Le record de Tretiak et Ovechkin est battu, la Russie… aussi

183

La Russie a remis ça ! Ou presque… L’an passé, elle avait envoyé au tournoi Karjala une équipe junior, agaçant les hôtes finlandais. L’argument était qu’il fallait préparer la sélection des moins de 20 ans puisque le Covid-19 avait annulé les tournois de cette catégorie. Ce n’est plus vrai cette fois, il y a bien un tournoi U-20 contre les adversaires européens, mais les restrictions sanitaires empêchent toujours les Russes de partir en tournée au Canada comme ils en ont l’habitude en novembre. Rappelons que les juniors avaient remporté le tournoi Karjala 2021 en battant les adultes. La Sbornaïa affiche donc de nouveau un visage très jeune, mais pas limité aux juniors. Plusieurs « jeunes seniors » complètent l’équipe.

Mais un signe ne trompe pas : c’est bien le nouvel entraîneur des moins de 20 ans russes – Oleg Bratash – qui est sur le banc. Même s’il dit avoir « emmené une jeune équipe qui a des candidats à la fois pour le Mondial junior et pour l’équipe première, y compris pour les Jeux Olympiques », les premiers sont de loin les plus nombreux (17). Seul le capitaine Dmitri Voronkov – très solide aux championnats du monde – est un vrai titulaire.

2021 11 11 fin rus4La conséquence est que le prodige Matvei Michkov – 16 ans et 11 mois – est le plus jeune joueur de tous les temps de la Sbornaïa, devant les légendes Vladislav Tretiak – 17 ans et 7 mois – et Aleksandr Ovechkin – 17 ans et 11 mois. Un évènement qui ne peut malheureusement pas susciter de l’intérêt médiatique en Russie de toute manière car le match est programmé en même temps qu’un match décisif pour la qualification en Coupe du monde de l’équipe nationale de football contre Chypre (6-0).

La Finlande, elle, se présente devant son public avec beaucoup de grands noms. Certains d’entre eux ont néanmoins dû être rayés : Joonas Kemppainen s’est blessé, alors que Markus Granlund et Sakari Manninen ont été mis en quarantaine avec toute leur équipe russe (le Salavat Yulaev Ufa) pour causse d’épidémie de grippe. Les Leijonat ont donc rappelé des remplaçants, Jere Innala (vice-champion du monde en juin dernier), Mikael Ruohomaa et Teemu Tallberg, dans un groupe élargi au palmarès fourni.

2021 11 11 fin rus2Le gardien Dmitri Shugaev a lui été appelé après coup, en subtitut. C’est pourtant lui qui débute pour la Russie, avec son équipement de club (l’équipe en forme Severstal) pas assorti aux couleurs de la sélection nationale. Il reste solide en première période face à des Finlandais qui font bien circuler le palet.

La Russie a tenu le 0-0 mais n’a pas été dangereuse. Au deuxième tiers, elle l’est enfin en obtenant ses premières supériorités numériques. Sur la première, on voit le gamin Michkov aligné en jeu de puissance, gardé par le géant de deux mètres Anttila ! Sur la seconde, un tir du poignet de la ligne bleue d’Aleksandr Nikishkin frappe le poteau (image de droite ci-dessus). Mais sur la même présence, trente secondes plus tard, ce même Nikishkin charge Miro Aaltonen contre la bande dans le coin. Aaltonen se fait justice lui-même en mettant le palet devant le slot où Harri Pesonen est seul pour conclure (0-1, image de gauche ci-dessous).

2021 11 11 fin rus3L’indiscipline russe ne s’arrange pas avec deux pénalités sur la même action : Vovchenko retient Innala puis Telegin se rend coupable d’une crosse haute. À 5 contre 3, Aaltonen reprend de volée une passe de Sami Vatanen, rentré très récemment de NHL (0-2). La Finlande a de plus en plus la maîtrise totale du jeu. Elle conquiert tous les palets en zone neutre et elle fatigue les Russes par de longues séquences collectives de possession en zone offensive.

La Russie tente de passer à l’offensive au début de la troisième période, mais cet élan est arrêté subitement quand Ivan Zinchenko est expulsé pour une charge à la tête de Vatanen. Pendant les cinq minutes d’avantage numérique, Aaltonen, placé dans le cercle droit, obtient son troisième point de la soirée en passant au centre pour la déviation de Valtteri Filppula (0-3). Entre l’ancien attaquant de Détroit aux 530 points en 1056 matches de NHL et les gamins russes, il y a un grand écart en matière d’expérience. Il y a aussi un écart de discipline entre les deux équipes, et même un écart… de chance. Un second lancer de défenseur (Shakir Mukhamadullin) fait tinter le métal en heurtant la transversale. Juho Olkinuora s’assure ainsi un blanchissage.

Commentaires d’après-match :

Matvei Michkov (attaquant de la Russie) : « Merci aux entraîneurs de m’avoir donné ma chance de faire mes débuts en équipe nationale. Ma première présence a débuté avec un tir, donc c’était plus facile ensuite. Mais nous avons perdu. Nous en tirerons les conclusions. Les Finlandais sont une équipe adulte, beaucoup de gars jouent en KHL, ils nous sont déjà familiers. Ils ont très bien joué : ils ont concrétisé leurs occasions, et converti leurs supériorités numériques. Je ne sens pas de pression pour avoir battu les records d’Ovechkin et Tretiak. Cette équipe contient des candidats pour les Jeux olympiques et les championnats du monde. C’est toujours agréable de côtoyer des gens comme ça. C’est une grande expérience pour moi. »

Dmitri Shugaev (gardien de la Russie) : « Les émotions de ce début en sélection sont uniquement positives. L’appel en équipe nationale a été super inattendu. J’ai reçu le maillot de Timur Bilyalov [NDLR : qu’il a remplacé dans la sélection], mais peu importe le numéro avec lequel je joue. Oui, mes protections ne sont pas adaptées aux couleurs de l’équipe, mais ça arrive. On m’a prévenu que le jeu serait très rapide, que les Finlandais mettraient beaucoup de pression et de tirs. J’y étais prêt, même si c’était un peu difficile au début parfois j’ai fait beaucoup de mouvements inutiles. Dans l’ensemble, nous avons bien joué, mais les pénalités ont cassé notre jeu. »

 

Russie – Finlande 0-3 (0-0, 0-2, 0-1)
Jeudi 11 novembre 2021 à 18h30 à la Hartwall Areena de Helsinki. 8179 spectateurs.
Pénalités : Russie 37′ (4′, 6′, 2’+25′) ; Finlande 6′ (0′, 6′, 0′).
Tirs : Russie 17 (7, 4, 6) ; Finlande 36 (11, 12, 13).

Évolution du score :
0-1 à 27’49 : Pesonen assisté d’Aaltonen et Vatanen (sup. num.)
0-2 à 31’41 : Aaltonen assisté de Vatanen (double sup. num.)
0-3 à 47’41 : Filppula assisté d’Aaltonen et Pakarinen (sup. num.)

Russie

Attaquants :
28-10-96 Daniil Vovchenko (2′) – Dmitri Voronkov (C) – Dmitry Rashevsky
88-95-84 Nikita Tertyshny – Artyom Galimov (4′) – Vitaly Abramov
91-90-22 Nikita Chibrikov – Nikita Guslistov – Marat Khusnutdinov (A)
19-11-39 Ivan Chekhovich – Ivan Zinchenko (2’+25′) – Matvei Michkov
9 Fyodor Svechkov

Défenseurs :
57-72 Aleksandr Nikishin (A, 2′) – Sergei Telegin (2′)
85-4 Shakir Mukhamadullin – Alekandr Elesin
6-74 Semyon Chistyakov – Nikita Novikov

Gardien :
82 Dmitri Shugaev

Remplaçants : Yaroslav Askarov (G), Arseny Koromyslov.

Finlande (2′ pour surnombre)

Attaquants :
38-51-81 Jere Innala – Valtteri Filppula (A) – Iiro Pakarinen
82-13-25 Harri Pesonen – Mikael Ruohomaa (2′) – Toni Rajala
19-15-20 Veli-Matti Savinainen – Miro Aaltonen – Niko Ojamäki
80-24-12 Saku Mäenalanen – Hannes Björninen – Marko Anttila (C)

Défenseurs :
4-55 Mikko Lehtonen – Atte Ohtamaa (A)
40-42 Petteri Lindbohm – Sami Vatanen
6-50 Tony Sund – Miika Koivisto
33-18 Veli-Matti Vittasmäki – Vili Saarijärvi (2′)

Gardien :
45 Jussi Olkinuora

Remplaçants : Niclas Westerholm (G), Ville Petman.

Les commentaires sont fermés.