L’incroyable comeback du Canada les amène en finale

343

Ce derby nord-américain est programmé à 14h15 heure de Riga, en pleine nuit sur le continent américain. Comme les États-Unis sont premiers de poule, ils jouent en effet la première demi-finale, celle qui accorde quelques heures de récupération de plus avant les finales de demain. Il y aura donc peu de téléspectateurs dans ces pays, et toujours pas de spectateurs au vu des prix prohibitifs pratiqués par l’IIHF depuis la reprise autorisée.

Les États-Unis ont déjà joué neuf demi-finales de championnat du monde… et ils en ont perdu neuf. En face, ils affrontent l’équipe qui a gagné le plus de demi-finales, le Canada (14 sur 21). Les Américains sont normalement favoris par leur jeu très solide depuis le début du tournoi. Miraculés en poule, vainqueurs en prolongation de la Russie en quart de finale, les Canadiens quasi-éliminés ne s’avouent néanmoins jamais vaincus.

La belle histoire du Canada ne semble pas vouloir s’arrêter. Après deux minutes de jeu, Sean Walker remonte le palet et prend un lancer excentré. La jambière gauche du gardien américain Cal Petersen laisse un rebond dans l’axe, facile à convertir pour Brandon Pirri (0-1). Les blancs sont même près de doubler la mise avec Brown, Walker et Henrique sur des rebonds successifs, le dernier semblant paré non plus par les bottes du gardien mais par la crosse du défenseur Tennyson.

2021 06 05 can usa3La réaction américaine est de plus en plus nette. Kevin Labanc a la première occasion, seul face à Kuemper qui pare du bras. Puis c’est Ryan Donato dribble devant le gardien et glisse le palet… sur le poteau. Après un gros travail de possession en fond de zone, le palet ressort à la bleue pour Connor Mackey qui trouve alors Jason Robertson seul dans le slot, mais ses tirs sont repoussés deux fois par Darcy Kuemper.

Le but tarde à venir mais le forechecking américains ne mollit pas. Christian Wolanin lance de la ligne bleue et Colin Blackwell, positionné juste devant le gardien, rabat le palet sous les bottes de Kuemper. Le héros du quart de finale Troy Stecher n’a cette fois pas pu intervenir dans son enclave pour empêcher ce but (1-1). Les États-Unis passent toute la fin de période en zone offensive dans un effort impressionnant.

Les Américains semblent reprendre le deuxième tiers-temps avec le même élan. Après vingt secondes, Robinson et Blackwell partent à 2 contre 1, mais le tir est dévié par la crosse du défenseur Troy Stecher. Mais la suite est canadienne. Masqué par le trafic, le gardien américain Cal Petersen voit au dernier moment, et pare in extremis avec le côté du gant, un lancer de Nicolas Beaudin. Puis l’inévitable Andrew Mangiapane fait un tour de cage avec Connor Brown au rebond, Mangiapane poussant le palet au fond pour son sixième but en six rencontres (1-2).

2021 06 05 can usa4À la mi-match, le capitaine américain Brian Boyle – qui n’a même pas été suspendu pour son coup de crosse dans l’entrejambe jeudi ! – atteint la tête du petit gabarit Mangiapane avec le coude. Cette première pénalité du match semble coûter très cher quand Maxime Comtois, à la ligne bleue, envoie le palet dans le patin droit de son capitaine Adam Henrique pour une déviation gagnante. Mais Jack Capuano demande son challenge, à juste titre car il y a eu un très net hors-jeu de ligne bleue sur l’entrée de zone. Le 1-3 est refusé. Et on passe même tout près de l’égalisation. Une perte de palet canadienne permet à Conor Garland de servir Trevor Moore seul face à Darcy Kuemper… mais le gardien des Coyotes capte le tir du revers de l’attaquant dans sa mitaine !

La bascule semble se faire en moins d’une minute en troisième période. Darcy Kuemper pare d’abord du bouclier un tir dévié. Connor Brown s’empare du rebond et fait une superbe passe levée qui envoie Mangiapane vers un breakaway conclu de manière magistrale face à Petersen (1-3). Mais le gardien américain remporte ensuite un autre face-à-face, contre Jaret Anderson-Dolan, pour maintenir son équipe dans la partie.

usa jack capuano
Jack Capuano

Les États-Unis réduisent rapidement le score sur une attaque rapide, à l’issue de laquelle Sasha Chmelevski convertit le rebond d’un tir de Kevin Rooney (2-3). Le suspense reste donc intact avec un but d’écart. Mais si les Américains – pour qui la perte de Matt Roy semble handicapante défensivement – ont déjà laissé des espaces et perdent encore des palets, le Canada fait bloc. Il ne commet pas d’erreurs et ne concède plus d’occasions.

Jack Capuano sort son gardien à une minute et demie de la fin puis demande son temps mort après un dégagement interdit canadien, mais en vain. Nick Paul met la pression dans la bande en zone américaine pour récupérer le palet et le donner à Justin Danforth face aux filets déserts (2-4).

Après s’être qualifié avec comme principal fait de gloire une victoire sur le Kazakhstan, le Canada a donc éliminé coup sur coup les deux premiers de poule – la Russie et les États-Unis – pour aborder la finale demain soir avec le meilleur temps de récupération et une confiance au zénith. Quel changement pour une équipe réduite au rôle de spectatrice en début de semaine en dépendant du résultat d’un Kazakhstan-Norvège pour avoir encore une chance de se qualifier !

Désignés joueurs du match : Christian Wolanin pour les États-Unis et Andrew Mangiapane pour le Canada.

Meilleurs joueurs des États-Unis dans le tournoi selon leur coach : Zach Jones, Cal Petersen et Conor Garland.

Meilleurs joueurs du Canada dans le tournoi selon leur coach : Adam Henrique, Connor Brown, Andrew Mangiapane.

2021 06 05 can usa2

États-Unis – Canada 2-4 (1-1, 0-1, 1-2)
Jeudi 6 juin 2021 à 14h15 à l’Arena Riga.
Arbitres : Andrew Bruggeman (USA) et Olivier Gouin (CAN) assistés de Dustin McCrank (CAN) et Brian Oliver (USA)
Pénalités : États-Unis 2′ (0′, 2′, 0′) ; Canada 0′ (0′, 0′, 0′).
Tirs : États-Unis 38 (16, 8, 14) ; Canada 33 (12, 13, 8).

Évolution du score :
0-1 à 02’02 : Pirri assisté de Walker et Paul
1-1 à 17’17 : Blackwell assisté de Wolanin et Labanc
1-2 à 24’15 : Mangiapane assisté de Brown
1-3 à 24’15 : Mangiapane assisté de Brown et Kuemper
2-3 à 43’36 : Chmelevski assisté de Rooney et Mackey
2-4 à 59’36 : Danforth assisté de Paul (cage vide)

États-Unis

Attaquants :
Jason Robertson (-1) – Trevor Moore (-1) – Conor Garland (-1)
Eric Robinson (-1) – Colin Blackwell (A, -1) – Kevin Labanc (-1)
Ryan Donato (-1) – Jack Drury (-1) – Tage Thompson (-2)
Kevin Rooney (+1) – Brian Boyle (C, 2′) – Sasha Chmelevski (+1)

Défenseurs
Christian Wolanin – Matt Hellickson (+1)
Zac Jones (-3) – Matt Tennyson (A, -1)
Chris Wideman – Connor Mackey (+1)
Adam Clendening (-1)

Gardien :
Cal Petersen [sorti de 58’36 à 59’36]

Remplaçants : Jake Oettinger (G), Ryan Shea. En réserve : Anthony Stolarz (G, cheville), Drew Commesso (G), Matt Roy (D, épaule), Justin Abdelkader (A, genou), Matti Beniers (A, cheville).

Canada

Attaquants :
Andrew Mangiapane (+1) – Adam Henrique (C) – Connor Brown (A, +2)
Maxime Comtois – Gabriel Vilardi (+1) – Michael Bunting
Nick Paul (+2) – Justin Danforth (+2) – Brandon Pirri (+1)
Brandon Hagel (-1) – Jaret Anderson-Dolan (-1) – Liam Foudy (-1)

Défenseurs :
Owen Power – Troy Stecher (A, +1)
Mario Ferraro – Sean Walker (+1)
Nicolas Beaudin (+1) – Jacob Bernard-Docker
Braden Schneider (+1)

Gardien :
Darcy Kuemper

Remplaçants : Adin Hill (G), Cole Perfetti. En réserve : Michael DiPietro (G), Colin Miller (D, « haut du corps »).

Les commentaires sont fermés.