Finlande – Canada (Mondiaux 2021, finale)

401

Après de nombreuses surprises, ce championnat du monde pas comme les autres s’achève finalement… par la même finale que la dernière fois. Jusqu’ici, ces « remakes » avaient toujours donné le même résultat que la première affiche (le Canada avait battu deux fois de suite la Suède en 2003 et 2004, et la Russie avait défait deux fois le Canada en 2008 et 2009).

Mais le contexte a beaucoup changé en deux ans. La Finlande, qui avait surpris tout le monde en 2019, est arrivée là presque comme prévu, avec son système défensif désormais bien connu, sans perdre le moindre match dans le temps réglementaire. Le Canada, lui, est arrivé là presque par miracle, après avoir failli trépasser plus souvent qu’un héros de film d’action.

Les éternels maîtres du froid contre les survivants de l’impossible, en somme.

2021 06 06 fin can1Le round d’observation s’arrête à la cinquième minute quand Justin Danforth – meilleur joueur de Liiga finlandaise la saison passée avant de rejoindre la KHL – charge Ville Pokka contre la bande dans le coin de la zone offensive et prend une pénalité de 2’+10′. Cet avantage numérique n’est pas converti, mais Nick Paul est sanctionné dans la foulée pour une crosse haute peut-être surjouée par Anttila. Aucun tir n’arrive à la cage, les Canadiens sortent quasiment le palet de la zone… mais Oliwer Kaski le rattrape in extremis sur la ligne bleue et l’envoie à la cage où Mikael Ruohomaa, sorti seul de l’arrière du but dans le dos de Bernard-Docker, dribble le gardien (1-0, image de droite).

Dans cette première période, le Canada réussit une – et une seule – très bonne présence en zone offensive avec un gros travail des cinq joueurs pour garder le palet dans les duels. On remarque que cette séquence bénéficie de l’énergie de Cole Perfetti, qui n’était sorti du banc que deux fois en quart de finale et zéro en demi-finale, mais qui bénéficie là de la méconduite de Danforth pour reprendre place dans l’alignement. Brandon Pirri n’arrive cependant pas à exploiter au second poteau le le centre en pivot de Perfetti. Le Canada n’arrive pas à corriger son indiscipline car Michael Bunting charge dangereusement Anttila au genou après le coup de sifflet. Il peut s’estimer heureux de s’en tirer avec « seulement » 2 minutes. La Finlande ne paraît pas franchement redoutable en jeu de puissance – laissant le rapide Liam Foudy filer en infériorité – mais elle monopolise la rondelle au retour à 5 contre 5, ce qui était son objectif pour priver le Canada de munitions.

2021 06 06 fin can2En début de deuxième période, Maxime Comtois vole un palet juste avant la sortie de zone finlandaise et provoque ainsi la faute de Ruotsalainen sur Vilardi quelques secondes plus tard. Comtois est lui-même tout proche d’exploiter cette première supériorité numérique mais son revers dans le slot frappe le poteau. Pakarinen fait vaguement trébucher son vis-à-vis sur un engagement et c’est bizarrement Ohtamaa qui va en prison (!) pour 11 secondes de 5 contre 3 et surtout pour prolonger le jeu de puissance. La réussite finit alors par arriver. Un rebond sur l’épaule de Juho Olkinuora revient sur le corps de Comtois puis sur la cuisse de Koivisto. Le palet retombe près du poteau et le Québécois conclut le travail dans la cage ouverte (1-1). Les deux équipes ont donc marqué sur une pénalité pas évidente. Un partout, palet au centre.

Remontée au score, la Finlande prouve qu’elle sait passer à l’offensive. Elle attaque même très fort avec plusieurs actions dangereuses dans le slot. Il faut en particulier un splendide réflexe de la jambe gauche du gardien canadien Darcy Kuemper pour détourner le tir à bout portant de Saku Mäenalanen. En avantage numérique (crosse haute de Power), Petri Kontiola et Iiro Pakarinen lancent une superbe attaque rapide à deux mais la reprise du joueur du centre reste à ras glace et échoue dans la botte droite de Kuemper.

On n’a pas vu la première ligne canadienne depuis le début du match – à part occupée à défendre dans sa zone – et pourtant elle marque sur sa première action ! Le défenseur-star Owen Power remonte le palet et sert Connor Brown sur l’aile droite. Le centre est dévié par Andrew Mangiapane juste devant le but et Adam Henrique a le rebond en cage ouverte. Mais Jukka Jalonen utilise son challenge ! Power avait levé son patin arrière et était donc hors-jeu lors de l’entrée de zone de Brown. Le but est logiquement refusé selon la règle actuelle, cf jurisprudence de Tchéquie-Danemark.

2021 06 06 fin can3Le moment-clé arrive après cinq minutes au troisième tiers-temps. Jussi Olkinuora se fait surprendre en perdant du vue un palet qui a rebondi dans la balustrade et qui revient en brossant le filet extérieur alors qu’il a quitté son poste. Brandon Pirri n’arrive pas à exploiter cette rondelle libre devant la cage vide  (image de droite). Sur l’action suivante, Jere Sallinen passe devant le champ de vision de Kuemper au moment où Petteri Lindbohm décoche un lancer côté mitaine (2-1).

Sean Walker se fait pénaliser de 2’+10′ en zone offensive quand il propulse Björninen la tête dans la bande. Les Canadiens sont paradoxalement les plus dangereux en infériorité numérique : Nick Paul signe un joli dribble face à Sund pendant cette infériorité numérique mais son lancer est moins précis, dans la jambière gauche d’Olkinuora. La Finlande domine ensuite le jeu à 5 contre 5, avec lancer du cercle droit de Jere Innala repoussé par Kuemper.

2021 06 06 fin can4Mais à huit minutes de la fin, Mikael Ruohomaa fait trébucher Paul en zone neutre. Placé devant la cage, Maxime Comtois reçoit une passe de Connor Brown et effectue une magnifique passe du revers entre dans ses jambes pour libérer Adam Henrique avec la cage ouverte (2-2, image de gauche). Un vrai coup de génie du Québécois !

Niko Ojamäki est le joueur le plus dangereux des dernières minutes, mais sans conclure : son revers n’inquiète pas Olkinuora, et un second tir passe à côté. Pas suffisant pour empêcher la partie d’aller en prolongation.

Pour la première fois, une finale de championnat du monde se jouera dans une formule à 3 contre 3, qui semble plus favorable aux Canadiens. La preuve : presque porté disparu pendant 60 minutes – même si le titre de meilleur joueur du tournoi lui était déjà promis – Andrew Mangiapane réapparaît dès la première minute. Il utilise le patin pour feinter Sund et prend le premier lancer, capté par Olkinuora. Mais sur sa seconde présence, Mangiapane perd le palet en zone offensive face à Anttila, et sur la contre-attaque finlandaise, Kuemper doit parer du bouclier un lancer de Björninen. Après quatre minutes, c’est la vitesse de Ruotsalainen qui met le feu. Comtois lui enlève la rondelle d’un bon poke-check, mais la mauvaise passe de Power lui rend et le tir est dévié d’extrême justesse par l’épaule gauche de Darcy Kuemper.

2021 06 06 fin can5On sent qu’on ne va pas jouer bien longtemps tant les occasions sont nombreuses. Nick Paul gagne une mise au jeu en zone canadienne face à Patri Kontiola, part à 2 contre 1 et échange des passes parfaites avec Connor Brown pour effacer le défenseur Jim Nousiainen et marquer en cage ouverte (2-3).

Ce match aura en fin de compte été spectaculaire, et beaucoup moins défensif que d’autres prestations finlandaises. Comme il l’avait annoncé, Jukka Jalonen a plutôt incité ses joueurs à prendre la possession pour mettre en difficulté le Canada. Son équipe a d’ailleurs dominé le jeu à 5 contre 5, mais le Canada a été plus fort dans les unités spéciales et cela lui aura apporté la victoire. Et quelle victoire… Le succès le moins évident et le plus improbable de l’histoire canadienne quand on sait d’où revient cette équipe…

Désignés joueurs du match : Petteri Lindbohm pour la Finlande et Maxime Comtois pour le Canada.

Commentaires d’après-match :

can henrique
Adam Henrique

Adam Henrique (capitaine du Canada) : « Beaucoup de gens au Canada avaient tiré une croix sur le tournoi après les trois défaites mais nous avons continué de croire en nous mêmes dans notre vestiaire. Il y a un processus d’apprentissage dans ce tournoi, j’étais passé par là moi aussi, j’ai essayé de l’expliquer aux gars. Il faut apprendre à jouer sur grande glace, à jouer contre des équipes qui défendent si bien. Je ne dormirai pas ce soir ! »

Gerald Gallant (entraîneur du Canada) : « Je suis fier de ces joueurs, ils n’abandonnent jamais. C’était un départ difficile, je les ai vu se battre pour ce retournement, avec tellement de matches à un but près. Après les trois défaites, l’équipe s’est rassemblée, on a été à notre meilleur sur les trois dernières rencontres. »

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : « Nous étions très engagés, les joueurs se sont battus. Je ne peux leur faire que des compliments. Nous étions la meilleure équipe à 5 contre 5, mais le Canada a été meilleur en supériorité numérique. Cela ne sert à rien de spéculer sur la formule. Une décision a été prise, et nous devions contrôler ce 3 contre 3. Inutile de se lamenter là-dessus, mais j’ai remarqué que Björninen a été poussé par un cross-check dans le coin [NDLR : par Mangiapane en prolongation]. Bon, je suis sûr que tout le monde l’a vu, c’était la même faute que Danforth dans le temps réglementaire. On pourrait penser que les règles devraient être les mêmes en prolongation. »

 

Finlande – Canada 2-3 après prolongation (1-0, 0-1, 1-1, 0-1)
Dimanche 6 juin 2021 à 20h15 à l’Arena Riga.
Arbitres : Martin Frano (TCH) et Evgeni Romasko (RUS) assistés de Gleb Lazarev et Nikita Shalagin (RUS).
Pénalités : Finlande 6′ (0′, 4′, 2′, 0′) ; Canada 30′ (6’+10′, 2′, 2’+10′).
Tirs : Finlande 31 (8, 9, 11, 3) ; Canada 26 (8, 7, 7, 4).

Évolution du score :
1-0 à 08’57 : Ruohomaa assisté de Kaski
1-1 à 24’30 : Comtois assisté de Brown et Walker (sup. num.)
2-1 à 45’27 : Lindbohm assisté de Nousiainen et Ruohomaa
2-2 à 52’37 : Henrique assisté de Comtois et Brown (sup. num.)
2-3 à 66’26 : Paul assisté de Brown

Finlande

Attaquants :
Saku Mäenalanen – Hannes Björninen – Marko Anttila (C)
Arttu Ruotsalainen (+1, 2′) – Anton Lundell – Niko Ojamäki (+1)
Jere Innala (-1) – Petri Kontiola (A, -1) – Iiro Pakarinen
Teemu Turunen (+2) – Mikael Ruohomaa (+2, 2′) – Jere Sallinen (+1)

Défenseurs :
Tony Sund – Miika Koivisto
Olli Määttä – Oliwer Kaski (+1)
Atte Ohtamaa (A, 2′) – Ville Pokka (+1)
Petteri Lindbohm (+1) – Kim Nousiainen

Gardien :
Jussi Olkinuora

Remplaçant : Harri Säteri (G). En réserve : Janne Juvonen (G), Axel Rindell, Mikael Seppälä (D), Peter Tiivola, Jere Karjalainen, Valtteri Puustinen (A).

Canada

Attaquants :
Andrew Mangiapane – Adam Henrique (C) – Connor Brown (A)
Maxime Comtois (-1) – Gabriel Vilardi (-1) – Michael Bunting (-1, 2′)
Nick Paul (2′) – Justin Danforth (2’+10′) – Brandon Pirri
Brandon Hagel – Jaret Anderson-Dolan – Liam Foudy (-1)
Cole Perfetti [4 présences]

Défenseurs :
Owen Power (2′) – Troy Stecher (A)
Mario Ferraro – Sean Walker (2’+10′)
Nicolas Beaudin (-1) – Jacob Bernard-Docker (-2)
Braden Schneider [4 présences]

Gardien :
Darcy Kuemper

Remplaçants : Adin Hill (G). En réserve : Michael DiPietro (G), Colin Miller (D, « haut du corps »).

Les commentaires sont fermés.