Grenoble – Dijon (Ligue Magnus, 22e journée)

43

Et Grenoble remet ça !

Contrat rempli pour les Brûleurs de Loups, larges vainqueurs mardi à Morzine contre les Pionniers en huitième de finale de la coupe de France (5-0). Cet après-midi, ils ont appris qu’ils affronteraient Mulhouse en ¼ de finale le 21 décembre. Les Grenoblois peuvent donc reprendre la SaxoPrint Ligue Magnus là où ils l’avaient laissée, c’est-à-dire sur une série impressionnante de huit victoires consécutives, dix victoires en tout si l’on inclut les deux premiers tours de la coupe de France.

2016 11 25 Grenoble Dijon1Une coupe de France qui est justement un mauvais souvenir pour Dijon qui avait pris une déculottée à Pôle Sud au premier tour (2-11). Les Ducs, alors diminués par l’absence de cinq joueurs, avaient bu la tasse et espèrent faire meilleure figure ce soir, même s’ils restent sur une mauvaise série de six défaites. Au cours de ces six rencontres, les Ducs n’ont marqué que quatre buts, étant même blanchis à trois reprises (contre Epinal, Rouen et Amiens). C’est donc une équipe pleine de doutes, glissant dangereusement vers le bas du classement, qui se présente à Pôle sud ce soir sans son gardien n°1, Henri-Correntin Buysse. Toujours privés de Mike Fallon et Johan Andersson, les Ducs peuvent compter désormais sur le renfort du défenseur Giffen Nyren comme joker médical pour remplacer Aleksander Rindal, blessé depuis le début de saison.

Début de match équilibré entre les deux équipes. Les Brûleurs de Loups tentent de mettre la pression en zone offensive dijonnaise mais la défense des Ducs est bien positionnée et ne concède pas de tirs dangereux au cours des premières minutes. C’est quasiment sur leur première opportunité du match que les Grenoblois vont marquer : bonne entrée de zone de Trabichet, passe du revers de Miettinen pour Tartari, tout seul devant le slot au deuxième poteau et qui n’a plus qu’à pousser le palet dans la cage ouverte, Pawelec n’ayant pas eu le temps de se replacer (1-0 à 04’34 »).

Suite à cette ouverture du score, Grenoble prend l’ascendant à l’image d’un bon tir d’Abramov bloqué par Pawelec sans rebond. Les réactions dijonnaises sont sporadiques, souvent en contre-attaque. Suite à une perte de palet de Texier en zone offensive, les Ducs développent un 3 contre 2, mais Maher bute sur Horák au moment de conclure. Idem quelques instants plus tard sur une tentative de Edwards à bout portant mais là encore Horák veillait.

2016 11 25 Grenoble Dijon2Une bonne période dijonnaise interrompue par le froid réalisme isérois : après une première tentative repoussée par Pawelec, Texier récupère le palet laissé libre devant le slot après un bon travail d’Arnaud dans la bande et ajuste Pawelec d’un tir au-dessus de l’épaule (2-0, 13’34 »).

Après une bonne possession grenobloise en zone offensive, Métais fait trébucher Kuralt sur la ligne bleue et reçoit la première pénalité du match. Malgré une bonne circulation du palet en zone offensive, les Brûleurs de Loups n’arrivent pas à concrétiser. Mais de retour à cinq contre cinq, les Grenoblois font parler leur vitesse : Baylacq s’échappe sur l’aile droite et centre pour Rohat qui prend de vitesse la défense dijonnaise et bat Pawelek d’un tir du revers (3-0, 17’52 »). Grenoble a la mainmise sur ce premier tiers et finit avec un dernier tir de Rodman tout près de surprendre Pawelek.

Dos au mur, les Ducs essaient de mettre plus d’intensité en début de deuxième période mais les tirs sont grenoblois à l’image d’Abramov puis Arnaud qui contraignent Pawelek à l’arrêt. Sur une contre-attaque finement jouée, le trio Kuralt-Gauthier-Rodman combine bien et est tout près du quatrième but mais Pawelec parvient à bloquer la rondelle. Nyren se fait sanctionner pour une charge irrégulière sur Miettinen devant la cage dijonnaise. Deuxième supériorité numérique pour Grenoble dans cette rencontre, une occasion supplémentaire pour Grenoble d’accroître son avance au score. Malgré une bonne circulation du palet en zone offensive et quelques tirs lointains dangereux, les Brûleurs de Loups n’arrivent pas à faire la différence à cinq contre quatre. Les Ducs bénéficient à leur tour d’une première supériorité numérique lorsque Bisaillon est sanctionné. Le power-play dijonnais s’installe durablement dans la zone grenobloise et Månsson parvient à trouver un bon lancer dans le trafic. Après deux minutes passées en zone offensive, les Dijonnais ne parviennent pas à marquer mais dans les secondes qui suivent le retour sur la glace de Bisaillon, Laplace lance Métais en profondeur qui se joue de Scolari pour se présenter seul face à Horak et réduire le score (3-1, 33’31 »).

2016 11 25 Grenoble Dijon3Ce but relance les Ducs qui se montrent plus dangereux avec un tir d’Edwards non cadré. Mais les Brûleurs de Loups ne s’affolent pas et gardent la possession du palet en zone offensive. Sur un lancer dans le trafic de Gervais, Pawelec relâche le palet devant Goličič, lequel décale Eric Chouinard qui n’a plus qu’à le pousser dans la cage vide (4-1, 36’49 »). Un but qui fait mal à la tête des Dijonnais : pas complètement repositionnés au coup d’envoi, ils oublient Tartari qui bénéficie d’une longue passe de Trabichet pour partir en break et tromper Pawelec tout en finesse (5-1, 37’13 »).

Le calvaire dijonnais ne fait que commencer puisque sur une échappée côté gauche, Kuralt prend de vitesse Nyren, repique vers la cage et centre pour Gauthier au milieu d’une défense dijonnaise complètement dépassée. Le centre québécois marque le sixième but d’un tir imparable en lucarne (6-1, 37’48 »). Avec trois buts encaissés en une minute, Dijon a complètement lâché prise en cette fin de deuxième tiers que Grenoble termine en roue libre…

Quasiment plus de suspense au début de la troisième période avec cinq buts d’avance pour Grenoble. On attend une réaction dijonnaise mais c’est tout le contraire qui se produit : sur un lancer de Rodman, Pawelec repousse dans la crosse de Gauthier, le portier dijonnais s’interpose de nouveau mais il ne peut rien lorsque le deuxième rebond est repris par Kuralt au milieu d’une défense dijonnaise très attentiste (7-1, 40’49 »).

Grenoble est en maîtrise totale du palet dans les minutes qui suivent face à des Dijonnais qui semblent avoir renoncé. Mais sur un palet volé à Goličič, Stefishen entre en zone offensive et profiter de l’hésitation des défenseurs grenoblois pour dribbler victorieusement Horak (7-2, 43’37 »). Mais l’accalmie sera de courte durée pour Dijon : sur une contre-attaque bien emmenée par Kuralt, ce dernier centre en retrait pour Hardy qui s’avance et marque de près d’un petit lancer du poignet (8-2, 44’23 »).

2016 11 25 Grenoble Dijon4Edwards essaie de réagir immédiatement avec une contre-attaque rageuse qui met Hardy dans le vent mais Horak remporte le face à face avec l’attaquant dijonnais. Mais le réalisme n’est pas du côté des Ducs ce soir puisque sur l’attaque qui suit, un bon travail de la quatrième ligne grenobloise est bonifié sur un lancer de la bleue de Scolari dévié par Baylacq (9-2, 45’42 »). Stefishen et Edwards, les deux attaquants dijonnais les plus en vue ce soir, tentent de forcer le passage dans la défense grenobloise. Mais Maher est pénalisé ce qui offre une troisième supériorité numérique pour les Brûleurs de Loups. Et la troisième opportunité sera la bonne pour les Grenoblois qui font bien circuler le palet en zone offensive. Sur une remise de Miettinen, Tartari surprend Pawelek d’un tir soudain au ras du poteau (10-2, 49’24 »). C’est un triplé pour l’attaquant grenoblois !

Les dix dernières minutes de jeu n’apportent plus grand-chose dans une rencontre dont l’issue est connue depuis bien longtemps. À défaut de maintenir le suspense, les Brûleurs de Loups font le spectacle. Un onzième but suite à un lancer de Gervais à la cage est refusé car l’arbitre avait sifflé avant. Par la suite, les Grenoblois se contentent de maintenir le palet en zone offensive. Une bagarre entre Kuralt et Edwards agrémente la fin de rencontre. Mais les Brûleurs de Loups, en maîtrise totale du palet dans la zone dijonnaise, se font surprendre sur une passe dans l’axe de Favarin mal assurée…. Fabien Métais intercepte et arrive à battre Horák, dépité d’encaisser cet ultime but sur un excès de confiance de ses coéquipiers (10-3, 59’26 »).

2016 11 25 Grenoble Dijon5Les Brûleurs de Loups aiment bien recevoir les Ducs. Après le 11-2 de la coupe de France, c’est maintenant à un 10-3 infligé en SaxoPrint LigueMagnus. Il n’y a pas eu vraiment de match entre une équipe grenobloise supérieure à tous les niveaux. Avec quatre lignes régulièrement utilisées, les Brûleurs de Loups se sont inexorablement détachés au score, tuant tout suspense en inscrivant trois buts en une minute en fin de deuxième tiers temps.

Tout le monde ou presque a participé à ce feu d’artifice offensif, à commencer par Tartari, auteur d’un coup du chapeau ce soir et qui se sent de plus en plus à l’aise avec Abramov et Miettinen. Mais les autres lignes n’ont pas été en reste : la quatrième a encore inscrit deux buts ce soir, tout comme celle de Chouinard et Goličič, associés à Texier ce soir. Et le nouveau trio constitué de Rodman, Gauthier et Kuralt a contribué également avec trois buts. Neuvième victoire consécutive en championnat synonyme de quatrième place pour des Brûleurs de Loups euphoriques et une belle répétition générale avant une semaine difficile qui les verra affronter successivement Epinal et Bordeaux.

Les Dijonnais se sont accrochés pendant un peu plus d’une moitié de match. Malgré un premier tiers difficile avec trois buts encaissés, les Ducs étaient revenus à deux buts et se remettaient à y croire un peu. Avant un effondrement en fin de deuxième tiers qui les a replongés dans leurs démons du match de coupe de France. Les bonnes volontés offensives de Métais, Stefishen et Edwards n’ont pas suffi…. L’absence de Buysse a pesé très lourd et le pauvre Pawelek a passé une soirée très difficile, mal protégé par une défense lente et fébrile. Même l’arrivée de Giffen Nyren n’a pas permis de stabiliser l’arrière garde dijonnaise, étonnamment friable. La mauvaise série continue pour les Ducs qui voient Nice et Chamonix-Morzine se rapprocher. Une réaction devient urgente alors que Lyon arrive mardi en Bourgogne.

Désignés meilleurs joueurs du match : Christophe Tartari (Grenoble) et Fabien Métais (Dijon)

(Photos Philippe Crouzet : http://www.ipernity.com/doc/182273/album/872520)

 

Grenoble – Dijon 10-3 (3-0, 3-1, 4-2)
Vendredi 25 novembre 2016 à 20h15 à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2700 spectateurs.
Arbitrage de Laurent Garbay assisté de Guillaume Barthe et Guillaume Gielly
Pénalités : Grenoble 6′ (0’, 2’, 4’), Dijon 31′ (2’, 2’, 2’+5’+20’)
Tirs cadrés : Grenoble 52 (18, 16, 18), Dijon 28 (8, 10, 10)

Évolution du score :
1-0 à 04’34 » : Tartari assisté de Miettinen et Trabichet
2-0 à 13’34 » : Texier assisté de Arnaud et Chouinard
3-0 à 17’52 » : Rohat assisté de Baylacq et Arnaud
3-1 à 33’31 » : Métais assisté de Laplace et Silvennoinen
4-1 à 36’49 » : Chouinard assisté de Goličič et Gervais
5-1 à 37’13 » : Tartari assisté de Trabichet et Abramov
6-1 à 37’48 » : Gauthier assisté de Kuralt et Hardy
7-1 à 40’49 » : Kuralt assisté de Gauthier et Rodman
7-2 à 43’37 » : Stefishen
8-2 à 44’23 » : Hardy assisté de Kuralt et Rodman
9-2 à 45’42 » : Baylacq assisté de Scolari et Rohat
10-2 à 49’24 » : Tartari assisté de Miettinen et Abramov (sup. num .)
10-3 à 59’26 » : Métais


Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C) – Alexandre Texier – Boštjan Goličič
Anže Kuralt (4’) – Sébastien Gauthier – David Rodman
Norbert Abramov – Christophe Tartari (A) – Camilo Miettinen
Julien Baylacq – Sébastien Rohat – Mathias Arnaud

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon (2’)
Nicolas Favarin – Aziz Baazzi
Teddy Trabichet (A) – Quentin Scolari
Stéphane Gervais

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absent : Rhett Bly (ligaments du genou)

Dijon

Attaquants :
Robin Lamboley [puis Joffre] – Patrick White – Spencer Edwards (A) (5’+20’)
Jimmy Jensen – Mathias Månsson (A) – Taylor Stefishen
Anthony Goncalves – Julien Laplace – Fabien Métais (2’)
Alois Franzino – César Joffre [puis Lamboley] – Flavien Fondadouze

Défenseurs :
Matthew Maher (2’) – Benoît Quessandier (C)
Riku Silvennoinen – Giffen Nyren (2’)
Arnaud Lazzaroni – Marek Kolba
Vincent Mélin – Maxime Ritz

Gardien :
Pierre Pawelec

Remplaçant : Victor Pimbert (G). Absents : Henri-Correntin Buysse, Johan Andersson, Mike Fallon, Aleksander Rindal (blessés).

Les commentaires sont fermés.

ut luctus vulputate, consequat. eget quis sit elit.