) – Adrian Kempe (-1) – Rickard Rakell (A, -1)
Filip Hållander (+1) – Isac Lundeström (+1) – Victor Olofsson (+1)
Oscar Lindberg – Pär Lindholm – Dennis Rasmussen

Défenseurs :
Henrik Tömmernes (C, +1) – Magnus Nygren (+1, 2′)
Klas Dahlbeck (A, -1) – Jesper Sellgren (-1)
Lawrence Pilut (-1, 2′) – Jonathan Pudas (-1)

Gardien :
Adam Reideborn

Remplaçants : Viktor Fasth (G), Viktor Lööv, Mario Kempe. En réserve : Samuel Ersson (G), Nils Lundkvist (D, « bas du corps »), Albert Johansson (D), Pontus Holmberg (A), Carl Klingberg (A, genou).

Les commentaires sont fermés.