Rouen – Donbass Donetsk (CHL, groupe G, 3e journée)

703

Près d’un an après, des spectateurs peuvent enfin revenir assister à un match de hockey dans la patinoire de l’île Lacroix, rebaptisée entre-temps Nathalie-Péchalat du nom de l’ancienne danseuse sur glace rouennaise aujourd’hui présidente de la FFSG. Il n’y a plus de restriction de jauge mais le public – obligé d’être masqué et vacciné – ne fait pas encore son retour en masse dans les lieux clos.

L’enjeu est pourtant très important dès cette première sortie à domicile. Avec 1 point en deux déplacements, Rouen serait quasiment éliminé en cas de nouvelle défaite contre le Donbass Donetsk, adversaire pas insurmontable mais vainqueur dimanche dernier au match aller. Avec leurs supporters pour leur donner du peps supplémentaire, les Dragons devront moins céder dans les duels physiques.

Le début de match n’est pas forcément rassurant. Après trois minutes, Nikita Butsenko part déjà tout seul dans le dos de la défense, mais Matija Pintaric arrête son tir du revers. Pris de vitesse sur cette action, le défenseur Dylan Yeo réagit en obtenant le premier tir des Dragons : il reprend en haut d’enclave une passe du revers de Joris Bedin et force une difficile parade du bras gauche d’Andrei Makarov – qui porte un logo du Lokomotiv Yaroslavl derrière son casque en hommage au dixième anniversaire de l’accident d’avion qui décima cette équipe. Une obstruction de Zakharov n’est pas utilisée par le jeu de puissance normand, qui ne crée pas de danger énorme. Le tir sur engagement de Quentin Tomasino est presque plus dangereux sur l’unique présence « respiratoire » de la quatrième ligne, lors du retour au complet.

Au quart d’heure de jeu, Vitali Lyalka prend le palet à Vincent Nesa dans le coin et repique à la cage. Pintaric doit encore s’interposer en repoussant de la jambière. Cela fait déjà deux grosses occasions concédées alors que le RHE se met pourtant à dominer. Les arbitres se font même une séance vidéo quand un lancer de la bleue Mark Flood frappe le poteau. Mais sa fébrilité défensive est sanctionnée à quinze secondes de la pause. Sur une ultime attaque, Olegs Sislannikovs reçoit dans le cercle droit la passe transversale d’Andrei Sigaryov. Le tir ricoche sur la botte de Pintaric et arrive sur le « top scorer » Andrei Biryukov, lâché au marquage par Sacha Guimond, pour une conclusion en cage vide (0-1). Un coup de massue avant de rentrer aux vestiaires.

mikulchikpavel donbass 2021090 413

Le Donbass Donetsk gère bien une pénalité dès le retour sur la glace (charge contre la bande de Sokolovsky). Après cinq minutes, la crosse de Yeo s’élève au visage de Medvedev qui fait un plongeon de comédien, et le Canadien essaie alors de provoquer son adversaire : il l’envoie certes aussi en prison, mais sans empêcher l’infériorité. Sous les « Allez Rouen », les Dragons font preuve de belles vertus combatives en venant s’imposer sur les rebonds.

sigarevandrei donbass 2021090 266Toujours à la merci de contre-attaques ukrainiennes (un one-timer en 2 contre 1), Rouen doit passer la surmultipliée offensivement. Loïc Lampérier passe en retrait dans un timing parfait pour Anthony Guttig venu s’introduire dans l’enclave (1-1). Fabrice Lhenry en profite pour relancer sa quatrième ligne… mais dans son élan juvénile, Joran Reynaud se fait sanctionner pour une obstruction sur le gardien. Les lancers du Donbass ne sont pas très précis et Sigaryov finit par venir percuter Pintaric pour prendre exactement la même pénalité. Sauf que celle-ci est tout de suite exploitée : le lancer d’Andrew Johnston est dévié par la jambe du défenseur (2-1). Pas toujours verni par les poteaux dans cette CHL, Rouen voit la chance tourner !

Nogachev part en prison pour un cinglage quinze secondes après le but. Les Dragons peuvent donc enchaîner avec un second but à 5 contre 4. Sur un lancer de Kelsey Tessier de la ligne bleue, Joris Bedin, gêné par le défenseur dans son dos, n’arrive pas à reprendre le rebond du revers avant que le gardien ne revienne en position. C’était une occasion de tuer le match… Dommage ! Après trois mises au jeu consécutives en zone offensives, Biryukov gagne l’engagement face à Johnston pour un slap surpuissant d’Andrei Sigaryov, côté plaque (2-2). Les Ukrainiens n’ont pas pris le momentum pour autant : un palet perdu dans son camp par Donetsk provoque un 2 contre 1 de Vigners et Guttig, que Pangelov-Yuldashev fait trébucher. Rouen finit le deuxième tiers-temps en avantage numérique, en vain.

illus rhe 2021090 292Rouen aborde la troisième période par le (très) bon bout. En une minute, un premier tir de Lampérier, puis une occasion de Tessier grâce à Yeo et Bedin qui ont fermé la sortie de zone. La domination noire et jaune est nette et sans partage.

Lhenry relance sa quatrième ligne pendant ce temps fort. Joran Reynaud vole le palet en zone neutre face à Biryukov et Quentin Tomasino transmet sur le côté gauche pour le lancer de Théo Gueurif. C’est Reynaud qui se trouve aussi à la conclusion en envoyant le rebond axial dans les filets déserts (3-2).

Un but entièrement mérité… mais aussitôt annulé par un improbable but poissard ! Personne ne sait où est le palet, parti à la verticale sur un tir de Lialka repoussé de l’épaule par Pintaric, et voilà qu’il retombe dans le dos du gardien, à quelques centimètres de la ligne de but qu’il franchit (3-3).

Les Dragons ont le mérite de ne pas se laisser démoraliser par ce coup du sort. Ils repartent tout de suite de l’avant et envoient Butsenko en prison pour un accrochage. La boîte ukrainienne s’applique bien à boucher l’axe et les solutions extérieures ne fonctionnent pas. On tremble encore sur une chaude action ukrainienne, puis vient la délivrance. Privé du match aller par les bagagistes viennois, David Gilbert n’en a que deux fois plus d’envie de se jeter sur un palet traînant dans l’enclave (4-3). Lampérier est sévèrement sanctionné pour un coup de crosse sur Smrereck à une minute de la fin, et l’entraîneur biélorusse Pavel Michulchik appelle son temps mort pour que le Donbass joue à 6 contre 4. Lialka repique de derrière la cage mais Pintaric reste solide sur cette dernière salve.

illus rhe 2021090 028Placés tout autour du rond central pour un clapping, les Dragons peuvent communier avec leurs partisans. Rouen s’est pleinement rassuré en se replaçant dans sa poule (cf résultats et classements de la CHL). Quoi qu’il arrive, la qualification du RHE se jouera début octobre dans la double confrontation contre les Danois de Rungsted (battus ce soir par Klagenfurt qui s’envole en première position). Ce que tous les supporters normands se demandent, c’est si un renfort étranger aura été recruté d’ici là, et d’un bien meilleur niveau que ce qui leur a été proposé. La prestation crescendo de ce soir prouve que Rouen a assez de coffre pour gérer les 60 minutes, malgré le temps de jeu élevé de certains attaquants (presque 23 minutes pour Guttig et Lampérier). La quatrième ligne a prouvé qu’elle a les moyens de participer à rotation plus régulière en Ligue Magnus. Pour la CHL, cela devra se vérifier lors du test de haut niveau contre Klagenfurt samedi soir.

Commentaires d’après-match

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « On était obligé de gagner ce soir si on voulait avoir des chances encore de se qualifier. Après plus de 300 jours sans voir nos supporters, sans voir patinoire avec cette ambiance, c’est excitant pour tout le monde et ça nous fait plaisir de leur offrir cette victoire. C’était un match compliqué avec des rebondissements. On est mené au premier tiers malgré des occasions, on prend l’avantage deux fois et ils égalisent tout de suite. C’était un peu frustrant mais les joueurs ont su travailler pendant 60 minutes. À l’aller on a perdu beaucoup de duels le long des bandes, au premier tiers ici aussi. On a été meilleurs dans ces compartiments-là par la suite. »

johnstonandrew rouen 2021090 337

 

Rouen HE – Donbass Donetsk 4-3 (0-1, 2-1, 2-1)
Jeudi 9 septembre 2021 à 20h00 à la patinoire Nathalie Péchalat. 2451 spectateurs.
Arbitres : Pierre Dehaen et Nicolas Cregut (FRA) assistés de Jérémie Douchy et Clément Goncalves (FRA)
Pénalités : Rouen 8’ (0’, 6’, 2’) ; Donetsk 14’ (2’, 10’, 2’)
Tirs : Rouen 35 (9, 16, 10) ; Donetsk 30 (9, 13, 8)

Evolution du score :
0-1 à 19’45 : Biryukov assisté de Sislannikovs et Sigaryov
1-1 à 29’04 : Guttig assisté de Lampérier et Vigners
2-1 à 31’51 : Johnston assisté de Guimond (sup. num.)
2-2 à 34’39 : Sigaryov assisté de Biryukov
3-2 à 42’53 : Reynaud assisté de Gueurif et Tomasino
3-3 à 43’13 : Lyalka assisté de Butsenko
4-3 à 53’35 : Gilbert assisté de Yeo et Caron

Rouen

Attaquants :
27-71-91 Loïc Lampérier (2′) – Anthony Guttig (-1) – Rolands Vigners (-1)
37-90-6 Joris Bedin (-1) – Kelsey Tessier – Vincent Nesa
67-96-61 David Gilbert – Joël Caron – Andrew Johnston
14-5-18 Quentin Tomasino (+1) – Joran Reynaud (+1, 2′) – Théo Gueurif (+1)

Défenseurs :
62-8 Florian Chakiachvili (+1) – Dylan Yeo (4′)
44-10(21) Sacha Guimond – Marc-André Dorion puis Yoan Salve au T3
36 Mark Flood (C, -1)

Gardien :
69 Matija Pintarič

Remplaçants : Valentin Duquenne (G), Kaylian Leborgne. Absent : Enzo Cantagallo (épaule).

Donbass Donetsk

Attaquants :
9-14-13 Vitaly Lyalka – Nikita Butsenko (2′) – Ilya Korenchuk
37-10-92 Viktor Turkin (-1) – Mikhaïl Stefanovich (-1) – Pavel Medvedev (-1, 2′)
88-45-17 Oleksandr Peresunko – Viktor Zakharov (2′) – Feliks Morozov
36-81-96 Andrei Sigaryov (+1, 2′) – Andrei Biryukov (+1) – Olegs Sislannikovs (+1)

Défenseurs :
58-98 Filip Pangelov-Yuldashev (2′) – Vladislav Sokolovsky (2′)
11-4 Grigory Zheldakov – Evgeny Nogachev (2′)
70-53 Andryi Grigoriev (-1) – Vitaly Andreikiv (-1)
29-5 Nikita Zhuldikov (+1) – Jalen Smereck (+1)

Gardien :
1 Andrei Makarov [sorti à 59’21]

Remplaçant : Janis Voris (G).

Les commentaires sont fermés.